National Assembly of Québec - Return to homepage

National Assembly of Québec - Return to homepage

To use the Calendar, Javascript must be activated in your browser.
For more information

Home > News and Press Room > Press Conferences and Scrums > Point de presse de M. Marc Tanguay, porte-parole de l’opposition officielle en matière d’économie

Advanced search in the News and Press Room section

Start date must precede end date.

Point de presse de M. Marc Tanguay, porte-parole de l’opposition officielle en matière d’économie

Version finale

Thursday, April 14, 2022, 11 h 20

Salle Bernard-Lalonde (1.131), hôtel du Parlement

(Onze heures vingt et une minutes)

M. Tanguay : Alors, aujourd'hui, nous avions, lors de la rubrique Motion sans préavis, une motion qui était présentée par le gouvernement de la CAQ, qui visait évidemment à dénoncer le fait qu'il y a eu un rapatriement unilatéral de la Constitution il y a maintenant 40 ans. Et ça a toujours été dans la ligne historique du Parti libéral du Québec de désapprouver et de dénoncer le fait qu'il y avait eu un rapatriement unilatéral de la Constitution canadienne.

En ce sens-là, nous avons voulu déposer un amendement et nous avons communiqué quand même un amendement au gouvernement. Et je vais vous lire les deux amendements que nous avons déposés, qui ont été refusés, et qui expliquent pourquoi on a dit : Pas de consentement. Parce que ça fait partie d'un tout. On voulait ajouter : «Qu'elle constate, l'Assemblée nationale, le progrès économique, social et culturel du Québec. Qu'enfin, elle reconnaisse que le fédéralisme canadien a permis au Québec de réussir son projet de construction national.» Fin de la citation.

Ça, ça a été refusé par la Coalition avenir Québec. Ça, c'était en ligne directe... Et puis le dernier exemple en tête, c'est 2017, avec Jean-Marc Fournier. Exactement le même texte de la motion avait été présenté par un parti d'opposition. Et nous avions déposé l'amendement et qui avait été refusé, puis on avait dit : Pas de consentement.

Alors, tout ça pour vous dire que la position du Parti libéral du Québec, elle n'a pas changé, elle a toujours été la même. On dénonce toujours, évidemment, comme on l'a toujours fait, le rapatriement unilatéral. Mais on veut souligner que le fédéralisme canadien a permis au Québec, entre autres, d'être l'une des sociétés les plus évoluées, une grande démocratie. Et ça, ça a été refusé par le gouvernement. Alors, voilà, tout simplement.

Mme Lajoie (Geneviève) : Est-ce que vous... Excusez-moi, là, je n'étais pas au courant, là, de.... Je ne me souviens pas du libellé, là. Pouvez-vous me répéter juste le libellé?

M. Tanguay : Il n'y a pas de problème. Le libellé qui a été refusé : «Qu'elle constate, l'Assemblée nationale, donc, qu'elle constate le progrès économique, social et culturel du Québec. Qu'enfin, elle reconnaisse que le fédéralisme canadien a permis au Québec de réussir son projet de construction national.» La CAQ — fin de la citation — a voté contre cet amendement-là.

Donc, quand on dit que le Parti libéral du Québec est le seul parti véritablement fédéraliste à l'Assemblée nationale, la CAQ nous en a donné une autre preuve ce matin en votant contre une motion qui reconnaissait que le fédéralisme canadien, bien, ça a du bon aussi, puis on voulait le souligner. La CAQ a dit non à ça. Alors, le Parti libéral se tient seul du côté de la clôture où nous sommes le véritable parti fédéraliste capable d'envisager l'avenir au sein de la fédération canadienne.

François Legault aura à expliquer pourquoi son parti, ce matin, a refusé cet amendement-là. Pourquoi François Legault ne voit-il pas, aujourd'hui, les succès du Québec au sein de la fédération canadienne? Est-il en train de nous préparer un référendum, François Legault? Est-ce qu'il pense que l'avenir du Québec ne devrait pas passer au sein du fédéralisme? Pourquoi avoir donné l'ordre de voter contre cet amendement-là? Je ne la comprends pas. Nous sommes cohérents au Parti libéral du Québec.

