National Assembly of Québec - Return to homepage

National Assembly of Québec - Return to homepage

To use the Calendar, Javascript must be activated in your browser.
For more information

Home > News and Press Room > Press Conferences and Scrums > Point de presse de M. Jean-François Lisée, chef de l’opposition officielle, et M. Pascal Bérubé, porte-parole de l’opposition officielle en matière d’éthique et d’intégrité

Advanced search in the News and Press Room section

Start date must precede end date.

Point de presse de M. Jean-François Lisée, chef de l’opposition officielle, et M. Pascal Bérubé, porte-parole de l’opposition officielle en matière d’éthique et d’intégrité

Version finale

Tuesday, April 4, 2017, 11 h 15

Hall principal de l'hôtel du Parlement, hôtel du Parlement

(Onze heures seize minutes)

M. Lisée : Écoutez, ce matin, on ne va pas vous reparler seulement des augmentations de rémunération scandaleuses de Bombardier mais du glaçage sur le gâteau de Bombardier qui est offert par les contribuables québécois, gracieuseté de Philippe Couillard et Carlos Leitão.

Comme vous le savez, il y avait un budget, la semaine dernière, où chaque Québécois s'est vu octroyer 1 $ par semaine de baisse d'impôt, mais l'autre grande mesure fiscale que M. Couillard a annoncée avant le budget, c'était un cadeau au 1 % du 1 %. Alors, ça semblait un peu théorique, mais maintenant on a des travaux pratiques. On a calculé qu'est-ce que ça donnait pour les membres du 1 % du 1 % qui sont dirigeants de Bombardier et donc avec les hausses de rémunération qui sont toujours en vigueur et que M. Couillard ne demande pas d'annuler. Alors, le calcul, c'est que grâce à la mesure fiscale de Philippe Couillard, M. Beaudoin va avoir 100 000 $ de plus de rémunération parce qu'il ne paiera pas cet impôt-là. C'est un cadeau fiscal de 100 000 $ à Pierre Beaudoin, gracieuseté de Phillipe Couillard; un cadeau fiscal de 170 000 $ à Alain Bellemare, gracieuseté de Philippe Couillard, 75 000 $ pour John Di Bert, 75 000 $ pour David Coleal, 75 000 $ pour Frederick Cromer et 75 000 $ pour Laurent Troger. Juste pour ces six personnes-là, le cadeau fiscal de M. Couillard et de M. Leitão est de plus d'un demi-million de dollars. Ça, c'est de l'impôt qu'ils auraient payé, si M. Couillard n'avait pas fait ce cadeau.

Alors, quand on vous disait, il y a trois semaines, que c'était scandaleux, ce que M. Couillard avait fait en donnant un cadeau aux plus riches des riches et que M. Couillard nous avait dit... on avait posé la question : Combien ça va coûter aux contribuables québécois? Il avait dit : Ah! ce n'est pas clair, mais on pense que, l'un dans l'autre, on va rentrer dans notre argent. Bien, j'aimerais qu'il nous dise comment on va rentrer dans notre argent d'un demi-million de dollars pour ces six personnes-là. Elles n'étaient pas en train de déménager, là, ces six personnes-là. Elles sont ici, elles ont un cadeau sans cause, sans cause. Alors, raison de plus pour demander l'annulation de ces augmentations, mais, même avec l'annulation de l'augmentation de M. Beaudoin, il va quand même faire 100 000 $ de plus d'économies d'impôt grâce au gouvernement libéral.

Alors, vous avez vu comment M. Couillard, M. Leitão, Mme Anglade ont réagi depuis mercredi dernier, depuis le moment où on a su qu'il y avait ces augmentations de 48 %. D'abord, ils ont dit que ce n'était pas de nos affaires, ce n'était pas des affaires du politique. Ensuite, ils ont avalé l'argumentaire de Bombardier en disant que le report, c'était un beau geste. Ils disaient ça encore hier. Et donc la question qu'on se pose, c'est : Qui représente-t-il? Le Parti libéral du Québec représente-t-il les contribuables québécois, les citoyens québécois ou le 1 % du 1 %? Et moi, de la façon, dont M. Couillard a intégré, dans sa tête, l'argumentaire du 1 % du 1 %, moi, mon jugement, il est fait, il représente le 1 % du 1 %.

