National Assembly of Québec - Return to homepage

National Assembly of Québec - Return to homepage

To use the Calendar, Javascript must be activated in your browser.
For more information

Home > News and Press Room > Press Conferences and Scrums > Point de presse de M. Jean-François Lisée, chef de l’opposition officielle

Advanced search in the News and Press Room section

Start date must precede end date.

Point de presse de M. Jean-François Lisée, chef de l’opposition officielle

Version finale

Thursday, April 13, 2017, 8 h

Hall principal de l'hôtel du Parlement, hôtel du Parlement

(Huit heures une minute)

M. Lisée : Écoutez, ce matin, on a des traces de l'incompétence économique du gouvernement Couillard pour défendre les entreprises québécoises, défendre les emplois québécois et défendre correctement les dossiers. Bien, d'abord, hier, Alain Therrien et Nicolas Marceau sont revenus à la charge avec l'évidence que les dirigeants de Bombardier touchent des bonis pour 2016, contrairement à ce que Mme Anglade dit. Et finalement, en fin de journée, grâce à votre travail de journaliste, bien, il y a un conseiller de Mme Anglade, qui a admis que, oui, les dirigeants de Bombardier vont recevoir une hausse de leur rémunération dès 2016, contrairement à ce que la ministre a dit en Chambre et contrairement à ce qu'elle a dit dimanche soir à Tout le monde en parle.

Alors donc, c'est une admission, là, devant plus d'un million de Québécois dimanche soir, la ministre responsable de l'Économie a désinformé les Québécois. Elle leur a dit qu'il n'y aura pas de boni versé tant et aussi longtemps que les Québécois ne feront pas de profit par rapport à l'investissement qui a été fait dans la série C. C'est faux. Nous demandons à Mme Anglade d'avoir la décence de se présenter devant vos caméras et d'admettre qu'elle a désinformé plus d'un million de Québécois dimanche soir dernier. Il y a un moment où la vérité a ses droits, et, dans un débat, elle a le droit, Mme Anglade, d'être favorable à l'augmentation de la rémunération des gens de Bombardier, mais elle n'a pas le droit de tromper les Québécois quand c'est sa responsabilité.

Deuxième responsabilité, bien, c'est RONA. M. Daoust, M. Couillard, Mme Anglade ont défendu la transaction, la vente de ce fleuron québécois, de ce siège social stratégique en disant qu'il n'y aurait pas d'impact négatif sur les fournisseurs. Bien, ce matin, l'association des détaillants en quincaillerie a rendu public un sondage montrant que, pour la moitié des fournisseurs de RONA, il y a une baisse de ventes à RONA-Lowe's. La moitié a un impact négatif, et ils se plaignent que c'est très difficile maintenant d'entrer dans le réseau de RONA, que les dirigeants américains ne répondent pas puis que les dirigeants canadiens semblent avoir très peu de pouvoir dans la décision parce qu'ils sont liés à leurs fournisseurs américains.

Donc, la décision du gouvernement libéral de laisser partir RONA affaiblit l'économie québécoise dans toutes les régions du Québec. La prétention de Mme Anglade puis de M. Couillard que ça allait bien aller, qu'ils avaient des programmes de soutien, qu'il y aurait une bonne transition, c'est aussi de la désinformation.

Et troisièmement, bien, il y a un autre siège social qui risque de partir, c'est la chaîne Uniprix qui discute d'une demande d'achat de McKesson, géant américain dont la réputation n'est pas sans tache. Et le président et chef de la direction d'Uniprix, Philippe Duval, qui est un ancien président de la SAQ, a très bonne réputation. Il dit : La réforme de la santé de M. Barrette a accéléré notre réflexion et nous nous sommes demandé quelle était la meilleure option, dans le contexte réglementaire actuel, pour assurer la croissance de l'enseigne. Bien, il dit : Oui, les réformes Barrette nous ont poussés à accepter une offre d'achat d'une grande compagnie américaine parce que nos marges de profits ont été trop réduites par le gouvernement Couillard.

