Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

L'utilisation du calendrier requiert que Javascript soit activé dans votre navigateur.
Pour plus de renseignements

Accueil > Travaux parlementaires > Journal des débats > Index du Journal des débats

Index du Journal des débats - Participants

42-1 (27 novembre 2018 - )


PROULX Caroline - Berthier
Îles-de-la-Madeleine - Desserte maritime - Octroi de contrats - 3809-10 (q.)

Assemblée
Questions et réponses orales
Fascicule n°58, 16 juin 2019, pages 3809-3810

[...]

Attribution du contrat de desserte
maritime des Îles-de-la-Madeleine

M. Joël Arseneau

M. Arseneau : Merci, M. le Président. Le 17 janvier dernier, le gouvernement a plongé les Madelinots dans l'incertitude en annulant deux décrets en matière de transport maritime. Il était prévu qu'un nouveau navire de croisière serait financé et que la compagnie CTMA opérerait les services pendant les 20 prochaines années. Le ministre des Transports avait promis une nouvelle proposition avant le 12 juin, mais rien n'a encore été annoncé. Il disait vouloir faire un petit pas en arrière pour en faire un plus grand en avant. Il disait vouloir mieux connaître les besoins des Madelinots. Alors, les besoins, M. le Président, c'est un navire neuf et un service cargo-croisière opéré par les Madelinots, et qui leur appartienne.

Ma question, M. le Président : Est-ce que le gouvernement peut rassurer les Madelinots sur l'avenir du lien maritime, qui est crucial non seulement pour l'approvisionnement des insulaires, mais comme projet touristique et économique créateur d'emplois?

Le Président : Mme la ministre déléguée aux Transports.

Mme Chantal Rouleau

Mme Rouleau : Merci, M. le Président. En réponse au député des Îles-de-la-Madeleine, évidemment que le transport maritime est d'une grande importance pour notre gouvernement. Nous sommes d'ailleurs à revoir ce qui s'appelait la Stratégie maritime, qui est issue du Projet Saint-Laurent, la grande idée, le grand projet de société qui a été écrit et pensé par notre premier ministre. Alors, dans ce contexte, le transport maritime prend toute sa place. Transport récréatif, transport des personnes, transport des marchandises : évidemment que ce transport se rend aux Îles-de-la-Madeleine et que nous sommes à voir, avec nos organisations puis avec la Société des traversiers, par exemple, avec notre organisation au ministère des Transports, et en consultation avec les gens du milieu, à travers tout le Saint-Laurent, cette mise en oeuvre, mise en oeuvre du volet maritime.

Des voix : ...

Le Président : S'il vous plaît! Première complémentaire. La parole n'appartient qu'au député des Îles-de-la-Madeleine.

M. Joël Arseneau

M. Arseneau : Merci, M. le Président. Je voudrais rappeler que 17 ans après la mise en oeuvre du service cargo-croisière par le gouvernement de Bernard Landry, son succès économique et touristique est indéniable. On parle d'une centaine d'emplois directs, des retombées économiques de plusieurs millions de dollars dans notre milieu. C'est une réussite dont le principal responsable, c'est le transporteur, la CTMA, mais c'est une réussite dont le gouvernement du Québec devrait être fier.

Le gouvernement peut-il confirmer aujourd'hui qu'il va consolider les emplois chez nous, maintenir le partenariat avec la CTMA...

• (10 h 10) •

Le Président : Mme la ministre du Tourisme.

Mme Caroline Proulx

Mme Proulx (Berthier) : Merci, M. le Président. Je tiens à souligner que notre gouvernement a fait le tour de toutes les régions touristiques au cours de l'hiver dernier. C'est avec beaucoup de bonheur qu'on a rencontré les gens des Îles-de-la-Madeleine, qu'on a rassurés, M. le Président. La région touristique des Îles-de-la-Madeleine est prioritaire pour notre gouvernement. Je tiens à préciser que je suis la ministre du Tourisme, mais la ministre du Tourisme de toutes les régions du Québec. Très prochainement, notre gouvernement, nous aurons l'occasion d'annoncer de bonnes nouvelles aux Madelinots. Nous sommes conscients que c'est une région touristique extrêmement importante et nous déployons tous les efforts pour s'assurer que les gens puissent visiter...

Le Président : En terminant.

