National Assembly of Québec - Return to homepage

National Assembly of Québec - Return to homepage

To use the Calendar, Javascript must be activated in your browser.
For more information

Home > News and Press Room > Press Conferences and Scrums > Point de presse de Mme Manon Massé, porte-parole du deuxième groupe d’opposition en matière d’énergie et de ressources naturelles, et M. Vincent Marissal, porte-parole du deuxième groupe d’opposition en matière de santé

Advanced search in the News and Press Room section

Start date must precede end date.

Point de presse de Mme Manon Massé, porte-parole du deuxième groupe d’opposition en matière d’énergie et de ressources naturelles, et M. Vincent Marissal, porte-parole du deuxième groupe d’opposition en matière de santé

Version finale

Thursday, April 7, 2022, 8 h 20

Salle Bernard-Lalonde (1.131), hôtel du Parlement

(Huit heures trente-trois minutes)

Mme Massé : Alors, bonjour, tout le monde. J'ai envie de vous parler d'entrée de jeu, ce matin, comme quoi, hier, on a assisté à quelque chose d'important. Hier, on a assisté à une victoire de la mobilisation citoyenne sur la question du tramway à Québec, une victoire des gens qui pensent qu'il est réellement temps que la ville de Québec rentre dans le XXIe siècle et ait un transport comme le tramway sur son territoire.

Et ça, bien, on le doit aux gens parce que les gens ont été au rendez-vous, bien sûr : avec l'arrivée du maire, au rendez-vous; avec mes deux collègues solidaires qui n'ont pas lâché le morceau, au rendez-vous. Et donc je pense que le gouvernement de la CAQ n'avait pas le choix d'arrêter ses interventions qui faisaient en sorte que ce tramway-là n'est pas sur les rails, alors qu'il devrait l'être. Et d'ailleurs, «by the way», j'espère que c'était la dernière fois que les députés caquistes mettaient les bâtons dans les roues de ce projet-là. Il faut qu'il aille de l'avant, c'est essentiel, les gens de Québec en ont besoin, la planète en a besoin.

Même s'il faut être capables de nous réjouir de nos victoires, je ne pouvais pas être devant vous, ce matin, sans vous dire comment, à chaque jour qui passe, ce qui est dévoilé concernant le CHSLD privé Herron, c'est terrifiant. C'est terrifiant, c'est révoltant. Tu sais, on est plusieurs comme moi qui, tranquillement, s'en allons vers la vieillesse. Je pense à mon père qui est encore autonome, mais qui, un jour, peut-être bientôt, parce qu'il est assez âgé, pourrait avoir besoin d'un soin de CHSLD. Et je pense que ce qu'on apprend dans l'histoire, qui se modifie régulièrement, du CHSLD Herron, c'est que c'est un modèle qui ne peut plus subsister au Québec. Il faut que nos aînés, il faut que nos gens vulnérables soient mis entre les mains d'un système qui fonctionne. Et je pense que... je nous souhaite collectivement qu'on passe à cette autre étape. Mais, «anyway», je vais laisser mon collègue, Vincent, vous en parler.

M. Marissal : Merci. Merci, Manon. Bonjour. Rapidement, sur Herron, je ne peux que renchérir sur ce que Manon a dit, c'est devenu le symbole d'une honte nationale, cette affaire-là. La deuxième honte nationale, c'est la façon dont le gouvernement gère cette histoire-là, à chercher des boucs émissaires, à se cacher derrière toutes sortes d'explications plus saugrenues les unes que les autres. En passant, le principe de responsabilité ministérielle, qui est clairement inscrit dans nos mœurs politiques, est passé à la trappe là-dedans. C'est comme s'il n'y a personne de responsable, au politique, on va trouver quelqu'un d'autre. C'est vraiment honteux.

Puis ça fait la démonstration, comme Manon l'a dit, qu'on a fauté, on a failli envers nos aînés, on les a sous-traités au privé sans avoir l'assurance qu'ils seraient bien traités. On s'en est lavé les mains en se disant : On va les parquer dans des endroits, on va donner des contrats, des endroits qui ne sont même pas conventionnés en plus. Alors, c'est la déliquescence prévisible, là, d'un bon système néolibéral où on abandonne le monde puis on les met des mains du privé en disant : Pas grave, c'est des vieillards, c'est des aînés. C'est honteux. C'est honteux.

