National Assembly of Québec - Return to homepage

National Assembly of Québec - Return to homepage

To use the Calendar, Javascript must be activated in your browser.
For more information

Home > News and Press Room > Press Conferences and Scrums > Point de presse de Mme Claire Samson, députée d’Iberville

Advanced search in the News and Press Room section

Start date must precede end date.

Point de presse de Mme Claire Samson, députée d’Iberville

Version finale

Monday, January 31, 2022, 14 h

Hall principal de l'hôtel du Parlement, hôtel du Parlement

(Quatorze heures)

Mme Samson : Bonjour, tout le monde. Merci d'être là. Alors, on se prépare pour une dernière session qui devrait être assez occupée et mouvementée. Et, à cet effet, bon, demain commencent les auditions pour le projet de loi n° 11, celui qui vise à accroître la disponibilité des médecins, l'accès à un médecin de famille.

Alors, projet de loi, d'ailleurs, que, la semaine dernière, le leader du gouvernement voulait repousser plus loin dans le temps, puis j'ai insisté, et c'était conditionnel à ce qu'il ait mon consentement pour le déroulement de cette semaine. Dans l'état actuel de la santé au Québec, là, je pense qu'il est temps que les Québécois sentent qu'on s'occupe de leur santé d'une façon générale. Alors, finalement, il a donné des dates pour cette semaine, donc on va faire ça cette semaine. Ça devrait être bon.

J'avais aussi demandé à ce que l'Assemblée nationale revienne siéger au complet. Et là j'ai parlé au secrétaire général de l'Assemblée nationale, qui m'a dit que... Bien, Simon Jolin-Barrette m'avait répondu que c'était la recommandation de la Santé publique. Je lui avais demandé la recommandation écrite de la Santé publique. Comme il n'y en avait pas, ils ont mis le singe sur l'épaule du secrétaire général qui m'a appelée pour m'expliquer qu'il avait eu des contacts avec la Santé publique puis qu'eux proposaient ou suggéraient de continuer à siéger comme ça se fait depuis plusieurs mois déjà.

Alors, j'étais bien déçue parce qu'il faut comprendre que, quand on siège à 60 quelque députés, il y a la moitié des Québécois qui ne sont pas représentés à l'Assemblée nationale, et ça, ce n'est pas normal. Et puis, moi, l'argument que j'ai servi au secrétaire général, j'ai dit : Comment peut-on faire rentrer des milliers d'enfants dans des écoles mal ventilées, mais pas 125 députés au salon bleu et au salon rouge? Je ne comprends pas. C'est une des choses que je ne comprends pas dans les décisions du gouvernement.

Je lui ai aussi demandé d'appeler le projet de loi n° 898, qui est le projet de loi que j'ai déposé de façon à mieux encadrer l'urgence sanitaire au Québec. Je pense que le régime de tsarisme a assez duré, là. La gouvernance par décrets et par édits, là, je pense que ça suffit. Et M. Jolin-Barrette m'a dit que non, il n'allait pas l'appeler et qu'il allait lui-même déposer un projet de loi étapiste pour la levée de l'urgence sanitaire. Donc, j'imagine que le projet de loi va leur permettre de continuer à faire ce qu'ils aiment bien faire, dans le régime actuel, c'est-à-dire contourner les conventions collectives, octroyer des contrats sans appel d'offres, et que sais-je d'autres. En tout cas, on va attendre de voir ce que ça donne. Mais moi, je vais continuer d'insister pour qu'ils appellent le projet de loi n° 898.

Il y a plusieurs autres choses qui vont garder notre attention très allumée au cours des prochaines semaines. Comme je vous dis, c'est la dernière session avant les élections générales. Il y a les élections partielles qui vont nous tenir occupés aussi. Mais je vais laisser M. Duhaime vous en parler un peu plus.

M. Duhaime (Éric) : Merci beaucoup, Claire. Merci, tout le monde, d'être là. Moi, aujourd'hui, je veux vous parler de quelque chose qui s'est passé vendredi soir dernier, parce que souvent, malheureusement, il y a des gouvernements qui essaient de nous en passer des petites vites quand l'opposition, les médias et même la population a la tête au week-end.

Vous savez comme moi que le ministère de la Santé et des Services sociaux a émis un communiqué de presse en fin d'après-midi, vendredi, au sujet de la dose de rappel pour ceux qui ont eu la COVID-19 au cours des dernières semaines. Je fais partie de ce groupe-là, mais je suis loin d'être le seul. Il y a un sondage Angus Reid, d'ailleurs, qui a été rendu public il y a quelques heures, qui nous apprend qu'un Québécois sur quatre dit avoir contracté la COVID-19 pendant la période des fêtes ou juste un petit peu avant, juste un petit peu après, là, ce qui est énorme. On parle d'un point quelque million, peut-être plus, de Québécois qui auraient contracté la COVID pendant cette période-là. C'est beaucoup, beaucoup plus de gens que de non-vaccinés au Québec, mais ça, ça ne méritait pas une conférence de presse pour nous expliquer qu'est ce qu'il faut faire pour ces gens-là.

Dans le communiqué de presse, aussi, il y a des contradictions puis il y a des questions. Ça soulève plus de questions que ça nous donne de réponses. On y écrit notamment que le ministère de la Santé et des Services sociaux précise, et je cite, «que la recommandation de la Santé publique pour ces personnes est maintenue». On se souvient qu'il y a environ trois semaines le ministre de la Santé, Christian Dubé, nous avait dit que, dès que nos symptômes étaient disparus, il fallait aller se faire triple vacciner. Pourtant, le communiqué émis vendredi nous dit, au contraire, d'attendre au minimum huit semaines après la disparition des symptômes et même d'attendre, idéalement, trois mois.

