National Assembly of Québec - Return to homepage

National Assembly of Québec - Return to homepage

To use the Calendar, Javascript must be activated in your browser.
For more information

Home > News and Press Room > Press Conferences and Scrums > Point de presse de Mme Kathleen Weil, porte-parole de l’opposition officielle pour la protection de la jeunesse

Advanced search in the News and Press Room section

Start date must precede end date.

Point de presse de Mme Kathleen Weil, porte-parole de l’opposition officielle pour la protection de la jeunesse

Version finale

Tuesday, April 5, 2022, 15 h 15

Hall principal de l'hôtel du Parlement, hôtel du Parlement

(Quinze heures vingt-quatre minutes)

Le Modérateur : Alors, bienvenue tout le monde à cette conférence de presse avec Mme Kathleen Weil. En fait, ça se tient à l'Assemblée nationale, c'est tout un événement pour cette conférence de presse sur l'enjeu de la transition à la vie adulte pour les jeunes de la DPJ.

On a en présence aujourd'hui des invités que nous allons souligner : Mme Jessica Côté-Guimond, nous avons également Jessy Steve Gagné et Lesley Hill. La conférence de presse sera dirigée par Mme Kathleen Weil, députée de Notre-Dame-de-Grâce et responsable des dossiers de la protection de la jeunesse. Mme Weil.

Mme Weil : Donc, oui, en effet, bonjour, tout le monde. Je suis accompagnée aujourd'hui de Lesley Hill, ex-commissaire de la Commission spéciale sur les droits des enfants et la protection de la jeunesse. Et Lesley a une feuille de route impressionnante au sein du système de santé et de services sociaux à titre de directrice générale des Centres de la jeunesse et de la famille Batshaw et directrice, Programme jeunesse du CIUSSS du Centre-Sud-de-l'Île-de-Montréal, et j'en passe.

Je suis également accompagnée de Jessica Côté-Guimond, Jessy Steve Gagné, Geneviève Caron, Kevin Champoux-Duquette, Émilie Roy, membres du Collectif Ex-Placé DPJ, un groupe formé de jeunes adultes ayant reçu des services de la protection de la jeunesse. À la suite de mes mots d'introduction, Jessica et Jessy prendront la parole.

Alors, pour la plupart des jeunes adultes, fêter ses 18 ans est une occasion heureuse, un moment de fierté, bien qu'avec une certaine fébrilité. Cependant, pour un jeune sous la protection de la DPJ, l'arrivée à l'âge adulte comporte son lot de défis et d'anxiété, car ils font face à un avenir très incertain.

Des jeunes ex-placés de la DPJ ont témoigné devant la commission spéciale et ont inspiré un chapitre très important du rapport Accompagner les jeunes dans leur transition à la vie adulte. Nous demandons au gouvernement d'inscrire dans la Loi sur la protection de la jeunesse l'obligation d'instituer un programme de transition prévoyant un accompagnement personnalisé, pour tous les jeunes qui consentent à y participer, sans restriction.

Plusieurs pays et des provinces du Canada, dont l'Ontario et la Colombie-Britannique, le Manitoba et l'Alberta, d'autres qui se sont rajoutées, ont pu inscrire à leurs équivalents de la Loi sur la protection de la jeunesse de telles garanties pour soutenir la transition des jeunes vers la vie adulte.

Nous avons interpellé le ministre lors de l'étude du projet de loi n° 15 afin d'offrir cet accompagnement pour les jeunes issus de la DPJ dans leur passage vers la vie adulte, notamment afin de prolonger certains services qui leur sont offerts et d'offrir un encadrement plus robuste. Nous souhaitons aussi qu'ils puissent rester dans leur famille d'accueil, s'ils le souhaitent, notamment pour ces quelques années charnières où ils terminent leurs études.

Malheureusement, à date, le ministre a rejeté nos propositions. Aujourd'hui, ces ex-placés de la DPJ ont un message à livrer. Ils ont entendu les réponses du ministre et de ses fonctionnaires. Ils nous affirment que celles-ci ne reflètent pas leur vécu. Mais la bonne nouvelle, c'est que nous pouvons encore bonifier le projet de loi, et je tends la main au ministre. Alors, sans plus tarder, et c'est vraiment avec plaisir que je cède la parole à Jessica et Jessy. Ces jeunes ont un message pour le ministre, les parlementaires et toute la société québécoise, et c'est à nous de les écouter et d'agir. Merci.

Le Modérateur : Merci beaucoup, Mme Weil. Nous allons accueillir maintenant, comme notre responsable des dossiers l'a mentionné, Mme Jessica Côté-Guimond.