Lorsqu'on lui a dit... lorsque la Protectrice du citoyen lui a dit que ses coupures faisaient tellement mal et le rationnement des soins à domicile faisait tellement mal qu'il y avait une dame qui couchait, la nuit, sur sa chaise roulante parce qu'elle avait dû choisir ce qu'elle aurait comme soins à domicile, ça n'a pas suscité chez lui le moindre regret, le moindre remords, la moindre volonté de protéger ces gens qui avaient de la misère humaine. Mais il protège ceux-là, par exemple. Ça a l'air bien important pour lui de protéger le 1 % du 1 % et de leur en rajouter.

Alors, je demande au premier ministre aujourd'hui non seulement de dire, avec tous les Québécois, que les dirigeants de Bombardier doivent renoncer à la totalité de leur augmentation de salaire, mais je lui demande aussi de renoncer à cette mesure fiscale qui ajoute du glaçage sur le sundae, sur la cerise, de tout le gâteau puis de tout le garde-manger que le 1 % du 1 % a déjà, au Québec, grâce à lui.

M. Bérubé : Je voudrais dire un mot sur la motion, très rapidement. Alors, ce n'est pas un problème de communication, c'est un problème de rémunération et de sensibilité à l'égard des gens qui travaillent dur pour payer leurs impôts, payer leurs taxes et qui sont fâchés avec raison de la situation.

Cet après-midi, il y a une motion sans préavis, déposée par le Parti québécois, qui va réclamer un mandat unanime de l'Assemblée nationale à l'égard du premier ministre pour qu'il demande aux dirigeants de Bombardier de renoncer à ces augmentations indécentes de salaire. Les oppositions sont regroupées, on souhaite que le gouvernement se joigne à nous pour que cette motion soit unanime. C'est un moment fort à l'Assemblée nationale. Les citoyens du Québec nous regardent. Plus de 90 % des citoyens québécois sont indignés avec raison. On se fera leur voix cet après-midi et c'est maintenant un test et un choix à faire pour le gouvernement d'appuyer les Québécois à travers cette motion.

M. Lisée : Et nous, franchement, on ne peut pas croire qu'il n'y a pas un seul député libéral qui ne soit pas en accord avec 93 % de la population. Alors, si M. Couillard et M. Leitão tiennent à se faire les porte-voix et les défenseurs du 1 % du 1 %, qu'ils donnent donc le vote libre aux membres de leur caucus pour voir combien sont d'accord avec eux.

Le Modérateur : Merci, MM. Lisée et Bérubé. On va y aller avec les questions, mais, à savoir, une question, une sous-question. On va y aller avec le micro de droite, M. Salvet, Le Soleil.

M. Salvet (Jean-Marc) : Bonjour, messieurs. Au-delà du cas de Bombardier, est-ce que vous pensez que tous les dirigeants d'entreprises recevant des aides de l'État en argent, en tarifs préférentiels d'Hydro-Québec, devraient voir leur rémunération limitée d'une façon quelconque à partir du moment où il y a de l'argent public qui nourrit toutes ces entreprises?

M. Lisée : Écoutez, les Québécois, cette semaine, s'inscrivent dans un mouvement mondial de ras-le-bol contre les rémunérations scandaleuses des hauts dirigeants d'entreprises. On est tous d'accord que, si on s'appelle Jean Coutu puis qu'on crée une pharmacie puis ensuite une grande chaîne de pharmacies puis on devient milliardaire grâce à son propre travail, c'est parfait. Il paiera des impôts sur son revenu. Mais lorsqu'on est des hauts dirigeants d'entreprises qui n'ont pas créé l'entreprise, qui sont interchangeables, qui passent d'un C.A. à un autre, d'une entreprise à une autre, on est des genres de super spécialistes de la gestion d'entreprise, et donc, des salaires de plusieurs millions, plusieurs dizaines de millions, la planète entière voit que c'est insoutenable.

