National Assembly of Québec - Return to homepage

National Assembly of Québec - Return to homepage

To use the Calendar, Javascript must be activated in your browser.
For more information

Home > News and Press Room > Press Conferences and Scrums > Point de presse de M. Sylvain Roy, député de Bonaventure et porte-parole de l’opposition officielle responsable de la région de la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine, M. Sylvain Gaudreault, porte-parole de l’opposition officielle en matière d’environnement et de lutte contre les changements climatiques, et M. Sylvain Rochon, porte-parole de l’opposition officielle en matière d’énergie et de ressources naturelles

Advanced search in the News and Press Room section

Start date must precede end date.

Point de presse de M. Sylvain Roy, député de Bonaventure et porte-parole de l’opposition officielle responsable de la région de la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine, M. Sylvain Gaudreault, porte-parole de l’opposition officielle en matière d’environnement et de lutte contre les changements climatiques, et M. Sylvain Rochon, porte-parole de l’opposition officielle en matière d’énergie et de ressources naturelles

Version finale

Monday, March 5, 2018, 9 h 30

Hall principal de l'hôtel du Parlement, hôtel du Parlement

(Neuf heures trente-trois minutes)

La Modératrice : Alors, bonjour à toutes et à tous. M. Sylvain Gaudreault, porte-parole du Parti québécois en matière d'environnement et de lutte contre les changements changements climatiques va faire une déclaration; ensuite, M. Sylvain Rochon, porte-parole en matière d'énergie et de ressources naturelles; et finalement M. Sylvain Roy, député de Bonaventure et responsable de la région Gaspésie—Îles-de-la-Madeleine. M. Gaudreault, la parole est à vous.

M. Gaudreault : Quand on sera à la période de questions, vous dites : Je voudrais poser une question à Sylvain, alors, comme ça, il n'y aura pas de problème. Donc, bonjour à tous et à toutes. Ça me fait plaisir, avec mes collègues Sylvain et Sylvain, d'être ici ce matin pour vous faire part d'une position concernant la filière des hydrocarbures du côté de la Gaspésie.

Alors, je veux juste vous rappeler qu'en novembre dernier, comme vous le savez, le gouvernement libéral, M. Moreau en particulier, a déposé une série de projets de règlement pour déployer la filière des hydrocarbures. On a eu, à ce moment-là, plusieurs groupes, que ce soit l'Union des producteurs agricoles, des maires partout à travers le Québec, des groupes d'environnement, des groupes de citoyens également, qui ont demandé de tenir une vaste consultation sur la question de l'exploration et de l'exploitation des hydrocarbures au Québec.

Du côté de la Gaspésie, vous savez que présentement il y a trois projets qui sont dans les cartons du côté de Haldimand, Galt, et Bourque. C'est les trois noms des projets. Et le ministre Moreau a dit, en décembre dernier, aux élus de la Gaspésie qu'au maximum au 1er mars 2018 le gouvernement du Québec leur donnerait de l'information sur cette filière du côté de la Gaspésie. On est rendus le 5 mars ce matin, et la rencontre n'a toujours pas eu lieu entre les élus de la Gaspésie et le ministre Moreau pour répondre à ces questions puis à ce besoin d'information.

Je vous rappelle également qu'en janvier dernier il y a un sondage SOM qui a été commandé par la MRC de La Côte-de-Gaspé et qui est très, très clair sur les résultats. Le sondage SOM, il dit quoi? Il dit que neuf Gaspésiens sur 10 demandent un BAPE sur le développement des hydrocarbures en Gaspésie et que huit personnes sur 10 veulent que le BAPE se tienne avant ou pendant l'étape de l'exploration.

Alors, nous, ce matin, notre demande est claire. Comme formation politique, comme opposition officielle, comme parti politique, comme Parti québécois, nous demandons que le gouvernement du Québec, que la ministre de l'Environnement, Mme Isabelle Melançon, organisent et commandent un BAPE générique, un bureau d'audiences publiques sur l'environnement générique sur la filière des hydrocarbures du côté de la Gaspésie.

