Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

L'utilisation du calendrier requiert que Javascript soit activé dans votre navigateur.
Pour plus de renseignements

Accueil > Travaux parlementaires > Journal des débats > Index du Journal des débats

Index du Journal des débats - Participants

42-1 (27 novembre 2018 - )

Commission spéciale sur l'exploitation sexuelle des
Fascicule n°3, 6 novembre 2019, page 29

[...]

les autres provinces. On essaie d'appliquer la même procédure d'échange d'information, puis ici on n'est pas capables de le faire.

M. Ouellette : Merci.

Le Président (M. Lafrenière) : Merci beaucoup.

M. Beaudoin (Luc) : Est-ce que je peux juste rajouter un bout? Pour cet échange d'information là, ça serait très facilitant et ça nous aiderait aussi, ça aiderait tous les services de police dans bien d'autres secteurs d'activité, quand on parle, souvent... On parle souvent de problèmes de santé mentale. Encore une fois, si on serait capables de parler avec les organismes du milieu, avec nos différents partenaires, on serait probablement capables de détecter avant que quelqu'un soit en détresse psychologique, on serait en mesure de voir... c'est à ce moment-là que cette personne-là devient en détresse psychologique, o n serait capables de détecter quel intervenant du milieu serait en mesure de le prendre en charge, donc on ne serait pas pris à le ramasser après sur le terrain. Donc, je pense, vraiment, ça serait facilitant dans plusieurs secteurs de nos activités.

Le Président (M. Lafrenière) : Merci. On va tenter un sprint de trois questions en neuf minutes. La députée de l'Acadie.

Mme St-Pierre : Merci beaucoup, M. le Président. Alors, très rapidement, je vous avoue que moi aussi, je suis tombée un peu en bas de ma chaise quand vous nous avez dit : 12 cas, après tout ce que vous nous avez dit puis tout ce que vous avez mis en place, mais, bon, j'imagine que vous faites du mieux que vous pouvez. Puis vous avez parlé de toutes les nouvelles technologies aussi qui viennent un peu contrer votre travail. J'ai deux questions très, très rapides.

Tout d'abord, sur les questions des médias sociaux, Mme Brière — c'est ça? — ...

Mme Brière (Nellie) : Oui.

Mme St-Pierre : ...vous avez fait un peu un rapprochement avec la radicalisation menant à la violence. Puis je me suis beaucoup, beaucoup intéressée à cette question-là et comment Daesh a mis en ligne des contenus très sophistiqués, très bien léchés, cinématographiques. Et ceux qui veulent contrer la radicalisation menant à la violence, ils ont dit : Il faut que nous aussi, on arrive avec du contre-contenu. Puis je pense que c'est ça, votre message, un peu, que vous...

Mme Brière (Nellie) : Oui. Un de mes messages, mais oui.

Mme St-Pierre : Bien, un de vos... Mais il va falloir que... Si on passe en campagne de sensibilisation, il faut qu'on lâche les sensibilisations classiques pour des madames de mon âge, là, je veux dire, il faut que ce soient des sensibilisations sur médias sociaux.

Sur la police de Gatineau, vous avez, dans votre région, un corps diplomatique important, beaucoup d'ambassades. Vous avez un casino sur votre territoire. Est-ce qu'avec le corps diplomatique et tout le personnel que ça veut dire, que ça signifie, là, que ça représente, on parle de plusieurs centaines de personnes, ces gens-là ont souvent l'immunité... Avez-vous un problème avec, bien, ces personnes-là?

M. Beaudoin (Luc) : Je peux vous dire... Selon nos statistiques, il arrive à l'occasion qu'on doit intervenir auprès de ces personnes-là, mais de vous dire qu'on a une problématique particulière en fonction de l'immunité, ce n'est pas quelque chose qu'on a détecté chez nous présentement.

Mme St-Pierre : Mais, quand vous dites : Il arrive...

M. Beaudoin (Luc) : Bien, il va arriver des situations où est-ce que c'est sûr qu'on peut pogner un diplomate avec une faculté affaiblie, mais rien en matière de la situation sur laquelle on discute aujourd'hui. On n'a eu aucun cas en cette matière.

Mme St-Pierre : O.K. Puis le casino?

M. Beaudoin (Luc) : Le casino? Définitivement, on a une bonne relation avec le casino pour ce qui se passe. On n'a pas eu... De nos cas rapportés, il n'y a rien qui est en lien vraiment avec le casino de l'Outaouais.

Le Président (M. Lafrenière) : Merci beaucoup.

Mme St-Pierre : ...peut-être court, court, Mme Brière, sur ce que j'ai dit concernant les médias?

Mme Brière (Nellie) : Bien, en fait, à part dire : Oui, tout à fait, c'est exactement ce que je voulais dire, mais non seulement des campagnes de prévention, mais aussi des contenus valorisants pour les jeunes, qui les mettent en scène de manière autre que ce qui est présenté par ces groupes-là.

[...]
 

En Complément