Alors, ici, là, trois dossiers importants, dossiers structurants pour le Québec où le gouvernement Couillard a mal géré, mal informé et produit des effets négatifs pour l'emploi et l'économie.

Le Modérateur : Merci, M. Lisée. On va y aller au micro de gauche, M. Boivin, Cogeco. Merci d'avoir une question, une sous-question, messieurs, dames.

M. Boivin (Mathieu) : On prend pour acquis qu'on pourra vous reparler de marijuana cet après-midi après le dépôt du projet de loi fédéral. Projet de loi qui est attendu ce matin aussi sur les chiens dangereux, il y a un certain nombre de détails qui ont filtré jusqu'à maintenant. Est-ce que ça vous semble un bon équilibre, un bon compromis?

M. Lisée : On va en prendre connaissance, d'abord, et on vous reviendra dans la journée. C'est sûr qu'il faut un point d'équilibre, mais le statu quo est intenable. Alors, est-ce que le projet de loi protège suffisamment les citoyens québécois, les gens qui marchent dans la rue, etc.? Pour l'instant, on va attendre de lire le projet.

M. Boivin (Mathieu) : Réaction préliminaire à ce qui est apparu ce matin dans les nouvelles, un affaissement de l'autoroute 25 relativement important. Les images sont saisissantes. Est-ce que ça vous inspire des commentaires?

M. Lisée : Écoutez, encore là, on va attendre de voir quelles sont les causes de cet affaissement. Est-ce qu'il y avait des signes avant-coureurs? Est-ce que les inspecteurs du MTQ avaient, comme ils doivent le faire régulièrement, vus s'il y avait des raisons de penser que ça demandait une réfection supplémentaire? Il est trop tôt, là, pour poser un jugement.

Le Modérateur : Merci. M. Laforest.

M. Laforest (Alain) : Je vais y aller tout de suite sur la marijuana, si vous me le permettez, M. Lisée. Le Conseil du patronat, hier, Yves-Thomas Dorval qui, dans le passé, a été porte-parole pour l'industrie du tabac, alors qu'il y a eu énormément de poursuites qui se sont abattues sur l'industrie, a clairement dit hier que le gouvernement, les gouvernements, ne devaient pas faire la production, la vente, la distribution des produits de marijuana, compte tenu des risques de poursuites qui'il pourrait y avoir dans 30, 40 ans. Qu'est-ce que ça vous inspire, ça?

M. Lisée : Bien, l'argument est légitime, mais aussi, il vient de quelqu'un qui veut que le privé s'occupe de la majorité des choses dans la société. Alors, il faut prendre l'argument au mérite puis il faut voir aussi qui propose que le gouvernement ne soit pas présent là-dedans.

Cela dit, c'est exactement le genre de discussion qu'une commission parlementaire ouverte devrait avoir, hein? Le Conseil du patronat devrait venir, la Santé publique devrait venir, la Sécurité publique devrait venir, les agriculteurs devraient venir et nous dire, chacun, leur position et que les parlementaires, ainsi éclairés par les experts, les acteurs, recommandent au gouvernement une voie à suivre. Et le premier ministre hier a dit clairement : Non, nous ne voulons pas ouvrir la discussion sur la mise en oeuvre, de façon large, et ensuite agir. Il dit : Non, non, le gouvernement va prendre sa décision, va déposer un projet de loi, puis ensuite on discutera de l'orientation du gouvernement.

Je trouve que c'est une façon de réduire le débat. C'est une façon de nous mettre dans un entonnoir, et d'autant, comme je l'ai dit hier, comme on ne peut même pas avoir un vote ici sur le principe de la légalisation, est-ce qu'on peut au moins avoir une discussion ouverte sur sa mise en oeuvre, qui nous préoccupe énormément, et entendre ces différentes idées là?

M. Laforest (Alain) : Donc, vous avez clairement senti hier que le premier ministre fermait la porte à une consultation avant le dépôt du projet de loi.

M. Lisée : Exact. C'est très clair, il a dit : Il y aura des projets de loi, il y aura des consultations. Alors, je dis : Non, non, il ne me comprend pas, là. Je voudrais que ça soit une consultation ouverte. De toute façon, dans une commission parlementaire, les libéraux sont majoritaires.