Mme Proulx (Berthier) : ...la belle région des Îles-de-la-Madeleine.

Le Président : Deuxième complémentaire. Encore une fois, la parole n'appartient qu'au député des Îles-de-la-Madeleine.

M. Joël Arseneau

M. Arseneau : Merci. Je voudrais qu'on me comprenne, M. le Président : je plaide pour ma région, mais je plaide aussi pour le Québec. Je vous propose de construire un nouveau navire, mais de le faire ici, au Québec, un projet rassembleur, créateur d'un millier d'emplois directs et indirects dans 13 régions du Québec, des emplois payants, comme les aime M. le premier ministre. Le fédéral va bientôt commander deux traversiers à la Davie. Je n'ose pas imaginer que le Québec va en faire moins.

Au nom du nationalisme économique dont il se réclame, le gouvernement peut-il s'engager à faire construire un nouveau bateau...

Le Président : Mme la ministre déléguée au Transport.

Mme Chantal Rouleau

Mme Rouleau : Merci, M. le Président. Le Saint-Laurent est une richesse incroyable pour le Québec. C'est une source de développement économique, social et environnemental. Par le Saint-Laurent, un plan de développement économique se met en place et servira à rehausser le niveau de richesse de toutes les régions du Québec, jusqu'aux Îles-de-la-Madeleine évidemment, cette magnifique région. Alors...

Le Président : En terminant.

Mme Rouleau : ...en terminant, M. le Président, nous voulons...

Le Président : Question principale, Mme la députée de Bourassa-Sauvé.

Image du Québec à l'étranger

Mme Paule Robitaille

Mme Robitaille : Aux petites heures du matin, M. le Président, on a mis à la poubelle les dossiers d'immigration de dizaines de milliers de personnes en adoptant le projet de loi n° 9, et plus encore. C'est la parole du Québec et sa compassion qui sont mises à mal. Là, on en rajoute une couche. On sort la procédure d'exception encore une fois. Ce gouvernement caquiste va adopter un projet de loi qui va suspendre les chartes canadienne et québécoise afin de limiter les libertés religieuses, les libertés d'expression d'une partie de la population. La semaine dernière, même Mario Dumont mettait le gouvernement en garde d'adopter un tel projet de loi sous bâillon. Je le cite : «On finira par expliquer que ce nouveau gouvernement n'a même pas respecté le Parlement et a imposé sa loi par le bulldozer. Il n'en faut pas plus pour nuire à l'image internationale du Québec.»

Pendant que la ministre des Relations internationales sera en mission, que va-t-elle dire au monde entier pour expliquer ce qui se passe au Québec?

Le Président : M. le ministre de l'Immigration.

M. Simon Jolin-Barrette

M. Jolin-Barrette : M. le Président, la ministre des Relations internationales du Québec dira que le gouvernement du Québec écoute la nation québécoise, que le gouvernement du Québec est à l'écoute de ses citoyens et de ses citoyennes et que, lorsque le gouvernement prend un engagement auprès de ses citoyens, il le respecte.

Le débat sur la laïcité, c'est un débat qui est présent dans de multiples sociétés dans le monde : en Europe, en Amérique. Vous savez, M. le Président, il n'y a pas de réponse unique, il n'y a pas de modèle unique à la laïcité. Chaque société est libre de faire ses choix. Et on n'a pas à être jugés sur nos choix, M. le Président, parce que ça appartient à l'Assemblée nationale du Québec, aux élus de la nation québécoise de faire ce choix-là.

Alors, la ministre des Relations internationales pourra être fière de dire cela, M. le Président, de dire qu'elle respecte son mandat démocratiquement élu, les engagements qu'elle a pris devant la population et que le gouvernement du Québec a pris devant le peuple québécois, et surtout, M. le Président, le fait que le Québec va se doter de sa propre laïcité, une laïcité qui lui est propre...

Le Président : En terminant.

M. Jolin-Barrette : ...en lui seul.

Le Président : Première complémentaire, Mme la députée de Bourassa-Sauvé.

Mme Paule Robitaille

Mme Robitaille : M. le Président, il suffit de lire les journaux dans le monde. Après le Guardian, le New York Times, la semaine dernière c'était le Washington Post qui dressait un portrait sombre des conséquences de ce projet de loi controversé. Le gouvernement de la CAQ n'envoie évidemment pas le bon message.

[...]
 

En Complément