National Assembly of Québec - Return to homepage

National Assembly of Québec - Return to homepage

To use the Calendar, Javascript must be activated in your browser.
For more information

Home > News and Press Room > Press Conferences and Scrums > Point de presse de M. François Paradis, porte-parole du deuxième groupe d’opposition en matière de santé et de services sociaux

Advanced search in the News and Press Room section

Start date must precede end date.

Point de presse de M. François Paradis, porte-parole du deuxième groupe d’opposition en matière de santé et de services sociaux

Version finale

Thursday, April 27, 2017, 9 h

Salle Bernard-Lalonde (1.131), hôtel du Parlement

(Neuf heures une minute)

M. Paradis (Lévis) : Bien, merci d'être là ce matin parce qu'on a l'occasion à ce moment-ci de se parler d'une histoire touchante, et c'est celles-là qui sont particulièrement importantes, parce qu'à mes côtés... je suis fier et j'ai le privilège d'être en compagnie de M. Robert Rathier. M. Rathier, c'est le père de Charles-Olivier. Charles-Olivier, un jeune de 26 ans, un jeune de 26 ans qui vit en centre d'hébergement et de soins de longue durée, puis ce n'est pas sa place. L'histoire est relativement simple, hein, c'est celle-là. M. Rathier qui, aujourd'hui dans une ultime démarche... parce que ça fait trois ans qu'il se bat pour que son fils puisse retrouver l'endroit qui lui ressemble. Et c'est important, ce qu'on dit là parce qu'on parle souvent de milieu de vie et de qualité de vie.

Pour Charles-Olivier, handicapé de 26 ans, sa place n'est pas dans un centre d'hébergement et de soins de longue durée. Nonobstant l'effort des préposés, tous conviennent que Charles-Olivier devrait être dans une ressource intermédiaire. Là est sa vraie place. Tellement vrai qu'à travers les démarches de M. Rathier au fil des années, puis Dieu sait qu'il a suivi la filière, des gens ont confirmé sa vision des choses. Fonctionnaires, sous-ministre ont confirmé et ont dit : Ça n'a pas de sens. Ça ne fait pas sens que Charles-Olivier soit dans un établissement où il n'a pas sa place, où il ne devrait pas être là. Puis il n'est pas le seul, Charles-Olivier. Charles-Olivier, à travers Robert, bien c'est aussi le lot de milliers de personnes. On dit qu'il y en a plus de 3 000 qui sont âgés de moins de 65 ans qui vivent en CHSLD et dont la condition médicale ne le réclame pas.

Alors, je vais laisser, évidemment, M. Rathier, qui, aujourd'hui, est là pour une simple et bonne raison. D'abord pour rappeler encore une fois, puis je dis encore une fois, puis encore une fois, et encore une fois, que Charles-Olivier, là, il devrait y avoir un règlement dans son cas. On devrait faire en sorte que Charles-Olivier ait une vie où il est toujours en mesure, malgré son handicap, de s'épanouir, ce qui n'est pas le cas présentement.

M. Rathier est ici aujourd'hui pour demander une rencontre avec le ministre de la Santé, que j'ai sensibilisé au dossier il y a déjà deux mois de ça. On l'a fait par une question, on l'a fait privément également, et je sais le ministre à être sensible à ces questions-là. Bien, aujourd'hui, c'est le temps de régler parce que ça traîne depuis 2014. Et, pendant ce temps-là, le temps passe, puis le temps, il est précieux dans la vie de Charles-Olivier et dans la vie de ses parents.

Alors, c'est un combat presque sans fin, et j'ose espérer que le règlement viendra aujourd'hui, qu'aujourd'hui on pourra dire : Bien, M. Rathier, vous aurez réussi ce que vous faites pour votre fils parce que je sais que ça vous habite depuis longtemps.

Et, au surplus, bien, écoutez, je pense qu'aujourd'hui, bien c'est peut-être, ensemble, une conclusion heureuse que l'on pourrait souhaiter et annoncer, mais on continuera, encore aujourd'hui, dans cette ultime démarche, à faire ce combat-là au nom de Charles-Olivier, au nom de ceux et celles qui voudraient avoir des places spécifiques dans des établissements qui leur ressemblent, dans lesquels ils devraient se retrouver. Je laisse la parole à M. Rathier et je vous reparle tout de suite après. M. Rathier, vous êtes habitué, hein? Ça fait trois ans. Je vous laisse aller.

M. Rathier (Robert) : Ça fait trois ans que je me bats pour mon fils Charles-Olivier, qui est dans un CHSLD à Brossard. Charles-Olivier, ce n'est pas sa place dans un CHSLD. Sa place, c'est dans une ressource intermédiaire familiale, qu'on appelle. Présentement, Charles-Olivier, au CHSLD, il y a des activités, mais qu'il ne peut pas faire comme qu'étant dans une résidence RTF : aller à terre, jouer, se promener. Les trois quarts du temps, Charles-Olivier, c'est dans sa chaise roulante qu'il est. Ça fait que Charles-Olivier devrait être dans une résidence RTF, et je souhaite de tout coeur que le ministre Barrette va comprendre cette situation-là. Merci.

M. Paradis (Lévis) : Le message, il est clair, il n'est pas très compliqué, mais, à travers les propos de M. Rathier, parce que c'est un combat qu'il continue à mener... Ça l'habite tous les jours. Tout à l'heure, je disais : Vous avez une aisance, hein, M. Rathier? Bien oui, mais c'est parce qu'il en parle tous les jours parce que sa vie de papa, c'est de faire en sorte que son fils soit à la bonne place, au bon endroit pour continuer, dans ces conditions, à s'épanouir et à avancer. Ce n'est pas le cas présentement.

Alors, évidemment, bien, vous le savez, hein, et je le répète : J'ose espérer que le ministre acceptera de rencontrer M. Rathier. Ce serait une première rencontre officielle entre le ministre et M. Rathier. Puis faut-il que je vous rappelle que le CHSLD dans lequel se trouve Charles-Olivier est dans le comté du ministre de la Santé?

Et, plus loin que ça, bien je vais aussi demander au ministre de créer de nouvelles places spécifiques en ressources intermédiaires, en ressources de type familial pour les adultes hébergés en CHSLD, mais dont la condition médicale ne le demande pas. Et, à ce chapitre-là, bien, s'il y a des choses qui doivent se faire, qu'elles se fassent et qu'on ait des échéanciers au nom de ceux et celles qui portent également la volonté de voir leur enfant avoir cette qualité de vie qui est si chère à tous les citoyens et toutes les citoyennes.

Alors, M. Rathier, je vous accompagne à travers ça en espérant qu'aujourd'hui ça puisse être, et ça serait une drôle de bonne nouvelle, la conclusion en revenant à la maison puis rencontrer vos proches et dire : On a mené la bataille pour Charles-Olivier, et c'est maintenant fait. Merci, tout le monde.

M. Rathier (Robert) : Merci.

(Fin à 9 h 6)

Participants


Document(s) Related