Alors là, on a un cas précis où la colère est d'autant plus forte que Bombardier existe grâce à la volonté politique des gouvernements québécois successifs et grâce, bien sûr, au talent de ses artisans et de ses dirigeants successifs. Mais là, au moment où on leur a sauvé la peau et au moment où ils ont mis à pied des gens, c'est sûr qu'ils ont dépassé toutes les bornes. Et pour répondre à votre question, moi, je pense qu'il faut avoir, au Québec comme ailleurs, une discussion publique pour dénormaliser ces salaires fous pour les hauts dirigeants d'entreprises. En ce moment, ils les ont normalisés. Il faut les dénormaliser.

M. Salvet (Jean-Marc) : Au-delà de Bombardier, donc.

M. Lisée : Au-delà de Bombardier. Il faut, ici comme ailleurs, qu'il y ait une discussion publique solide sur ces écarts qui sont inacceptables, qui étaient inacceptables avant, mais qui le deviennent encore plus. Bombardier est un peu le canari dans la mine pour l'ensemble d'un phénomène.

M. Salvet (Jean-Marc) : ...discussion publique dès lors qu'il y a de l'argent de l'État ou au-delà même?

M. Lisée : Au-delà même de l'argent de l'État. Vous savez, les dirigeants de grandes entreprises multinationales, dans les années 50 et 60, étaient aussi compétents que les dirigeants d'aujourd'hui, mais leur rémunération était 50 fois moindre. Alors, il y a un départ, là, de la réalité qui s'est produit depuis une trentaine d'années, qui n'a aucune raison économique, sinon que l'appât du gain combiné de gens qui se donnent entre eux des augmentations de salaire.

Le Modérateur : Merci. M. Boivin.

M. Boivin (Simon) : M. Lisée, est-ce que vous pensez que Pierre Beaudoin et Alain Bellemare, au premier chef, ont manqué de jugement au moment d'établir cette politique de rémunération là qui soulève, comme vous le savez, un tollé depuis presque une semaine?

M. Lisée : Un manque de jugement total, à 100 %, au moment où, bien sûr, ils essaient de redresser une entreprise dont on est fiers. On est fiers de Bombardier, et c'est pour ça qu'on est si choqués. On serait moins choqués si c'était une entreprise étrangère qui a quelques filiales ici, mais Bombardier, c'est une partie de nous qui est en train d'agir d'une façon qui nous répugne. Alors, oui, Pierre Beaudoin, Alain Bellemare, les autres sur le conseil d'administration, Jean Monty, auraient dû se rendre compte que ça ne passerait pas, que c'était indécent et qu'il ne fallait pas faire ça.

M. Boivin (Simon) : Compte tenu de ce que vous me dites, est-ce que ces messieurs-là peuvent demeurer en poste? Est-ce que Pierre Beaudoin... Il y a un appel ce matin, en éditorial dans Le Devoir, à ce qu'il quitte. Pensez-vous que M. Beaudoin et M. Bellemare devraient quitter?

M. Lisée : Je ne dis pas ça, moi. Je dis qu'ils devraient revenir à la raison. M. Beaudoin a déjà posé un geste. Le reste du conseil d'administration doit poser ce geste. Ce qu'on demande, c'est qu'ils renoncent à l'ensemble de leurs augmentations de salaire et qu'ils fassent le travail pour lequel ils sont déjà remarquablement bien payés, c'est-à-dire de redresser cette entreprise importante du Québec.

M. Laforest (Alain) : Qu'est-ce que vous pensez du fait que M. Daniel Johnson, l'ancien premier ministre, ancien responsable du comité de transition du premier ministre, se ramasse président du conseil d'administration du C.A. de la CSeries?

M. Lisée : Bien, je pense que M. Johnson fait partie du problème. Je veux dire, lui-même, il est dans cet esprit qu'il n'y a pas de limite à la rémunération, à la retraite, aux achats d'actions, achats de... options d'achat. Il est dans cette dynamique du 1 % du 1 %, et on sait qu'il est un conseiller très proche de M. Couillard. Alors, quand M. Couillard se fait le défenseur du 1 % du 1 %, il est conseillé par Daniel Johnson. Alors, ça fait partie... Je ne dis pas que M. Johnson est compétent ou incompétent, je dis qu'il fait partie de ce problème systémique de hauts dirigeants d'entreprises qui pensent que c'est le bar ouvert et qu'il n'y a pas de limite à la rémunération qu'ils peuvent encaisser.

