National Assembly of Québec - Return to homepage

National Assembly of Québec - Return to homepage

To use the Calendar, Javascript must be activated in your browser.
For more information

Home > News and Press Room > Press Conferences and Scrums > Point de presse de M. Gaétan Barrette, porte-parole de l’opposition officielle en matière de transports, et Mme Christine St-Pierre, présidente de la Commission des transports et de l’environnement

Advanced search in the News and Press Room section

Start date must precede end date.

Point de presse de M. Gaétan Barrette, porte-parole de l’opposition officielle en matière de transports, et Mme Christine St-Pierre, présidente de la Commission des transports et de l’environnement

Version finale

Tuesday, February 18, 2020, 12 h 30

Hall principal de l'hôtel du Parlement, hôtel du Parlement

(Douze heures trente-quatre minutes)

Mme St-Pierre : Alors, tout d'abord, je vais vous nommer les personnes qui nous accompagnent. Elles ont fait cinq heures de route pour venir ici, à l'Assemblée nationale, pour parler du dossier de la route 117, de son élargissement que nous avions annoncé, que notre gouvernement avait annoncé au mois de mai 2018.

Donc, nous sommes accompagnés de Mme Céline Beauregard, mairesse de La Macaza, M. Denis Charette, maire de Rivière-Rouge, Mme Francine Asselin-Bélisle, mairesse de Lac-Saguay, Luc St-Denis, maire de L'Ascension, Marc Coiteux, membre de la famille d'une victime, Cyndi Lévesque, membre de la famille d'une victime, Lucie Léveillée, membre de la famille d'une victime, Gaétan Gargantini, qui est commerçant, M. Johan Sarrazin, membre de la famille d'une victime et homme d'affaires, Steve Bouchard, président du syndicat du CSSS Antoine-Labelle, Élizabeth Émard, qui est une jeune citoyenne, et Manon Guénette, du syndicat du CSSS Antoine-Labelle.

Alors, cher collègue Gaétan, la parole est à toi.

M. Barrette : Merci. Merci, Christine. D'abord, à moi aussi, de remercier les gens qui se sont déplacés aujourd'hui. Un merci plus particulier à Mme Léveillée qui m'a donné un livre racontant l'histoire de sa fille, une belle fille, une jeune fille qui est décédée sur la 117, dans la région où on devrait élargir la voie. Ce sont des histoires dramatiques. Comme vous le voyez, on a avec nous des élus et aussi des gens qui sont des parents de gens qui sont décédés. La route 117, c'est une des routes les plus meurtrières dans le segment Labelle—Rivière-Rouge. C'est une moyenne de neuf morts par année depuis 2010. C'est trop, et à un moment donné il y a des décisions qui doivent être prises.

Lorsque nous étions au pouvoir, nous avions pris la décision d'élargir à quatre voies ce segment de route là. Et aujourd'hui, même si la réflexion a été faite, même si les conclusions ont été tirées d'aller de l'avant avec ce projet-là, le projet n'avance pas. C'est la raison pour laquelle les gens qui nous accompagnent, ils sont ici aujourd'hui pour faire avancer les choses, parce qu'encore cet automne il y a eu plusieurs décès par accident sur ce segment de route.

Le ministre des Transports, M. Bonnardel, a le pouvoir aujourd'hui de faire avancer le projet. Manifestement, il n'exerce pas ce pouvoir-là. Et je dirais qu'il y a pire parce que ce qu'on entend des propos de M. Bonnardel, c'est que peut-être il ne l'élargira pas à quatre voies. C'est d'ailleurs ce qu'on a conclu de ses propres propos lorsqu'il est allé récemment dans la région pour dire essentiellement qu'il réévaluait la situation et que peut-être il ferait autre chose, comme un élargissement à trois voies. Mais trois voies, vous comprenez, on comprendra tous, là, ça veut dire que ça va rencontrer lors de dépassements. Et, même si ça ne rencontrait pas dans certaines zones, je pense que c'est un risque quand même.

La population est inquiète. La population a attendu depuis longtemps. C'est une des régions au Québec qui est très accidentogène. Et c'est normal qu'elle le soit compte tenu de la circulation qu'il y a là, la difficulté de la route, une route qui remonte aux années 40, en passant, et qui est l'objet, pour ceux qui connaissent un peu la région, d'un trafic lourd constant, jour et nuit. Alors, la route elle-même et la circulation qu'il y a là, ne serait-ce que par le Nord, l'Abitibi, les grands projets de poids lourds...

