Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

L'utilisation du calendrier requiert que Javascript soit activé dans votre navigateur.
Pour plus de renseignements

Accueil > Travaux parlementaires > Journal des débats > Index du Journal des débats

Index du Journal des débats - Participants

42-1 (27 novembre 2018 - )

Assemblée
Fascicule n°5, 4 décembre 2018, page 157

[...]

Je pense que le premier ministre ne réalise pas l'urgence de la situation. Il y a deux restaurateurs de Chaudière-Appalaches, Mme Allen et M. Vigneault, qui ont fermé leur restaurant parce qu'ils ne trouvent pas personne. Eux travaillaient plus de 100 heures par semaine.

Est-ce qu'ils auraient dû offrir des emplois à 35 $ l'heure, M. le Président?

Le Président : M. le premier ministre.

M. François Legault

M. Legault : M. le Président, c'est assez spécial, pour quelqu'un qui a été au pouvoir pendant 15 ans, se lever aujourd'hui, après quelques semaines du nouveau gouvernement, et accuser le nouveau gouvernement pour les problèmes de main-d'oeuvre dans certains secteurs.

Notre objectif, au Québec, oui, ça doit être de créer des emplois à 30 $, 40 $ de l'heure. Les immigrants et les Québécois qui sont ici actuellement ont besoin d'emplois à 30 $, 40 $ de l'heure. Il faut en faire beaucoup plus, du côté du ministre de l'Éducation, je pense, entre autres, en formation professionnelle, en formation technique, pour bien viser ces emplois-là.

• (14 h 20) •

Le Président : En terminant.

M. Legault : Mais je n'ai pas entendu le début du commencement d'une solution de la part du chef.

Le Président : Deuxième complémentaire, M. le chef de l'opposition officielle.

M. Pierre Arcand

M. Arcand : M. le Président, je tiens à rappeler au premier ministre qu'il est le premier ministre, je suis chef de l'opposition.

Maintenant, le ministre des Finances du Québec, lui, a... je le remercie pour sa franchise parce que lui, il a dit que la pénurie de main-d'oeuvre viendra ralentir l'élan économique du Québec.

Alors qu'est-ce qu'entend faire le premier ministre à court terme, à très court terme, pour lutter, justement, contre ces pertes d'emploi?

Le Président : M. le premier ministre.

M. François Legault

M. Legault : Quand on regarde la politique du gouvernement qui a été là jusqu'à il y a quelques semaines, sur 50 000 nouveaux arrivants, il y en a plus de 10 000 qui quittent le Québec parce qu'ils ne trouvent pas un emploi intéressant. Chez ceux qui restent, le taux de chômage est deux fois, trois fois celui de la moyenne au Québec.

Donc, les solutions, il y en a plusieurs : mieux choisir les nouveaux arrivants en fonction des besoins des entreprises dans toutes les régions du Québec, mieux arrimer la formation, convaincre des retraités de revenir au travail. Donc, toutes des solutions sur lesquelles le gouvernement de la CAQ va travailler...

Le Président : En terminant.

M. Legault : ...ce qui n'a pas été fait depuis 15 ans.

Le Président : Troisième complémentaire, M. le chef de l'opposition officielle.

M. Pierre Arcand

M. Arcand : M. le Président, les entreprises, les organisations patronales, les organisations syndicales, le milieu municipal reconnaissent tous que la situation, elle est critique, elle est urgente.

Est-ce que le premier ministre va appuyer l'idée de tenir rapidement un sommet sur la question de la pénurie de main-d'oeuvre?

Le Président : M. le premier ministre.

M. François Legault

M. Legault : Bon, je sais que le Parti libéral est spécialiste des sommets, forums, comités, tables...

Des voix : ...

Le Président : S'il vous plaît! S'il vous plaît!

[...]
 

En Complément