M. Laforest (Alain) : En 2015, on a beaucoup critiqué le fait, lorsque le gouvernement du Québec a décidé d'investir 1,3 milliard dans la CSeries, en disant qu'on faisait mal à l'entreprise. Est-ce que vous croyez qu'actuellement — ça fait six jours qu'on en parle — on ne risque pas de faire mal à Bombardier, encore une fois?

M. Lisée : Bien, je pense que le conseil d'administration de Bombardier, lorsqu'il a manqué de jugement en augmentant de 50 % la rémunération d'une entreprise qui, en ce moment, ne fait pas de profits, s'est fait très mal, et chaque jour qui passe de plus est mauvais pour la réputation de Bombardier. Ils auraient dû, des le premier jour, se rendre compte… bien, ne pas prendre cette décision scandaleuse, immédiatement revenir à la raison, puis le problème qu'on a eu, c'est que M. Philippe Couillard les appelé seulement dimanche pour leur dire qu'il était satisfait du report d'un an. Le premier ministre les a mal conseillés. Daniel Johnson a mal conseillé le premier ministre, qui a mal conseillé Bombardier. Il me semble que si le premier ministre… si moi, j'avais été premier ministre dans cette situation-là, dans les 24 heures j'aurais bien vu le tort que Bombardier était en train de se causer à elle-même et j'aurais demandé une annulation de cette décision immédiate. Mais non, M. Couillard a fait en sorte que l'hémorragie se poursuive, et aujourd'hui, avec l'Assemblée nationale, tous les partis d'opposition, nos amis de Québec solidaire, nos amis de la CAQ, on va essayer de faire entendre raison au premier ministre pour qu'il donne ce conseil à Bombardier.

M. Laforest (Alain) : Si les libéraux refusent aujourd'hui cette motion-là, ça veut dire que ça va se poursuivre, là. Ça va se poursuivre demain, ça va se poursuivre tant que la hausse ne sera pas annulée.

M. Lisée : On va faire une nouvelle tentative demain. On va poser des questions au premier ministre, il y a des pétitions qui sont en cours. La seule solution, pour le bien de Bombardier, une entreprise à laquelle on tient énormément, c'est qu'ils renoncent, dès que possible, à ces augmentations.

Le Modérateur : Merci. M. Croteau.

M. Croteau (Martin) : Bonjour, M. Lisée. Bonjour, M. Bérubé. Que pensez-vous du comportement de Denis Coderre qui a accepté un chèque de 25 000 $ de l'homme d'affaires Jean Rizzuto avant de faire son saut en politique municipale et qui ne l'a pas déclaré?

M. Lisée : Bien, je pense qu'il n'aurait pas dû accepter le chèque puis qu'il aurait dû le déclarer.

M. Croteau (Martin) : Quelle réponse attendez-vous de la part du gouvernement dans ça? Puisque les municipalités sont une créature du gouvernement, est-ce que ça appelle une réponse du gouvernement Couillard, selon vous?

M. Lisée : Écoutez, c'est quelque chose qu'il a fait lorsqu'il était député fédéral. Des recours ont été demandés, comme vous savez, hier. Il semble que les délais… Bon, alors, moi, comme élu, comme élu montréalais, je dis à notre ami Denis Coderre : Écoutez, vous avez fait une erreur, vous auriez dû le refuser ou le déclarer.

Maintenant, une fois qu'on a dit ça, Denis Coderre sera jugé sur l'ensemble de son bilan. Il y a une colonne positive, il y a une colonne négative. Alors, au-delà de ça…

M. Croteau (Martin) : …hausser les épaules et dire : Bien, qu'est-ce que tu veux, il n'y a pas de... Il ne devrait pas y avoir des conséquences pour M. Coderre, selon vous?

M. Lisée : Vous savez, la réputation d'un homme politique, ça fait partie de la conséquence importante dans la suite de sa carrière. S'il y a des recours légaux, qu'ils soient pris par les autorités qui sont compétentes. Ce n'est pas mon cas.

Le Modérateur : Merci. M. Bellerose, s'il vous plaît.

M. Croteau (Martin) : ...réputation en faisant ça?

M. Lisée : Je pense qu'il en est conscient.

Le Modérateur : M. Bellerose, micro...

