National Assembly of Québec - Return to homepage

National Assembly of Québec - Return to homepage

To use the Calendar, Javascript must be activated in your browser.
For more information

Home > News and Press Room > Press Conferences and Scrums > Point de presse de M. François Legault, premier ministre

Advanced search in the News and Press Room section

Start date must precede end date.

Point de presse de M. François Legault, premier ministre

Version finale

Tuesday, April 12, 2022, 13 h 45

Salle Bernard-Lalonde (1.131), hôtel du Parlement

(Treize heures quarante-huit minutes)

M. Legault : Bonjour, tout le monde. Bien, écoutez, évidemment, je suis très content de la victoire de Shirley Dorismond hier dans Marie-Victorin. Elle a mené une belle campagne, c'est une grosse victoire. En 2018, on avait fait 28 % dans Marie-Victorin, hier, on a fait 35 %. Donc, si je fais plus sept dans tous les comtés, je vais être un chef de parti heureux. Ça fait du bien, ça fait du bien. On a évidemment toujours beaucoup de critiques quand on est en politique, donc ça fait du bien. Mais, puis ça je vais continuer de le répéter à tous mes députés, tous mes ministres, il ne faut rien prendre pour acquis. La confiance des Québécois, ça se mérite chaque jour, puis il reste beaucoup de jours d'ici l'élection générale de l'automne.

M. Gagnon (Marc-André) : Le parti d'Éric Duhaime a quand même battu le Parti libéral, êtes-vous inquiet pour Chauveau considérant le fait que, dans la région de Québec, ils ont davantage d'appuis selon les sondages?

M. Legault : Bien, comme je disais, je ne prends bien pour acquis. Donc, tous les partis politiques méritent notre attention, mais ce qui est le plus important, c'est de garder les yeux sur nos priorités. Donc, on va continuer d'être le parti de l'économie, d'être un parti nationaliste, d'être un parti qui est modéré. Donc...

M. Gagnon (Marc-André) : …vous n'êtes pas inquiet pour… plus qu'une autre circonscription?

M. Legault : Bien, écoutez, là, comme je vous dis, hier on a fait plus sept, puis je vous rappelle qu'en 2018 on a eu 74 députés. Donc, si on continue à faire mieux qu'en 2018, ça va bien aller.

M. Lecavalier (Charles) : Si on utilise le même barème, M. Duhaime, là, ce n'était même pas 1 %, lui, puis là, il en a fait 10. Ça fait que si on utilise votre même calcul, là, la région de Québec, Beauce-Appalaches, Centre-du-Québec, il risque d'être pas mal plus fort. Qu'est-ce que vous allez changer dans votre discours pour contrecarrer cette hausse-là?

M. Legault : Oui. Mais, regardez, hier, dans Marie-Victorin, c'est vrai que Éric Duhaime a fait plus 10, mais la CAQ a fait plus sept. Ceux qui ont subi les conséquences, c'est Québec solidaire, qui a fait moins huit, puis le Parti libéral, moins huit, ils ont fait 7 %. Je veux dire, s'il y a un message, hier, important pour Dominique Anglade, c'est de dire : C'est bien beau lancer de la boue, là, mais les Québécois n'aiment pas ça. Le Parti libéral a fait 7 %.

M. Bossé (Olivier) : Avez-vous hâte de voir votre nouveau tunnel jeudi?

M. Legault : Ah! je pense que vous, M. Bossé, vous devez avoir hâte de voir le nouveau tunnel jeudi. Mais je ferais une précision, j'ai hâte de vous reparler du REC, hein, donc du Réseau express de la capitale. C'est un tout, il y a un tunnel, il y a un tramway puis il y a une desserte des banlieues, ça va tout ensemble, ça.

M. Robitaille (Antoine) : Est-ce que l'arrogance vous guette? On se souvient, l'un de vos premiers discours, quand vous avez présenté vos ministres, vous avez dit : Il faut faire attention à l'arrogance. Là, une autre victoire, donc l'arrogance vous guette, c'est un peu ce que vous avez dit...

M. Legault : Bien, écoutez, je pense que... je le répète puis je vais répéter tout le temps, c'est important de rester humble, c'est important, à chaque jour, de mériter la confiance des Québécois. Ce n'est jamais gagné pour toujours, donc pas d'arrogance, on reste humble puis on écoute les Québécois.

Mme Plante (Caroline) : M. Legault, pour le Parti québécois, le résultat d'hier, qu'est-ce que ça veut dire? Parce que vous disiez que c'était un gros test, là, pour le Parti québécois.

M. Legault : Bien, écoutez, c'était un château fort pour le Parti québécois. Donc, c'est pour ça que c'est une grosse victoire de battre le Parti québécois dans son château fort de Marie-Victorin, c'est quelque chose. 

Mme Plante (Caroline) : …est-ce que ça annonce la mort du Parti québécois?

M. Legault : Bien, écoutez, je pense que le Parti québécois sera toujours là, c'est un grand parti qui prône une grande idée, qui propose un référendum sur la souveraineté. Il y a des gens qui sont d'accord avec ça.