Pourquoi un BAPE générique sur la filière des hydrocarbures et pourquoi pas un BAPE spécifique? Il faut quand même bien faire la part des choses. Parce qu'un BAPE générique, c'est beaucoup plus large, ça permet d'évaluer les retombées économiques réelles de la filière des hydrocarbures pour la Gaspésie; ça permet de répondre aux nombreuses questions des citoyens et des citoyennes de cette région sur cette filière, de mesurer les impacts néfastes, par exemple sur le secteur économique, par exemple le tourisme; ça permet de mesurer les impacts sur l'eau potable.

Quelle technique d'extraction sera utilisée? Est-ce que c'est de la fracturation hydraulique? Est-ce que c'est d'autres types de fracturation non conventionnelle pour extraire les gaz ou les hydrocarbures de ces trois projets? Est-ce que la filière également des hydrocarbures du côté de la Gaspésie est compatible avec les engagements internationaux du Québec, par exemple, en matière de lutte contre les gaz à effet de serre et est-ce qu'elle reçoit l'acceptabilité sociale?

Alors, il y a eu d'autres BAPE génériques, au Québec. On pense, par exemple, à la filière de l'uranium, il y a quelques années. On pense, par exemple, au gaz de schiste, également, il y a quelques années. Alors, dans le même esprit, nous demandons formellement, aujourd'hui, à la ministre et au gouvernement de cesser de tourner un rond, de répondre aux préoccupations tout à fait légitimes de la population de la Gaspésie et de convoquer dès maintenant, sans tarder, un bureau d'audiences publiques sur l'environnement, mais générique, sur la filière des hydrocarbures en Gaspésie. Alors, je laisse la parole à Sylvain.

La Modératrice : Merci. Maintenant, M. Rochon.

M. Rochon : Merci. Alors, en un mot, la population de la Gaspésie, elle veut savoir et elle est en droit de savoir, elle est en droit d'avoir toute l'information.

Il faut rappeler, hein, que le Parti libéral a fait adopter, sous bâillon, la loi sur les hydrocarbures en décembre 2016, en dépit d'une opposition, là, quasi unanime, quasi unanime de l'ensemble de la société civile, des partis d'opposition, des Premières Nations, du monde municipal. Depuis, agriculteurs, syndicats, groupes environnementaux, citoyens se sont unis pour demander au gouvernement le retrait intégral des quatre projets de règlement de mise en oeuvre de cette loi-là.

Le Regroupement des organismes de bassins versants s'est joint à l'Union des municipalités du Québec pour demander le retrait des projets de règlement, la Fédération québécoise pour le saumon atlantique, le Comité de protection des monts Chic-Chocs, la Fédération québécoise des chasseurs et pêcheurs ont exprimé de vives craintes.

Le PLQ et la CAQ appuient ce que les Québécoises et les Québécois, les Gaspésiennes et les Gaspésiens ne veulent pas. Ils appuient la fracturation hydraulique sans même connaître quels en sont les impacts sur les citoyens et sur leur environnement. Ils l'ont fait lors du projet de loi n° 106, ils l'ont refait lors d'un vote d'une motion du PQ, le 27 septembre dernier.

Et Pierre Moreau, lui, dans tout ça? Bien, Pierre Moreau, écoutez-le, là, et vous allez vous rendre compte immédiatement qu'il ne s'assume pas. Il est dur à suivre sur la fracturation hydraulique, il parle des deux côtés de la bouche. Il dit que l'acceptabilité sociale, c'est le critère numéro un, là, il nous dit ça main sur le coeur, là : On ne peut pas prendre une décision sur la fracturation hydraulique sans être certains qu'il y a l'acceptabilité sociale. Ensuite, il dit qu'il n'y a pas d'acceptabilité sociale pour la fracturation hydraulique, il s'en rend donc compte. Mais, quand on lui demande s'il va interdire la fracturation hydraulique, eh bien, il refuse de se prononcer, Pierre Moreau.

C'est quand même curieux. Est-ce qu'il refuse de se prononcer sur la fracturation hydraulique parce qu'il sait que, selon qu'il s'agisse du projet Haldimand, Galt ou Bourque, entre 70 % et 85 % des gens sondés par la MRC de Côte-de-Gaspé indiquent qu'ils rejettent massivement tout projet prévoyant la fracturation hydraulique? Entre 70 % et 85 % des gens sondés par la MRC de La Côte-de-Gaspé rejettent tout projet utilisant la fracturation hydraulique.

