Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

L'utilisation du calendrier requiert que Javascript soit activé dans votre navigateur.
Pour plus de renseignements

Accueil > Actualités et salle de presse > Conférences et points de presse > Point de presse de M. Vincent Marissal, porte-parole du deuxième groupe d’opposition en matière de santé

Recherche avancée dans la section Actualités et salle de presse

La date de début doit précéder la date de fin.

Point de presse de M. Vincent Marissal, porte-parole du deuxième groupe d’opposition en matière de santé

Version finale

Le miércoles 8 juin 2022, 8 h 40

Salle Bernard-Lalonde (1.131), hôtel du Parlement

(Neuf heures quatre minutes)

M. Marissal : Bonjour. On est prêts? Alors, possiblement mon dernier point de presse de cette session, en souhaitant avoir l'occasion d'en faire d'autres quand on reviendra, quelque part à l'automne.

Puis ça tombe bien, je vais boucler la boucle avec un deux pour un. Pierre Fitzgibbon, ce matin, de un, évidemment, les accointances de M. Fitzgibbon, les liaisons dangereuses avec les gens de Polycor, proximité douteuse qui ont déjà d'ailleurs été sanctionnées, non seulement par la Commissaire à l'éthique, mais par le premier ministre lui-même, à un moment donné, qui était arrivé à la conclusion que M. Fitzgibbon devait aller sur le banc des pénalités pendant quelque temps pour se refaire une virginité. Visiblement, ça ne lui a rien fait parce que M. Fitzgibbon, en matière d'éthique, vit dans son propre fuseau horaire. Il semblerait qu'il est inatteignable avec ce que l'on fait ici comme code d'éthique. Alors, ça se poursuit. Au moins, avec M. Fitzgibbon, ça a le mérite d'être clair : le code d'éthique, il s'en contrefiche. Je pense qu'il l'a dit clairement : Ce que je fais, ça ne vous regarde pas, même s'il y a des accointances et des soupers avec des gens à qui son ministère vient de donner des millions de dollars. Des... une proximité qui se maintient en toute impunité.

Au départ, M. Legault, notamment, avait plaidé l'imprudence. Là, je pense qu'on est dans l'impudence crasse. On est dans autre chose. Mais c'est typiquement M. Fitzgibbon, qu'on connaît, hein, maintenant, on le pratique depuis quatre ans. C'est lui qui est arrivé ici en disant : Moi, vos affaires de code d'éthique, ça ne m'intéresse pas. Les débats à l'Assemblée nationale, ah! pardon, ça m'ennuie. Alors, c'est le bon vieux Fitz qu'on connaît depuis quatre ans. Malheureusement, ce n'est pas très bon pour la démocratie puis ce n'est pas très bon pour l'institution parce que, n'en déplaise à M. Fitzgibbon, on a quand même un code d'éthique ici, puis on parle de millions de dollars de fonds publics.

Alors, la seule question que j'aurais ce matin puisque M. Fitzgibbon, je crois qu'il est... il a la conscience tranquille et puis il ne s'excusera pas, c'est : Est-ce que ça convient toujours au premier ministre d'avoir quelqu'un dans son cabinet comme ça, qui, de toute évidence, s'essuie les pieds sur le code d'éthique comme si c'était un paillasson en avant de sa porte? Moi, ça ne me va pas en tout cas, puis je vais continuer à le dire. Nous verrons la suite à donner à ça.

Et puis je disais deux pour un, bien, il y a aussi cette firme, Sonder, qui touche des millions en subventions-prêts, là, parce que c'est plus des prêts que des… bien, des subventions que des prêts, pardon. Je reprends : des prêts qui ressemblent à des subventions dans le domaine du logement touristique.     Alors, au moment où on a du mal à loger notre monde, en particulier dans certains secteurs de Montréal et de Québec, il y a une entreprise qui arrive ici tambour battant, qui investit de notre argent pour convertir des immeubles en studios touristiques qui seront occupés évidemment de façon temporaire, alors qu'on aurait pu très bien, puisque le gouvernement semble avoir de l'argent, investir ces sommes-là dans du logement social dont on a urgemment besoin au Québec. Alors, puis quant à moi, ça fait le tour de la question, on a affaire ici à un gouvernement d'affairistes qui font passer les affaires corporatistes et les affaires financières avant les affaires de l'État et les affaires de la population. On en a un très, très bel exemple ici. Je serais prêt à prendre vos questions.