Mme Lajoie (Geneviève) : Donc, selon vous, là, vous êtes désormais, vous êtes certains, le seul parti fédéraliste à l'Assemblée nationale?

M. Tanguay : Tout à fait, tout à fait. Et, ce matin, on en a une preuve.

M. Robillard (Alexandre) : Mais M. Legault, il a quand même déjà dit, là, qu'il était fier d'être Canadien, est-ce que...

M. Tanguay : Ça fait... mais il ne l'a pas dit ce matin. Ça date de quand, ça, fier d'être Canadien? Il ne l'a pas dit ce matin.

M. Robillard (Alexandre) : Il l'a au moins dit en 2016.

M. Tanguay : Du bout de lèvres. Mais entre dire une chose et, ce matin, un vote tangible, l'acceptation ou le refus d'un amendement, c'en est une autre, alors, on peut bien le dire par calcul politique. Mais, dans les faits, ce n'est pas ça qu'on a constaté ce matin. Et dans les faits, ce qu'on constate ce matin, c'est que le Parti libéral du Québec est le seul parti fédéraliste à l'Assemblée nationale. Et, en ce sens-là, on ne comprend pas pourquoi ils ont refusé de reconnaître que le fédéralisme canadien a permis au Québec d'être une société évoluée.

Mme Lajoie (Geneviève) : Les gens qui vont voter pour la CAQ aux prochaines élections, là, est-ce qu'ils peuvent... Est-ce qu'il y a un risque que, si c'est la CAQ qui est encore au pouvoir, là, comme vous disiez tout à l'heure, il y ait un référendum?

M. Tanguay : Bien, ça sera à François Legault de préciser la suite des choses. Ça sera à lui de le préciser très clairement. Et, en ce sens-là, encore une fois, on ne s'explique pas pourquoi ils ont voté contre cet amendement-là. Et, pour nous, libéraux, c'est en ligne tout à fait directe depuis, évidemment, bien, bien, bien des années. C'est en ligne directe avec notre approche qui fait en sorte que le Québec, le Québec est une société qui évolue au sein du Canada, au sein du fédéralisme, a été capable de tirer son épingle du jeu, est une société évoluée.

M. Robillard (Alexandre) : Mais est-ce que vous pensez que M. Legault est souverainiste?

M. Tanguay : Ah! bien, ça sera à lui à le préciser. Ce que je constate, ce matin, c'est que M. Legault n'a pas réaffirmé, réaffirmé que l'avenir du Québec était au sein de la fédération canadienne. Ce que nous avons déposé comme amendement aurait exprimé cette idée-là. Il a été refusé par le gouvernement de la CAQ. C'est à lui à répondre aux questions. Nous, nous sommes en ligne droite avec l'historique du Parti libéral du Québec. Maintenant, François Legault doit préciser ses intentions, doit préciser sa vision. Pour lui, est-ce que l'avenir du Québec est toujours au sein de la fédération canadienne? Et pourquoi ne l'a-t-il pas tout simplement exprimé ce matin, en reconnaissant que le fédéralisme canadien a permis au Québec de réaliser son projet de construction nationale?

M. Robillard (Alexandre) : Qu'est-ce qui vous fait penser qu'il y a un risque de référendum?

M. Tanguay : Bien, écoutez, ça sera à lui de le préciser. Ça serait à lui de le préciser, de préciser ses intentions. Parce que la citation que vous avez sortie à l'effet qu'il disait qu'il était un fédéraliste, là, je m'en rappelle, ça fait au moins quatre, cinq ans qu'il l'a dit.

M. Robillard (Alexandre) : Je suis fier de ce qu'on a construit… et le Canada, puis ça a commencé ici, au Québec, là. C'était un peu ça, sa...