Mme Côté-Guimond (Jessica) : Oui, alors, bonjour et merci. Mon nom est Jessica Côté-Guimond. Je suis ici aujourd'hui pour représenter la voix des jeunes anciens placés. On a déposé un document, lundi le 4 avril, signé par plus de 43 anciens jeunes placés qui demandent clairement à ce qu'il soit inscrit dans la loi des mesures pour protéger… assurer une pérennité pour ce qui touche la transition à la vie adulte, donc de préparer et de soutenir de manière multidimensionnelle nos jeunes les plus vulnérables du Québec. Nous demandons au gouvernement d'ajouter, dans le projet de loi, donc, une garantie, pour ces jeunes, à un accès aux services de santé physique et mentale, du soutien social et communautaire, du logement, du soutien à la scolarisation, à l'insertion à l'emploi ainsi qu'un soutien financier adéquat.

Lorsque nous avons entendu le ministre Carmant, lors des audiences du 23 mars dernier, il a dit que le programme PQJ, le Programme qualification jeunesse, est la solution pour traiter la transition à la vie adulte. Or, c'est faire fausse route de croire que le PQJ répond à l'ensemble de nos besoins, car ce service n'offre pas de soutien au niveau du logement, à la poursuite des soins de santé et les conditions de vie nécessaires à la scolarisation de nos jeunes placés.

Aujourd'hui, nous voulons vraiment que le gouvernement rattrape le retard qu'il a comparativement aux autres provinces ainsi qu'aux autres pays, et qu'il éclaircit également l'article 64.1 de la loi actuelle afin d'assurer une place aux jeunes dans tout milieu de vie substitut, donc autant en famille d'accueil, en foyer de groupe, en centre jeunesse ou en ressource intermédiaire, pour s'assurer que les jeunes puissent rester dans ces milieux au-delà de 18 ans, et également de préciser jusqu'à quel âge il peut demeurer à cet endroit.

Nous voulons également dire au ministre, qui ne connaissait pas les statistiques à ce sujet, que seulement 11 % des jeunes ont affirmé, dans les données de l'étude longitudinale sur le devenir des jeunes placés, être sortis entre 18 et 21 ans. Donc, il s'agit d'une très faible minorité de jeunes qui ont accès à ce droit. Et 50 % des jeunes quittant les services de protection de la jeunesse vivent de l'instabilité résidentielle. Certains doivent vivre chez des amis, chez de la famille, même, on parle de «couchsurfing», là, de l'itinérance également. C'est un jeune sur cinq, au Québec, qui sont touchés par l'itinérance. Donc, il est vraiment important aujourd'hui qu'on prévienne l'itinérance jeunesse en préparant les jeunes à cette transition-là et en les soutenant jusqu'à tant qu'ils soient autonomes. Nous devons absolument bonifier notre loi afin de garantir ça, pour éviter que ça change, là, en fonction des mesures d'austérité ou des décisions gouvernementales.

Donc, pour terminer, avant de laisser la parole à mon collègue, je souhaite ardemment que la responsabilité collective également... Donc, c'est vraiment un appel à la population de prendre ses responsabilités également. Ce ne doit pas uniquement être une responsabilité de la direction de la protection de la jeunesse, mais également une responsabilité partagée avec différents milieux. Donc, on appelle vraiment à un appel collectif, là, pour nous offrir des réponses adaptées à nos besoins. Je laisse la parole à M. Jessy. Merci.

M. Gagné (Jessy Steve) : Donc, bonjour. Je me présente, mon nom est Jessy Gagné. Donc, je suis membre du Collectif Ex-Placé des jeunes de la DPJ.

Donc, afin d'assurer la transition à la vie adulte des jeunes de façon sécuritaire et de leur offrir tout le soutien dont ils nécessitent, nous demandons au gouvernement d'inscrire... et de s'engager à inscrire dans la loi l'obligation d'instaurer un programme de transition développé avec... celui-ci, avec la participation des jeunes; d'en évaluer l'implantation et les impacts, des programmes qui seront mis sur place; d'offrir aux jeunes la possibilité d'un séjour prolongé en précisant, clairement, quel que soit le milieu de vie substitut, les types de mesures ou ordonnances pour s'assurer que les jeunes peuvent demeurer au-delà de leur majorité, dans le milieu de vie qu'ils désirent demeurer, en recevant le soutien qu'ils nécessitent; de maintenir le soutien financier au milieu substitut au-delà de 18 ans, puisqu'on observe actuellement que les jeunes doivent quitter à leur majorité, sans le désirer parfois, et que les familles ou les milieux d'hébergement qui désirent poursuivre le maintien de leur jeune dans leur milieu ou dans leur ressource n'ont pas le financement ou la garantie de pouvoir bénéficier de soutien, que ce soit économique ou psychosocial, pour assurer le suivi auprès des jeunes; d'assurer de rendre accessibles les programmes et mesures de soutien à la formation générale aux adultes sans critère restrictif; de s'assurer que les organismes communautaires soient suffisamment financés pour répondre aux besoins des jeunes sortant des milieux substituts et prévenir l'itinérance jeunesse; de libérer les intervenants des milieux d'accueil pour leur permettre d'accompagner les jeunes vers les organismes communautaires qui vont les aider dans leur transition; de créer et de financer des associations d'entraide par et pour les jeunes placés et anciens placés dans chaque région administrative du Québec.