Toujours vendredi, le Comité sur l'immunisation du Québec a conclu, lui, que la dose rapide, et je cite, «paraît peu utile». Ce n'est pas mes mots, c'est les mots du communiqué du Comité de l'immunisation du Québec. Et on ajoute même, et je cite encore, la phrase : «Attendre l'arrivée de nouveaux vaccins offrant une gamme de protection étendue serait la meilleure option dans ce cas.» Donc, le Comité de l'immunisation du Québec nous dit d'attendre, idéalement, un autre vaccin qui offrirait une meilleure protection dans ces cas-là.

La Dre Quach, le Dr Weiss, que vous avez bien vus pendant la crise, ont aussi, depuis deux semaines, émis des avis à l'effet que cette dose était, dans notre cas, inutile et ne comportait aucun bénéfice. Et, comme si ce n'étaient pas assez de contradictions, hier, à Tout le monde en parle, le Dr Boileau est allé dire que, oui, c'était correct, mais il fallait avoir eu un test PCR. Je ferai remarquer que ça fait un petit bout que les gens ne peuvent plus passer de tests PCR. Ça a été mon cas aussi. Même les tests rapides, on ne réussissait pas à en voir dans les pharmacies près de chez nous.

Donc, pourquoi il y a autant de confusion? Pourquoi le gouvernement a des messages aussi contradictoires? C'est la question que des centaines de milliers de Québécois se posent à l'heure actuelle. Et la réponse, elle se trouve peut-être à la dernière ligne du communiqué de presse, toujours émis vendredi en fin de journée, où on écrit, et je cite : «Rappelons que, lorsque toute la population aura eu l'occasion de recevoir sa dose de rappel, le statut "adéquatement protégé" pour le passeport vaccinal passera à trois doses.»

Donc, plusieurs se posent la question, et j'en suis : Est-ce que le gouvernement, pour des raisons politiques, pour pouvoir accélérer l'arrivée du trois-doses sur le passeport vaccinal, est en train de nous donner une information qui va à l'encontre de ce que les scientifiques nous disent? C'est quelque chose de quand même assez sérieux, là. On se fait injecter quelque chose dans le corps. On voudrait savoir si, oui ou non, le moment est approprié. On voit de plus en plus d'études. Même le CDC en parle, là, que les gens qui ont eu la COVID ont une meilleure résistance que ceux qui ont eu la troisième dose.

Donc, je pense que ça serait important de tenir une conférence de presse et de faire la lumière là-dessus, là. Qui dit vrai? Parce que ce n'est pas un quiz, là, puis ce n'est pas drôle, là. Est-ce que c'est le ministre de la Santé, M. Dubé, qui dit la vérité? Est-ce que c'est le directeur de la Santé publique, M. Boileau, qui dit la vérité? Ou est-ce que c'est le Comité d'immunisation du Québec qui dit la vérité? Les Québécois, ce n'est pas tous des microbiologistes, là. On veut se fier à une source fiable. On veut que ça soit la science et non la politique qui va dicter notre choix pour notre troisième dose.

Donc, aujourd'hui, je veux vous annoncer que le Parti conservateur du Québec réclame essentiellement quatre choses, là, par rapport à ça. La première, d'abord, évidemment, c'est de lever toute confusion sur cet enjeu-là. C'est excessivement important. On est des centaines de milliers de Québécois qui attendons une réponse claire. Deuxièmement, on réclame que la troisième dose n'apparaisse pas sur le passeport vaccinal, là. L'espèce d'épée de Damoclès, là, il faut arrêter ça, là. On ne peut pas, pour des raisons politiques, vouloir pousser une troisième dose, alors que la science nous dicte peut-être autre chose. Et la troisième demande qu'on fait, il y a déjà trois provinces au Canada qui l'ont faite, au moment où on se parle, ils ont annoncé que le passeport vaccinal va être aboli au cours des prochaines semaines, des prochains mois. On demande une date de la levée du passeport vaccinal pour l'ensemble des Québécois. Et finalement, c'est relié à ça aussi, là, on a tout ce débat que le gouvernement veut déposer un projet de loi pour une taxe vaccinale. Vous ne serez pas surpris d'apprendre qu'on s'oppose vigoureusement à cette idée. Puis on apprend, de temps en temps, des bribes d'informations, là, que ça serait de 1 $ à 800 $. On attend encore de voir le projet de loi pour tous les détails, mais ça nous semble clairement aller contre le principe de l'universalité qui est cher à plusieurs Québécois.

Donc, sur ce, je vais prendre vos questions si vous en avez.

M. Larin (Vincent) : ...sur la conférence de presse la semaine dernière. Vous nous aviez dit, concernant votre demande de lever toutes les mesures sanitaires, que vous aviez consulté une équipe de scientifiques. Vous nous aviez dit cinq, six. Votre parti nous a proposé le nom de M. Elayoubi en entrevue. C'est la seule personne qu'on a entendue. Est-ce que vous dites, aujourd'hui, que vous avez plus de scientifiques dans votre équipe que seulement M. Elayoubi?

M. Duhaime (Éric) : Absolument, M. Elayoubi a d'ailleurs dit qu'il était le porte-parole de ce comité-là.

M. Larin (Vincent) : Qui?

M. Duhaime (Éric) : Bien, écoutez, les personnes... On va l'annoncer dans les prochaines semaines, là, mais on va y aller graduellement. Il y a des personnes qui, pour des raisons professionnelles, ne peuvent pas nécessairement parler aux médias, au moment où on se parle, mais...

M. Larin (Vincent) : ...consultez des scientifiques, mais vous ne pouvez pas nous donner leurs noms.

M. Duhaime (Éric) : Bien, c'est-à-dire que, non, je ne peux pas, je ne veux pas que ces gens-là se retrouvent sous les projecteurs, mais je veux avoir quand même leurs informations, là, comme tout le monde, là. C'est une discussion que j'ai avec ces médecins-là.

