National Assembly of Québec - Return to homepage

National Assembly of Québec - Return to homepage

To use the Calendar, Javascript must be activated in your browser.
For more information

Home > News and Press Room > Press Conferences and Scrums > Point de presse de Mme Catherine Fournier, députée de Marie-Victorin

Advanced search in the News and Press Room section

Start date must precede end date.

Point de presse de Mme Catherine Fournier, députée de Marie-Victorin

Version finale

Wednesday, May 29, 2019, 9 h

Hall principal de l'hôtel du Parlement, hôtel du Parlement

(Neuf heures sept minutes)

Le Modérateur : Alors, c'est un point de presse où il y aura la députée de Marie-Victorin en premier qui va s'exprimer, ensuite M. Christian Lapointe, Mme la bâtonnière, Claudia Prémont, et finalement M. Turp.

Mme Fournier : Bonjour. Je suis vraiment fière d'être ici aujourd'hui avec les membres et organisateurs du projet Constituons!, qui a été mené par l'Institut du Nouveau Monde, l'INM, et qui fait en sorte qu'aujourd'hui j'ai entre mes mains la Constitution citoyenne du Québec.

Alors, ce sont des gens, 42 personnes à travers le Québec qui ont été choisies, qui ont été tirées au sort pour former une assemblée constituante pour écrire une constitution citoyenne pour le Québec. Ils ont été accompagnés par des constitutionnalistes, par l'Institut du Nouveau Monde dans la rédaction. Et, franchement, moi, j'ai eu l'occasion de lire le texte de la constitution citoyenne du Québec, et c'est franchement impressionnant, le travail qui a été réalisé. C'est des mois et des mois de travail. Et on se sent vraiment fier d'être Québécois lorsqu'on lit le texte auquel ils sont arrivés. C'est la preuve que les citoyens sont tout à fait capables d'écrire une constitution et c'est la preuve qu'on pourrait aller de l'avant avec ça au Québec. Et c'est donc pourquoi l'INM, toute l'équipe m'a approchée pour qu'on puisse déposer la Constitution citoyenne du Québec aujourd'hui à l'Assemblée nationale. Et je me suis donc engagée à remettre le texte en main propre à la ministre des Institutions démocratiques ce matin, avant la période des questions.

Alors, pour vous expliquer davantage en détail le processus qui a mené à l'adoption de la Constitution citoyenne du Québec, j'inviterais M. Christian Lapointe, qui va venir pouvoir vous entretenir de la démarche.

M. Lapointe (Christian) : Bonjour. Donc, c'est avec grande joie qu'on dépose aujourd'hui à la maison de la démocratie du Québec cette constitution citoyenne pour le Québec. C'est grâce à un circuit de théâtres partenaires sur tout le territoire qu'on a pu aussi faire ce travail. Donc, sans eux, ça n'aurait pas été possible. Je rappelle que cette démarche citoyenne a été financée, entre autres, par les Fonds de recherche du Québec, grâce à un partenariat auquel a consenti le Pr Rémi Quirion, le scientifique en chef du Québec, entre autres.

Et pour vous dire que ces citoyennes, ces citoyens qui ont été tirés au hasard sont représentatifs de la démographie québécoise. Donc, dans le tirage au sort, il y a eu aussi tout un travail, là, d'élaboration de cases, là, pour trouver toute la démographie, le spectre de la démographie de la société québécoise. Donc, les citoyennes, les citoyens qui ont été tirés au hasard viennent de toutes les régions administratives, à l'exception du Nord-du-Québec, qui, malheureusement, après deux appels de candidatures, n'a pas répondu à l'appel... et paritaire entre les femmes et les hommes, et représentent aussi tous les niveaux de classes sociales, d'éducation, d'occupation.

Et cette démarche, qui émane de la société civile par un réseau de théâtres partenaires, elle est, en quelque sorte, aussi réelle qu'une démarche qui proviendrait d'un gouvernement élu parce qu'elle a eu lieu et que cette démarche, dans le cadre d'une activité comme celle-ci, est à l'abri de tous les lobbys. Donc, on pourrait appeler, par exemple, à ce que le gouvernement refasse ce travail, mais le travail a déjà été fait par ces citoyennes, ces citoyens, et personne ne leur a soufflé dans les oreilles. Donc, on a accès, là, vraiment, à un travail de fond, un travail fondamental.