M. Laforest (Alain) : Est-ce que vous allez changer la date sur votre plainte que vous avez faite à la Commissaire à l'éthique concernant Pierre Fitzgibbon? Parce que c'est beau de le dire ici, mais la commissaire ne peut agir que si elle a une plainte écrite.

M. Marissal : J'ai dit dans mon introduction qu'on était en train de regarder la suite. C'est fort possible que nous allions dans cette direction. D'ailleurs, le premier ministre avait dit lui-même qu'il retirait les fonctions de ministre à Pierre Fitzgibbon parce qu'il ne voulait pas que je continue, à toutes les trois semaines, à faire des plaintes à la Commissaire à l'éthique. Si je fais des plaintes à la Commissaire à l'éthique, ou ma collègue de Mercier, Ruba Ghazal, c'est parce qu'il y a des manquements à l'éthique. C'est pour ça qu'on fait des plaintes, mais c'est pour ça qu'on a une Commissaire à l'éthique aussi.

M. Gagnon (Marc-André) : Est-ce que M. Legault devrait refaire le même geste auprès de M. Fitzgibbon, lui demander de se retirer du Conseil des ministres en attendant que toute la lumière soit faite?

M. Marissal : Je pense que ce ne serait pas une mauvaise idée mais le problème, avec M. Legault, c'est qu'il semble passer l'éponge systématiquement auprès de M. Fitzgibbon. C'est un ministre plénipotentiaire qui en mène très, très, très large. D'ailleurs, cette fameuse annonce, là, de subvention, de prêt-subvention à Sonder, rappelez-vous, M. Legault était là avec M. Fitzgibbon, et c'était la meilleure invention depuis le pain tranché. À entendre ces deux-là, c'était extraordinaire.

Puis, si vous voulez bien me donner 30 secondes, que je relance ça ici,

j'ai retrouvé des citations fort intéressantes sur les manquements à l'éthique de M. Fitzgibbon. Attendez un peu, j'arrive. Alors, c'était en décembre 2020 : «Respecte les règles... si tu ne veux pas les respecter, retourne chez vous.» «C'est très accablant pour Fitzgibbon. Sur la forme, il a été d'une désinvolture et d'un je-m'en-foutisme renversant… Il n'écoute rien et il fait tout ce qu'il faut pour se mettre dans le trouble. C'est comme si c'est lui qui va décider comment s'applique le code d'éthique. Il dit : Je suis prêt à prendre le blâme, amenez-le, votre blâme. Tu es en politique, bonhomme. Il y a des règles qui s'appliquent. Respecte les règles… si tu ne veux pas les respecter, retourne chez vous.» Ce n'est pas moi, ça, c'est Bernard Drainville. Ça fait qu'il va y avoir des conversations intéressantes dans la campagne électorale de la CAQ, là.

Mais là-dessus, je suis d'accord avec Bernard Drainville, si tu n'es pas capable de respecter les règles en politique puis qu'il y a des règles, bien, il faut que tu prennes des décisions. Tu ne peux pas juste bulldozer tout le monde, comme il l'a fait d'ailleurs avec un journaliste dans un échange, ma foi, épique, et puis dire, essentiellement : Ça ne vous regarde pas.

M. Robillard (Alexandre) : Mais M. Drainville, hier, il parlait justement des coches mal taillées à la CAQ. Est-ce que vous pensez que ça, ça constitue, de votre point de vue, une coche mal taillée, pour la CAQ, sur le plan de l'éthique?

M. Marissal : Bien, en ce qui me concerne, oui, oui, c'est même toute la chaîne, là, qui est débarquée, là. M. Fitzgibbon, en matière d'éthique, là, c'est un carambolage au ralenti sur une autoroute glacée, là. On le sait que ça va arriver, ça arrive puis lui, il continue son chemin en disant : Tassez-vous, c'est moi. Moi, je m'en fous, de vos règles, de vos... C'est le bon Fitz qu'on connaît depuis quatre ans.

M. Robillard (Alexandre) : Mme Ghazal, le 24 mai, elle disait qu'elle avait l'intention de demander une enquête sur la transaction de 100 millions, là, dans Polycor. Là, j'essaie de comprendre un petit peu ce que vous nous dites à ce sujet-là. Vous dites, vous êtes tous encore en train d'évaluer... Pouvez-vous faire le point un petit peu sur où vous vous situez par rapport à...