Moi aussi, mes parents vieillissent, là. Comme je dis souvent, je ne suis pas croyant, mais je remercie je ne sais pas qui du fait que mes parents ne soient pas en CHSLD puis qu'ils soient encore assez autonomes pour être chez eux à 88 ans, là, mais il y a combien de centaines, de milliers de familles au Québec qui n'ont pas cette chance-là? En tout cas, je vais m'arrêter là parce que je vais devenir très émotif puis très fâché, mais c'est une situation, moi, qui me fout la honte. Ça me fout la honte, comme Québécois.

Journaliste : Est-ce que vous pensez...

M. Marissal : Je vais juste finir, madame, si vous permettez. J'ai été un peu plus long que prévu, je me suis un petit peu embarqué. Je veux vous parler du projet de loi n° 28 aussi, évidemment, sur lequel je siège. Quand ce projet de loi là mal foutu, cet objet purement politique a été déposé, j'ai dit que c'était une supercherie, je le crois encore. Là, la supercherie tourne au vaudeville en commission parlementaire. C'est du grand n'importe quoi. Alors, je pense que la seule chose à faire à ce moment-ci... parce qu'en plus le gouvernement nous fait perdre notre temps, comme parlementaires, avec ce projet de loi là, ça ne s'en va nulle part. Le gouvernement est obligé de mobiliser tout son appareil, la machine gouvernementale, pour venir nous chanter la chanson que c'est donc bien extraordinaire, y compris Dr Boileau, hier, qui est sorti de son indépendance, quant à moi, pour appuyer un projet politique hier. Ce n'était pas gracieux. Je n'ai pas aimé ça, voir ça. Ça ne me rassure pas pour la suite.

Alors, je demande au ministre Dubé de retirer ce mauvais projet de loi là. Il y a des juristes éminents au Québec, là. Je vous invite à aller notamment réécouter le témoignage de Me Valois, Mme Valois, de l'Université de Montréal. Mais avant il y a eu les professeurs Lampron et Taillon, il y a eu le Barreau, la bâtonnière est venue nous faire un exposé extraordinairement clair et précis. Je lui demande d'arrêter de nous faire perdre notre temps. On est en fin de session, il y a d'autres projets de loi dans le pipeline législatif. Là, ça vire au vaudeville. Qu'il retire ce projet de loi là, qu'il suive les directives qui sont données et qui sont claires pour garder les éléments dont il a besoin. Mais, en attendant, ce projet de loi là, ce n'est qu'un objet politique qui permettrait au gouvernement de se garder dans la manche des cartes sans qu'il ait à le dire. Et ça permettrait surtout, et c'est là l'astuce qui est vraiment fallacieuse, ça lui permettrait de passer, de faire le pont par-dessus les prochaines élections, d'où la date factice, bien sûr, du 31 décembre 2022. Merci.

    Mme Sioui (Marie-Michèle) : Le vaudeville, c'est dans le choix des intervenants ou... Pouvez-vous préciser un peu votre pensée?

M. Marissal : Bien, vous savez, quand vous déposez un projet de loi qui est une supercherie, ça peut virer en vaudeville. De un, l'objet qu'on étudie n'est pas sérieux. Il n'est pas sérieux, n'est pas crédible, n'est pas voulu, n'est pas nécessaire. Puis c'est mal foutu, en plus, en termes de loi puis en termes de parlementarisme, alors ça vire au vaudeville. Parce que le ministre, hier, a mobilisé des gens comme des directeurs généraux et des directrices générales de CIUSSS — pour qui j'ai le plus grand respect, là. Il y avait le directeur général du CIUSSS de l'Est-de-Montréal, je le connais, là, M. Fortin Verreault, je travaillais avec, là, c'est sûr. Mais ces gens-là ne peuvent pas critiquer le gouvernement, ils ont pieds et poings liés, ils ont le devoir absolu de loyauté envers leur employeur, lequel employeur a droit de vie et de mort professionnelles sur ces gens-là. Bien évident que ces gens-là vont venir chanter les louanges du ministre puis dire : C'est un projet de loi extraordinaire dont on a besoin. Mais ce n'est absolument pas crédible.

