National Assembly of Québec - Return to homepage

National Assembly of Québec - Return to homepage

To use the Calendar, Javascript must be activated in your browser.
For more information

Home > News and Press Room > Press Conferences and Scrums > Point de presse de Mme Lorraine Richard, porte-parole de l’opposition officielle en matière de développement nordique, M. Marc Bourcier, député de Saint-Jérôme, et M. Harold LeBel, député de Rimouski

Advanced search in the News and Press Room section

Start date must precede end date.

Point de presse de Mme Lorraine Richard, porte-parole de l’opposition officielle en matière de développement nordique, M. Marc Bourcier, député de Saint-Jérôme, et M. Harold LeBel, député de Rimouski

Version finale

Wednesday, February 8, 2017, 15 h 15

Salle Bernard-Lalonde (1.131), hôtel du Parlement

(Quinze heures seize minutes)

M. LeBel : Oui, bonjour, tout le monde. Dans le rôle de député, des fois, ça nous arrive, des cas comme ça. Il y a eu des décès sur le chantier de la Romaine, quatre décès. Puis un des quatre décès, c'est quelqu'un de Rimouski. Comme députés, on est souvent appelés à donner des réponses, essayer de donner des informations. Et, moi, la personne qui est décédée, Alex Antoine Proulx, 27 ans, décédé sur le chantier de la Romaine, la troisième victime, il y en a eu quatre après... un quatrième qui est décédé. La famille, les gens de Rimouski, ses amis demandent des réponses. Et nous, comme députés, on a un rôle à jouer, et ce qu'on a voulu faire ce matin en commission, c'est de demander à la commission, en commission parlementaire, d'entendre les gens d'Hydro-Québec ou la CNESST, avoir des réponses. Les deux premiers décès qu'il y a eu sur le chantier, il y a eu des enquêtes, Hydro a été blâmée. Les deux autres sont sous enquête. Les deux autres décès, les circonstances sont sous enquête, mais pendant ce temps-là personne n'a des informations, personne n'a des nouvelles.

Ce qu'on voulait, c'est, en commission parlementaire, trois ou quatre heures, avoir le temps, les députés, de poser des questions aux gens d'Hydro-Québec et de la CNESST pour un peu mieux comprendre ce qui s'est passé sur le chantier de la Romaine. Je pense que c'est notre rôle comme élus, comme députés. Il ne faut pas oublier qu'Hydro-Québec, c'est une société d'État, ça nous appartient, et les élus à l'Assemblée nationale, on a, je pense, le devoir d'interroger Hydro-Québec quand il y a des cas comme ça. Et je rappelle, là, on parle de mort d'homme, on parle de décès, de familles, de gens qui ont besoin de réponses, et c'est ce qu'on voulait faire ce matin. Malheureusement, la majorité libérale a refusé. Les gens de la CAQ étaient avec nous autres, mais la majorité libérale a refusé d'aller de l'avant avec cette commission parlementaire qui, je rappelle... c'est un mandat d'initiative qu'on demandait, qui, je rappelle, ce n'était pas... on ne demandait pas de se rendre sur le chantier, on ne demandait pas un mandat de commission itinérante, on voulait trois ou quatre heures ici, à l'Assemblée nationale, où les députés auraient pu poser des questions puis demander des éclairages aux gens d'Hydro puis de la CNESST, et, bon, malheureusement, ça a été refusé.

Moi, j'ai un cas dans mon comté, mais c'est sûr que tout ça se passe beaucoup dans le comté de ma collègue la députée de Duplessis, qui, elle, en entend parler à chaque jour, et j'aimerais ça lui laisser la parole.

Mme Richard : Merci. Merci. Il faut comprendre que je suis présidente de la Commission de l'économie et du travail. J'ai quand même plaidé un peu ce matin parce qu'il faut savoir que le mandat d'initiative qu'on demandait, comme mon collègue Harold le disait, c'était juste pour entendre Hydro-Québec et la CNESST, avoir des réponses, parce qu'ils ont quand même eu deux blâmes, Hydro-Québec. Et il faut savoir aussi que la FTQ-Construction a demandé une enquête publique, une commission d'enquête publique sur les quatre décès reliés au chantier hydroélectrique de la rivière Romaine. Il me semble que le gouvernement libéral n'ait pas complètement fermé la porte à une enquête publique, ils n'ont pas dit oui, ils n'ont pas dit non. Mais, pendant ce temps-là, Hydro-Québec a quand même mandaté une firme pour lui faire rapport sur ses différentes pratiques : Est-ce que ses pratiques sont bonnes ou est-ce qu'elles doivent être améliorées? Ça faisait, en tout cas, une drôle de coïncidence qu'Hydro-Québec, suite à une demande d'enquête de la part de la FTQ, d'une enquête publique, suite à ce que mon collègue le député de Rimouski ait demandé que la CET puisse obtenir un mandat d'initiative pour entendre, entre autres, Hydro-Québec, celle-ci décide de payer une firme où le P.D.G. va quand même être sur ce comité. On nous dit qu'il y aura des personnes indépendantes. Est-ce que le rapport de la firme qu'Hydro-Québec va recevoir au printemps sera public? Est-ce qu'on nous fera connaître les conclusions de ce rapport? C'est important de le savoir.

Il faut comprendre également qu'au tout début — ça a été annoncé au début janvier — Hydro-Québec avait décidé elle-même des personnes qui siégeraient sur ledit comité. Hier, juste avant qu'on ait notre réunion, ce matin, de séance de travail, Hydro-Québec a demandé, a offert, si on peut dire, à la partie syndicale de déléguer trois personnes qui pourront suivre les travaux dudit comité.

Donc, il faut comprendre que ce qu'on demandait à la commission, c'était, sans partisanerie, essayer de comprendre, comprendre si vraiment Hydro-Québec a changé ses pratiques, pourquoi elle réagit juste après un quatrième décès. Je pense qu'elle aurait dû réagir bien avant. On a énormément de questions, on n'a pas de réponses. Et, encore une fois, bien, Hydro-Québec fait ce qu'elle veut. Merci.

M. Bourcier : Eh bien, c'était ma première participation à une commission. Les demandes étaient légitimes envers les membres de cette commission, et on n'a pas eu de réponses à nos questions. Et définitivement qu'on ne verra jamais ou probablement jamais, sait-on jamais non plus, les conclusions du rapport, justement, sur les deux premières morts d'homme qui ont eu lieu au chantier de la Romaine. J'ai trouvé ça très décevant, c'est une fin de non-recevoir qu'on a eue ce matin. En espérant qu'il n'y aura pas d'autres morts d'homme sur ce chantier, car sait-on jamais, on ne le souhaite pas, mais on aimerait quand même réitérer le souhait de voir les conclusions de ce rapport-là sur les deux morts qui sont survenues au chantier de la Romaine.

M. LeBel : Merci, tout le monde. C'est à suivre.

Mme Richard : Merci.

(Fin à 15 h 21)