Et moi, en tout cas, j'appelle tout le monde à se saisir de ce document et à le regarder en profondeur et j'exhorte les pouvoirs publics à se jeter dans ce document car ce sont des citoyennes, des citoyens qui l'ont écrit, et ça représente, je crois, l'opinion des citoyennes, des citoyens. Je pense que, si on demandait l'adoption en bloc de cette constitution ou le statu quo, plus des deux tiers de la population du Québec adopteraient, selon moi, cette constitution citoyenne pour le Québec.

Merci. Je cède la parole à Mme Claudia Prémont, coprésidente de l'Assemblée constituante citoyenne.

Mme Prémont (Claudia P.) : Alors, bonjour. Claudia Prémont. Donc, j'ai eu le plaisir et le privilège, je vous dirais, d'être associée à ce projet à titre de coprésidente. Mon rôle, quand même, moi, je le trouve minime par rapport à tout ce que les constituantes, constituants ont réalisé. Et d'ailleurs je les remercie de m'avoir fait vivre et fait vivre, je pense, au Québec, j'espère, dans les prochains mois, une expérience inoubliable. C'est vraiment un projet extraordinaire. Il faut comprendre qu'il y a un an ces citoyens avaient devant eux... je crois, ont réalisé la tâche colossale qu'ils avaient devant eux. Bien, ils n'ont pas baissé la tête. Ils se sont retroussé les manches. Ils ont travaillé très, très fort.

Moi, ce que j'ai constaté sur le terrain... Et nous, notre rôle de coprésidents, c'était de supporter les constituantes et les constituants. Et ce que j'ai réalisé sur le terrain, ce sont des échanges et discussions, des gens, évidemment, des quatre coins du Québec, qui arrivaient avec leur réalité, leurs valeurs, leurs opinions, dans certains cas, quand même, bien arrêtées. Et il y a eu beaucoup d'échanges, de discussions, toujours dans le respect, dans l'ouverture. Et évidemment ils ont atteint l'objectif qui leur avait été fixé, la constitution du Québec, Constitution citoyenne du Québec, et ça, c'est extraordinaire.

Et la prochaine étape, évidemment, à la pièce de théâtre... et j'ai hâte de voir l'échange qu'il y aura avec le public à cet égard-là. Mais également je suis persuadée que tout au fil de ces travaux quand même intenses, dans la dernière année, il y a eu nécessairement des amitiés qui se sont tissées et qui vont demeurer. Et, très certainement, ça démontre que les citoyens sont capables de beaucoup, et c'est une très, très grande fierté.

Et j'en profite vraiment pour remercier Christian d'avoir pensé à moi d'entrée de jeu — parce que je n'étais pas nécessairement quelqu'un... je ne suis pas une constitutionnaliste, donc ce n'était pas nécessairement naturel pour moi de me retrouver là, et ça a été vraiment un privilège — l'INM pour tout le travail extraordinaire qui a été réalisé, et évidemment chaque constituante, constituant parce que... vraiment, un travail extraordinaire.

Alors, merci. Et je cède la parole à Me Turp, qui fut le grand expert dans tout le processus.

M. Turp (Daniel) : Bien, merci beaucoup. D'abord, un grand merci à Catherine Fournier de nous accompagner, la députée indépendante qui, de toute évidence, a déjà fait ses devoirs, qui a déjà lu ce projet de Constitution citoyenne du Québec, de 80 articles, un projet que je vous invite à lire.

Mme Fournier : Ça se lit très bien, par ailleurs, hein? C'est très facile, c'est accessible.

