National Assembly of Québec - Return to homepage

National Assembly of Québec - Return to homepage

To use the Calendar, Javascript must be activated in your browser.
For more information

Home > News and Press Room > Press Conferences and Scrums > Point de presse de Mme Martine Ouellet, députée de Vachon

Advanced search in the News and Press Room section

Start date must precede end date.

Point de presse de Mme Martine Ouellet, députée de Vachon

Version finale

Thursday, April 19, 2018, 11 h 34

Salle Bernard-Lalonde (1.131), hôtel du Parlement

(Onze heures trente-cinq minutes)

Mme Ouellet : Oui, bien, bonjour. Ça me fait plaisir d'être ici aujourd'hui, parce que j'ai eu l'occasion de déposer, là, à l'Assemblée nationale un projet de loi pour le rembourrage pour des fibres textiles recyclées.

Permettez-moi, avant de continuer, de présenter M. Stéphane Guérard, qui est directeur général de Certex. Et en fait l'initiative vient de Certex. C'est une entreprise d'économie sociale, à Saint-Hubert, qui récupère les vieux textiles et qui aussi engage des gens qui ont des handicaps.

Donc, je pense que ce que me disaient les gens de Certex, et là peut-être que ça va vous dire quelque chose, sur les coussins, sur les oreillers, il y a toujours une grosse étiquette qui est écrit «matériel neuf seulement». Moi, je l'avais remarqué avant, mais je ne savais pas que c'était lié à une loi. Et, à cause de cette étiquette-là, ça fait en sorte que les vieux vêtements, par exemple, de chez Certex, qui ne peuvent pas être reportés, qui ne peuvent pas être expédiés pour utilisation parce qu'on ne peut plus les porter, donc, à ce moment-là, certains vêtements faisaient de la guenille, mais d'autres vêtements devaient être jetés, donc des grosses quantités — M. Guérard pourra vous le préciser — dans les sites d'enfouissement, alors que, dans bien des pays... Le Québec serait une des dernières places dans le monde où ce n'est pas permis. Bien des pays peuvent déchiqueter ces vieux tissus là pour faire du rembourrage avec du matériel recyclé.

Vous me direz : C'est très précis, mais, effectivement, mais ça l'empêche, donc j'ai fait un projet de loi de quelques pages seulement qui permet donc de modifier la loi sur le rembourrage au Québec, qui relève de la ministre du Développement économique, qui est Dominique Anglade, et le règlement, donc, sur les étiquettes pour pouvoir ajouter deux nouvelles étiquettes. Donc, vous connaissez déjà l'étiquette blanche qui est écrit «matériel neuf seulement». Il y aura une nouvelle étiquette qui sera pour le matériel recyclé, en vert pâle, et une troisième étiquette, en bleu pâle, pour le matériel recyclé et matériel neuf quand il y aura, donc, un mélange des deux matériels. Donc, un petit projet de loi tout simple, mais qui peut faire vraiment une grande différence pour une entreprise comme Certex. Et je vais laisser M. Guérard continuer.

M. Guérard (Stéphane) : Merci beaucoup, Mme Ouellet. Donc, effectivement, c'est a priori un petit projet de loi, mais qui s'adresse à une problématique qui est importante, puisqu'au Québec, chaque année, selon les chiffres de RECYC-QUÉBEC, c'est 200 000 tonnes de fibres textiles qui s'en vont dans les sites d'enfouissement. Une grande partie de ces 200 000 tonnes sont des fibres synthétiques qui vont mettre entre 400 et plusieurs milliers d'années à se dégrader.

Et, petite précision, c'est juste au Québec, en Ontario et au Manitoba que de telles lois empêchent l'utilisation de fibres recyclées, mais dans les autres provinces canadiennes il n'y a pas de problème. Aux États-Unis, il n'y a pas de problème non plus.

Donc, effectivement, c'est un projet de loi qui va permettre la création locale d'une filière de recyclage pour les textiles usagés, qui va certes bénéficier à Certex, mais qui va bénéficier aussi à tous les autres intervenants qui agissent pour la valorisation des textiles usagés. Et c'est important de rappeler aussi que le textile, aujourd'hui, on dit : C'est la deuxième filière la plus polluante du monde, et j'oserais dire même maintenant la première, puisque 75 % des contenus de fibres sont des fibres synthétiques et que pour faire, par exemple, un kilo de polyester, il faut 1,5 kilo de pétrole.