M. Robillard (Alexandre) : Je ne comprends pas pourquoi vous dites qu'il y a un problème à ajouter la troisième dose dans le passeport vaccinal, si la consigne qui semble avoir été celle qui a été émise vendredi vous apparaît claire, c'est-à-dire...

M. Duhaime (Éric) : Bien, elle ne m'apparaît pas claire.

M. Robillard (Alexandre) : Mais pourquoi? Parce que...

M. Duhaime (Éric) : Elle ne m'apparaît pas claire parce que, quand je lis que le Comité d'immunisation du Québec nous dit que ça doit... on serait mieux d'attendre l'arrivée d'un nouveau vaccin qui va offrir une gamme de protection étendue, que ça serait la meilleure option dans notre cas, puis là ils disent deux mois, d'autres disent trois mois, d'autres disent six mois, il y a quand même un écart, là. Et, même hier, là... Puis là, en plus de ça, on se fait dire : Si vous avez un test PCR. Donc, si on n'a pas de test PCR, qu'est-ce qui arrive? Parce que l'écrasante majorité de ces gens-là, à part les travailleurs de la santé, là, on n'en a pas, de tests PCR, là.

M. Robillard (Alexandre) : Puis est-ce que votre comité scientifique vous a fourni des éléments qui vous permettent de savoir qu'est-ce qui serait contre-indiqué?

M. Duhaime (Éric) : Bien, c'est eux qui m'ont envoyé, justement, les notes, là, contradictoires qui émanent du gouvernement, actuellement, puis des autorités.

Mme Prince (Véronique) : Est-ce que vous, vous la voulez, la troisième dose? Qu'est-ce que vous allez...

M. Duhaime (Éric) : Bien, écoutez, là, comme je vous ai dit, là, moi, là, je suis un politicien, je ne suis pas un médecin. D'ailleurs, c'est pour ça que, depuis le début, moi, je dis aux gens qui me disent : Est-ce que vous demandez aux gens d'aller vous faire vacciner?, je leur dis : Allez voir votre médecin. Moi, je fais confiance aux scientifiques, mais je veux qu'on puisse avoir l'heure juste, parce qu'à l'heure actuelle il y a beaucoup de confusion, on n'a aucune certitude. Puis il y a un essoufflement dans la population, hein, vous le sentez beaucoup. Vous voyez que, la troisième dose, il y a plus de réticence, même le Dr Boileau en a encore parlé hier. Il y a, quoi, à peine 40 % des Québécois, là, qui sont allés pour leur troisième dose? Ça n'aide pas à la cohésion puis ça n'aide pas à convaincre les gens quand il y a des messages contradictoires. Ça fait juste alimenter le scepticisme de plusieurs.

Mme Prince (Véronique) : Ma question, c'est que... Comme chef de parti, là, vous représentez des gens. Est-ce que vous allez chercher votre troisième dose, vous, personnellement? Est-ce que vous la voulez?

M. Duhaime (Éric) : Bien, ce que je dis, c'est, présentement, là, moi, j'ai eu la COVID, O.K., je l'ai eue dans le temps des fêtes, comme des centaines de milliers d'autres Québécois, là, semble-t-il, un Québécois sur quatre, si on se fie au sondage de ce matin. Là, je me fais dire d'attendre au moins huit semaines. Là, de toutes les recommandations, là, il y en a juste une, il y a juste le ministre de la Santé qui a dit qu'il fallait que j'y aille dès que mes symptômes étaient finis. Mais tous les autres disent deux, trois, six mois ou attendre un nouveau vaccin.

M. Larin (Vincent) : Qui dit six mois?

M. Duhaime (Éric) : Bien, qui dit six mois? Attendez, là, je pense que c'est... Là, je ne sais pas si c'est la Dre Quach ou Weiss, là, je vais vérifier, mais il avait dit trois à six mois.

M. Larin (Vincent) : ...fait partie du CIQ, M. Duhaime.

M. Duhaime (Éric) : Pardon?

M. Larin (Vincent) : Dre Quach, elle fait partie du CIQ.

M. Duhaime (Éric) : Je sais, mais elle a dénoncé...

M. Larin (Vincent) : Le CIQ recommande trois mois idéalement.

M. Duhaime (Éric) : Oui, mais le CIQ dit : Attendre l'arrivée de nouveaux variants offrant une gamme de protection étendue serait la meilleure option. Ça, c'est le CIQ, là, ce n'est pas moi qui le dis, là. Allez voir le communiqué de presse qui a été émis vendredi après-midi du CIQ.

M. Lacroix (Louis) : ...ne répondez pas à la question de Véronique. Véronique, elle vous demande : Est-ce que vous la voulez, la troisième dose?

M. Duhaime (Éric) : Je vais y aller, si c'est scientifiquement prouvé qu'il faut que j'y aille puis que c'est le bon moment. Mais, si, présentement, mes anticorps sont meilleurs qu'une troisième dose, je vais me contenter de mes propres anticorps. Mais je ne peux pas... je n'ai pas les connaissances pour juger si, oui ou non, je dois aller pour une troisième dose. Je ne suis pas contre la science, je ne suis pas contre les vaccins, je veux juste avoir de l'information claire venant de nos gouvernements.

M. Lacroix (Louis) : Mais vous demandez quand même la levée du passeport vaccinal.

M. Duhaime (Éric) : Oui.

M. Lacroix (Louis) : Pourquoi?

M. Duhaime (Éric) : Bien, parce que, ça aussi, on attend encore les preuves. Vous avez été, comme moi, là, puis il y en a peut-être qui ont été à la quincaillerie, ce week-end, attendre à moins 30 dehors, là. On n'a pas encore de preuve scientifique pour nous dire que ça va changer quelque chose, que les gens qui vont dans les magasins... Écoutez, là, quand c'est rendu que des magasins ferment des sections pour pouvoir avoir un espace plus petit pour pouvoir accueillir les gens qui n'ont pas de passeport, ne venez pas me faire accroire que ça aide à cesser la propagation du virus, là. Il y a des incohérences, dans cette politique-là, de plus en plus de Québécois les voient, puis c'est ces incohérences-là puis ces contradictions-là qui font en sorte que les Québécois sont en train de décrocher.

