Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

L'utilisation du calendrier requiert que Javascript soit activé dans votre navigateur.
Pour plus de renseignements

Accueil > Travaux parlementaires > Journal des débats > Index du Journal des débats

Index du Journal des débats - Participants

42-1 (27 novembre 2018 - )


POLO Saul - Laval-des-Rapides
Johnson père, Daniel - Décès - Anniversaire - Motion sans préavis - 4266-7

Assemblée
Fascicule n°64, 26 septembre 2019, pages 4266-4267

[...]

La Vice-Présidente (Mme Soucy) : Alors, comme il n'y a pas de consentement pour débattre de cette motion, nous allons poursuivre avec un membre du groupe formant le gouvernement. M. le ministre de l'Énergie et des Ressources naturelles, la parole est à vous.

Souligner le 50e anniversaire de l'inauguration du complexe hydroélectrique
Manic-5 et honorer la mémoire du premier ministre Daniel Johnson père

M. Julien : Oui. Mme la Présidente, je demande le consentement de cette Assemblée pour déposer la motion suivante conjointement avec le député de Laval-des-Rapides, le député de René-Lévesque, la députée de Marie-Victorin, le député Chomedey :

«Que l'Assemblée nationale souligne le 50e anniversaire de l'inauguration du complexe hydroélectrique Manic-5, le 26 septembre 1969;

«Qu'elle rende hommage aux milliers de travailleurs qui ont participé à la construction de ce symbole fort de la Révolution tranquille et du génie québécois;

«Qu'elle honore la mémoire du premier ministre Daniel Johnson père, décédé le 26 septembre 1968 sur le chantier du barrage qui porte désormais son nom.»

Merci, Mme la Présidente.

La Vice-Présidente (Mme Soucy) : Merci, M. le ministre. Est-ce qu'il y a consentement pour débattre de cette... monsieur... excusez-moi. M. le leader.

M. Nadeau-Dubois : ...nous assurer que la députée de Mercier est bien conjointe dans le dépôt de cette motion.

Des voix : ...

La Vice-Présidente (Mme Soucy) : Alors, la députée de Mercier sera conjointe sur cette motion. M. le leader du gouvernement.

M. Schneeberger : Oui. Alors, Mme la Présidente, il y a consentement pour un débat de deux minutes par intervenant, en commençant par le ministre de l'Énergie et des Ressources naturelles, le député de Laval-des-Rapides, la députée de Mercier et le député de René-Lévesque.

La Vice-Présidente (Mme Soucy) : Merci, M. le leader. Alors, je comprends qu'il y a consentement pour débattre de cette motion, qu'il y aura quatre intervenants, pour une... la durée des interventions soit limitée à un maximum de deux minutes chacune. Et nous allons commencer par le ministre de l'Énergie et des Ressources naturelles. Allez-y.

M. Jonatan Julien

M. Julien : Oui. Merci, Mme la Présidente.

Alors, chers collègues, il y a 50 ans, un événement a marqué le Québec comme nation. Il y a 50 ans, le barrage Daniel-Johnson était inauguré. Ce symbole de la volonté des Québécois d'être en charge de leurs propres ressources était inauguré. Effectivement, il aurait dû être inauguré l'année précédente, mais malheureusement M. Johnson est décédé la veille de son inauguration. C'est d'ailleurs pour cette raison que le barrage porte son nom.

Nous devons être fiers, nous devons être reconnaissants envers les visionnaires de l'époque, ceux qui ont fait en sorte que nous sommes collectivement propriétaires d'une richesse naturelle renouvelable et propre. C'est grâce à eux, Mme la Présidente, que nous sommes dans le peloton de tête des États les plus inspirants en matière d'hydroélectricité.

Cet ouvrage fut le premier d'une longue série de projets hydroélectriques d'envergure à voir le jour dans le Nord québécois. Il a permis de faire du Québec une nation qui fait aujourd'hui, qui fait aujourd'hui, Mme la Présidente, l'envie de toutes les nations du monde. Nous sommes des meneurs dans ce domaine encore aujourd'hui, 50 ans après.

Hydro-Québec est aujourd'hui un leader mondial en production et en distribution d'électricité renouvelable, et c'est en grande partie grâce à l'ingénierie qui a été développée à la construction de cet ouvrage.

D'ailleurs, Mme la Présidente, il faut souligner le travail extraordinaire de tous les travailleurs qui ont permis d'ériger ce pan de notre histoire. Merci à votre vision. Merci, tous et toutes, pour votre travail fantastique.

La Vice-Présidente (Mme Soucy) : Merci, M. le ministre. Maintenant, nous allons poursuivre avec M. le député de Laval-des-Rapides. La parole est à vous.

M. Saul Polo

M. Polo : Merci beaucoup, Mme la Présidente.

Manic-5 est un chef-d'oeuvre du génie québécois. Manic-5 est un chef-d'oeuvre du génie de notre société québécoise.

Effectivement, l'anniversaire ou, en fait, les 50 ans de l'inauguration de Manic-5 nous rappellent quel pas de géant nous avons fait comme société non seulement sur la question du développement économique de notre développement énergétique, mais aussi en termes d'émancipation et en termes d'affirmation de ce que nous sommes comme société québécoise.

Cette fameuse phrase de l'ancien premier ministre libéral Jean Lesage, Maîtres chez nous, ne sont pas que de belles paroles partagées par un politicien. En fait, ça a été la démonstration, grâce à l'ensemble du travail fait, non seulement Manic-5, mais l'ensemble du projet de Manic-Outardes, qui s'est échelonné sur une vingtaine d'années... ça a commencé à la fin des années 50, qui a abouti à la fin des années 70, et dont un des chefs-d'oeuvre, c'est Manic-5.

