Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

L'utilisation du calendrier requiert que Javascript soit activé dans votre navigateur.
Pour plus de renseignements

Accueil > Travaux parlementaires > Journal des débats > Index du Journal des débats

Index du Journal des débats - Participants

42-1 (27 novembre 2018 - )


POLO Saul - Laval-des-Rapides
Suicide - Prévention - Semaine thématique - Motion sans préavis - 6302

Assemblée
Fascicule n°97, 6 février 2020, page 6302

[...]

Mme la Présidente, je suis fier que ce soit un gouvernement indépendantiste du Parti québécois qui ait réalisé cet exploit de faire la «Paix des Braves». C'est un actif important pour le Québec et c'est une source de fierté qui nous guide encore aujourd'hui.

Je remercie le premier ministre d'en avoir fait une motion et de souligner l'apport de tous ceux qui y ont contribué. Et je salue respectueusement les représentants de la grande nation crie qui sont ici aujourd'hui. Merci, Mme la Présidente.

Mise aux voix

La Vice-Présidente (Mme Gaudreault) : Je vous remercie, M. le chef du troisième groupe d'opposition. Alors, cette motion est-elle adoptée?

Des voix : Adopté.

• (11 h 40) •

La Vice-Présidente (Mme Gaudreault) : Maintenant, pour la prochaine motion, je vais céder la parole à M. le député de Laval-des-Rapides.

Souligner la 30e Semaine nationale de prévention du suicide

M. Polo : Merci. Merci beaucoup, Mme la Présidente. Je sollicite le consentement de cette Assemblée afin de présenter la motion suivante conjointement avec mon collègue de Pontiac, la ministre de la Santé et des Services sociaux, le député de Jean-Lesage, le député de Rimouski, le député de Chomedey et la députée de Marie-Victorin :

«Que l'Assemblée nationale souligne la 30e édition de la semaine de prévention du suicide organisée par l'Association québécoise de prévention du suicide qui se déroule sous le thème Parler du suicide sauve des vies;

«Qu'elle porte à l'attention de tous que le suicide est un problème majeur de santé publique mondial et qu'à ce titre, agir en prévention, en repérage, en intervention et en postintervention est incontournable;

«Qu'elle rappelle l'importance d'agir collectivement afin de sensibiliser et mobiliser l'ensemble de la population autour des enjeux reliés au suicide;

«Qu'elle encourage tous les acteurs de la société civile à poser un geste concret pour la prévention du suicide, sachant que tous les jours au Québec, trois personnes se suicident et qu'environ 75 tentent de mettre fin à leurs jours;

«Qu'enfin, elle demande à la ministre de la Santé et des Services sociaux de respecter son engagement pris lors du Forum Adultes et santé mentale quant à l'élaboration d'une stratégie nationale en prévention du suicide, et ce, d'ici la fin du mandat.»

La Vice-Présidente (Mme Gaudreault) : Je vous remercie, M. le député de Laval-des-Rapides. Y a-t-il consentement pour débattre de cette motion?

M. Schneeberger : Alors, oui, Mme la Présidente, il y a consentement pour un débat de deux minutes par intervenant, en débutant par le député de Laval-des-Rapides, la ministre de la Santé et des Services sociaux, le député de Jean-Lesage et le député de Rimouski.

La Vice-Présidente (Mme Gaudreault) : Je vous remercie. Alors, M. le député, je vous recède la parole.

M. Saul Polo

M. Polo : Mme la Présidente, je prends la parole aujourd'hui grâce à la collaboration de mon collègue de Pontiac, que je remercie. Je prends également la parole pour montrer le visage de ceux et celles qui vivent le deuil d'un être cher. Je prends la parole pour contribuer à faire tomber les tabous et aider ceux et celles qui vivent avec ces pensées sombres, en leur disant : On vous aime et nous voulons en faire plus pour vous aider à surmonter votre souffrance.

Une vie perdue au suicide est une vie de trop. C'est pour ça qu'il faut continuer à faire tomber les tabous. Il faut en parler pour aider un jeune qui vit une première peine d'amour. Il faut en parler pour aider celui ou celle qui souhaite affirmer son orientation sexuelle. Il faut en parler pour éviter les suicides chez ces nouveaux Québécois parfois dépassés par les conséquences qu'apporte s'intégrer dans une nouvelle société. Il faut en parler pour nos aînés, et parfois ces aînés nouvellement retraités, chamboulés par les souvenirs de son passé.

Il faut en parler parce que nous avons fait des progrès importants auprès de certains groupes, mais il reste beaucoup de travail à faire, parce que faire tomber les tabous et combattre la stigmatisation nécessite beaucoup de temps et d'efforts. C'est pourquoi, au Parti libéral du Québec, nous soutenons l'élaboration d'une nouvelle stratégie nationale contre le suicide afin de mieux coordonner et mieux soutenir les mesures destinées aux besoins diversifiés des populations, que ce soient les jeunes, les groupes ethnoculturels, les membres de la communauté LGBTQ2S+, les aînés, les autochtones et les membres des communautés linguistiques minoritaires. L'accessibilité de l'aide doit être assurée.

Le suicide, c'est une mort qui est évitable et qu'il est possible de prévenir. Les valeurs et les croyances face à la détresse et au suicide ont une grande influence sur notre façon d'appréhender le problème, et c'est pourquoi il faut continuer d'en parler. Il faut comprendre pour mieux aider et mieux s'aider.

Mme la Présidente, en terminant, j'aimerais dire : Papa, je t'aime.

(Applaudissements)

[...]
 

En Complément