Mme Prince (Véronique) : M. Legault, pourtant, la semaine dernière a quand même était une semaine assez difficile, là, pour votre formation, à cause des révélations sur le CHSLD Herron. Alors, quand vous pensez à l'élection partielle et cette semaine-là, où on a beaucoup parlé de Herron, quelle conclusion vous tirez? Est-ce que vous pensez que les électeurs ne sont pas... cet enjeu-là ne percole pas chez les électeurs, les problèmes de la première vague dans les CHSLD, est-ce que vous l'interprétez comme ça?

M. Legault : Bien, je pense que les Québécois font la part des choses, et ils n'aiment pas ça non plus de voir Dominique Anglade et compagnie lancer de la boue. Ils savent très bien qu'il y avait des dizaines de feux d'allumés au mois de mars 2020. Puis, quand on nous dit, bien : Le feu au CHSLD Herron, le CIUSSS, on s'en occupe, bien, on se concentre sur les autres feux. Les gens ont compris ça, là.

M. Lacroix (Louis) : Le fédéral qui veut, en fait, intervenir pour sauver le caribou, il vous lance un ultimatum en disant : Faites de quoi, parce que si vous ne le faites pas, nous autres, on va le faire. Comment vous prenez ça?

M. Legault : Bon. Je pense qu'ils ont beaucoup de choses à s'occuper, le fédéral, là. Ça, c'est un champ de compétence du Québec. Donc, on a une commission indépendante qui se penche là-dessus. Il faut avoir un équilibre entre sauver le caribou, mais aussi protéger des emplois qui sont importants dans certaines régions du Québec. Donc, je pense que le fédéral a beaucoup d'autres dossiers sur lesquels il peut se pencher.

M. Gagnon (Marc-André) : M. Legault, vous deviez être choqué, quand même, de cette intervention-là du ministre Guilbeault?

M. Legault : Bien, écoutez, je l'ai dit clairement durant la dernière campagne électorale fédérale. On a, effectivement, avec le Parti libéral du Canada, un parti qui est très centralisateur, qui veut se mêler de santé, qui veut se mêler de la loi n° 21, qui veut se mêler de plein de dossiers qui ne sont pas de sa compétence. Donc, les Québécois, ce qu'ils souhaitent, c'est un Québec qui est plus autonome, pas moins autonome.

M. Lacroix (Louis) : ...vaut un emploi dans la forêt? Est-ce que la vie d'un caribou vaut les emplois dans la forêt?

M. Legault : Bien, il faut avoir un équilibre, il faut avoir un équilibre...

Des voix : ...

M. Legault : Pardon?

M. Lecavalier (Charles) : Je dis, l'équilibre, là, il n'existe pas actuellement parce que le caribou, il est en train de disparaître. Donc, pour vous, il y en a un, équilibre, en ce moment?

M. Legault : Bien, écoutez, c'est ce qu'on est en train de regarder avec une commission indépendante. C'est ce qu'on est en train de regarder, est-ce qu'il y a des gestes additionnels à poser.

    Mme Sioui (Marie-Michèle) : Il en reste combien, des caribous forestiers au Québec, monsieur Legault? Il en reste combien?

M. Legault : Il faudrait demander ça à Pierre Dufour, là.

    Mme Sioui (Marie-Michèle) : ...vous parlez d'un équilibre, vous devez avoir le chiffre, quand même. Il en reste combien?

Mme Senay (Cathy) : Mr. Legault...

M. Legault : Yes.

Mme Senay (Cathy) : I didn't feel that you were sure about that win in the by-election in Marie-Victorin yesterday, because you had a difficult week last week, and Quebeckers want to know the truth about what happened with the CHSLD Herron. Is there a lesson for you to learn, that you were close to not win this by-election?

M. Legault : We have to remember that Marie-Victorin voted for the Parti québécois for the last 40 years, all right? In 2018, where we got 74 MNAs, we got 28% support in Marie-Victorin. So, for sure, it wasn't an easy win. So, that's why I think it's a big win for us. I'm very happy. But it's looking good right now. We have to be careful. We still have five months and a half in front of us, so we have to be careful.

Mme Senay (Cathy) : Isn't it embarrassing for you that the federal Government is sending you an ultimatum on caribou?

M. Legault : It's not the first time Justin Trudeau is trying to get into provincial jurisdictions. So, he's trying that on healthcare, he's trying that with the Bill 21, and now he's trying that with the caribou. So, I think that Mr. Trudeau has many other subjects to take care of, and it's our jurisdiction, and we'll take care. We have an independent commission right now looking at different scenarios.

M. Authier (Philip) : On COVID, we're seeing hospitalizations rising, Premier, and we're getting close to level 4, which is the level where you start cancelling surgeries in… So, is there anything you can do about that? Are you concerned about that increase and is there any way you… anything you can do to reduce the number of people ending up in hospitals now?

M. Legault : OK. First, the numbers for today, we have to be careful with the 145 entries, because it happens at all… every time, at the beginning of the week, we have figures during the weekend that have not been all added. So, we have to be careful. But, since a couple of weeks, Public Health is telling us that we should go up to 2,200, 2,300 hospitalizations in the next couple of weeks, and then they forecast that we may see a drop. So, we continue to have to be careful, but we also need to remember that, in the hospitalizations, half of them are with COVID, not for COVID, so…

Journaliste : Donc, M. Dufour, il fait le travail.

M. Legault : Bien, oui.

(Fin à 13 h 57)


Participants


Document(s) Related