M. Marissal : Oui, bien, je dois, d'abord, parler à Ruba ce matin pour voir où est-ce qu'on en est, qu'est-ce qui a été déposé puisqu'on a travaillé à deux sur ce dossier-là, il y a eu passation. Je ne veux pas non plus embarquer dans les plates-bandes de Ruba si Ruba veut donner suite. Mais, de toute évidence, on ne peut pas juste laisser ça lettre morte. C'est notre responsabilité comme parlementaires de nous assurer que le code qu'on s'est voté ici, là, c'est notre code et il est respecté. On ne peut pas, dans un environnement comme celui-ci, qui est quand même assez solennel et important — moi, je crois beaucoup à l'institution — on ne peut pas tolérer qu'il y en ait un qui ne joue pas selon les mêmes règles. D'ailleurs, monsieur Legault lui-même est arrivé à cette conclusion-là quand il a demandé à M. Fitzgibbon d'aller sur le banc de pénalités pendant quelques mois pour essayer de mettre de l'ordre dans ses affaires. Alors, est-ce que maintenant M. Legault va nous dire : Moi, je suis parfaitement à l'aise, ce n'est pas grave, j'en ai un dans mon équipe qui ne respecte pas les règles puis ça va être comme ça?

M. Robillard (Alexandre) : Mais donc vous, c'est le constat que vous faites, là, il ne respecte pas les règles?

M. Marissal : En tout cas, il y a certainement matière à enquête. Nous allons nous assurer qu'il y ait une suite à ça. Et la désinvolture de M. Fitzgibbon, en matière de respect des règles, moi, me dérange.

M. Robillard (Alexandre) : Sur le 6 milliards de contrats de gré à gré, là, il y a un rapport qui a été rendu public hier. Est- ce que vous trouvez que c'est à la hauteur du niveau de transparence auquel on est en droit de s'attendre pour comprendre un peu ce qui s'est passé? Puis est-ce qu'il y a une personne désignée du Parlement qui doit se pencher là-dessus aussi ou est-ce que... tu sais, c'est quoi, la suite à donner à cette divulgation-là?

M. Marissal : Bien, vous savez comme moi que la Vérificatrice générale n'avait pas terminé ses enquêtes sur les contrats liés à la pandémie. Elle avait donné un premier rapport sur les EPI, les équipements de protection individuelle. À ce que je sache, il y a toujours un audit qui est en cours, et je le souhaite. Vous savez, le problème, c'est que le gouvernement nous a piégés avec ça. Il avait l'obligation de rendre publics, dans les trois mois, les contrats donnés en vertu de l'urgence sanitaire. Alors, le gouvernement nous a dit : Je vais être bien mieux que ça, je vais vous le donner tout de suite, je vais vous le donner tout de suite, puis il nous a donné une liasse de contrats, comme ça, à 48 heures de la fin de la session puis de la fin du mandat. Ça ne donne pas beaucoup de temps pour étudier la chose, ça ne donne surtout plus de levier parlementaire, par exemple, pour appeler des témoins dans une commission parlementaire. Alors, le gouvernement, là, a pris son gros cartable de contrats sans appel d'offres, l'a foutu sur notre bureau en disant : Arrange-toi avec ça.

M. Bossé (Olivier) : Sur la Davie, M. Marissal, est-ce qu'il faut remettre de l'argent dans le chantier maritime?

M. Marissal : Bien, si ça fait travailler du monde ici, si le fédéral fait sa part, parce que le fédéral joue de la sale politique depuis des années avec les chantiers maritimes, depuis des années, a divisé entre Esquimalt, en Colombie-Britannique, puis les chantiers des Maritimes, puis Davie a toujours l'air d'un quêteux qui arrive après. Je pense que ce chantier maritime a survécu à bien des soubresauts. Je pense qu'on fait des navires de qualité à cet endroit-là. Ce qui me déplaît, c'est qu'on soit toujours obligés d'aller quêter avec le fédéral, puis d'être obligés de jouer dans les petites games politiques du fédéral là-dessus.

M. Bossé (Olivier) : Parlant de quêter le fédéral, qu'est-ce que vous pensez du plan secret de la CAQ de mener le Québec à un référendum sans en parler?

M. Marissal : Ouf!

M. Bossé (Olivier) : C'est M. Tanguay qui nous a dit ça. Vous...

M. Marissal : Je vais laisser M. Tanguay...

M. Bossé (Olivier) : Mais pensez-vous que la CAQ a un agenda caché en faisant venir Mme St-Hilaire et M. Drainville?

M. Marissal : Moi, ils m'ont l'air de bons fédéralistes résignés, les caquistes. J'écoutais M. Drainville, hier, j'ai connu M. Drainville dans sa vie antérieure, il semble, ma foi, maintenant assez confortable dans l'indifférence du fédéral. C'est ce que je remarque. Puis M. Legault ne veut pas le dire, mais il est fédéraliste, puis ça lui convient très bien.