D'ailleurs, toujours dans le sondage d'Angus Reid d'aujourd'hui, vous voyez que le Québec est la deuxième province au Canada où les Québécois souhaitent le plus la levée des mesures sanitaires : 59 % des Québécois. Il y a juste 34 % des Québécois, présentement, qui pensent qu'il faut maintenir les mesures sanitaires. On est beaucoup moins supporteurs des mesures sanitaires, présentement, que le reste du Canada, alors que ça a été le contraire depuis le début de la crise. C'est ici où l'opinion publique est en train de virer de bord. On le voit aussi dans les sondages d'opinion publique par rapport à la popularité du gouvernement et de la CAQ dans les sondages.

Donc, il y a quelque chose qui est en train de se passer, au Québec, et le gouvernement est en train de perdre la confiance de la population avec ses messages contradictoires à répétition.

M. Laforest (Alain) : Qu'est-ce que vous répondez à Justin Trudeau qui a dit ce midi : Les politiciens qui cultivent la peur devront vivre avec les conséquences?

M. Duhaime (Éric) : Excusez-moi, je n'ai pas compris la fin de votre...

M. Laforest (Alain) : Les politiciens qui cultivent la peur devront vivre avec les conséquences.

M. Duhaime (Éric) : Bien, écoutez, là, je pense que la peur, elle a beaucoup été véhiculée par nos élus actuels. Je pense qu'ils ont beaucoup fonctionné là-dessus pour nous imposer des mesures liberticides sans preuve scientifique.

Des voix : ...

M. Duhaime (Éric) : Attendez. Un à la fois, s'il vous plaît.

M. Laforest (Alain) : Est-ce que vous soutenez ce qui se passe actuellement à Ottawa? Et est-ce que vous demandez à ces gens-là de venir se faire entendre à Québec cette semaine?

M. Duhaime (Éric) : Écoutez, d'abord, je veux leur dire que, moi, il y a plusieurs de leurs revendications que j'appuie, je l'ai dit publiquement et je le répète ici aujourd'hui. Et, si les camionneurs sont rendus dans la rue, aujourd'hui, à faire un convoi, c'est parce qu'on a des remparts, dans notre démocratie, là, qui devaient défendre, justement, notre système démocratique, qui devaient défendre nos droits civiques, qui ont lamentablement échoué. Je pense notamment à des fédérations ou des regroupements de gens d'affaires, le Barreau, les tribunaux, les défenseurs des droits civiques. Il y a très peu de gens qui se sont levés par rapport à la dérive que le Québec a subie depuis deux ans. Et il a fallu que les camionneurs se lèvent, et ça, moi, je suis obligé de dire que les camionneurs ont fait ce que d'autres auraient dû faire bien avant.

M. Laforest (Alain) : Se promener avec des drapeaux nazis ou des drapeaux confédérés, danser sur la Tombe du soldat inconnu...

M. Laforest (Alain) : Non, ça, c'est tout à fait inacceptable, vous avez raison, M. Laforest, de le souligner. Mais je comprends que, sur des centaines de milliers, là, on parle de quelques cas isolés. Mais, dans l'ensemble, j'ai lu aussi, en fin de semaine, que la police d'Ottawa disait qu'elle ne rapportait aucun incident majeur. Je veux féliciter les manifestants puis les camionneurs pour ça. Je suis très heureux de voir qu'ils ont manifesté d'une façon, somme toute, pacifique.

M. Bossé (Olivier) : Mais, les mesures sanitaires relevant des provinces, est-ce qu'ils devraient plutôt venir ici devant l'Assemblée nationale? Les camions stationnés ici, sur Honoré-Mercier, cette semaine...

M. Duhaime (Éric) : Oui, je comprends ce que vous dites. Mais, en même temps, à l'origine, là, si on retourne au départ, là, la raison pourquoi les camionneurs, initialement, se sont dirigés vers Ottawa, c'est parce qu'il y a une mesure qui les empêche de traverser...

M. Bossé (Olivier) : ...encourager à venir ici?

M. Duhaime (Éric) : C'est parce qu'il y a une mesure qui les empêche de traverser la frontière s'ils ne sont pas vaccinés. On parle de 10 % à 15 % des camionneurs. Écoutez, moi, là, les gens... Depuis le début, vous le savez, il y a des manifestations. Ce n'est pas la première qu'on a, hein? Il y a eu des manifestations relativement importantes depuis deux ans. J'en ai moi-même coorganisé quelques-unes. Puis je pense que c'est un droit tout à fait fondamental en démocratie, là, de pouvoir manifester notre opposition au gouvernement.

M. Bossé (Olivier) : Vous pensez qu'ils devraient venir ici cette semaine?

M. Duhaime (Éric) : Bien, écoutez, ce n'est pas moi qui...

M. Bossé (Olivier) : ...la reprise des travaux.

M. Duhaime (Éric) : D'abord, je ne connais pas les dirigeants de ces manifestations-là, là, je ne leur ai pas parlé. Ils font ce qu'ils veulent, là, ils n'ont pas de… je n'ai pas d'ordres à leur donner.

M. Lacroix (Louis) : Est-ce que cette manifestation-là représente le... Je vais utiliser les mots de Gabriel Nadeau-Dubois, la semaine dernière. Il voyait là-dedans, lui, le germe d'une polarisation qui peut mener vers une radicalisation. Est-ce que vous êtes de cet avis-là?

