Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

L'utilisation du calendrier requiert que Javascript soit activé dans votre navigateur.
Pour plus de renseignements

Accueil > Travaux parlementaires > Journal des débats > Index du Journal des débats

Index du Journal des débats - Participants

42-1 (27 novembre 2018 - )


POLO Saul - Laval-des-Rapides
Électricité - Exportation - Augmentation - Action gouvernementale - 2895-6 (q.)

Assemblée
Questions et réponses orales
Fascicule n°45, 28 mai 2019, pages 2895-2896

[...]

services, d'avoir des passerelles avec les CPE, avec les services de garde à un an, à deux ans, à trois ans, à quatre ans? Est-ce qu'il peut nous dire aujourd'hui que son engagement, il est ferme, et que ces services-là vont être là en septembre?

Le Président : M. le ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux.

M. Lionel Carmant

M. Carmant : J'aimerais remercier la députée de Joliette de sa question. Ça me fait vraiment plaisir de répondre. Donc, Agir tôt, ça commence à zéro mois, à la naissance, dès qu'il y a une identification d'un retard de développement. J'ai même demandé que le programme soit précédé et que les affichages débutent dès le mois de juin pour qu'on puisse commencer le plus rapidement possible, à tous les CIUSSS de faire cette exception-là, qu'ils n'affichent pas normalement pendant l'été. Je prévois faire une tournée de tous les CISSS et les CIUSSS du Québec pendant l'été pour m'assurer que les choses vont bon train et qu'on peut commencer dès le mois de septembre. On commence à agir tôt le plus tôt possible, M. le Président.

Le Président : Question principale, M. le député de Laval-des-Rapides.

Plan du gouvernement pour augmenter les exportations d'électricité

M. Saul Polo

M. Polo : M. le Président, depuis le début du gouvernement, le premier ministre nous a habitués à des séances d'improvisation. Mais, une fois de plus, la semaine dernière, il nous a montré qu'il en était le maître. Lorsque le premier ministre est allé en Ontario, il a offert au premier ministre de l'Ontario un deal sur l'achat d'électricité qui comprenait une participation dans les nouveaux barrages au Québec, des emplois au Québec pour les travailleurs ontariens et de l'électricité pas chère pour les Ontariens. Mais le deal a été refusé. La semaine dernière, le premier ministre est allé à New York et il s'est réessayé. Il a proposé de leur vendre de l'électricité juste au-dessus de zéro, M. le Président. Ça veut dire quoi, M. le Président? Ça veut dire de vendre vraiment pas cher juste pour écouler les surplus. C'est bon pour qui, une proposition comme ça? C'est bon pour la ville de New York, c'est bon pour les entreprises de New York.

Nous voulons tous nous enrichir et enrichir le Québec, mais est-ce que c'est vendre à rabais, la seule façon de s'enrichir? M. le Président, est-ce que c'est ça, la vision économique de la Coalition avenir Québec?

Le Président : M. le ministre de l'Énergie et des Ressources naturelles.

M. Jonatan Julien

M. Julien : Oui, merci, M. le Président. Écoutez, le premier ministre a effectué une mission sur New York, une mission sur Washington, tellement en cohérence avec ce que notre gouvernement a annoncé. Et c'est une mission que je qualifierais, honnêtement, de fantastique. M. le premier ministre est allé à la rencontre, en réalité...

Des voix : ...

Le Président : S'il vous plaît!

M. Julien : ...des plus hautes autorités de New York pour discuter avec eux de notre plan, de notre plan conjoint. Et, quand je parle de cohérence, M. le Président... Nous avons, au Québec, une richesse extraordinaire. On en convient tous et effectivement on a des surplus. On a des surplus qui peuvent à la fois servir au développement économique du Québec et à la fois servir, par cette énergie renouvelable, cette énergie propre, servir, M. le Président, à faire la réduction des GES chez nos voisins.

Alors, c'est un terreau fertile. C'est un terreau, en réalité, qu'on compte bien exploiter, et le premier ministre a pavé la voie à des discussions. M. Martel, d'Hydro-Québec, continuera les négociations pour le bénéfice économique du Québec.

Le Président : Première...

Des voix : ...

Le Président : Première complémentaire. Je vais vous demander votre attention également, s'il vous plaît. Moi, je trouve ça bruyant. Alors, attention aux questions, attention aux réponses. M. le député de Laval-des-Rapides, vous êtes le seul à avoir la parole.