Donc, c'est des enjeux environnementaux qui sont importants, des enjeux sociaux qui nous permettent effectivement de faire travailler des personnes avec des limitations fonctionnelles. Donc, je pense que... j'espère que l'Assemblée nationale va encourager la création de cette filière de recyclage textile, et je vous remercie beaucoup pour tout le travail qui a été fait de permettre la réalisation de cet objectif.

Mme Ouellet : Donc, un projet de loi, comme je vous disais, de quelques pages qui permet de mieux protéger l'environnement, mais qui permet aussi de créer des emplois au Québec pour des entreprises comme Certex. Et j'ai eu l'occasion, la semaine passée, de questionner la ministre du Développement économique, Mme Anglade, pour voir s'il y avait une ouverture concernant un projet de loi comme celui-là, étant donné que ça se fait déjà, vraiment, presque partout à travers le monde, et elle m'a dit oui. Je lui ai également demandé si c'était possible de le faire avant le déclenchement des élections — parce que, vous savez, après le mois de juin, il y aura élections, et à ce moment-là ce genre de projet de loi là est mis sur les tablettes, et c'est reporté aux calendes grecques — elle m'a dit oui. Donc, je réitère la main tendue pour que nous puissions travailler en collaboration pour qu'elle puisse appeler mon projet de loi pour qu'on puisse l'adopter. Et c'est très simple, je ne crois pas qu'il y aura d'opposition à un projet comme celui-là.

Donc, je sais que c'est quand même assez exceptionnel que le gouvernement appelle des projets de loi indépendants, mais ça s'est déjà fait dans le passé. Et donc moi, je pense que ce serait tout à fait possible, pour l'environnement et la création d'emplois, de faire en sorte que le gouvernement du Québec adopte ce projet de loi là avant la fin de la session parlementaire, qui sera à la mi-juin. Donc, voici. Puis peut-être que M. Guérard pourrait parler, parce que Certex, là, a des activités qui s'en viennent.

M. Guérard (Stéphane) : Alors, merci de m'en donner l'occasion, effectivement. Aujourd'hui, Certex, sur le 200 000 tonnes, valorise 6 000 tonnes à plus de 90 %. Donc, il y a un 10 %, là, aujourd'hui, que, malheureusement, on est obligés d'envoyer vers les sites d'enfouissement. Et on a développé des programmes de recherche-développement avec différentes universités. Certex, c'est un organisme à but non lucratif, donc on a beaucoup de difficultés à réunir les fonds pour soutenir les efforts de programmes de recherche-développement, ce qui fait que mercredi prochain, le 25 — c'est ça, mercredi prochain, 25 avril — à L'Étoile du Dix-30, on organise une activité de levée de fonds qui s'appelle le défilé des Décousus, où en plus on fait la promotion des écodesigners québécois. Et l'objectif de cette soirée, c'est de réunir les fonds pour soutenir nos efforts en recherche-développement, le défibrage, le rembourrage étant un des axes, mais il y a d'autres axes qui nous emmènent beaucoup plus loin. Là, on parle de technologies vertes, de biofiltres, etc. Donc, tous ceux qui sont intéressés à soutenir ces avenues très excitantes seront bienvenus le mercredi 25, ça commence à 18 heures, à L'Étoile du Dix-30 à Brossard.

Et je voulais juste rajouter aussi une dernière chose par rapport au projet de loi. C'était un verrou juridique qui empêchait le développement de cette création de filières de recyclage au Québec. On va lever le verrou, mais il va falloir maintenant changer les habitudes, aussi, des industriels. Et là-dessus on attend beaucoup des consommateurs, qui sont de plus en plus sensibilisés à l'environnement et qui vont réclamer auprès des producteurs, justement, les deux étiquettes, les deux nouvelles étiquettes pour favoriser la création de cette filière.

Mme Ouellet : Donc, vous voyez à quel point une entreprise d'économie sociale comme Certex fait du développement technologique, fait du développement social aussi. Donc, je pense qu'il faut encourager nos entreprises d'économie sociale au Québec. C'est vraiment un vecteur extrêmement important, tant du développement économique que, je vous dirais, de protection de l'environnement, mais d'équité sociale, étant donné la mission de Certex, là, d'engager des personnes, là, handicapées et physiques et intellectuelles. Donc, je vous remercie beaucoup.

M. Guérard (Stéphane) : Merci beaucoup.

Mme Ouellet : Des questions? Merci beaucoup.

(Fin à 11 h 42)

Participants


Document(s) Related