M. Duhaime (Éric) : Bien, je pense que la polarisation actuelle, elle est causée et créée par un gouvernement qui nous impose des mesures toujours plus liberticides, sans fondement scientifique. Et je pense que c'est là qu'on a assisté à un nouveau clivage au Québec. Et, pour moi, ultimement, les responsables de ce qui se passe présentement, c'est nos dirigeants qui ont poussé le bouchon un peu trop, là. Je m'excuse, mais, en fin de semaine, vous avez peut-être écouté les deux excellents matchs d'ailleurs de la NFL, là. Vous avez vu des gens, 70 000, 80 000 personnes entassées dans des stades sans masque, sans distanciation sociale, dans des États où le taux de vaccination est inférieur à celui du Québec. Et, pendant ce temps là, nous, il faudrait applaudir le gouvernement qui va nous permettre, à partir de ce soir, d'être quatre personnes, deux bulles, dans nos maisons? Je pense qu'il y a ça aussi qui est en train de... la réalité puis ce qui se passe ailleurs est en train de rattraper le gouvernement.

M. Bossé (Olivier) : ...qui viennent se stationner ici, cette semaine, vous allez les appuyer?

M. Duhaime (Éric) : Écoutez, moi, je n'appuie pas la... Moi, là, mon but, là, ce n'est pas d'être à la tête des manifestations, mon but, c'est de faire entrer ces idées-là au salon bleu à l'Assemblée nationale. Moi, c'est pour ça que je suis revenu en politique, c'est parce que ces idées-là, ce n'est pas normal qu'il y ait juste Claire Samson, sur 125, qui défende ce que de plus en plus de Québécois réclament. Quand je vois 59 % des gens qui disent que c'est assez, les mesures sanitaires, c'est le discours que j'avais ici, devant vous, il y a deux semaines. Je n'ai pas vu beaucoup d'élus dire la même chose. Et c'est ça, il y a un déficit démocratique présentement, à l'Assemblée nationale du Québec, puis nous, en tant que conservateurs, on est ici pour combler ce déficit-là.

M. Robillard (Alexandre) : ...est-ce que ce serait plus facile pour vous de les faire entrer au Parlement avec l'appui de manifestants camionneurs?

M. Duhaime (Éric) : Bien, écoutez, les camionneurs, comme toutes les autres personnes. D'ailleurs, j'ai vu, en fin de semaine, puis j'étais très content de voir qu'il y a même des reportages... Je vais prendre... je pense c'est Félix Séguin, à TVA, qui interviewait les manifestants à Ottawa, puis on voyait que l'écrasante majorité des gens qui lui parlaient, c'étaient des gens qui étaient déjà doubles vaccinés. Ce n'était pas nécessairement juste des camionneurs, c'était des familles, c'était du monde, comme, ordinaire. Les Québécois sont écoeurés, il n'y a pas juste les camionneurs qui en ont soupé, là.

M. Robillard (Alexandre) : ...que le gouvernement a agi de façon liberticide. Selon vous, est-ce que ça contribue à la polarisation?

M. Duhaime (Éric) : C'est clair. Pourquoi vous pensez que c'est au Québec présentement que les gens supportent le moins les mesures sanitaires selon un sondage de ce matin? C'est parce qu'on a les mesures les plus liberticides puis parce qu'on a un gouvernement qui a utilisé ça de façon le plus abusive depuis le début de la crise.

M. Robillard (Alexandre) : Mais vous, est-ce que vous pensez qu'avec votre discours vous contribuez à la polarisation?

M. Duhaime (Éric) : Non, je contribue à donner une voix démocratique à ces idées-là, ici, à l'Assemblée nationale, parce qu'il y a 124 élus qui ne le font pas.

M. Laforest (Alain) : ...de votre association de Taschereau en fin de semaine, vous l'avez lu?

M. Duhaime (Éric) : Non. Je l'ai vu. Je sais...

M. Laforest (Alain) : Eux, ils sont d'accord à ce que des camionneurs viennent. Et puis ils disent que Mme Dorion, elle va les entendre s'ils viennent ici, à Québec.

M. Duhaime (Éric) : J'ai vu ça qu'il y avait une militante dans Taschereau qui avait écrit ça sur les réseaux sociaux.

M. Laforest (Alain) : ...militante, là, c'est Association de Taschereau, Parti conservateur du Québec. On n'appelle pas ça une militante, là, on appelle ça une association.

M. Duhaime (Éric) : C'est une militante qui a écrit ça. Vous avez vu aussi qu'ils l'ont enlevé puis ils ont expliqué pourquoi. Il y a eu un rectificatif qui a été fait par rapport à ça dans les heures qui ont suivi.

M. Laforest (Alain) : Mais qu'est-ce que vous en pensez?

M. Duhaime (Éric) : Bien, écoutez, je ne peux pas... J'ai le choix de soit je censure les militaires ou soit je les laisse exprimer des choses puis, quand je ne suis d'accord, je leur dis. Il n'y a pas... Moi, je crois à la liberté d'expression. Ils l'ont dit, peut-être que... Tu sais, c'est quoi l'alternative, qu'on ferme les réseaux sociaux pour ces militants-là?

M. Robillard (Alexandre) : Mais, si ça a été retiré, est-ce que c'est parce que ça a été censuré?

M. Duhaime (Éric) : Non, ça n'a pas été censuré. Elle a été appelée, puis elle a compris que ça pouvait avoir un double sens, et elle n'avait pas vu ça de cette façon-là. Mais il y a plusieurs personnes qui le lisaient puis qui l'interprétaient différemment.

