Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

L'utilisation du calendrier requiert que Javascript soit activé dans votre navigateur.
Pour plus de renseignements

Accueil > Travaux parlementaires > Journal des débats > Index du Journal des débats

Index du Journal des débats - Participants

42-1 (27 novembre 2018 - )


POLO Saul - Laval-des-Rapides
Société des établissements de plein air du Québec - Parc de la Chute-Montmorency - Tarification - Motion sans préavis (non débattue) - 3108

Assemblée
Fascicule n°48, 3 juin 2019, page 3108

[...]

Mise aux voix

Le Vice-Président (M. Picard) : Cette motion est-elle adoptée? Adopté.

Maintenant, je reconnais un membre du groupe formant l'opposition officielle. M. le député de Laval-des-Rapides.

M. Polo : M. le Président, je sollicite le consentement de cette Assemblée afin de présenter la motion suivante conjointement avec la députée de Rouyn-Noranda—Témiscamingue, le chef du troisième groupe d'opposition, le député de Chomedey et la députée de Marie-Victorin :

«Que l'Assemblée nationale reconnaisse l'importance que la population ait accès aux parcs du Québec;

«Qu'elle rappelle que le parc des chutes [de] Montmorency, un des principaux attraits touristiques de la Capitale-Nationale, est le seul parc administré par la SEPAQ en milieu urbain;

«Qu'elle dénonce la décision de la SEPAQ d'imposer un tarif à l'entrée du parc des chutes [de] Montmorency;

Qu'elle demande au gouvernement de revenir sur sa décision et de remettre l'accès gratuit immédiatement.»

Le Vice-Président (M. Picard) : Est-ce qu'il y a consentement pour débattre de cette motion?

M. Schneeberger : Pas de consentement.

Le Vice-Président (M. Picard) : Pas de consentement.

Maintenant je reconnais un membre du deuxième groupe d'opposition. Mme la cheffe.

Mme Massé : Merci, M. le Président. Je demande le consentement de la Chambre pour débattre de la motion suivante conjointement avec le député de Jonquière, la députée de Marie-Victorin :

«Que l'Assemblée nationale prenne acte du contenu de la lettre adressée au premier ministre et signée par plus de 160 scientifiques, intitulée Le projet GNL Québec doit être rejeté;

«Qu'elle reconnaisse que le gaz naturel issu de la fracturation hydraulique, qui circulera dans le gazoduc GNL Québec, est constitué à 95 % de méthane, un gaz à effet de serre 84 fois plus puissant que le CO2 sur un horizon de 20 ans, et qu'en ce sens il n'est pas une énergie de transition énergétique viable pour l'avenir du Québec et de la planète;

«Qu'elle reconnaisse que le projet GNL Québec constitue une menace sérieuse pour la biodiversité;

«Qu'elle reconnaisse non seulement l'absence d'acceptabilité sociale de la population du Québec envers le transport par oléoduc et gazoduc des énergies fossiles polluantes de l'Ouest canadien, mais aussi sa réelle volonté de s'en affranchir sans délai en s'engageant dans une transition énergétique fondée sur [des] réelles énergies renouvelables;

«Que l'Assemblée nationale demande au gouvernement de donner suite à la demande des scientifiques signataires, de rejeter sans plus attendre le projet GNL Québec et d'offrir des projets de développement économique plus durables à la région du Saguenay—Lac-Saint-Jean.»

Le Vice-Président (M. Picard) : Merci, Mme la cheffe du deuxième groupe d'opposition. Est-ce qu'il y a consentement pour débattre de cette motion?

M. Schneeberger : Pas de consentement.

Le Vice-Président (M. Picard) : Pas de consentement.

Je reconnais maintenant Mme la députée de Marie-Victorin.

Mme Fournier : M. le Président, je sollicite le consentement des membres de cette Assemblée afin de présenter, conjointement avec la ministre de la Justice et le député de Chomedey, la motion suivante :

«Considérant que les Québécois forment une société distincte du Canada et une nation à part entière;

«Considérant que la Colombie-Britannique possède sa propre constitution au sein du Canada;

«Considérant que le Québec ne dispose pas d'une telle constitution qui lui soit propre;

«Considérant la position nationaliste du gouvernement du Québec;

«Que l'Assemblée nationale demande au gouvernement du Québec de travailler, en collaboration avec la société civile, à doter le Québec d'une constitution définissant ses institutions, les droits et les devoirs de ses citoyens, ainsi que les valeurs et les principes propres à la nation québécoise.»

Le Vice-Président (M. Picard) : Merci. Est-ce qu'il y a consentement pour débattre de cette motion?

M. Schneeberger : Consentement, sans débat.

Le Vice-Président (M. Picard) : Consentement, sans débat. Oui, M. le leader de l'opposition officielle.

M. Proulx : Pas de consentement.

Le Vice-Président (M. Picard) : Pas de consentement? Pas de consentement.

[...]
 

En Complément