C'est cette affirmation que, comme société à cette époque, c'était un point charnière dans notre histoire, la Révolution tranquille, nous souhaitions démontrer de ce que nous étions capables, qu'est-ce que notre génie était capable de faire. Qu'est-ce que notre génie était capable de faire non seulement sur le plan énergétique, mais nous l'avons démontré à d'autres niveaux depuis ce temps-là et nous allons continuer à le faire dans le futur.

C'est aussi la démonstration que plus de 4 000 travailleurs ont mis leurs efforts, leur sueur et même leur vie pour démontrer ce que nous étions capables de faire non seulement au Québec, mais dans le monde entier.

C'est aussi le génie d'un ingénieur, à l'époque inconnu, Jean-Jacques Archambault, qui a, grâce à son exploit de mettre sur pied... en fait, a mis sur pied une technologie innovante à l'époque, qui était une première ligne électrique de 735 kilovolts. Sans cette ligne électrique, Manic-5 n'aurait pu voir le jour.

C'est aussi un hommage aujourd'hui à trois grands anciens premiers ministres, notamment Jean Lesage, mais aussi M. Daniel Johnson père et également un ancien ministre libéral de l'époque, René Lévesque. Et donc, aujourd'hui, je pense que nous soulignons non seulement Manic-5, mais nous soulignons aussi la grandeur et surtout l'ambition de notre société québécoise non seulement au Canada, mais dans le monde entier.

Merci beaucoup, Mme la Présidente.

• (11 h 30) •

La Vice-Présidente (Mme Soucy) : Merci, M. le député. Mme la députée de Mercier, la parole est à vous.

Mme Ruba Ghazal

Mme Ghazal : Merci, Mme la Présidente. Il me fait plaisir de souligner aujourd'hui cet anniversaire important pour la société québécoise. Manic-5, c'est un symbole fort de la nationalisation de l'hydroélectricité, et il y a de quoi être fier, fier de cette affirmation économique du Québec.

50 ans plus tard, on doit s'inspirer de ce genre de volonté politique, d'audace et de vision pour l'avenir, se rappeler collectivement que la nationalisation permet de faire de grandes choses.

Ceci étant dit, je tiens à souligner ma grande déception face au gouvernement, qui a refusé d'intégrer à sa motion : «Que l'Assemblée nationale reconnaisse les impacts majeurs de ce projet sur les territoires ancestraux et les populations des Premières Nations.»

Ce symbole de fierté pour la nation québécoise a oublié les Premières Nations. Aucun emploi, aucun contrat aux Innus, des cimetières inondés sans déplacer les sépultures, et j'en passe. Rendu en 2019, et surtout à la veille du dépôt du rapport de la commission Viens, ce refus nous apparaît comme une omission historique importante, et c'est inacceptable. À l'avenir, continuons de réaliser des grands projets, des projets ambitieux et soucieux de l'environnement, mais cette fois-ci en collaboration avec nos frères et nos soeurs autochtones. Merci.

La Vice-Présidente (Mme Soucy) : Merci, Mme la députée. Maintenant, nous poursuivons avec M. le député de René-Lévesque.

M. Martin Ouellet

M. Ouellet : Merci beaucoup, Mme la Présidente. C'est à plus de 210 kilomètres au nord de Baie-Comeau, en territoire innu, que se trouve l'ouvrage qui fait la fierté des Québécois depuis maintenant 50 ans, le complexe hydroélectrique Manic-5. Nous soulignons aujourd'hui l'anniversaire de son inauguration, mais il faut aussi se rappeler à quel point la construction fut un chantier d'envergure dans lequel furent engagés des milliers de travailleurs ainsi que toute la volonté d'un peuple. Deux ans de travaux préliminaires, deux ans pour couler le béton nécessaire au barrage puis une éternité pour remplir le réservoir Manicouagan à sa pleine capacité. Je peux vous dire, Mme la Présidente, qu'en tant que député de René-Lévesque Manic-5, c'est dans ma cour arrière et c'est surtout aussi... ici, à l'Assemblée nationale, lorsque vous rentrez dans mon bureau ici, à l'Assemblée, vous allez pouvoir constater le barrage majestueux que représente Manic-5.

Mme la Présidente, Manic-5, dans ma région, on en est fiers, car on est pleinement conscients que cette richesse naturelle et renouvelable que le barrage nous permet de produire, tout le Québec en dépend et en profite. Oui, on a dû faire d'importants aménagements pour y arriver, oui, notre territoire a été transformé à jamais, nos rivières ont été harnachées, nos terres ont été inondées, mais en retour nous sommes devenus une force économique essentielle pour le Québec, l'épine dorsale, une garantie pour l'avenir.

J'invite tous les Québécois et Québécoises à se rendre sur place au moins une fois. Le voyage en vaut le coût. La vision est spectaculaire et fait naître une émotion particulière, un sentiment de vertige. Devant une telle immensité, on reste forcément fasciné, hypnotisé. C'est là qu'on comprend comment un barrage a pu inspirer tant d'artistes et pourquoi il fait désormais partie de notre culture populaire.

Manic-5, c'est bien plus qu'un barrage, c'est bien plus que du béton, c'est un symbole fort de la Révolution tranquille, une facette incontournable de l'identité québécoise, une démonstration grandiose de notre génie collectif et de ce qu'on peut accomplir comme peuple. Et, quand on y songe, c'est vraiment pas mal pour un ouvrage qui doit notamment sa venue suite à un météorite qui a frappé la terre par hasard il y a de ça 244 millions d'années. Merci, Mme la Présidente.

[...]
 

En Complément