Écoutez, à un moment donné, il faut la prendre, la décision. Nous l'avions prise. Et le ministre, au moment où on se parle, non seulement ne va pas de l'avant, a la capacité d'aller de l'avant, mais en plus sous-entend que peut-être il fera autre chose que ce qui avait été convenu par tout le monde et que ce que tout le monde veut avoir.

D'ailleurs, à ce sujet, je vais passer la parole à M. le maire de Rivière-Rouge, M. Charette, qui vous en dira plus, vu de la population et des élus qui les représentent. M. Charette.

M. Charette (Denis) : Merci beaucoup, tout le monde. Je crois que je suis ici pour représenter la population de la Rouge élargie. Les gens nous demandent depuis des années la construction de quatre voies, de maintenir le projet. Ce qu'on vient demander aujourd'hui, c'est de dire au gouvernement et M. Bonnardel de maintenir ce qui avait été entendu pour l'élargissement de la route 117, assurer la sécurité de notre monde, assurer le développement économique, assurer la fluidité au niveau du transport. Comme M. Barrette le disait, c'est une route très achalandée... des familles endeuillées qu'on rencontre régulièrement dans notre communauté. Je crois que, rapidement, il faut se positionner.

Notre objectif ici, c'est de s'assurer, auprès du ministre des Transports puis M. Legault... Nous allons être sur leurs épaules. Nous allons assurer une vigie. Puis on attend avec impatience la proposition. Mais, nous, dans la Rouge, on s'est positionnés pour... par la population et par les élus, c'est vraiment quatre voies pour desservir notre région.

M. Barrette : Merci, M. Charette. M. Coiteux.

M. Coiteux (Marc) : Bonjour. Je fais partie de ce que j'appellerais les victimes collatérales des accidents de la 117, victimes collatérales parce que les victimes, elles ne sont plus ici aujourd'hui pour s'adresser à vous, et on ne serait pas ici justement s'il n'y en avait pas.

Moi, le 2 janvier 2018, mon fils, sa maman et la tante de sa maman ont eu un accident sur la 117, dans ce secteur névralgique et critique. Sa tante a perdu la vie. Exactement deux ans plus tard, un citoyen ici, M. Sarrazin, la même date, le 2 janvier 2020, perdait deux personnes de sa famille à peu près au même endroit. Et, il y a un an, il y a la maman de Cindy ici qui perdait sa jeune fille dans un accident dans le même secteur. On parle d'un secteur de 12 kilomètres entre Labelle et Rivière-Rouge qui est extrêmement accidentogène. Ça fait une vingtaine d'années que les citoyens et les élus des Hautes-Laurentides exigent sinon un axe à quatre voies entre Labelle et Mont-Laurier, à tout le moins un axe de 12 kilomètres entre Labelle et Rivière-Rouge, un axe à quatre voies, ce qui nous a été promis il y a deux ans par l'ancien ministre des Transports André Fortin. J'étais présent. Il y a beaucoup de gens ici qui étaient présents et qui ont entendu la même chose.

Je ne suis pas un élu. Je suis un citoyen. Je prends cette route-là depuis 56 ans. On en a vu, des accidents. On a entendu beaucoup aussi parler de gens qui ont perdu des membres de leur famille. Tant que ça ne t'arrive pas, tu n'y crois pas, puis, quand ça t'arrive, ça fesse. Ce qu'on demande au ministre Bonnardel aujourd'hui, c'est de respecter ce qui a été inscrit au PQI il y a deux ans et de procéder à une annonce pour nous annoncer qu'il y aura un nouvel axe à quatre voies sur 12 kilomètres entre Labelle et Rivière-Rouge pour éviter que la fréquence à peu près de trois décès par année sur cette portion de la 117, sur quelques dizaines de kilomètres, continue de se répéter parce que ça devient intenable, insupportable. Et j'aimerais ça qu'on ne soit pas ici dans 10 ans pour en parler à nouveau. Merci.

Mme St-Pierre : J'ajouterais que c'est vraiment l'incompréhension la plus totale parce qu'en mai 2018 notre collègue, ici, qui était ministre des Transports, André Fortin, a annoncé l'élargissement de la route à quatre voies. Il a annoncé une inscription au Plan québécois des infrastructures. Il a annoncé la création d'un bureau de projet. Donc, tout était en place pour poursuivre ce travail. Alors, ce que nous demandons à la Coalition avenir Québec, au ministre des Transports, c'est de poursuivre ce travail. La population veut l'élargissement à quatre voies. C'est une question de sécurité. C'est une question de sauver des vies. Alors, il est temps d'agir. Et ces personnes-là n'ont pas fait cinq heures de route pour rien aujourd'hui. Alors, nous espérons que le dossier va débloquer le plus rapidement possible.