M. Bellerose (Patrick) : Bonjour, M. Lisée. Que pensez-vous de l'arrivée de Jean-François Lessard dans la course au porte-parolat de Québec solidaire, qui se présente comme le candidat de la convergence?

M. Lisée : Il y a toujours des rebondissements en politique québécoise, on ne s'ennuie jamais. Alors, bien, c'est un débat à l'intérieur de Québec solidaire. M. Lessard est aussi candidat au poste de co-porte-parole. Alors, moi, je trouve que les débats sont toujours sains. Donc, c'est aux militants de Québec solidaire de regarder les arguments des uns et des autres. Ça va être intéressant.

M. Bellerose (Patrick) : Espérez-vous que ça va influencer d'autres candidats, comme M. Nadeau-Dubois, à s'ouvrir à l'idée de la convergence?

M. Lisée : Moi, j'essaie de ne pas m'ingérer dans les affaires internes des autres partis.

Le Modérateur : Merci. Une dernière, s'il vous plaît.

M. Bellerose (Patrick) : ...en fin de semaine, il semble que...

Une voix : ...

M. Bellerose (Patrick) : Il semble que la convergence vous aiderait à prendre le pouvoir. Il semble que c'est impossible pour vous de prendre le pouvoir sans la convergence. Est-ce que c'est la lecture que vous en faites aussi en voyant le sondage ce week-end?

M. Lisée : Nous sommes à 17 mois de l'élection. Et, comme vous savez, les sondages qui sont tenus à trois semaines de l'élection sont souvent un mauvais indicateur de ce qui va se passer le jour de l'élection parce qu'on est maintenant dans une situation où 10 % à 15 % de l'électorat prend sa décision dans les 24 dernières heures. Alors, tenter de tirer des conclusions avec un sondage de cette semaine est une situation hasardeuse à laquelle je ne me prêterai pas.

Le Modérateur : Merci. Il y en a une dernière en français, s'il vous plaît, M. Lecavalier. Il y a (panne de son) qui attend son tour.

M. Lecavalier (Charles) : Bonjour, M. Lisée.

M. Lisée : Tu veux parler des routes?

M. Lecavalier (Charles) : En deuxième. J'ai une première question sur Bombardier. Le gouvernement du Québec a, depuis longtemps, été très généreux avec la famille Beaudoin-Bombardier. Votre gouvernement leur a déjà, d'ailleurs, payé une cimenterie.

Est-ce que c'est normal que le président d'un conseil d'administration soit payé plusieurs millions de dollars par année pour organiser, quoi, 12 réunions? Est-ce que ce n'est pas là le privilège d'une famille qui décide de se verser un salaire non mérité?

M. Lisée : C'est clairement excessif. C'est clairement excessif. Ça fait partie de cette culture de l'excès, et je pense que Michel Nadeau et Yvan Allaire de l'institut sur la gouvernance ont aussi mis le doigt là-dessus. C'est excessif.

M. Lecavalier (Charles) : Qu'est-ce que ça vous dit sur cette famille?

M. Lisée : Bien, écoutez, c'est une famille qui a contribué de façon importante au développement économique du Québec avec l'appui de l'État québécois. Vous savez que c'est Jean Drapeau qui les a convaincus d'aller dans le matériel roulant en leur disant : Prenez donc le contrat du métro, hein? Vous savez que c'est aussi les pouvoirs publics qui les ont aidés à s'inscrire dans l'aérospatiale.

Alors, c'est une co-construction de la volonté politique québécoise et de la famille Beaudoin qu'il y a cette entreprise maintenant internationale, qui est un fleuron. Et, parce que c'est une co-construction, elle devrait s'astreindre à des règles de décence plus grandes que les autres compagnies.

Le Modérateur : Une dernière…

M. Lecavalier (Charles) : Oui. Sur les routes, comment est-ce qu'on peut expliquer que l'état des routes est toujours de pire en pire, malgré les investissements qui sont quand même assez importants?