M. Bellerose (Patrick) : Maintenant que M. Dubé a précisé les arrêtés qu'il souhaite garder puis qu'on voit que ça concerne la vaccination, le dépistage, l'entreposage du matériel déjà acquis, qu'est-ce qui vous déplaît dans ce projet de loi là, alors que M. Boileau, M. Paré vous disent : On en a besoin pour poursuivre notre travail?

M. Marissal : Bien, d'abord, c'est plus large que ça, ça touche aussi les conventions collectives du personnel soignant. Et là il y a un os, là, il y a un sérieux os. Le problème fondamental, là, en amont, c'est que le gouvernement n'a ni l'intention ni le courage de revoir la loi sur la santé pour revoir la façon dont on déclare l'état d'urgence. Et il est là, le problème de fond, parce qu'il se donne toujours encore le pouvoir de redéclarer l'état d'urgence selon la loi qui est actuellement devant nous. Cette loi-là, elle est jeune, c'est la première fois qu'on l'utilise. Nous devons la revoir.

Et là le ministre Dubé nous dit en privé : Faites-vous-en pas, on va le faire, on va le faire. Mais moi, là, des «on va le faire», là, je sais que la CAQ marche à «on verra» depuis des années, là, mais moi, je ne peux pas étudier un «on va le faire», vous savez? Je travaille avec ce que j'ai devant moi, puis ce que j'ai devant moi, c'est une affaire mal faite qui ne rend pas les services nécessaires à la population. Je vous donne juste un exemple, on nous dit : Il faut être capables de rappeler notre monde pour la vaccination. C'est-u drôle, aujourd'hui même, le gouvernement... la Santé publique, je devrais dire, la Santé publique ferme le plus grand centre de vaccination au Québec. Je le sais, c'est dans mon comté, c'est au Stade olympique. Alors, c'est contradictoire pour le moins, là.

M. Laforest (Alain) : Quand le directeur national de la santé publique dit hier que, s'il n'y a pas la loi, il va y avoir des morts, vous vous sentez comment quand vous dites qu'il faut l'enlever?

M. Marissal : Je commencerais par la citation elle-même. Je trouvais que le Dr Boileau en a beurré épais. Franchement, là, sachant qu'on a déjà levé plusieurs mesures sanitaires, plusieurs consignes sanitaires, sachant que, pour le moment, il n'y a pas de plan de vaccination large au Québec, on parle d'un peut-être pour l'automne prochain, et sachant, comme je vous dis, qu'on ferme aujourd'hui même le centre de vaccination du Stade olympique, j'ai l'impression que M. Boileau s'est un petit peu emporté dans le vif des échanges.

    Mme Sioui (Marie-Michèle) : Est-ce que le Dr Boileau peut s'exprimer à titre personnel, comme il dit, ou est-ce que ses paroles sont indissociables de sa fonction?

M. Marissal : Bien, posez la question autrement : Pourquoi est-ce qu'il était là? Il était là parce que le gouvernement en a fait un argument d'autorité. C'est sûr que le directeur général de la santé publique, au Québec, c'est un argument d'autorité en soi. Alors, s'exprimer de façon personnelle, il peut sûrement faire ça le samedi soir avec ses chums puis avec sa famille, mais pas devant une commission parlementaire.

M. Laforest (Alain) : Il est en mission commandée.

M. Bergeron (Patrice) : ...indépendant quand il se présente comme ça?

M. Marissal : Excusez-moi?

M. Bergeron (Patrice) : Il est nommé à l'intérim. Est-ce que vous estimez qu'il est totalement indépendant quand il s'en va s'exprimer comme ça en commission parlementaire?

M. Marissal : Moi, j'ai soulevé des doutes sur son témoignage hier. J'ai trouvé hier, en particulier, qu'il avait manqué une occasion de démontrer son indépendance. J'ai trouvé qu'il faisait le jeu du gouvernement avec son titre puis son argument d'autorité, alors que depuis qu'il est là, moi, j'étais plutôt satisfait des distances qu'il prenait du gouvernement. Moi, je trouvais que ça fonctionnait bien comme ça. Hier, je n'ai pas aimé ça. Hier, je n'ai pas été rassuré de voir ça.

Mme Prince (Véronique) : Mais avez-vous encore confiance en lui?