Alors, au Parti québécois, la population, elle peut être assurée d'une chose, la population de l'ensemble du Québec d'ailleurs : c'est non à la fracturation hydraulique ou à tout procédé similaire sur l'ensemble du territoire québécois. Voilà.

La Modératrice : Merci. Maintenant, M. Roy.

M. Roy : Vous n'avez pas dit «Sylvain». Écoutez, bon, je suis très heureux d'être avec mes collègues aujourd'hui pour parler d'un enjeu qui est extrêmement important chez nous, la filière pétrolière.

Actuellement, il y a une polarisation des débats. On a des groupes contre le pétrole qui arrivent avec des affirmations catégoriques et qui ont beaucoup d'argumentaires qui semblent logiques, et, de l'autre bord, on a des gens qui sont propétrole.

Donc, ce qu'on a besoin en Gaspésie, c'est d'une information fiable, concrète, efficace pour, par la suite, prendre une décision collective. Les Gaspésiens ne sont pas contre les projets de développement économique, mais ils sont contre l'opacité, et, de la manière que ça se passe actuellement, c'est comme si on essayait d'arriver par en arrière en essayant d'enlever le pouvoir politique et démocratique aux élus locaux de planifier le développement de notre territoire, et ça, on ne le prend pas. Ça fait que là, nous, on demande un BAPE justement pour éclairer la situation, pour avoir des réponses aux questions et de prendre le contrôle de notre développement régional. Si les Gaspésiens, à partir des informations du BAPE, décident qu'ils veulent la filière pétrolière, ils le décideront. C'est le principe même de la souveraineté territoriale. Mais si, de par les consultations, on nous démontre que ça n'a pas de bon sens, bien, les Gaspésiens sont assez intelligents pour comprendre qu'on n'en veut pas de ça. On a l'économie touristique, on a l'économie de la pêche qui est en pleine croissance et on a de beaux secteurs d'activité économique. Le pétrole ne viendra pas remplacer tout ça, ce n'est pas vrai pantoute.

Ça fait qu'on est dans une situation où on demande un BAPE et où l'ensemble de la population le demande parce qu'on veut avoir des réponses et on ne veut pas se faire mener en bateau. Voilà.

La Modératrice : Merci beaucoup. On va maintenant passer à la période des questions. François Cormier, qui se réveille, TVA, micro de droite.

M. Cormier (François) : Oui. Bonjour, François Cormier, TVA. Vous dites : l'ensemble de la population le demande. L'ensemble de la population ne doit pas demander un BAPE, là. Qu'est-ce que ça va changer dans leur vie, demain matin?

M. Roy : Bien, écoutez, vous dites que l'ensemble... les sondages démontrent que les gens veulent être informés, O.K.? L'ensemble de la population, ceux qui s'intéressent à ça, c'est sûr. Mais les gens viennent d'être échaudés aussi par la poursuite de Gastem contre Ristigouche Sud-Est qui... heureusement, Ristigouche a gagné, et la stratégie qui avait été employée pour empêcher un maire de protéger la santé de sa population, là, les gens n'ont pas aimé ça, là.

Ça fait que nous considérons que les gens veulent avoir des réponses. Les gens sont intelligents, les sondages le démontrent, et moi, ce que j'entends autour de moi, les gens veulent... Là, il ne faut pas diaboliser un BAPE, là. Un BAPE, c'est juste un instrument pour avoir des réponses concrètes aux questions qu'on se pose, et, par la suite, les gens vont être informés et prendront des décisions. Mais le règne de l'opacité, ce n'est pas un moteur de développement économique.

M. Cormier (François) : Vous faites confiance au processus du BAPE, là? Une fois qu'il aura tiré ses conclusions, vous les acceptez, s'il y en a?

M. Roy : Écoutez, bon, c'est sûr que ça dépend des groupes qui vont se présenter, comment le... Mais on a confiance. Ceci étant dit, on ne veut pas empêcher la filière puis le développement pétrolier en Gaspésie. Ce n'est pas ça, l'enjeu, là. L'enjeu, c'est d'avoir des réponses, parce qu'on est dans le règne de l'opacité, je le redis. On ne veut pas répondre à nos questions, donc... bien, si vous... et là, bien, il y a un climat de suspicion, et là ce sont les extrêmes qui se déchaînent, les pro puis les contre.