M. Laforest (Alain) : Donc, M. Drainville a fait une conversion fédéraliste, là?

M. Marissal : Bien, on ne peut pas être à moitié enceinte, hein? Il ne croit plus à la souveraineté, il a milité pour ça pendant des années. Maintenant, il dit : Je veux faire avancer le Québec dans le Canada. J'ai déjà entendu Jean Chrétien dire ça, là. C'est pas mal la définition du fédéralisme : faire avancer le Québec dans le Canada. C'est ça.

M. Robillard (Alexandre) : Mais quand vous entendez Lucien Bouchard dire que, bon, le PQ n'est peut-être plus le véhicule de la souveraineté, est-ce que ça vous interpelle, à Québec solidaire?

M. Marissal : Bien, ce qu'on sait à Québec solidaire, c'est que nous attirons des progressistes et un bon nombre d'indépendantistes progressistes, d'ailleurs, qui se reconnaissent dans nos valeurs, dans nos combats, notamment pour l'environnement, contre la crise climatique. Puis je ne vais pas me mettre à commenter l'état des partis différents.

M. Robillard (Alexandre) : Pensez-vous que vous êtes le relais en tant que véhicule pour la souveraineté? Quand vous entendez Lucien Bouchard, est-ce que vous vous sentez, là, interpellés, ou vous dites : Non, ce n'est pas...

M. Marissal : Bien, nous, on souhaite attirer le plus de monde possible, là, autour de nos idées progressistes et indépendantistes, qui sont connues, mais on n'a pas attendu après Lucien Bouchard faire notre plan puis avoir des idées, là.

M. Robillard (Alexandre) : Je comprends, mais c'est parce qu'il a quand même suscité beaucoup de réactions en signant un petit peu, là, le constat de décès imminent, peut-être, du PQ en tant que véhicule de la souveraineté. Moi, je voulais juste savoir, de votre point de vue, là, tu sais, si... Comment vous recevez ça?

M. Marissal : Je suis bien trop vieux, j'ai bien trop vécu pour me mêler des chicanes internes du PQ. J'ai déjà fait ça dans une ancienne vie, là.

M. Laforest (Alain) : ...un des véhicules de l'indépendance, là. L'indépendance, pour vous, c'est une Pinto ou c'est une Tesla?

M. Marissal :

M. Laforest (Alain) : Non, mais la Pinto est disparue, là. Vous êtes une Pinto ou vous êtes une Tesla? On parle de véhicules.

M. Marissal : Oui, oui, j'ai compris. J'ai compris, on parle de véhicules.

Des voix : ...

M. Marissal : Attendez, là. Nous sommes un parti progressiste, souverainiste, féministe. Nous voulons faire du Québec une société, un pays qui sera vert, qui sera féministe, qui avancera avec des idées progressistes. Quiconque se retrouve là-dedans est bienvenu à Québec solidaire.

M. Duval (Alexandre) : Sur la Commission scolaire de Montréal qui impose des hausses de loyer de 300 %, 400 %, 500 % à des CPE, qui voient probablement la fin d'ici la prochaine année, là, faut-il faire quelque chose? Le ministre doit-il intervenir? Qu'est-ce que vous pensez de ce dossier-là?

M. Marissal : Et quel ministre doit-il intervenir? Parce qu'il y a plusieurs problèmes là-dedans. Le problème, je ne sais même pas par lequel commencer, là, mais je vais y aller dans l'ordre ou dans le désordre, il y a un problème qui est clair, c'est qu'il n'y a pas assez de places de garderie. C'est pitoyable, là, des gens qui sont obligés de prendre des décisions déchirantes, de ne pas aller travailler ou de ne pas garder d'enfants. Je sais que ça dérange la CAQ quand on dit ça, mais c'est des cas réels, là, qui nous sont rapportés. De un, il n'y a pas eu assez de garderies, puis la CAQ n'en a pas fait assez, puis là, ils se réveillent trop tard, comme d'habitude, ce qui fait qu'il n'y a pas assez d'écoles non plus. Alors, les commissions de services scolaires... les centres de services scolaires, pardon, disent : Bien, c'est une école dans sa première vocation, je dois la récupérer, parce que ma priorité puis mon devoir légal, c'est de donner des lieux physiques aux enfants pour qu'ils étudient. Donc, on est dans un cercle vicieux absolument épouvantable. On ne serait pas là si on avait continué le développement des garderies, qui a été arrêté par les libéraux, puis ils ont largement mis le bâton dans les roues, là, de ce dossier-là.