Je veux saluer, en terminant, le travail de Sylvain Pagé, qui était à l'époque député de Labelle. Sylvain a travaillé en collaboration avec nous, a travaillé d'arrache-pied sur ce dossier-là. Et je pense que, s'il était avec nous aujourd'hui, il dirait exactement la même chose. Tout le monde a entendu et compris la même chose, élargissement à quatre voies sur 12,5 kilomètres. Merci.

La Modératrice : Alors, merci beaucoup, Mme St-Pierre, M. Coiteux, M. Charette, donc, et merci à vous tous pour avoir été présents. Alors, tel que mentionné plus tôt, je prends les questions uniquement sur le sujet du jour. Alors, par la suite, Mme St-Pierre et M. Barrette seront disponibles pour une mêlée de presse.

M. Lecavalier (Charles) : Oui, bonjour. Charles Lecavalier, du Journal. Je voulais savoir qu'est-ce qui vous fait croire que le ministre s'apprête à reculer. Qu'est-ce qui fait que vous sortez aujourd'hui, là...

M. Barrette : C'est très simple, ce sont ses propres propos. Alors, il est allé... Vous savez, ce n'est pas la première fois que j'en parle. J'ai fait personnellement des entrevues dans les différents médias de la région, journaux, radio. Et, à la suite de ces démarches-là, entrevues-là, le ministre s'est senti obligé, manifestement, d'aller rencontrer les gens sur place et il a évoqué clairement lui-même que... D'abord, il n'a pas mentionné le projet à quatre voies. Il a évoqué lui-même qu'il pouvait y avoir d'autres solutions.

Alors, vous savez, en politique, quand on évoque qu'il y a d'autres solutions, bien, ça veut probablement dire la plupart du temps que ce qui a été écrit dans les documents officiels n'est pas la première option. C'est lui qui fait cette situation-là. C'est lui, par ses propos non rassurants, non engagés, non engageants, qui fait en sorte que ces gens-là sont ici aujourd'hui. Ils sont ici aujourd'hui parce qu'au lieu d'aller les voir puis leur dire : On va de l'avant, il y a un bureau de projet, on commence les réflexions et on va faire la construction le plus rapidement possible, non, on va voir les gens pour leur dire : Bien, savez-vous, il y a peut-être d'autres possibilités.

Ce qui m'importe, c'est la sécurité. On s'entend là-dessus, hein, avec le ministre, la sécurité d'abord. On s'entend. Mais tout le monde convient, et c'est ce qu'on avait compris, tout le monde, que la sécurité passait par un réaménagement à quatre voies. Aujourd'hui, ce n'est presque plus prononcé par le ministre.

M. Lecavalier (Charles) : Vous le dites vous-mêmes, on le sait depuis longtemps, là. Vous citez les statistiques de 2010. Pourquoi les gouvernements précédents ont tardé à agir? Pourquoi c'est aussi long de faire cet élargissement?

M. Barrette : Bien, c'est-à-dire que nous, on a fait notre travail. Vous le savez comme moi, pour arriver à inscrire un projet au PQI, il faut avoir fait une réflexion avant. Il faut avoir regardé les pour, les contre, consulté de façon au moins préliminaire pour aller de l'avant et l'inscrire. Et vous savez qu'au PQI on a passé une loi, notre gouvernement. On n'inscrit pas un projet s'il n'est pas budgété. Alors, nous, on a fait la réflexion pendant notre mandat et, au bon moment, au moment approprié, on l'a inscrit parce qu'on savait qu'on allait le faire et qu'on pouvait le faire parce qu'on avait budgété. Alors, nous, pour nous, c'est un dossier qui était clos, clos au sens où la réflexion, elle est terminée. La prochaine étape, c'est : On avance dans les travaux, les plans et ainsi de suite. Là, aujourd'hui, là, on recule, et ça, ce n'est pas acceptable.

M. Lecavalier (Charles) : Est-ce que vous croyez que le ministre, quoi, veut faire du ménage dans le PQI? Il veut tasser des projets pour...