M. Lisée : Moi, j'ai vu votre papier ce matin, j'ai vu le bilan et je suis catastrophé. C'est insoutenable qu'on doive constamment refaire l'asphalte sur toutes les routes dans des périodes de cinq à 10 ans. C'est insoutenable. On ne peut pas continuer comme ça pendant 50 ans, pendant 100 ans. Il faut trouver d'autres solutions. Est-ce que c'est moins de poids lourds sur les routes? Plus de transport en commun? Modifier la composition de l'asphalte et du ciment? Ça ne se peut pas que ce soit comme ça qu'on va faire les choses pour l'avenir prévisible.

Alors, écoutez, on a une des sociétés les plus créatives, on a des ingénieurs, on a un institut qui s'occupe du béton, etc. Comment ça se fait qu'on n'arrive pas à trouver des manières, dans un pays nordique, où le gel, dégel va augmenter avec le réchauffement climatique, à ne pas réduire les coûts, augmenter la durabilité? Moi, je pense que c'est une des tâches que nous avons collectivement. Pour l'instant, nous avons failli à cette tâche de trouver de meilleures manières, et il faut s'y attaquer avec urgence. Alors, oui, ce qui est décrit aujourd'hui, là, ce n'est pas soutenable. Il faut se poser l'ensemble de ces questions-là.

Le Modérateur : Merci. On va en anglais. M. Hicks.

M. Hicks (Ryan) : Do you think we've reached a point in society where, when this kind of news comes to light, it's really… it's no longer acceptable? Are we at a tipping point here?

M. Lisée : I hope we're at a tipping point. I hope that, in Québec and in the rest of the world, these excesses that have been going on for decades are now seen as completely unacceptable. There's a worldwide phenomenon of trying to rein in these ridiculous remuneration levels. The Bombardier case is worse than others because Quebeckers have invested in it and feel that it's part of Québec, so it shouldn't make us look bad, it should not be this indecent in remunerations.

So I think we have to have here, in Québec, a discussion about inequality of revenue in the private sector and in the public sector. We have made proposals, at the Parti québécois, in that sense. I welcome this discussion. I think these excessive remunerations, in banking, for instance, in corporatives as well, have become the norm. They should be denormalized by public debate and by some government action, and we should really look into this. Clearly, M. Couillard is a proponent of the 1% of the 1%. I mean, he works for them. So when we come to power next year, we will work for 100% of the population and we'll have this discussion.

M. Hicks (Ryan) : Do you worry on the flip side, being devil's advocate, that all of this political discussion around Bombardier sends a negative signal to other companies that may want to invest in Québec but they're going to say now: Oh! maybe not because the politician are going to get involved?

M. Lisée : Well, I think other companies know that their own shareholders elsewhere in the world are having these discussions as we speak. So they don't feel that Québec is an outlier. And also the difference between Bombardier and, let's say, IBM, who invests here, is that we didn't invest a billion dollars of Québec money in IBM. If we did, then we could have this discussion about the remuneration. But we did for Bombardier, so I think just an average businessman would understand the difference. Maybe M. Couillard doesn't.

Le Modérateur : Merci. Mme Fletcher, micro de droite.

Mme Fletcher (Raquel) : Good morning. Can you just tell us what your motion is this afternoon?

M. Lisée : Well, our motion wants simply to convey to the Premier what all other members of the Assembly and 93% of Quebeckers think. It's that the Premier should pick up the phone, call Bombardier and ask for the cancellation of the remuneration hikes. Simply, it's what he should have done last Wednesday, last Thursday, Friday, Saturday, Sunday, yesterday. He should do it today for the good of Bombardier itself and because this is scandalous and should not hold.

Mme Fletcher (Raquel) : Why do you think that he… Well, you can speculate on why he didn't to that but do you think that he should have to do that? Are you putting more blame on him or the company's executives?

M. Lisée : I think Mr. Couillard and Bombardier share the responsibility. I mean, Bombardier showed a disregard for Quebeckers, thinking that this would be acceptable. And then Mr. Couillard, by not intervening… and then, on Sunday, he called to say that he was satisfied with just pushing back for one year some of these amounts, cautioned these scandalous hikes.

So Mr. Couillard has a responsibility. He's supposed to represent not the 1% of the 1%, but all Quebeckers, and he's not doing this now. So we're trying to pressure him into knowing what his role is. Merci.

(Fin à 11 h 39)

Participants


Document(s) Related