Mme Prince (Véronique) : M. Duhaime, contrairement, par exemple, aux États-Unis ou ailleurs, on a quand même beaucoup d'hospitalisations encore. Alors, la levée des mesures, plus de libertés comme vous demandez, ça ne va pas régler le problème qu'on a dans le réseau, là.

M. Duhaime (Éric) : Moi, je regarde les courbes partout, même en Europe initialement, parce que c'est arrivé avant... La courbe suit sensiblement le même... On parle des mêmes courbes à peu près partout, mesures sanitaires ou pas, hein, on voit que ça n'a pas nécessairement un impact majeur. Et présentement...

Mme Prince (Véronique) : ...notre réseau, qui est différent de celui des autres.

M. Duhaime (Éric) : Au moment où on se parle, c'est quoi? Il reste 223 personnes aux soins intensifs à l'heure actuelle. Un système qu'on met 1 milliard de dollars par semaine, qui n'est pas capable de soigner 223, puis il faut confiner des millions de Québécois parce que notre réseau de la santé est incapable d'être efficace puis de soigner 223 personnes? C'est ça qu'il faut se poser comme question. Le problème, ce n'est peut-être pas la COVID, c'est peut-être notre système de santé totalement inefficace.

M. Robillard (Alexandre) : Le fait que, la semaine dernière, vous l'avez probablement entendu, l'INESSS nous disait que la situation actuelle dans les hôpitaux ne laisse pas entrevoir que le niveau de délestage va descendre, là. On est au-dessus du niveau maximal...

M. Duhaime (Éric) : Ça fait deux ans qu'on entend ce discours-là, monsieur, en tout respect, là. Puis ça fait deux ans... Est-ce qu'on a une capacité, aujourd'hui, hospitalière supérieure à il y a deux ans? Est-ce qu'on a plus de lits qu'on avait il y a deux ans? La réponse, c'est non. Je veux dire, ce gouvernement-là, on ne peut pas continuer à empêcher le Québec de vivre pour sauver le système de santé éternellement. Le système de santé est là pour sauver les Québécois. Ce n'est pas les Québécois qui sont supposés passer deux ans de leur vie sur off pour sauver un système de santé, là.

M. Larin (Vincent) : M. Duhaime, vous avez publié sur la page du Parti conservateur du Québec Facebook, je crois, en fin de semaine. C'est écrit : «Contrôler le narratif en cinq étapes faciles.» Vous avez mis en lien un article du Journal de Québec. J'aimerais savoir : Est-ce que vous considérez que les médias contrôlent un narratif?

M. Duhaime (Éric) : Non. Honnêtement, je ne sais pas de quoi vous parlez, mais...

M. Larin (Vincent) : C'est marqué : «Étape n° 1 : ignorer l'événement.» Est-ce que vous considérez que les médias ignorent le rassemblement des camionneurs?

M. Duhaime (Éric) : Non, je viens de citer des médias qui ont commenté les faits.

M. Larin (Vincent) : Mais pourquoi vous publiez ça dans ce cas-là?

M. Duhaime (Éric) : Ce n'est pas moi qui l'ai publié. Je vais vérifier, je ne sais pas de quoi vous parlez.

M. Larin (Vincent) : On publie des choses... Il y en a plusieurs, des affaires comme ça, là, que je pourrais vous montrer, là. Parti conservateur, encore là, sur Twitter : «Les élites politiques et médiatiques qui continuent à dénigrer les participants ne réalisent pas que ce sont des camionneurs ni que ce ne sont pas seulement contre la vaccination.» C'est qui, ça, les élites politiques et médiatiques?

M. Duhaime (Éric) : Bien, c'était ceux qui traitaient les gens qui étaient là d'antivax et d'antitout.

M. Larin (Vincent) : O.K. Donc, O.K., ça, c'est les élites politiques et médiatiques.

M. Duhaime (Éric) : Bien, il y a des gens qui les ont traités de ça, oui.

M. Larin (Vincent) : Qui?

M. Duhaime (Éric) : ...prenez différents articles, là, puis différents médias qui ont fait ça.

Journaliste : ...

M. Duhaime (Éric) : Je pense que c'est des chroniqueurs.

M. Larin (Vincent) : Mais est-ce que vous êtes capable d'en nommer? Je veux dire, vous les traitez d'élites politiques et médiatiques. On aimerait ça savoir c'est qui, les élites.

M. Duhaime (Éric) : Bien, la une de votre journal marquait que c'étaient des antitout. Je pense, c'est samedi que c'était la une du journal.

M. Larin (Vincent) :Journal de Montréal, Journal de Québec, c'est les élites médiatiques et politiques?

M. Duhaime (Éric) : Bien, si le journal n'est pas l'élite, je me demande c'est qui.

M. Larin (Vincent) : OK, donc, le Journal de Québec, Journal de Montréal, c'est l'élite. C'est bon, c'est correct, je posais la question, vous répondez.

M. Lacroix (Louis) : Mais quand vous entendez des gens, ça a circulé sur les médias sociaux au cours du week-end, entre autres, des gens qui étaient à la manifestation là-bas et qui reprochent aux grands médias, que ce soit Radio-Canada, TVA, Cogeco, La Presse, etc., d'être des conspirationnistes puis d'être à la solde du gouvernement et des gouvernements, comment vous réagissez à ça?

M. Duhaime (Éric) : Bien, d'abord, je n'ai jamais utilisé ces mots-là, là. Mais, deuxièmement, je veux juste que l'on comprenne qu'on vit une situation malsaine. Puis d'ailleurs j'ai même fait un appel aux militants puis aux gens, là, des deux côtés, là, d'arrêter de s'invectiver, parce que ça ne mène nulle part.