Alors, quel est le risque, hein? Moi, je sais qu'il y a des... je suppose qu'il y a des conseillers du premier ministre qui disent : Vous savez, un de vos problèmes dans l'opinion publique, c'est que les gens vous trouvent fermé, arrogant, vous savez toujours tout, vous jugez tout le monde. Ça serait peut-être une bonne idée, une fois de temps en temps, d'accepter une suggestion, d'être ouvert et à l'écoute plutôt que d'avoir la vérité infuse. Et ça, c'était une bonne occasion. Ça ne coûtait rien, ça aurait été de l'ouverture, puis de toute façon, à la fin, le gouvernement va écrire le projet de loi.

Alors, pourquoi est-ce que le premier ministre refuse toujours, lorsque l'opposition tend la main, offre quelque chose d'ouvert, de bipartisan, de transpartisan? Hier, il a manqué une très belle occasion d'être à la hauteur de son poste de premier ministre.

Le Modérateur : Merci. M. Vigneault, Radio-Canada.

M. Laforest (Alain) : ...un peu ce qu'on vous reprochait, M. Lisée, un peu au début?

Le Modérateur : On va y aller avec M. Vigneault après.

M. Lisée : Seulement au début.

Le Modérateur : M. Vigneault, Radio-Canada.

M. Vigneault (Nicolas) : Comptez-vous revenir à la charge avec demande-là et de quelle façon? Bien là, évidemment, le gouvernement est complètement fermé.

M. Lisée : Bien, il est fermé. Le gouvernement est fermé. Écoutez, la même chose, là, sur RONA, on lui avait dit de ne pas faire ça, il l'a fait, c'est une mauvaise idée. Sur Bombardier, on lui a dit de demander le retrait des augmentations, il ne l'a pas fait, là, il est pris dans un problème de désinformation.

La meilleure solution, c'est qu'il ne forme plus le gouvernement le 1er octobre 2018. Entre-temps, on essaie de limiter les dégâts, mais notre pouvoir est limité.

M. Vigneault (Nicolas) : Est-ce que c'est une bonne chose de mettre sur pied un comité interministériel, avec l'Ontario notamment, sur ces questions-là?

M. Lisée : Oui, bien sûr que c'est une bonne chose. Je veux dire, là-dessus, comme dans la contrebande du tabac, dans tout ce qui a un impact sur les mouvements frontaliers, bien sûr que c'est une bonne chose.

Le Modérateur : Merci. M. Lecavalier, micro de droite.

M. Lecavalier (Charles) : Bonjour, M. Lisée. Sur Uniprix, si je comprends bien, vous souhaitez que l'État, par les salaires qu'il verse aux pharmaciens ou par le prix des médicaments, qu'il augmente les marges bénéficiaires d'Uniprix pour qu'il reste au Québec?

M. Lisée : Maintenant, il y a une entente qui a été conclue hier, après trois ans d'acharnement de Gaétan Barrette sur les pharmaciens, qu'il y a eu des impacts sur les heures d'ouverture, la fermeture de certaines pharmacies, les marges bénéficiaires, l'absence de prévisibilité dans tout l'écosystème pharmaceutique, que ce soit les pharmaciens, les producteurs, les innovateurs, les génériques, crée cette incertitude, fait en sorte qu'il y a moins d'investissements et moins de marge dans tout l'écosystème.

M. Barrette a un impact négatif sur la croissance de tout le secteur pharmaceutique. Et là, même s'il y a eu une entente hier soir qui a été conclue, c'est clair que, pour Uniprix, il disait : Bien, si on ne vend pas, on aura moins de croissance, ça fait qu'on cherche un acheteur. Je pense que c'est trop tard.

M. Lecavalier (Charles) : Qu'est-ce que vous pensez de ces animateurs de radio de Québec qui vont s'allier entre eux pour s'opposer au SRB?