La majorité des gens sont réalistes, logiques et peuvent faire la lecture, une lecture de la réalité puis prendre des décisions collectives en conséquence. Donc, moi, ce que je peux vous dire, c'est que, dans la situation actuelle, le seul instrument que nous avons actuellement au Québec pour bien orienter la filière développement pétrolier qui... soit dit en passant, on n'a rien là-dessus, là.

Qu'est-ce qu'on a comme expertise au Québec? Pas grand-chose. Ça fait qu'il serait peut-être le temps de se construire une expertise via un BAPE qui va nous permettre d'être, je dirais, de bons citoyens corporatifs, de provoquer des bons comportements chez les citoyens corporatifs que sont l'industrie du pétrole et de protéger notre population.

M. Cormier (François) : Mais Bourque et Galt...

La Modératrice : Dernière question.

M. Cormier (François) : Je vous en... Je me permets une petite dernière. Bourque et Galt, il y avait eu un sondage, quand même, là, qui disait que les gens étaient en faveur. Donc, il y a quand même une acceptabilité...

M. Roy : Les gens sont en faveur à condition d'avoir de l'information sur les procédés, sur l'impact sur l'environnement, sur l'impact... Comment on va déplacer le pétrole qui va être extrait? C'est-u par pipeline, c'est-u... Bon, il y a toutes sortes de choses, là, qui doivent être clarifiées, mais les gens ne sont pas contre le développement économique. Ils veulent avoir des réponses à leurs questions. Voilà.

La Modératrice : Merci. Micro de gauche, Pascal Dugas, QMI.

M. Dugas Bourdon (Pascal) : Votre feeling à vous, est-ce que c'est que c'est une bonne idée d'y aller avec les hydrocarbures en Gaspésie ou c'est une mauvaise idée?

M. Roy : Si c'est bien fait...

M. Dugas Bourdon (Pascal) : Est-ce que ça se peut que ça soit bien fait?

M. Roy : Bien, écoutez, si on recule un peu dans l'histoire, on a été les premiers à inventer la ligne à 700 000 watts. Les Européens et tout le monde nous disaient : Vous ne serez pas capables. Bien, si on se lance là-dedans, pourquoi ne pas le faire avec les critères les plus élevés au monde? On peut faire ça. On n'est pas obligés de le faire tout croche, là, puis de laisser les entreprises faire ce qu'elles veulent. Non.

Ça prend un environnement normatif digne de ce nom, mais ce n'est pas moi qui va le définir. Il faut... puis je ne suis pas un spécialiste là-dedans, mais moi, je suis à l'écoute de la population gaspésienne quand même. Puis toute possibilité de développement économique, on l'écoute, mais, si c'est pour tuer, je dirais, des secteurs historiques que sont la pêche ou le tourisme puis pour des peccadilles de retombées économiques, est-ce que le jeu en vaut la chandelle? Bien, ce sera à définir.

M. Dugas Bourdon (Pascal) : Est-ce c'est possible de bien le faire avec la fracturation hydraulique ou si, ça, c'est hors de question?

M. Roy : Je pense, je vais laisser Sylvain là-dessus.

M. Gaudreault : Oui. Bien, écoutez, la fracturation hydraulique, on l'a dit maintes et maintes fois lors du dépôt de l'étude du projet de loi n° 106, là, c'est hors de question en ce qui nous concerne. Je vais juste vous rappeler la position qu'on a adoptée au congrès du Parti québécois au mois de septembre et qui a été adoptée à forte majorité, voire même l'unanimité sur le plancher du congrès.

Alors, il y a trois conditions minimales sur la filière des hydrocarbures. Acceptabilité sociale, est-ce que les projets obtiennent l'adhésion des parties prenantes et de la population? Deuxième critère, la réduction de l'empreinte écologique. Est-ce que les émissions de gaz à effet de serre des projets sont moins importantes que celles du pétrole importé par le Québec et sont-ils compatibles avec nos engagements climatiques? Troisième position... troisième condition plutôt à cette position : opposition à la fracturation hydraulique — c'est ce que je vous ai dit tout à l'heure — ou à tout autre procédé chimique similaire sur l'ensemble du territoire québécois. Alors, ça, c'est très, très clair.