M. Marissal : Oui, oui, oui. Tu sais, on ne va pas jeter le bébé avec l'eau du bain, là. Je ne suis pas un impulsif dans la vie. Mais le Dr Boileau, là, il a toutes les possibilités possibles et imaginables de faire ses représentations auprès du gouvernement, hein? D'ailleurs, c'est un sous-ministre. Mais de se transformer comme ça en vendeur, là, du projet de loi hier, en commission parlementaire, il me semble qu'on est l'autre bord de la ligne, là.

M. Pilon-Larose (Hugo) : Qu'est-ce que vous avez pensé de l'échange entre M. Derraji et MM. Boileau, Dubé, là, toute la saga sur : Est-ce que c'est un rhume ou est-ce que ce n'est pas un rhume, la COVID-19?

M. Marissal : Bien, vous savez, les libéraux, ils ont comme 13, 14 minutes pour poser leurs questions. Moi, j'ai 2 min 38 s, je pense. En tout cas, en bas de trois minutes, ça, je le sais, ça fait que je me concentre sur ce que je fais, moi, en commission parlementaire. Je vais laisser mes amis de l'opposition choisir leurs batailles et leurs thèmes. Moi, en tout cas, j'ai posé des questions à M. Boileau, au Dr Boileau, notamment sur son indépendance. Sa question ne m'a pas... sa réponse, pardon, ne m'a pas rassuré, hier, en tout cas.

M. Laforest (Alain) : Mais la déclaration du premier ministre qu'il a faite lorsqu'il a présenté Suzanne Roy comme candidate dans Verchères, est-ce que ça, ça vous a dérangés, vous ou Mme Massé, là?

M. Marissal : Vous parlez du rhume, là?

M. Laforest (Alain) : Oui.

M. Marissal : Mais bien sûr que ça me dérange. C'est complètement contre-productif. Moi, quand j'ai entendu dire ça, je me suis dit, de un : Le premier ministre... les élus en général, mais surtout le premier ministre, on ne peut pas dire tout ce qui nous passe par la tête, là, de un. Puis, de deux, j'ai eu une pensée pour le personnel soignant. Ces gens-là, là, suent sang et eau depuis deux ans, souvent dans des conditions pitoyables, avec du temps supplémentaire obligatoire. Il y en a qui sont tombés malades aussi. Il y en a qui sont morts aussi. Ces gens-là voient des gens mourir tous les jours dans les unités de soins intensifs. Et là le premier ministre, après deux ans de combat acharné contre le virus, vient nous dire, essentiellement, que c'est un rhume. Ce n'était pas sa meilleure.

Mme Prince (Véronique) : En même temps, il a ajouté : Quand on est vacciné.

M. Marissal : Oui, mais il y a des gens vaccinés qui se ramassent aux soins intensifs aussi. La bibitte a muté, là. Ce n'est pas le temps de commencer à dire que c'est fini, puis que ce n'est pas grave, puis que tout va bien, Madame la Marquise. Le premier ministre, là, je l'ai dit, je le redis, là, il est passé, là, subitement, d'un mode pandémique au mode électoral. Mais ce n'est pas parce qu'il contemple son autobus de campagne électorale, là, que le virus a disparu. Le virus, il est encore là. Encore aujourd'hui, on apprend qu'on a d'autres collègues, là, qui ont été touchés par la pandémie.

Journaliste : ...

M. Bergeron (Patrice) : Un parlementaire à la commission à laquelle vous assistiez hier dit qu'il a été ciblé pour intimidation. Est-ce que vous estimez que vous avez...

M. Marissal : Je n'ai pas compris, excusez-moi, parce que vous étiez deux.

M. Bergeron (Patrice) : Il y a un parlementaire, dans la commission à laquelle vous participiez hier, qui disait qu'il a été ciblé pour être victime d'intimidation. Est-ce que vous avez vu une scène d'intimidation hier, dans ce qui s'est déroulé, dans les échanges qui ont été assez corsés, quand le président, par exemple, a même suspendu la séance?