M. Lisée : Moi, je suis pour la liberté d'expression.

M. Lecavalier (Charles) : Est-ce que vous trouvez que c'est original? Ça semble être, à première vue, du jamais-vu.

M. Lisée : Écoutez, moi, je n'ai pas de conseil ou d'avis à donner à des gens qui exercent leur liberté d'expression, seul ou en groupe.

Le Modérateur : Merci. M. Boivin, micro de gauche.

M. Boivin (Simon) : Bonjour, M. Lisée. Aujourd'hui, c'est la dernière journée où on vous voit avant la fête de Pâques.

M. Lisée : Oui. Vous avez l'air inquiet.

Des voix : Ha, ha, ha!

M. Boivin (Simon) : Pendant la course à la chefferie, vous aviez reproché à Alexandre Cloutier d'avoir souligné une fête musulmane. Vous avez dit vous-même qu'un politicien québécois, à votre avis, ne devait souligner que deux fêtes, les fêtes catholiques, Pâques et Noël. À la fin de la course, vous avez aussi dit que vous alliez recentrer votre discours maintenant que vous étiez chef du Parti québécois.

Je me demandais si, sur cet enjeu-là, vous avez évolué dans votre pensée ou si, selon vous, un politicien québécois ne devrait souligner toujours que Pâques et Noël?

M. Lisée : Non. Je pense que vous avez mal lu. Ce que j'ai dit à l'époque, c'est que je n'avais aucune difficulté à ce qu'un politicien souligne des fêtes religieuses, mais, s'il le faisait, qu'est-ce qu'il faisait avec les athés? C'était la question que je posais et que moi, mon choix à moi, sans condamner les choix des autres, mon choix à moi, c'était de souligner, pour ce qui est de la diversité en général, plutôt des fêtes non religieuses. Je veux parler à la diversité non à travers leurs religions mais à travers leurs cultures, et donc, si vous avez suivi mon fil Twitter depuis que je suis chef, le Nouvel An chinois, le Nouvel An vietnamien, les fêtes nationales, les événements culturels, donc les événements qui rassemblent autour d'éléments qui ne sont pas divisifs comme la religion.

Je pense que la religion divise, la culture unit, et donc la diversité québécoise n'est pas définie par sa religion, elle est définie par beaucoup plus que ça; une des choses qu'on reproche au cours Éthique et culture religieuse, qui définit la diversité seulement à travers leurs religions, alors que, comme pour les francophones d'origine catholique, la majorité des membres de la diversité ne sont pas pratiquants, y compris les musulmans. L'immense majorité des musulmans au Québec ne sont pas pratiquants.

Alors donc, ce qui est dans notre calendrier civil, qui vient du calendrier romain, c'est-à-dire Noël et Pâques, je le souligne bien sûr, mais je souligne aussi les autres événements marquants de la vie civile du calendrier civil des autres communautés, comme ces nouvelles années.

M. Boivin (Simon) : Donc, c'est parce que ce sont des fêtes du calendrier civil, non pas des fêtes religieuses, que vous le faites. C'est ce que vous dites.

M. Lisée : Exact. Et comme vous le savez parce que vous avez une grande culture, la chrétienté a récupéré, avec Noël et Pâques, des fêtes païennes qui lui préexistaient.

M. Laforest (Alain) : Comme la fête du Canada…

Le Modérateur : D'autres en français? Sinon, on va y aller en anglais, s'il y a des questions.

M. Lisée : Et j'avais souhaité bonne fête du Canada l'an dernier, en français et en anglais, et je le referai cette année.

Le Modérateur : Merci. Mme Johnson.

Mme Johnson (Maya) : Good morning, Mr. Lisée. I know that you will give more commentary once the legislation on dangerous dogs is tabled, but for the time being, what can you say about what kind of balance you hope will be achieved with this bill?

M. Lisée : Well, our first concern is for the security of just people on the street that should not be fearful of being attacked by a dog. And that's the key. The whole thing should focus on that : how to protect the tranquility of people walking in the street, in parks, in neighborhoods.

How this is achieved? By softening the blow on owners of dogs, that's what we'll see in the bill.

Le Modérateur : Merci beaucoup.

M. Lisée : Je vous remercie.

(Fin à 8 h 15)

Participants


Document(s) Related