M. Tanguay : Puis ça doit faire plusieurs années de cela. Ce matin, il aurait eu l'occasion de le dire : Je suis fier de ce que l'on a construit comme Québec au sein de la fédération canadienne. Puis ils ont dit non. Maintenant, je vais arrêter là les extrapolations, ce sera à lui à répondre.

Mme Lajoie (Geneviève) : Vous ne croyez pas qu'il est fédéraliste?

M. Tanguay : Bien, non. Moi, je ne le crois pas, mais ça sera à lui à l'affirmer puis à le réaffirmer. Puis, ce matin, il avait une belle occasion de le faire, occasion manquée. Maintenant, je ne vais pas extrapoler sur un possible référendum, ce sera à lui de préciser ses intentions.

M. Robillard (Alexandre) : ...question peut-être plus de stratégie, parce qu'on sait que, souvent, pour le Parti libéral, ça a été profitable d'utiliser la menace d'un référendum, là, que ce soit avant ou pendant une campagne électorale. Est-ce que c'est ce que vous souhaitez faire?

M. Tanguay : Écoutez, ce matin, là, l'intervention que l'on fait, puis l'intervention que nous faisons comme groupe parlementaire, ça ne relève pas de la stratégie politique, ça relève de notre ADN au Parti libéral du Québec. Et, ce matin, François Legault avait une belle occasion de réaffirmer la citation que vous nous soulevez, il y a plusieurs années, puis il ne l'a pas fait ce matin. Alors, pourquoi il ne l'a pas fait? Pourquoi ça ne lui tentait pas ce matin de dire que le Québec a su évoluer au sein de la fédération canadienne? Ça veut dire quoi, la suite?

M. Robillard (Alexandre) : ...intéressant pour recadrer l'échiquier, là, autour du débat souverainiste-fédéraliste?

M. Tanguay : Bien, au-delà de la stratégie politique, ce qui m'anime ce matin, là, c'est ma profonde stupéfaction de voir qu'un tel amendement a été refusé. Fédéralisme canadien, bon pour le Québec, a été refusé par la CAQ. Alors, au-delà du calcul politique, mon intervention ce matin, là, elle n'est pas du tout de cet ordre-là. Moi, comme libéral, ça participe de mon ADN.

Mme Lajoie (Geneviève) : C'est quoi, votre message, justement, aux fédéralistes du Québec?

M. Tanguay : Écoutez, le message, c'est que le Québec a su croître au sein de la fédération canadienne, a su s'épanouir. Ce qui faisait dire, entre autres, Mario Polèse, dans son livre qui est paru il y a quelques années, disait que le Québec des 50 dernières années, force est de constater, est une des sociétés les plus évoluées, les plus libres et les plus accueillantes et confiantes. Et ça, ça s'est fait, ça s'est fait au sein de la fédération canadienne. Alors, nous, notre message a toujours été à cet effet-là. Maintenant, encore une fois, François Legault devra, suite au refus de ce matin, préciser sa pensée. C'est tout ce que je dis. Maintenant, pour la suite des choses, ce sera à lui de préciser sa pensée.

Mais pourrait-il encore une fois réaffirmer? Allez lui poser la question : Pourquoi, M. Legault, vous étiez contre d'affirmer, à matin, que le fédéralisme canadien a permis au Québec de réussir son projet de construction nationale? François Legault a dit non, ce matin, à ça. Pourquoi? C'est la seule question que je pose. Et ça, c'est en ligne droite avec le Parti libéral du Québec.

Je dois vous rappeler qu'en 2017, exactement les mêmes mots, les mêmes termes, le même débat, ça avait été refusé, à l'époque, par les partis d'opposition. C'était Jean-Marc Fournier qui avait demandé qu'on l'ajoute, ça avait été refusé. Il n'y avait pas eu de motion qui avait été adoptée. Alors, est-ce que François Legault peut préciser, il est premier ministre du Québec, lui, aujourd'hui, préciser la pensée, la position de son parti ce matin?

Des voix : Merci.

M. Tanguay : Merci à vous.

(Fin à 11 h 29)

Participants


Document(s) Related