Maintenant, il y a des permis qui ont été émis par le passé, par exemple Galt, Haldimand, Bourque, alors là on est face à ça. Au Parti québécois, on a une position extrêmement claire qui comprend ces trois critères. Et, pour y arriver, le meilleur chemin, c'est d'abord et avant tout, pour corriger les erreurs et les faux pas du gouvernement libéral et du ministre Moreau, c'est d'avoir un BAPE générique. Alors, c'est ce qu'on demande aujourd'hui.

On a une institution qui va fêter d'ailleurs son 40e anniversaire cette année, ça a été créé en 1978 par un gouvernement du Parti québécois, ça s'appelle le Bureau d'audiences publiques sur l'environnement. C'est une institution crédible, c'est une institution aimée, appréciée par les Québécois et les Québécoises parce qu'elle a donné des réponses par le passé. Il s'est développé, au fil du temps, une pratique avec le BAPE qui s'appelle de faire des BAPE génériques.

Alors, c'est exactement ce qu'on demande, et on y va sous l'angle de ces trois conditions : acceptabilité sociale, réduction de l'empreinte écologique, opposition à la fracturation hydraulique ou à tout autre procédé chimique similaire, alors... et ajoutez à cela une population, comme vient de le dire Sylvain Roy, une population locale en Gaspésie qui est en demande d'information.

Et le ministre Moreau, dans son... on est habitués de le voir faire des coups d'éclat, ou des grandes phrases, ou des effets de toge, il a dit : On va vous donner de l'information, là, au plus tard le 1er mars. On est rendu aujourd'hui le 5 mars, la population n'a toujours pas cette information. Les élus, qui sont les premiers touchés, les élus municipaux en Gaspésie n'ont toujours pas eu cette rencontre avec le ministre. Alors, normalement, il devrait, j'imagine, remplir son engagement et rencontrer les élus dans les prochains jours. Alors, il aura à le dire, lui : Est-ce qu'il est d'accord avec un BAPE générique? J'ai hâte de le voir patiner là-dessus. Une institution aussi importante au Québec, qui s'appelle le Bureau d'audiences publiques sur l'environnement, est-ce que le ministre des Ressources naturelles va jouer du coude et va s'opposer à un BAPE générique? J'ai hâte de le voir là-dessus, vous lui poserez la question.

M. Dugas Bourdon (Pascal) : J'aimerais juste vous entendre rapidement sur l'hydrogène. Est-ce que l'hydrogène peut être une solution pour le Québec, si c'est fait avec l'hydroélectricité propre?

M. Gaudreault : Oui, mais on n'est pas rendu là, hein? Vous savez que ça prend beaucoup, beaucoup d'investissements pour arriver à cette filière. Là où on en est présentement, c'est que tout ce qu'on sait, c'est qu'il y a une filière libérale de l'hydrogène. J'aurais dû emmener mon tableau, là, que j'ai présenté en Chambre, qui démontre qu'il y a des industriels qui se font faire du lobbying par des avocats libéraux qui ont contribué au Parti libéral, qui eux-mêmes influencent les nominations au Conseil des ministres, qui nomment des gens au sein de Transition énergétique Québec, qui donne des subventions pour l'hydrogène.

Alors, ça, c'est la première chose qu'on a à péter comme balloune, là, si on veut parler d'hydrogène, là. Alors, c'est cette question-là, et nous demandons au gouvernement de lancer une enquête pour bien démêler les nombreux fils de cette filière libérale hydrogène.

M. Dugas Bourdon (Pascal) : Mais l'idée de base n'est pas mauvaise, dans le sens que ça peut être un avenir propre pour le Québec, utiliser cette source...

M. Gaudreault : Oui, mais on n'en est... un, on n'en est vraiment pas là, et moi, je suis persuadé qu'étant le royaume de l'hydroélectricité et avec nos surplus énergétiques, nos surplus hydroélectriques présentement au Québec, nous devrions aussi être le royaume de l'auto électrique. Ça, ça m'apparaît très, très clair.