M. Saul Polo

M. Polo : Merci beaucoup, M. le Président. Elle a été tellement fantastique, la mission, que le P.D.G. d'Hydro-Québec n'était même pas présent. Elle était tellement fantastique que le premier ministre est revenu pas de deal.

M. le Président, est-ce que le gouvernement va vraiment laisser... devrait laisser Hydro-Québec faire les négociations? Pour essayer de nous rassurer, le premier ministre a dit que, dans son deal, le prix de vente augmenterait dans le temps. Le test de la réalité, M. le premier ministre, c'est... lorsqu'on regarde les données d'Hydro-Québec, on se rend compte que la valeur de chaque térawattheure vendu par Hydro-Québec diminue d'année après année. C'est ça, le test de la réalité.

Alors, comment pouvez-vous...

Le Président : M. le ministre de l'Énergie et des Ressources naturelles.

M. Jonatan Julien

M. Julien : Oui, merci, M. le Président. Je pense que mon collègue de Laval-des-Rapides a une très mauvaise compréhension d'un processus de négociation. Alors, essentiellement...

Des voix : ...

Le Président : S'il vous plaît!

M. Julien : ...Hydro-Québec travaille depuis des mois. Parce que le maire de Blasio l'a clairement mentionné : On est intéressés par l'énergie du Québec. Naturellement, «the tone from the top», là, quand le premier ministre va rencontrer les autorités pour avoir ces discussions-là, c'est essentiel. C'est essentiel pour asseoir notre crédibilité puis pour paver la voie des négociations qui vont mener leurs fruits. Hydro-Québec travaille inlassablement, comme au Massachusetts, pour trouver un prix économique, rentable pour le Québec. Ça va être un contrat qui va nous donner beaucoup de retombées économiques et surtout...

Le Président : En terminant.

M. Julien : ...qui va contribuer à la réduction des GES. C'est tellement cohérent avec notre mandat.

Des voix : ...

Le Président : Deuxième complémentaire... Encore une fois, je suis obligé de vous rappeler, s'il vous plaît, un peu de silence et d'attention. Je vous entends tenter de le faire. Bien, faisons-le ensemble, attentifs aux questions, attentifs aux réponses. La parole est au député de Laval-des-Rapides.

M. Saul Polo

M. Polo : M. le Président, ce sur quoi j'ai une très bonne compréhension, c'est le manque de confiance du premier ministre envers son ministre de l'Énergie, puisqu'il était absent en Ontario, tout comme il était absent à New York. Plusieurs secteurs économiques établis ici, au Québec, demandent, eux aussi, à avoir des tarifs plus avantageux. Le gouvernement doit faire des choix. Si le gouvernement pense qu'il peut vendre à rabais l'électricité du Québec, pourquoi ne pas en faire bénéficier aux entreprises d'ici? Comment le ministre va-t-il expliquer aux entreprises qui emploient des Québécois, des gens d'ici, qu'ils n'auront pas accès à ces mêmes tarifs? Merci.

• (14 h 40) •

Le Président : M. le ministre de l'Énergie et des Ressources naturelles.

M. Jonatan Julien

M. Julien : Oui. M. le Président, encore là, quand on regarde la négociation qui se fait avec le Mass. actuellement, on parle de 0,088 $ en tarif médian sur la durée du contrat. C'est la même nature de contrat qu'on va négocier avec New York, et naturellement tout le travail reste à faire pour venir le peaufiner. Et un n'empêche pas l'autre. C'est comme de venir dire qu'au Québec on a des surplus qu'on peut vendre et exporter et qu'on n'aura plus suffisamment d'énergie pour développer l'industrie du Québec. C'est n'importe quoi. La grande différence avec le Parti libéral, c'est qu'on ne manque pas d'ambition de ce côté-ci de la Chambre. Et, oui, on va exporter notre énergie pour le développement économique du Québec, et ce n'est pas vrai qu'on va se laisser impressionner par des commentaires de leadership.

Le Président : Question principale...

Des voix : ...

Le Président : S'il vous plaît! Mme la députée de Sherbrooke.

Effets des pénuries de locaux sur les élèves vivant
avec un trouble du spectre de l'autisme

Mme Christine Labrie

Mme Labrie : Merci, M. le Président. La pénurie de locaux à la commission scolaire de Montréal est tellement grave que des enseignants sont forcés d'isoler des élèves autistes dans une garde-robe. L'école primaire de l'Étincelle,

[...]
 

En Complément