M. Marissal : En tout cas, moi, je ne me sens pas intimidé, je me sens niaisé. Je sens qu'on me niaise puis qu'on me fait perdre mon temps. Et le ministre, c'est vrai qu'il a la mèche courte ces temps-ci, là. Ça serait à lui à répondre, là, pourquoi puis comment ils ont géré leur agenda législatif. Puis j'ai vu, là, le personnel du premier ministre, là, courir, là, comme des poules pas de tête, là, autour de la commission pour essayer de réparer les pots cassés. Mais, les pots, c'est le gouvernement qui les a cassés. Moi, je ne me sens pas intimidé, là, pas du tout, pas une minute, mais je me sens niaisé là-dedans.

M. Bellerose (Patrick) : M. Marissal, vous dites que, lundi dernier, M. Legault a minimisé l'importance de la pandémie pour des raisons électoralistes, est-ce que je comprends bien?

M. Marissal : Non, ce que je dis, c'est qu'il est tellement pressé de passer à autre chose... alors qu'on ne le dira jamais assez, c'est vrai qu'on est tous écoeurés de la pandémie, on en a tous plein notre casque, comme dirait l'autre, des mesures sanitaires. C'est vrai, quand on a appris cette semaine qu'on va garder le masque encore deux semaines, ce n'est pas une bonne nouvelle, ça ne nous fait pas plaisir, mais la pandémie n'est pas terminée. Il y a encore combien de morts, aujourd'hui, une trentaine de morts? On a encore, grosso modo, entre 100 puis 200 morts par semaine. On ne peut pas minimiser cette affaire-là en disant : C'est un rhume. Moi, je ne connais personne qui est mort d'un rhume, puis j'ai eu des rhumes dans la vie, je ne me suis jamais ramassé aux soins intensifs. C'est un jovialisme qui n'est pas à la hauteur de l'institution du premier ministre, qui doit quand même garder le cap et ne pas baisser la garde.

M. Rodrigue-Comeau (Philip) : Mme Massé, sur le tramway, vous avez parlé de victoire pour la ville de Québec, mais est-ce que ce n'est pas une grosse défaite pour les députés caquistes de la région de Québec?

Mme Massé : Ces députés-là, dans les dernières semaines, je dirais, dans les dernières années, ont constamment fait retarder le tramway, la mise sur les rails du tramway à Québec, constamment. Voilà deux ans, je me suis présentée devant vous en disant que ça n'avait pas de bon sens qu'encore une fois ils mettaient des conditions qui faisaient retarder le projet. Rappelez-vous de la sortie du maire Labeaume quand il a quitté la vie politique. Les caquistes qui sont à Québec ne veulent pas, sont contre le transport en commun. Ils l'ont retardé jusqu'à tant que la pression populaire soit tellement grande... Quand vous avez une élection municipale qui élu... qui élit, pardon, à plus de 70 %, le maire, premièrement, mais aussi des conseillers, conseillères, qui se sont fait élire sur la base de leur adhésion au tramway, comment vous pouvez, comme député, dire : Ah! bien non, mais il n'y a pas d'acceptabilité sociale? Et ils nous l'ont joué toute la semaine. Bien, les deux dernières semaines.

Alors donc, je pense que, oui, ils ont beaucoup de regard sur le troisième lien, troisième lien qui demeure encore quelque chose d'hypothétique, alors que le tramway, il a malheureusement pris deux ans de retard. Le décret, on ne l'a pas vu encore, mais j'ai envie de faire confiance qu'effectivement c'est le feu vert et que, là, les appels vont pouvoir être lancés.

M. Rodrigue-Comeau (Philip) : Les dépassements de coûts... Est-ce que vous voulez dire que les dépassements de coûts, c'est à cause des députés de la CAQ? Parce que les deux ans de retard, c'est ce qui provoque un peu la hausse des coûts.

Mme Massé : Je n'ai plus le chiffre exact, mais chaque année de retard, c'est plusieurs dizaines de millions de dollars en plus. Rajoutez à ça l'augmentation globale du coût de la vie. Tu sais, si l'appel d'offres avait été fait juste avant la COVID, là, peut-être que... pas l'appel d'offres, mais l'appel de propositions, on jouerait peut-être dans un autre film, mais là on joue dans un film qui retarde, qui retarde, qui retarde. Et j'espère que le décret, réellement, va être un feu vert, sans condition, pour avancer. Parce que, là, on est stoppés depuis deux ans sur ce projet-là.