Puis ensuite, la CAQ, en particulier, qui a perdu son temps avec un projet de garderies 4 ans, là, pendant les premières années, ne construit pas suffisamment d'écoles. Dans l'est de Montréal, là, prenez le boulevard Saint-Laurent puis allez jusqu'à Pointe-aux-Trembles, là, il n'y a pas d'écoles primaires qui se construisent. Il n'y en a pas, il n'y en a pas. Puis je suis bien placé pour en parler, là, dans ma circonscription, là, ça déborde. Il y a des roulottes dans toutes les cours d'école. On ne construit pas d'écoles et il n'y en a pas de prévues.

Alors évidemment, par vases communicants, les centres de services scolaires qui ont la responsabilité légale de s'occuper des enfants poussent dehors des CPE ou des centres communautaires, des groupes communautaires. Moi, j'ai des groupes communautaires qui ont été chassés d'une ancienne école qui a été récupérée. Alors, c'est un cercle vicieux que le gouvernement n'a pas voulu voir. Puis, aujourd'hui, on est pris avec ce qui était parfaitement prévisible.

M. Duval (Alexandre) : Les redevances sur l'eau, projet de loi qui va être déposé tantôt, il ne sera pas adopté, visiblement, là. Mais êtes-vous quand même content de voir que c'est un engagement électoral maintenant?

M. Marissal : Bien, c'est ça que c'est, hein? C'est un engagement électoral. Visiblement, ce n'était pas une priorité parce que, sinon, ça aurait été déposé avant. C'est quelque chose qui fait consensus. On peut débattre après, là, des niveaux, là, de redevances, mais le fait de conserver ce patrimoine extraordinaire qui est notre or bleu, ça fait au moins 20 ans qu'on parle de ça au Québec. Là, la CAQ a décidé de se faire une petite mise en scène électorale juste avant qu'on ferme ici.

Mme Senay (Cathy) : So, if I can just jump in right away in English about what…. I mean, it's Wednesday, the end of session is Friday, for you, it's a rehearsal.

M. Marissal : It's a... well, actually, it's more than that, it's worse than that, it is a political and an electoral statement. It's an electoral stunt, actually, because we all know that this is not going to be adopted. There is absolutely no way that this could be adopted. So, at the end of the day, it's almost a joke to come that late in the mandate to table such an important bill.

Mme Senay (Cathy) : Sure, if you had a chance to see... Yesterday, Mr. Drainville said that he was a pro third link from the start. He had... you know, he said that at some point he was this... he had this reflexion, a bit critical, but he was a pro third link. And then you see the article in the Journal de Québec by Karine Gagnon, who worked with him at the FM 93, and he wasn't a pro third link at all. How is this increasing the cynicism among Quebeckers with politicians when they change their mind to be closer to power?

M. Marissal : Well, not only that Mr. Drainville, now, agrees with this project of the third link, but he sees apparently some green virtues to this project. So, I guess he will have very nice conversations with Bonnardel and Charette. But, at the end of the day, this is not a green project, everybody knows that. And Mr. Drainville is... has absolutely no other choice to bend his knees in front of Mr. Legault because he is now the candidate for the CAQ in Lévis, of all places.

Mme Senay (Cathy) : Merci.

M. Marissal : Merci.

Mme O'Malley (Olivia) : The Liberals still think that Mr.Drainville's appointment is an underlying motive for Québec to separate. What do you think is his, I guess, motive, or what he wants to accomplish with the CAQ or what does the CAQ see in him, in your opinion?

M. Marissal : I mean, for me, Mr. Drainville is clearly now a federalist just like Mr. Legault, and they are trying to build their team for the next campaign knowing that they will run this campaign on language issues and secular issues, and, as a matter of fact, Mr. Drainville was the minister in charge for this in the Marois' Government. So, I guess the link between Mr. Legault, Mr. Drainville and la CAQ is based on ethnical issues, things that are very divisive in Québec. And that's the way I see Bernard Drainville jumping in the ring right now.

Mme O'Malley (Olivia) : Do you believe that he is not a sovereigntist anymore?

M. Marissal : Well, based on what he said yesterday, he wants Québec to grow inside Canada. That's the definition of federalism. We don't agree with him. Thank you.

(Fin à 9 h 24)

Participants


Document(s) associé(s)