Donc, nous invitons à consulter notre site Internet au www.collectifexplacedpj.com pour toute demande d'information et afin de suivre le suivi de notre mobilisation. Merci.

Le Modérateur :  Merci, Jessy. On va passer la parole maintenant à Mme Lesley Hill.

Mme Hill (Lesley) : Bonjour. Alors, je suis Lesley Hill, ex-commissaire à la Commission spéciale sur les droits des enfants et la protection de la jeunesse.

Qui, dans cette salle, peut regarder dans les yeux de ses enfants et leur dire qu'ils ne valent pas la peine? Qui peut leur dire qu'ils sont voués à un avenir sans trop d'espoir, un avenir dans la rue, un avenir sans scolarisation? Quel parent du Québec peut vraiment dire que leurs enfants vont être prêts à voler de leurs propres ailes quand ils franchissent... le jour même qu'ils franchissent cette barrière invisible des 18 ans?

C'est vraiment ce que les jeunes ont entendu et reçu comme message, la semaine dernière, quand ils ont regardé la Commission sur la santé et les services sociaux. Ce n'est pas nécessairement la volonté, et on n'est pas dans un procès d'intention, mais, si j'accompagne ces jeunes, c'est qu'ils ont raison. Ils ont raison. Tout ce qu'ils demandent, c'est de la dignité et une transition à la vie adulte saine, épanouie.

Et j'ai envie de dire à la population : Vous avez une responsabilité, vous avez une part à jouer là-dedans. Est-ce que c'est acceptable, pour vous, que, quand un enfant est pris en charge par la DPJ et placé, et souvent placé jusqu'à sa majorité… Est-ce que c'est acceptable pour vous qu'il doive quitter sa famille d'accueil parce qu'il devient majeur et que seulement une infime minorité des enfants puissent rester? Et c'est vraiment ceux qui sont aux études régulières au niveau du secondaire qui peuvent rester. Donc, concrètement, si un jeune finit son secondaire, il est en famille d'accueil. Il a le vent dans les voiles, il veut aller au cégep, mais il est dehors, puis il doit subvenir à ses besoins, et puis aller chercher des prêts et bourses, et répondre à l'ensemble de ses besoins sans aucun adulte dans sa vie pour vraiment le soutenir puis l'accompagner au long cours.

Donc, il y a des jeunes, ici présents, qui sont des professionnels. Donc, ils ne s'en vantent pas, mais les jeunes qui vous parlent, ils ont franchi des obstacles incroyables, des obstacles que, probablement, vous et moi, en fait, on n'espère jamais avoir à franchir, et nos enfants, encore moins. Puis ils ont réussi à faire leurs études universitaires quand même et ils font leur vie aujourd'hui. Puis ils sont résilients, ils sont résilients, ils sont forts. Puis il y a d'autres jeunes qui ne peuvent pas franchir ces obstacles-là, c'est trop difficile, sans soutien, d'arriver à faire tout ça. Puis ça, c'est sans compter que la grande majorité des jeunes ont des retards scolaires, ils ont des retards scolaires à cause du trauma qu'ils ont vécu, et on ne met pas beaucoup d'énergie là-dessus.

Donc, j'ai envie de vous demander : Est-ce que c'est acceptable, pour vous, que seulement un enfant sur cinq qui sont placés peuvent vraiment finir leur secondaire en même temps que leurs homologues, les enfants dans la société en général, qui sont à 77 % diplômés? Pour moi, ce n'est pas acceptable, c'est absolument inacceptable. Et c'est pour ça que je viens ici dire que les jeunes ont raison. Tout ce qu'ils demandent, c'est des opportunités et des chances égales à tous les autres enfants du Québec. Et c'est ça, le message que je veux porter aujourd'hui. Je ne peux pas concevoir qu'on soit encore, au Parlement du Québec, en train de se demander si les jeunes méritent l'aide qu'ils ont besoin. Est-ce qu'on a vraiment une responsabilité, parce que c'est des adultes maintenant, puis la loi s'adresse aux 0-17? Mais j'ai envie, des fois, sur mon divan, quand je suis, chez nous, en train d'écouter ça, de dire : Bien, voyons donc.