La Modératrice : Merci. Mathieu Dion, Radio-Canada, micro de droite.

M. Dion (Mathieu) : Je vous pose la question, M. Gaudreault, puisque vous avez été chef intérimaire au Parti québécois. Mais présentement que craignez-vous des malheurs qui sévissent au Bloc québécois?

M. Gaudreault : Bien, écoutez, sur ce qui se passe présentement au Bloc québécois, c'est très déplorable, c'est très dommageable. Ce que je constate, le groupe des sept députés qui a démissionné ont posé un geste important. Et c'est des souverainistes, ils ont réaffirmé leur foi souverainiste. Alors, ça, c'est extrêmement important de le rappeler. Ce sont des souverainistes, tous ces gens sont des souverainistes.

Maintenant, pour ce qui est du reste, moi, ce que je tiens à vous dire là-dessus, c'est que c'est deux choses, le Bloc québécois et le Parti québécois. Maintenant, le Bloc québécois a ses enjeux à régler, ses discussions. Maintenant, en ce qui concerne le Parti québécois, comme vous le savez, nous travaillons très fort, nous avons des positions très claires. Et nous avons annoncé aujourd'hui d'avoir un BAPE... l'importance d'avoir un BAPE générique pour la Gaspésie, et on continue de travailler pour la population du Québec parce qu'on a une élection à gagner au mois d'octobre.

M. Dion (Mathieu) : Mais quel impact ça peut avoir sur le Parti québécois?

M. Gaudreault : Moi, ce que je vous dis, c'est que ce sont deux partis différents et qu'il y a des enjeux à régler du côté du Bloc québécois. C'est à eux de les régler. Nous, on fait notre travail, et la seule chose que je peux vous dire là-dessus, c'est que je salue le fait que tous les députés du Bloc québécois, incluant les sept qui ont annoncé leur démission, sont des souverainistes.

M. Dion (Mathieu) : O.K. Question sur les...

La Modératrice : ...

M. Dion (Mathieu) : Non, mais ça va peut-être l'intéresser. Question sur les producteurs de grain. Christian Overbeek, qui est aussi président du Centre de recherche sur le grain, qui est un institut public, est-ce qu'il y a un conflit d'intérêts à votre avis?

M. Gaudreault : Bien, écoutez, moi, je pense qu'en ce qui concerne la recherche scientifique sur les grains, sur les pesticides, sur les néonics, sur tous ces enjeux-là, sur l'avenir des abeilles et le rôle des abeilles dans l'écosystème, c'est le cas de le dire, et là le mot «écosystème» est bien utilisé, là, on doit s'assurer d'avoir une indépendance scientifique de la part des chercheurs. Et moi, je me pose des questions là-dessus.

Maintenant, je pense que le ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation devrait répondre à des questions très claires, à savoir est-ce qu'il y a encore cette indépendance-là, mais je ne peux pas aller plus loin à ce moment-ci.

M. Dion (Mathieu) : Mais est-ce que le MAPAQ devrait faire quelque chose? Potentiel conflit d'intérêts, des gens qui sont sous pression au centre de recherche. Au-delà de poser des questions, qu'est-ce que doit faire le MAPAQ aujourd'hui?

M. Gaudreault : Bien, je vais vous répéter ce que je viens de vous dire, deux choses : l'indépendance des chercheurs, et le MAPAQ doit répondre à ces questions-là et fournir ces garanties.

La Modératrice : Merci. François Cormier.

M. Cormier (François) : Mini question supplémentaire. En réponse à M. Trump, ce matin, le président Macron a dit que le nationalisme, c'est dangereux. Vous en pensez quoi? C'est la guerre, en fait, le nationalisme, c'est la guerre, ce qui avait déjà été évoqué par le passé par le président.

M. Gaudreault : Bien, écoutez, le Parti québécois est un parti qui croit au nationalisme, au nationalisme d'ouverture, au nationalisme économique, au nationalisme environnemental, et je pense que c'est de cette façon-là qu'on travaille et qu'on va répondre aux besoins des Québécois.

La Modératrice : Merci beaucoup.

Des voix : Merci.

(Fin à 9 h 53)