M. Turp (Daniel) : C'est lisible. Les articles sont courts. Ils sont rédigés de façon à ce que les femmes se sentent incluses, une rédaction épicène. On y tenait beaucoup. Et, en tout cas, moi, qui a déjà siégé dans cette Assemblée, je suis toujours très heureux de retourner, de revenir dans cet hôtel du Parlement. Je crois que l'Assemblée a maintenant une occasion unique de se saisir aussi de ce projet de constitution citoyenne. La démarche qui a été entreprise avec ces 42 personnes, la parité... On l'a rappelé, il y avait 21 femmes, 21 hommes, représentant aussi la diversité québécoise... ont réussi à élaborer un texte qui, à mon avis, reflète très bien ce qu'est une constitution.

Une constitution, on le décrit parfois comme étant le miroir d'une société ou l'âme d'un peuple. Et je crois que les personnes qui ont travaillé pendant plus d'un an à ce projet, qui ont délibéré ensemble, qui ont délibéré en ligne, avec des instruments électroniques, numériques, sophistiqués, ont démontré jusqu'à quel point un processus comme celui-là habilite les gens, démontrent que les citoyens sont capables de rédiger des lois ou, en tout cas, une loi, une loi fondamentale, parce qu'une constitution, c'est la loi des lois, la loi fondamentale globale. Le Québec a des lois fondamentales au moment où on se parle. Il y a une charte des droits et libertés. Il y a le Code civil. Il y aura une loi sur la laïcité de l'État si elle est adoptée d'ici la fin de l'actuelle session parlementaire. Mais, de constitution globale, elle n'en a pas encore, puis on la souhaite depuis très longtemps, et là il y a un projet.

Et moi, je tiens aussi à remercier d'abord l'idéateur, Christian, là. C'est l'idée de Christian Lapointe.

Mme Fournier : Oui, tout à fait.

M. Turp (Daniel) : C'est l'idée d'un homme de théâtre qui a constaté que les élus n'avaient pas encore donné aux citoyens et aux citoyennes du Québec une constitution, qu'ils s'étaient abstenus de faire cette démarche, et qu'il fallait donc initier une démarche citoyenne, qui est, à mon avis, très réussie. Alors, merci, Christian. Merci de nous avoir permis, à ta coprésidence, de t'accompagner, d'accompagner les constituants.

Mais le mérite de ce texte revient aux 42 personnes qui l'ont rédigé, qui se sont dévouées, qui ont vraiment été exemplaires dans le débat, dans le respect de l'autre, des idées de l'autre, et qui, à la fin, ont adopté un texte avec un très, très large consensus. Vous savez, c'est presque unanime, là. Et donc ça, c'est aussi quelque chose qui est possible dans la société québécoise.

Et un grand merci pour terminer à l'Institut du Nouveau Monde, cet institut extraordinaire qui favorise depuis sa création la participation citoyenne, qui, tu sais, a décidé de soutenir ce projet avec ses compétences. Et je pense particulièrement à Malorie Flon, qui a fait un travail absolument exceptionnel.

Et donc c'est un legs à la société québécoise que fait ce projet constituant. Il doit y avoir des suites. Il faut qu'il y ait des suites. Le Québec mérite une constitution. Le Québec devrait avoir sa constitution parce qu'une constitution, c'est un facteur d'identité. Le Québec doit avoir sa propre identité constitutionnelle. Et il y a ce qui est maintenant nécessaire pour inspirer davantage les citoyens, les citoyennes du Québec dans leur ensemble pour le doter de sa constitution.

Mme Fournier : Merci. Merci, M. Turp. Alors, je remercie encore une fois l'ensemble des participants au projet, ceux qui l'ont fait naître puis également les constituants, parce qu'on en a six présents, six représentants aujourd'hui avec nous. Alors, j'invite les Québécois en grand nombre à lire la Constitution citoyenne du Québec, à s'en saisir. Vous pouvez compter sur moi pour offrir la constitution à la ministre des Institutions démocratiques pour s'assurer qu'on puisse avoir des suites également au niveau politique.

Donc, je vous remercie et je vous invite également en grand nombre à aller voir la pièce Constituons!, dont la première a lieu ce samedi 1er juin à Montréal. Merci.

(Fin à 9 h 19)

Participants


Document(s) Related