Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

L'utilisation du calendrier requiert que Javascript soit activé dans votre navigateur.
Pour plus de renseignements

Accueil > Travaux parlementaires > Journal des débats > Index du Journal des débats

Index du Journal des débats - Participants

42-1 (27 novembre 2018 - )

Assemblée
Fascicule n°57, 15 juin 2019, page 3793

[...]

Nous croyons donc que la terre du Québec, qui est une des plus belles terres d'Amérique, est une terre, bien sûr, d'accueil, qu'elle est une terre d'asile. Elle continuera de l'être. Mais, dès lors que nous disons que nous voulons être, Mme la Présidente, une terre d'accueil s'établit explicitement un contrat moral entre la société d'accueil et ceux qui arrivent dans cette société. Et nous nous sommes posé la question dès la création de la CAQ et dès l'arrivée du premier gouvernement de la CAQ dans l'histoire du Québec : Est-ce que nous en faisons assez pour intégrer les nouveaux arrivants à la société québécoise? Et la réponse, pour nous, elle était simple, la réponse, c'était non. Et c'est la raison pour laquelle, Mme la Présidente, nous avons bâti ce projet de loi — je vois que le temps passe — mais trois grandes...

Des voix : ...

M. Simard : ...trois grands éléments se retrouvent dans... un beau triptyque se retrouve dans ce projet de loi : une dimension de francisation, une dimension de régionalisation et une dimension d'intégration, de rétention de nouveaux arrivants. Surtout de rétention des investisseurs qui ont tendance, plus souvent qu'autrement, à repartir du Québec, donc, après quelques années seulement de passage parmi nous.

Donc, Mme la Présidente, dans quelques minutes d'ici, je vais me relever à nouveau pour voter en faveur du projet de loi n° 9. Je vais faire le pari d'une meilleure cohésion sociale. Je vais faire le pari d'une meilleure intégration. Je vais faire le pari d'un meilleur développement territorial. Je vais faire le pari de l'avenir. Je vais faire le pari du Québec que je veux laisser à mes filles. Je vous remercie, Mme la Présidente.

La Vice-Présidente (Mme Soucy) : Merci, M. le député. Y a-t-il d'autres interventions? M. le député de Blainville, la parole est à vous.

Des voix : ...

La Vice-Présidente (Mme Soucy) : ...je ne vous ai pas...

(3 h 50)

Des voix : ...

La Vice-Présidente (Mme Soucy) : Il n'était pas debout, c'est pour ça. Alors, on va juste donner la chance au député de Matane-Matapédia de s'exprimer. Alors, allez-y, M. le député.

M. Pascal Bérubé

M. Bérubé : Mme la Présidente, je n'avais pas prévu me lever à cette occasion, mais le député de Montmorency m'a interpellé, alors je veux répondre. Lorsque je l'ai connu, il était président des Jeunes libéraux du Canada. Ensuite, je l'ai connu comme militant du Parti québécois. Ministre dans le gouvernement de M. Landry, ce que le premier ministre a décidé de ne pas refaire avec lui. Ensuite, à la CAQ. Je veux dire une chose...

Des voix : ...

La Vice-Présidente (Mme Soucy) : M. le leader du gouvernement. S'il vous plaît! Nous sommes presque à la fin de nos travaux, je vous demanderais, s'il vous plaît, pour le bon fonctionnement de nos travaux, de garder le silence. Il y a une personne à la fois qui a la parole, et là ça va être M. le leader du gouvernement.

M. Jolin-Barrette : Mme la Présidente, il ne reste pas beaucoup de temps à la présente séance extraordinaire. Je nous invite à faire preuve de prudence, de réserve. Tout le monde est fatigué. Calmons-nous et votons sur l'adoption finale du projet de loi.

La Vice-Présidente (Mme Soucy) : Alors, faisons preuve de prudence, et M. le député de Matane-Matapédia, vous pouvez poursuivre.

M. Bérubé : Mme la Présidente, je choisis une nouvelle avenue. Là où ça me touche, c'est quand il me dit que moi, je cherche le nationalisme qui m'habite. Toute ma vie de militant a été en ligne droite, parce que j'ai de l'ambition pour le Québec. Je pense qu'on peut faire beaucoup plus que d'être à l'intérieur de la fédération canadienne. Tout mon militantisme témoigne d'une volonté sincère que le Québec fasse tout ce qui est en son pouvoir avec tous les pouvoirs pour atteindre son destin ultime. Alors, c'est ça qui m'a touché, Mme la Présidente, de questionner mes convictions les plus profondes en politique qui font en sorte que je suis toujours ici, debout, à parler de ma formation politique avec fierté et de l'avenir du Québec qui n'est pas à l'intérieur du Canada. Mme la Présidente, ça nécessite du respect, ça.

Une voix : Merci.

La Vice-Présidente (Mme Soucy) : Merci, M. le député. Maintenant, nous poursuivons avec M. le député de Blainville.

[...]
 

En Complément