M. Lacroix (Louis) : Êtes-vous d'accord avec ces arguments-là de gens...

M. Duhaime (Éric) : Non. Mais, M. Lacroix, on vit dans un climat malsain au niveau de ces événements-là, parce qu'on le sait, le gouvernement n'a jamais subventionné autant les médias qu'à l'heure actuelle. Et ça, ce n'est pas moi qui le dis, c'est une réalité. On parle de plus de 200 millions. Le gouvernement du Québec a financé beaucoup plus les médias que n'importe quel autre gouvernement sur le continent. Et je ne vous dis pas que c'est la réalité, mais je vous dis qu'il s'est dégagé une perception dans la population, et ces gens-là expriment ça.

M. Lacroix (Louis) : Mais êtes-vous d'accord? Ma question à M. Duhaime, la question que je vous ai posée, là, c'est : Qu'est ce que vous pensez de ça? Trouvez-vous qu'ils ont raison de dire ça?

M. Duhaime (Éric) : Non, je ne pense pas qu'ils ont raison de dire ça, mais je pense qu'il faut faire très attention. Puis il faut qu'on rétablisse les ponts, tout le monde, là, parce qu'on est dans un climat excessivement divisé. Puis ce n'est pas juste entre les médias puis ces militants-là, là, c'est même dans les familles, c'est même partout, là. Vous en connaissez tous, là. Les voisins se chicanent, les collègues de travail se chicanent. On est dans un climat où on a polarisé sur cet enjeu-là, on en a fait beaucoup de politique, et là, ça fait en sorte que la société québécoise est déchirée comme moi, je ne l'ai jamais vue, là.

Tu sais, historiquement, au Québec, on en a eu, des débats politiques majeurs. On a eu deux référendums qui nous ont beaucoup divisés, mais ça ne venait pas nous chercher dans notre intimité puis dans nos valeurs de façon aussi profonde. Là, ce n'est plus juste des débats politiques, c'est des débats sociaux, c'est des débats familiaux, c'est des débats dans les milieux de travail. On est en train de vivre quelque chose, là, qui est profondément déchirant, puis il faut que ce climat-là cesse.

M. Lacroix (Louis) : Est-ce que vous croyez que, parce que les médias ont reçu de l'aide du gouvernement, entre autres par le biais de la publicité, etc., bon, il y a eu plein de façons, là, d'aider les médias de la part du gouvernement, M. Laforest, Mme Prince, M. Larin, moi-même, est-ce que vous croyez que ça a une influence sur notre indépendance journalistique?

M. Lacroix (Louis) : Absolument pas. Je vous ai dit que c'est la perception qui est alimentée. Ce n'est pas la réalité, là, on parle d'une perception ici.

M. Robillard (Alexandre) : ...est-ce que vous êtes d'accord avec M. Legault quand il a dit, la semaine dernière, au sujet de la gestion, là, de la situation sanitaire, et tout ça, qu'on était sorti du tunnel?

M. Duhaime (Éric) : Bien, je l'espère. Mais, si on est sorti du tunnel, qu'il mette fin à l'état d'urgence sanitaire puis qu'il cesse les mesures liberticides qu'il met en place depuis deux ans.

M. Robillard (Alexandre) : Mais vous n'avez pas l'air sûr, pourtant, vous demandez la levée des mesures sanitaires.

M. Duhaime (Éric) : Non, mais c'est parce qu'il ne peut pas nous dire d'un côté qu'on voit la lumière au bout du tunnel, puis de l'autre côté, pas donner d'espoir, pas avoir d'échéancier. Il y a quelque chose de profondément choquant là-dedans. Il ne veut même pas déclencher une élection partielle dans Marie-Victorin. Hier, il a annoncé sa candidate, le dernier parti qui annonce son candidat. Les six candidats sont connus. Ça fait depuis le début novembre, ça fait trois mois que la circonscription n'a pas de député. On a une élection, on le sait, le 3 octobre. Il faut qu'il y ait une élection rapidement si on veut que le député ait minimalement un peu de temps pour se faire valoir, et malgré ça il nous dit, encore hier, qu'il va retarder la date des élections.

M. Robillard (Alexandre) : Mais pourquoi vous n'êtes pas capable de dire qu'on est sortis du tunnel?

M. Duhaime (Éric) : Pourquoi je ne suis pas capable de dire ça? Bien non, mais parce que l'on continue à nous imposer des mesures liberticides. Pour moi, sortir du tunnel, ce n'est pas juste qu'il n'y ait plus de cas, c'est que les Québécois puissent vivre normalement. Présentement, on ne peut pas vivre normalement. Pour moi, la vraie sortie de tunnel, c'est le jour où l'Assemblée nationale va siéger avec 125 députés, c'est le jour où les gens vont pouvoir se promener librement puis ils ne seront pas obligés de compter le nombre de bulles, puis le nombre de personnes qui rentrent dans leur maison. Il faut qu'on retourne à la normalité. C'est ce que le Parti conservateur du Québec réclame.

M. Laforest (Alain) : ...Mme Casabonne, vous allez l'amener à l'Assemblée nationale cette semaine pour qu'on puisse lui poser des questions?

M. Duhaime (Éric) : Bien, écoutez, là, on a fait une conférence de presse, M. Laforest. Elle est très disponible.

M. Laforest (Alain) : Non, non, mais vous vous plaignez d'un déficit d'attention, là. Est-ce que vous l'amenez à l'Assemblée nationale cette semaine?

M. Duhaime (Éric) : Écoutez, le jour où elle va être élue, elle va être ici avec moi puis avec Claire.

M. Laforest (Alain) : ...pas l'amener ici?

M. Duhaime (Éric) : Bien, je ne pense pas que... M. Legault, il n'a pas fait sa conférence de presse ici, lui non plus, hier, hein?