M. Barrette : Bien, écoutez, il faudra lui poser la question. Mais il y a une chose qui est claire, c'est qu'aujourd'hui on ne passe pas à l'étape de la planification, là. Au moment où on se parle, on est encore à la réflexion, réflexion qui a déjà été faite. Alors, je voudrais bien que le ministre vienne dire à tous ceux qui ont réfléchi et travaillé là-dessus, incluant les gens qui nous entourent... ont mal fait leur travail. Si c'est ça qu'il veut dire, qu'il le dise, mais il ne dira jamais ça.

Alors, moi je pense qu'actuellement il y a un enjeu réel, décisionnel d'aller de l'avant. Le ministre ne le fait pas. Je l'ai dit à plusieurs reprises dans le passé, je vous l'ai dit à vous-même et à la plupart des journalistes, ils font des choix budgétaires qui ne sont pas les bons. Alors, l'argent qui est dépensé à une place, il n'est pas dépensé à l'autre place. Est-ce que les choix budgétaires de ce gouvernement-là vont continuer à mettre à risque la population qui circule sur la 117 entre Labelle et Rivière-Rouge? Il ne faudrait pas. Et il faudrait donc que maintenant la décision soit prise. Il y a un budget, là, dans quelques semaines. Qu'est-ce qu'on va voir dans le budget? Est-ce qu'on va juste voir une écriture ou on va voir que le projet passe à la prochaine étape, l'étape qui fait qu'on commence toute la démarche pour en arriver à la réalisation? Là, actuellement, on n'a pas cette réponse-là. Et en fait la réponse que l'on a va un peu dans le sens contraire.

M. Zappa (Pierre-Olivier) : Bonjour, M. Barrette. D'abord, je voudrais saluer l'engagement des citoyens qui vous accompagnent, là, qui veulent améliorer la sécurité de leurs concitoyens. Je vois qu'il y a de l'émotion, quand même. Néanmoins, sur le plan politique, M. Barrette, si je ne m'abuse, en 2018, votre gouvernement n'avait pas précisé les termes du réaménagement, et on se trouve aujourd'hui avec un gouvernement qui, encore là, si je ne me trompe pas, analyse le dossier et veut présenter ses intentions au cours des prochains mois.

M. Barrette : Alors, je vais d'abord m'allier à vous. Il y a quatre familles ici qui sont représentées, qui ont un proche qui est décédé. Il y en a quatre. Bon, tout le monde ne pouvait pas venir, mais il y en a quatre. C'est beaucoup parce qu'il y a eu beaucoup de décès dans les accidents. Il y en a eu trop.

Maintenant, pour ce qui est de notre intention, je vais vous corriger. Si vous allez voir le PQI de 2018, les termes sont clairs : «Réaménagement à quatre voies de la route 117 entre Labelle et Rivière-Rouge». Moi, je ne sais pas comment plus clair ça peut être, là, mais c'était clair. Et, dans le PQI de 2019, c'est encore ça qui est écrit. Et là, aujourd'hui, ce qui est prononcé dans la bouche du ministre, ce n'est pas ça.

M. Zappa (Pierre-Olivier) : Est-ce que vous avez discuté directement avec le ministre des préoccupations des gens qui vous entourent au cours des dernières semaines?

M. Barrette : Bien, aux dernières nouvelles, savez-vous quoi, ils ont une députée caquiste. Ils ont une voix là qui peut parler au ministre à l'intérieur même de leur caucus. Alors, fait-elle son travail, ne fait-elle pas son travail? Ça, c'est une autre chose. Mais ils ont une députée caquiste, là. Et moi, je peux vous dire que les gens qui sont ici représentent une fraction des gens qui s'expriment sur ce dossier-là dans les Laurentides et ils s'expriment très clairement. Vous n'avez qu'à lire les journaux là-bas et écouter les radios là-bas. Je ne peux pas croire que la députée de Labelle ne les écoute pas. Si elle ne les écoute pas, c'est son problème. Mais le canal de communication pour se rendre au ministre, il n'est pas juste ouvert, le volume est au maximum. Alors, s'il y a quelqu'un là-bas qui ne fait pas sa job comme la députée de Labelle, c'est son problème. La population jugera. Mais il y a une chose qui est certaine, les voix sont exprimées et doivent ipso facto se rendre au ministre. J'en rajoute aujourd'hui avec le plus grand des plaisirs parce que c'est un enjeu qui est réel et il faut trouver une solution rapidement.

M. Zappa (Pierre-Olivier) :  Merci.

M. Barrette : Il n'y a pas de quoi.

La Modératrice : Merci beaucoup. Merci à tous.

M. Barrette : Ça va? Merci.

(Fin à 12 h 49)

Participants


Document(s) Related