Mme Senay (Cathy) : Good morning. Mr. Marissal, Herron, when you heard this head of nurses of the CIUSSS de l'Ouest-de-Montréal, her testimony to police, for you... To my knowledge, it's the first time that we hear that type of emotion of a person that was there, from the CIUSSS de l'Ouest-de-Montréal. For you, it reached, this morning, the symbol of a national disgrace?

M. Marissal : Herron was already the symbol of a national disgrace and the symbol of bad policies, that basically just transferred our social responsibilities among elders to private sector. That was already a disgrace. Now, to hear people from the inside coming forward with testimonies like this, I mean, it's not only heartbreaking, it's sad, and, frankly, I feel ashamed this morning. Herron makes me feel ashamed since the beginning of the story, and every day it seems worse and worse, it's getting from bad to worst. And to see the Government trying to find all kinds of scapegoats makes me feel bad and ashamed as well.

Mme Senay (Cathy) : What's next, now that… This is the third day in a row, this week, that we have testimony after testimony, evidence after evidence. CIUSSS de l'Ouest-de-Montréal is saying that they where there to support CHSLD Herron. The CHSLD Herron was not there to opening the doors. And then you have the Government saying : Well, CIUSSS de l'Ouest-de-Montréal was taking care of it. So, it's a vicious circle.

M. Marissal : Yes. It's very easy for the Government to just try to hide, and find scapegoats, and saying that, basically, it's somebody else's fault. How convenient! But the fact and the matter is that there is a principle, in our parliamentary system, that goes, in French, as «responsabilité ministérielle» — I would let you translate this — and, basically, where the buck stops. And the Government is saying, basically : No, no, it's not me, it's not me. The Minister responsible for elders is saying : It's not me, I did all I could, I was working day and night. If she was working day and night, basically, she was doing the wrong thing, because she was not efficient enough to make sure that everybody was in place to assure the security of these people.

So, now, where do we go next? Public inquiry. Public independent inquiry. In my heart, I'm sure that we will get there, eventually. And all we see here is the Government making us losing our time and trying to escape its responsibilities.

Mme Senay (Cathy) : Does a public inquiry will reduce your emotions about the fact that you're, basically, relieved that parents were not there?

M. Marissal : Yes… I'm not sure I get the question.

Mme Senay (Cathy) : Well, you said, in French, that you have this relief that your parents were not there.

M. Marissal : That's right.

Mme Senay (Cathy) : So, at least, for others, you want a public inquiry to, basically, reduce this feeling of : At least, my parents were not there, I want the truth for others?

M. Marissal : You know, I cannot imagine something worse that abandoning my parents. I cannot imagine me doing anything worse than that, and that's exactly what we have done as a society. We have transferred these elders to private sectors, basically washing our hands, saying : It's going to be all right. But guess what? It's not alright.

So, yes, my father and my mother will turn 88 in just a few weeks and, yes, I told in French, I am so grateful that they are not in CHSLD. But they are 88, so eventually they will maybe get there, and it breaks my heart to think that we might be in a position to let our parents in such horrible situations.

Mme Henriquez (Gloria) : So, are you saying that the fact that the Government is not agreeing to a public inquiry is essentially stalling improvement into our health care system for CHSLDs for seniors? Am I understanding that right?

M. Marissal : Yes. The thing is that every time we had public inquiries, in many sectors, we were able, with this tool, to make sure that we are able to understand what happened. And that's the first step. That's the first step, in order to be able to change, is to understand why are we there now. But the Government is not interested in this, and they are not taking the responsibility, and they are trying, basically, to just win some time just before the next election. They just want to go to the next election and then we'll see. But, at the end of the day, in my heart, I think that we must have a public independent inquiry. We owe that to the people who are dead in CHSLDs in Québec.

Mme Henriquez (Gloria) : And finally, I just want to get your take on the Premier's reference to the virus as a flu.

M. Marissal : Well, this was surprising to hear the Premier saying such a thing when you know that we have been fighting this virus for over the last two years, that we have many, many more deaths every day in Québec, that we are still asking people in Québec to wear the mask for, at least, two more weeks. And then you have the Premier saying, basically… and downsizing the risk of the virus, saying : Well, you know, it's just a flu. I don't think it is wise to say such. And you have seen, like me, the reaction on the social networks, the doctors and the nurses were not very impressed, and I agree with them.

Thank you.

(Fin à 8 h 59)

Participants


Document(s) Related