Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

L'utilisation du calendrier requiert que Javascript soit activé dans votre navigateur.
Pour plus de renseignements

Accueil > Travaux parlementaires > Journal des débats > Index du Journal des débats

Index du Journal des débats - Participants

42-1 (27 novembre 2018 - )


OUELLETTE Guy - Chomedey
Ministre du Travail, de l'Emploi et de la Solidarité sociale - COVID-19 - Pandémie - Audition - CET-51: 9

Commission permanente de l'économie et du travail
Fascicule n°51, 24 avril 2020, page 9

[...]

important de faire appel aux Québécois, notamment les jeunes, les étudiants, pour venir travailler chez nous. Et à ce jour ça donne un résultat extrêmement intéressant. Et c'est une initiative qui est le fruit d'une collaboration avec le comité sectoriel Agricarrières, avec l'UPA...

M. LeBel : Mais le fédéral...

M. Boulet : Mais le fédéral, je suis d'accord, j'étais préoccupé par l'annonce des prestations pour les étudiants. Je pense que ça peut avoir un effet désincitatif sur notre programme et je constate la même chose que vous, cher collègue.

M. LeBel : Il me reste combien de temps, madame?

La Présidente (Mme IsaBelle) : Il vous reste 3 min 56 s.

• (17 h 10) •

M. LeBel : O.K. Bien, dans le même sens, au niveau agricole, rapidement, ici il y a un projet, on appelle ça Les Maraîchers du coeur. C'est des gens éloignés du marché du travail qui travaillent dans des jardins, produisent des légumes et remettent ces produits-là à Moisson, aux banques alimentaires. Ça fait que c'est un réseau dans le communautaire qui permet de faire de l'intégration sociale et permet aussi de soutenir les banques alimentaires.

Je pense que, dans l'idée d'aller vers l'autosuffisance alimentaire, dans les régions, ce genre de plateau de travail, à mon avis, devrait être encouragé, et je vous invite à regarder ça. Et je sais qu'ici les partenaires du marché du travail vont proposer quelque chose et je vous invite à regarder ça. Ça pourrait aider des jeunes à intégrer le marché du travail, puis à faire de l'autosuffisance alimentaire, puis à transmettre des aliments à nos banques alimentaires. Je pense que ça pourrait être une bonne idée. Je passe le message, j'en profite pour le passer.

Dernière question, rapidement, il y a des gens qui nous appellent qui sont inquiets sur le retour dans leurs usines, retour dans... par rapport au sanitaire. Ils disent : On n'a pas les équipements, il n'y a pas l'eau, il n'y a pas ci, il n'y a pas ça. Comment qu'on va fonctionner? Tu sais, moi, je travaille avec des outils qu'il faut que je passe à l'autre, je ne suis pas certain que... Tu sais, ça fait des années qu'on travaille comme ça; là, il faut que ça change. Il y a des gens qui sont inquiets.

Comment la CNESST va s'assurer que tout va fonctionner pour qu'on puisse déconfiner rapidement puis d'une façon correcte? Est-ce que vous avez des équipes particulières qui sont sur le terrain qui suivent ça? Parce qu'il y a de l'inquiétude.

M. Boulet : Merci de la question. Oui, Les Maraîchers du coeur, oui, je vais porter une attention particulière à cette plateforme-là. On a fait beaucoup, hein, vous savez notre préoccupation pour les banques alimentaires, les millions de dollars, le Programme de soutien à l'action bénévole pour les organismes qui s'intéressent aux Moisson un peu étalées partout sur le territoire du Québec.

Et la CNESST, elle joue un rôle crucial dans le processus de déconfinement. Je vais vous donner un exemple qui va bien illustrer ma philosophie.

Dès qu'on a mis le Québec sur pause, la première fois, dans le domaine de la construction, on a formé un comité tactique, CNESST, Santé publique, les associations patronales et les associations syndicales, et je leur ai dit : La pause, là, c'est l'opportunité, l'occasion de s'assurer qu'on mette en place, qu'on élabore des consignes sanitaires avec l'accord de la Santé publique pour permettre un retour au travail en santé. Puis je répète constamment à mes collègues : Là, on va parler de reprise des activités dans plusieurs secteurs, on va le faire de façon graduelle, il faut s'assurer que les entreprises soient... aient un niveau de maturité sanitaire suffisant. On a 300 inspecteurs de la CNESST qui vont sillonner le territoire. Sur les chantiers de construction, ça va relativement bien pour l'hygiène, la désinfection, pour la distanciation sociale. On a des infographies, on a des affichettes, on a une CNESST qui est extrêmement proactive dans tous les secteurs d'activité. Je veux qu'on réintègre des travailleurs en santé dans des environnements de travail exempts de tout risque pour leur sécurité. Merci.

M. LeBel : Merci, M. le ministre.

La Présidente (Mme IsaBelle) : Alors, merci. Il vous restait 17 secondes, mais on vous remercie. Alors, merci pour le bel échange. Nous allons maintenant procéder au bloc d'intervention du député de Chomedey. M. le député, vous disposez de 2 min 8 s. La parole est à vous.

M. Ouellette : Merci, Mme la Présidente. Je le prendrais, le 17 secondes, si vous n'avez pas d'objection.

Je veux faire un peu de pouce sur ce que mon collègue de Rimouski mentionnait. Et, M. le ministre, on parle beaucoup des mesures d'hygiène qu'il va y avoir pour les employeurs et les employés. Dans quel format... Vous avez parlé des affichettes. Il y a une grande préoccupation, dans quelle langue est-ce que ça va être disponible aussi, parce que, pour le guide de soins, on a oublié la communauté anglophone et certaines des communautés qui vivent au Québec. Est-ce qu'il y aura une aide financière pour les employeurs, pour l'implantation des mesures d'hygiène supplémentaires?

Et il y a aussi beaucoup d'insécurité sur les mesures alternatives pour les enfants des employés, des employeurs qui vont être de retour au travail. Est-ce que les gardiens, gardiennes, c'est-à-dire grands-parents, étudiants, famille élargie, voisins, ça va être toléré pour ceux qui ne seront pas en garderie?

La Présidente (Mme IsaBelle) : Merci. Vous avez 1 min 12 s pour répondre.

[...]
 

En Complément