Ailleurs, cette question-là ne se pose même plus, puis je vais vous donner l'exemple de l'Angleterre où ils ont justement un programme de transition, tel que ces jeunes demandent d'inscrire à la loi, qui est «cross-divisional strategy for care leavers». O.K., excusez-moi l'anglais, je parle de l'Angleterre. Mais, en fait, ils ont réalisé très tôt que c'est leur responsabilité d'aider ces jeunes. Ce n'est pas vrai qu'un jeune va voler de ses ailes à 18 ans, en 2022. Il y a une tendance mondiale, au contraire, dans presque tous les pays du monde, où les jeunes restent plus longtemps chez leurs parents, ils ont besoin de ce soutien-là, c'est normal. Donc, en Angleterre, il y a vraiment une stratégie gouvernementale, et c'est une stratégie qui interpelle l'éducation, le ministère du Travail, Santé et Services sociaux, et ainsi de suite, parce que les besoins sont multiples.

Donc, je ne vais pas répéter, mais je pense que c'est important, quand même, d'entendre que les jeunes ont besoin de logement, ils ont besoin d'être logés pour réussir leurs études, ils ont besoin d'adaptation scolaire parce qu'ils ont des retards, ils ont besoin des opportunités pour travailler, ils ont besoin de soutien social et communautaire, ils ont besoin d'un revenu décent puis ils ont surtout besoin d'espoir. Puis l'espoir, bien, ça, ça se voit dans les yeux des adultes autour qui croient qu'ils sont capables de devenir quelqu'un.

Donc, merci beaucoup. J'espère que ce message sera porté, le message des jeunes, de 43 jeunes, qui ne font pas ça pour eux-mêmes, qui font ça pour tous les jeunes qui sortent encore à toutes les années sans le soutien requis. Merci. 

Le Modérateur : Some words in English? No. O.K. Thank you.  Merci beaucoup. Mme Weil, le mot de la fin, peut-être?

Mme Weil : Merci, merci à tous pour ces témoignages. Je dois vous dire que, moi, je suis mère de quatre enfants, je vois ce que ça prend pour élever les enfants. Je me rappelle que, quand, moi, j'ai eu mon premier emploi… l'encadrement que j'avais de mes parents. Et, quand j'ai eu l'occasion de vraiment être sensibilisée, ça fait plusieurs années que je suis ce dossier, j'étais moi-même au conseil d'administration de Batshaw. C'était dans les années 90, et j'avais dit au directeur… j'ai dit : Mais qu'est-ce qui arrive, à 18 ans? J'avais déjà cette préoccupation, mes enfants étaient tout petits. Il m'a dit : Il n'y a rien. J'ai dit : Il n'y a rien pour ces enfants de 18 ans? J'étais ébranlée, ébranlée.

Et là j'ai l'occasion de jouer un rôle. Je vous dirais qu'il y a beaucoup d'enjeux dans la loi qu'on est en train... le projet loi qu'on étudie, mais c'est parmi les enjeux… je dirais, peut-être un des enjeux les plus importants pour moi. Parce que c'est des personnes qui pourront être épanouies, si on les appuie pendant cette période de transition, et, si on ne le fait pas, on les met à risque. Les histoires d'horreur qu'on entend, c'est vraiment très triste, on abandonne carrément des vies, des vies de personne.

Alors, je veux remercier tous ceux qui sont ici avec nous, ces jeunes ex de la DPJ et Lesley Hill aussi pour son accompagnement. Mais je veux rassurer les jeunes qu'on va continuer cette lutte, on va continuer, et qu'on va espérer que le ministre... on ait une rencontre avec le ministre. Et c'est sûr que le projet de loi est toujours ouvert, mais c'est un combat de tous les jours. Il faudrait... Toutes les autres provinces ont des programmes. Le Québec est en retard. Je n'aime pas quand le Québec est en retard, j'aime quand le Québec est pionnier, et on n'est pas… on est en retard.

Alors, sur ce, je voulais vraiment dire aux jeunes qui sont ici : Merci, merci de votre présence, ça m'a vraiment touchée de vous voir ici, à l'Assemblée nationale, et j'espère intéresser certains, peut-être, à la politique un jour aussi. Alors, sur ce, merci encore.

(Fin à 15 h 43)

Participants


Document(s) Related