M. Laforest (Alain) : Non, mais elle a le droit de venir, là. Vous, vous n'êtes pas un élu...

M. Duhaime (Éric) : Oui, ils ont le droit de venir. Mais, en même temps, là où ça se passe, ce n'est pas à Québec, là, eux, c'est dans le comté, c'est à Marie-Victorin puis c'est dans les rues de Longueuil qu'on fait campagne. D'ailleurs, j'étais là en train de faire du porte-à-porte au cours des deux dernières semaines, là.

M. Authier (Philip) : You, over the weekend, congratulated the people demonstrating in Ottawa, and you said... At that point, I believe, the demonstrations were still civil before they attacked the Terry Fox monument, before they stomped on the Tomb of the Unknown Soldier. I assume that your congratulation was before these acts of vandalism.

M. Duhaime (Éric) : Yes.

M. Authier (Philip) : OK. And what do you think that... Why did you congratulate them? Why do you think it's a good thing, what they're doing?

M. Duhaime (Éric) : Well, first off, like many people protesting in Ottawa, we do feel that it's time to end those measures. Many Canadians, many Quebeckers, even the Angus Reid poll today shows that a strong majority of Canadians and even more Quebeckers are against those measures and want them to end now, and I do agree with those people.

I do believe that, for example, the vaccine for the truckers is unfair. They're alone in their truck. We didn't have any scientific evidence that they were a problem. And, you know, they're always pushing on those people. So, yes, I was supporting their demands.

Mme Senay (Cathy) : Well, 90% of the truck drivers are vaccinated.

M. Duhaime (Éric) : I know.

Mme Senay (Cathy) : So, what's the problem?

M. Duhaime (Éric) : The problem is that we have a shortage of 23,000 truckers as we speak, so we should add truckers, not subtract any truckers.

Mme Senay (Cathy) : You keep talking about freedoms, Mr. Duhaime. You know that thousands of people in Ottawa have been pushed in a lockdown by those crowds since Thursday. And you think this is the way to go.

M. Duhaime (Éric) : Well, the right to protest in Canada has always been recognized no matter which idea you're promoting, and hopefully it will continue. And that's... you know, there is a price to pay for that, and unfortunately that's what's going on right now in Ottawa.

M. Authier (Philip) : You didn't answer what Alain asked you. Do you want these people to come here?

M. Duhaime (Éric) : I'm not the one who's going to tell them where to go and what to do. Me, I want to bring those ideas here, within the National Assembly of Québec. That's why I'm back in politics, and that's why the Conservatives are here today. You know, the protesters do whatever they want, it's not... we don't have to dictate what they have to do and where they have to do it.

Mme Senay (Cathy) : Which ideas do you want to bring at the National Assembly regarding what's happening?

M. Duhaime (Éric) : Well, I want to stand up to say: It's time to end up the state or emergency. It's time to move on. It's time to give us back our freedom, our basic freedoms. It's time to give us up back our democracy. It's time to have 125 members of the National Assembly back sitting here normally. So, these are the kinds of things we're asking right now.

Mme Senay (Cathy) : And the vaccine passport, why is it so crucial for you to see it just...

M. Duhaime (Éric) : You know, the vaccine passport is something that is discriminatory by nature, and it should be used only in extreme situations. Right now, they're imposing it for political purposes. I mean, there's no... the size of a store doesn't mean that it's more or less dangerous. Actually, there are stores right now closing down, shutting down some sections in the store so they can accept all consumers. It's not safer, it's just to respect some rules that make no sense.

And this is what we're denouncing right now, and that's why we think it's time to do like three other provinces have done in Canada over the last few dates and give us a date of when it's going to be abolished.

Mme Fletcher (Raquel) : Do you think that throwing your support behind the trucker convoy and people who are upset about, as you say, our freedoms being trampled, do you believe that that will garner you more support in the election? Maybe...

M. Duhaime (Éric) : Maybe, maybe not, I don't know what's going to happen on October 3rd in Québec. But I know one thing is that, since the beginning, I didn't look at the polls to have the ideas that I'm defending right now. Even when the polls where the other way around and where a strong majority were supporting Mr. Legault's rules, I was already very critical of them. I'm not led by the polls, I'm led by principals. And for me those principals are to fight for democracy, to fight for civil rights. And when you want, you know, to subtract, to put democracy on pause and take away certain freedoms, you have to show that you have scientific evidence and there's an absolutely necessity to do so, which we don't have at this point of time.

Mme Fletcher (Raquel) : OK. Let me ask you the opposite question now. Because we saw Donald Trump in the US talking about the protest in Ottawa and supporting them, do you feel like supporting the protest over the weekend will have negative political consequences for you and your party?

M. Duhaime (Éric) : Look, as I said, I'm going to answer the same thing : I don't know. I mean, when I'm taking a position, a stand, on those issues, I'm doing it based on my principles, not on polls in a few months.

Mme Fletcher (Raquel) : But you have to know who your voters are. I mean, we saw a lot of Quebeckers over the weekend head down to Ottawa. Are those your voters, do you think?

M. Duhaime (Éric) : Well, look, maybe. I don't know, I didn't do a poll. I don't know what percentage of Quebeckers were among the crowd, you know. And actually, nobody knows, honestly. But, yes, I think that we could be the party that is going to have all those people who are opposed to what happened in Québec over the last two years. And that's why we're trying to reach out to those people. And, as you know, the party went from 500 members to 49,000 members as we speak. And I think that that momentum is certainly because I am not alone that is sick and tired of the policies that are imposed to us by the Legault Government right now.

Mme Senay (Cathy) : Well, you don't believe in the Government's reason that those measures are in place because we need to protect the health care system. You don't believe in this speech? Do you think it's propaganda?

M. Duhaime (Éric) : There is 223 people right now at intensive care. We put $1 billion every week in our system. If we're unable to give the health care that those people need, properly, the problem is the health care system, it's not the virus. «Merci beaucoup.» Thank you very much.

(Fin à 14 h 35)

Participants


Document(s) Related