Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

L'utilisation du calendrier requiert que Javascript soit activé dans votre navigateur.
Pour plus de renseignements

Accueil > Travaux parlementaires > Journal des débats > Index du Journal des débats

Index du Journal des débats - Participants

42-1 (27 novembre 2018 - )


POLO Saul - Laval-des-Rapides
Éducation sexuelle - Cours - Modification - Pétition - 2348-9

Assemblée
Fascicule n°34, 17 avril 2019, pages 2348-2349

[...]

avec la communauté au collège Montmorency, Mmes Isabelle Dauphinais et Mélanie Rouleau, du même collège également, Mme Louise Lortie, présidente de la commission scolaire de Laval et présidente du Regroupement lavallois pour la réussite éducative, et Mme Kathleen Martin, directrice de l'école Marcel-Vaillancourt.

Qu'est-ce que l'École des grands? L'École des grands, c'est un projet de tutorat en mathématiques et en français pour aider les élèves les plus en difficulté à l'école Marcel-Vaillancourt. C'est une soixantaine d'élèves qui ont été accompagnés par une trentaine de tuteurs du niveau collégial au cours des 20 dernières semaines.

Et ce projet-là a vu la complétion ou la terminaison samedi dernier, alors j'invite aujourd'hui le ministre de l'Éducation à réitérer le financement, afin d'assurer la pérennité de ce projet-là. Merci beaucoup, M. le Président.

Le Vice-Président (M. Picard) : Merci. J'aimerais savoir s'il y a consentement pour permettre à M. le député de Bourget de faire une 11e déclaration. Consentement? Consentement. M. le député.

Souligner le 30e anniversaire de l'organisme Solidarité Mercier-Est

M. Richard Campeau

M. Campeau : Merci, M. le Président. J'aimerais souligner aujourd'hui le 30e anniversaire de l'organisme Solidarité Mercier-Est.

C'est une table de quartier, de concertation, extrêmement bien organisée, qui chapeaute de nombreux organismes qui couvrent l'ensemble du territoire de ce qu'on appelle affectueusement Tétreaultville à l'intérieur du comté de Bourget. Ces organismes sont autant des banques alimentaires que des regroupements venant en aide aux jeunes familles, parfois défavorisées, que des commerces qui vendent des produits à des prix qui défient toute concurrence.

Solidarité Mercier-Est a pignon sur rue dans un ancien presbytère, et son équipe dynamique reste en totale disponibilité pour quiconque nécessite de l'aide. Ils redirigent les gens vers les bons organismes du quartier et coordonnent les différentes actions des groupes communautaires du coin. J'espère sincèrement qu'ils seront parmi nous encore longtemps pour aider ceux qui en ont besoin.

Joyeux 30e anniversaire à Solidarité Mercier-Est! Merci, M. le Président.

Le Vice-Président (M. Picard) : Merci, M. le député. Cela met fin à la rubrique de déclarations des députés.

Et je suspends les travaux quelques instants.

(Suspension de la séance à 9 h 53)

(Reprise à 10 h 1)

Le Président : Mmes, MM. les députés, nous allons nous recueillir quelques instants.

Je vous remercie. Veuillez vous asseoir. Je vous souhaite une bonne journée.

Nous poursuivons donc les affaires courantes.

Aujourd'hui, il n'y a pas de déclarations ministérielles ni de présentation de projets de loi.

Il n'y a pas de dépôt de documents ni dépôt de rapports de commissions.

Dépôt de pétitions

À la rubrique Dépôt de pétitions, M. le député de Laval-des-Rapides.

Modifier le nouveau programme d'éducation à la sexualité

M. Polo : Merci beaucoup, M. le Président. Il me fait grand plaisir... Je dépose aujourd'hui l'extrait d'une pétition adressée à l'Assemblée nationale, signée par 3 630 pétitionnaires. Désignation : citoyens, citoyennes du Québec.

«Les faits invoqués sont les suivants :

«Considérant que le gouvernement du Québec impose, depuis septembre 2018, un programme obligatoire d'éducation à la sexualité dès le préscolaire;

«Considérant que ce programme porte atteinte aux droits des parents d'être consultés;

«Considérant que ce programme enfreint les droits des parents de fournir à leurs enfants une éducation sexuelle compatible avec leurs valeurs familiales, [leurs] croyances et [leurs] moeurs ainsi qu'avec [leur] développement propre à chaque enfant;

«Considérant que ce programme ne s'inscrit pas dans un cours spécifique;

«Considérant que ce programme n'est ni neutre ni impartial, et permet à quiconque de l'enseigner selon des interprétations personnelles et des opinions subjectives;

«Et l'intervention réclamée se résume ainsi :

«Nous, soussignés, demandons au gouvernement du Québec d'y apporter les amendements suivants :

«Réviser le contenu du programme afin d'y refléter un Québec pluraliste et inclusif, notamment sur les plans individuel, familial, social, culturel, moral, spirituel et religieux;

«Revoir la grille-matières afin que l'éducation à la sexualité se fasse dans un cours spécifique;

«Exiger que le contenu du programme soit enseigné par des professionnels certifiés en la matière;

«Retarder l'introduction — excusez-moi, M. le Président, je ne m'entends pas parler — des apprentissages du cours d'éducation à la sexualité au troisième cycle du primaire pour que le nouveau programme respecte le cadre préétabli par les cours de sciences et d'éthique et [de] culture religieuse;

«Informer les parents par écrit, avant qu'un tel cours soit donné, du contenu et [des] thèmes d'apprentissage, en spécifiant la date et l'heure auxquelles ils seront enseignés, par qui, où, utilisant quels matériel et outils pédagogiques et permettre l'accès des parents à ceux-ci.»

Je certifie que cet extrait est conforme à l'original de la pétition. Merci beaucoup, M. le Président.

Le Président : Cet extrait de pétition est déposé.

Il n'y a pas de réponses orales aux pétitions ni d'interventions portant sur une violation de droit ou de privilège.

Questions et réponses orales

Nous en sommes maintenant à la période de questions et de réponses orales, et je cède la parole au chef de l'opposition officielle. M. le chef de l'opposition officielle.

Écart de richesse entre le Québec et les autres provinces

M. Pierre Arcand

M. Arcand : Merci, M. le Président. Je prends un bref instant aujourd'hui pour féliciter le nouveau premier ministre de l'Alberta, M. Jason Kenney, qui a été élu avec une majorité hier.

On se rappellera que le chef de la CAQ avait soulevé la colère du gouvernement albertain en décembre dernier en mentionnant qu'il ne se sentait pas du tout gêné de refuser de l'énergie sale en provenance de l'Alberta. Nous comprenons qu'au Québec le développement économique, ça doit se faire dans le respect de l'environnement et qu'on n'en veut pas, de pipeline. Mais par contre, M. le Président, il y a des manières de dire les choses pour exprimer son opposition à un projet. L'ex-première ministre albertaine avait d'ailleurs vivement réagi en invitant le nouveau premier ministre du Québec à descendre de ses grands chevaux. Même un ex-député conservateur au fédéral avait même appelé au boycottage des produits québécois.

Cet épisode n'a certainement pas contribué à enrichir l'image du Québec auprès des provinces canadiennes. Le premier ministre ne cesse de dire qu'il veut créer de la richesse. Pour y parvenir, ça prend des partenaires, et les échanges commerciaux avec les autres provinces, ça représente 70 milliards de dollars annuellement.

Est-ce que le premier ministre compte profiter de l'élection de ce nouveau premier ministre pour repartir sur une note moins conflictuelle et, si oui, comment?

Le Président : M. le premier ministre.

M. François Legault

M. Legault : M. le Président, je voudrais à mon tour profiter de l'occasion pour féliciter Jason Kenney pour sa victoire éclatante, qui ressemble un peu à notre victoire du 1er octobre dernier par son ampleur. Je voudrais aussi le remercier pour son geste élégant, de s'être adressé aux Québécois en parlant français. Donc, j'étais très content.

C'est sûr que Jason Kenney et moi, on a une grande priorité en commun, qui est l'économie. Il y a un grand projet aussi qu'on a en commun, qui est le projet de GNL, donc un projet d'oléoduc de gaz. On parle d'un projet de 13 milliards de dollars avec des milliers d'emplois payants.

Concernant le pétrole, M. le Président, c'est important de se rappeler qu'avec l'inversion de l'oléoduc Enbridge, actuellement, le Québec reçoit 53 % de son pétrole de l'Ouest canadien. Maintenant, concernant un futur oléoduc de pétrole au Québec, bien, j'espère que le chef de l'opposition officielle est d'accord avec moi qu'il n'y a aucune acceptabilité sociale. Il semble laisser entendre que le Parti libéral serait peut-être ouvert à un nouvel oléoduc de pétrole au Québec. Je suis assez surpris.

Le Président : Première complémentaire, M. le chef de l'opposition officielle.

M. Pierre Arcand

M. Arcand : Vous savez très bien que ce n'est absolument pas le cas, M. le Président. Moi, je suis convaincu que le premier ministre du Québec et celui de l'Alberta vont s'entendre sur une chose. Semble-t-il, ils ont un point en commun, c'est qu'ils détestent la péréquation. Le premier ministre de l'Alberta a d'ailleurs l'intention de tenir un référendum afin de priver les Québécois de tout montant d'argent de péréquation du fédéral, et qui provient, évidemment, entre autres, une partie, de l'Alberta.

Est-ce que le premier ministre va avoir la même position et demander...

Le Président : M. le premier ministre.

[...]
 

En Complément