Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

L'utilisation du calendrier requiert que Javascript soit activé dans votre navigateur.
Pour plus de renseignements

Accueil > Travaux parlementaires > Journal des débats > Index du Journal des débats

Index du Journal des débats - Sujets

42-1 (27 novembre 2018 - )


Aide financière
Enfant handicapé - Parent - 1083-4 (q.)

Assemblée
Questions et réponses orales
Fascicule n°22, 20 mars 2019, pages 1083-1084

[...]

Le Président : Deuxième complémentaire, Mme la députée de Saint-Laurent.

Mme Marwah Rizqy

Mme Rizqy : Habituellement, M. le Président, quand on consulte, c'est dans le but de rédiger un projet de loi. Je suis contente qu'il ait consulté, d'ailleurs à portes closes, plusieurs partenaires. Mais par la suite il refuse de nous déposer son règlement. C'est tous les partenaires qui demandent de voir le règlement. Parce que, lorsqu'on se présente ici pour être consulté, c'est qu'on veut le savoir. Pour être plus claire : on ne veut pas juste le savoir, on veut le voir. Déposez, s'il vous plaît, votre règlement.

Le Président : M. le ministre de l'Éducation.

M. Jean-François Roberge

M. Roberge : Bien, si vous voulez, je peux déposer le crayon avec lequel j'écrirai le règlement...

Des voix : ...

Le Président : S'il vous plaît!

M. Roberge : ...parce que le règlement n'est pas encore écrit à 100 %. À un moment donné, je veux bien être transparent...

Des voix : ...

Le Président : Encore une fois... non, mais, je m'excuse, encore une fois... Ça fait trois ou quatre fois, là, je pense qu'on a de la difficulté à s'entendre, vous et moi. Calme. Écoute. La parole appartient au ministre de l'Éducation.

M. Roberge : M. le Président, le projet de règlement n'est pas écrit au complet, on est en train de l'écrire, c'est un travail en co-construction. Les gens veulent de la transparence, on vous le dit, on a livré nos grands principes au moment du dépôt du projet de loi. Voici nos grandes orientations. Et là qu'est-ce qu'on fait? On écoute les partenaires, on consulte 33 000 Québécois, et, lors des consultations particulières, il y a des gens qui nous disent : Ça, ça devrait être dans le projet de règlement, vous devriez le mettre; ça, vous ne devriez pas le mettre. Et qu'est-ce qu'on fait? On prend des notes. Quand on aura davantage d'information, on sera transparents, on la diffusera...

Le Président : En terminant.

M. Roberge : ...et on continuera à dialoguer, parce qu'on a un devoir, c'est celui d'adopter des règles claires pour septembre prochain.

Le Président : Question principale, Mme la députée de Westmount—Saint-Louis.

Aide financière aux parents d'enfants lourdement handicapés

Mme Jennifer Maccarone

Mme Maccarone : ...M. le Président. Vendredi dernier, j'ai eu l'occasion de rencontrer deux organisations que le gouvernement connaît très bien : Parents jusqu'au bout! et L'Étoile de Pacho. Ces parents militent depuis plusieurs années pour les familles avec des enfants lourdement handicapés. Le 6 septembre, le chef de la CAQ, aujourd'hui premier ministre, leur a dit, et je le cite : «Si les Québécois nous font confiance le 1er octobre prochain, on va être là pour vous.» Leur engagement était clair : 22 millions de dollars par année, de plus, dès cette année, pour le programme d'aide financière pour les parents d'enfants lourdement handicapés mineurs. Leur cadre financier aussi était très clair.

M. le Président, à quelques heures du budget, est-ce que le ministre de la Famille peut les rassurer? Est-ce qu'il a vraiment à coeur les intérêts des familles avec des enfants lourdement handicapés?

Le Président : M. le ministre de la Famille.

M. Mathieu Lacombe

M. Lacombe : Merci, M. le Président. Je peux assurément vous rassurer. Je peux assurément vous dire qu'on a à coeur ces familles qui vivent, et ça, il faut le dire, des enjeux très particuliers, qui mettent tout leur coeur pour s'assurer que leurs enfants puissent vivre convenablement avec leurs handicaps. Donc, on s'est engagés, en tant que gouvernement, à en faire plus.

Parce que, vous savez, le programme qui existe actuellement — il en existe un — il est compliqué, il n'est pas assez généreux, et nous, on s'est engagés à aller de l'avant pour l'améliorer. Vous savez, c'est un programme qui a été créé sous les précédents gouvernements, et nous, bien, on juge qu'on peut en faire plus, c'est ce qu'on s'est engagés à faire, on s'est engagés auprès des parents. Et, je vous dis très franchement, on n'a pas l'intention de reculer, on a l'intention de respecter tous nos engagements. Donc, à tous les parents qui nous écoutent aujourd'hui qui vivent avec un enfant handicapé, je vous dis : J'ai donné le mandat très précis à Retraite Québec de revoir ce programme-là pour qu'il soit plus accessible, plus généreux, et que ce ne soit pas tout ou rien, comme c'est le cas présentement.

Le Président : Première complémentaire, Mme la députée de Westmount—Saint-Louis.

Mme Jennifer Maccarone

Mme Maccarone : Merci, M. le Président. Je n'entends toujours pas de confirmation. Lorsqu'il a pris son engagement, le premier ministre était entouré des candidats de Prévost, Saguenay, de Lévis, Taillon et Soulanges. Selon lui, c'était la meilleure équipe pour soutenir les 36 000 familles d'enfants handicapés. C'est maintenant le temps de tenir parole. Votre gouvernement a pris des engagements très clairs face aux familles qui vivent avec des enfants handicapés qui sont mineurs ou majeurs.

M. le Président, est-ce que le gouvernement va tenir parole et confirmer que l'argent, concrètement, serait au rendez-vous?

Le Président : M. le ministre de la Famille.

M. Mathieu Lacombe

M. Lacombe : M. le Président, évidemment on ne fera pas le budget avant le budget. J'invite ma collègue à être patiente. Comme le président du Conseil du trésor l'a mentionné tantôt, il y aura un budget qui sera présenté demain. Ce que je peux vous dire, c'est qu'on a l'intention de respecter nos engagements. C'est plus qu'une intention, on va respecter nos engagements. Le programme qui existe actuellement ne fonctionne pas. Il y a des parents qui reçoivent très peu, il y a des parents qui reçoivent beaucoup. Entre les deux, il n'y a rien. Donc, nous, on veut que les enfants qui se trouvent entre les deux puissent recevoir un soutien qui est convenable, que leurs parents puissent avoir accès à des fonds. On s'est engagés à le faire. Je le répète, on va le faire. J'ai donné expressément le mandat à Retraite Québec de revoir ce programme-là. Ce sera fait. Ce sera plus accessible, plus généreux.

Le Président : Deuxième complémentaire, Mme la députée de Westmount—Saint-Louis.

Mme Jennifer Maccarone

Mme Maccarone : M. le Président, je n'entends toujours pas : Oui, 22 millions de dollars. Ces deux organismes ne sont pas les seuls à être inquiets. Parents pour toujours, qui représente les parents qui prennent soin de leurs enfants handicapés d'âge majeur, sont, eux, déçus et même frustrés. Lors d'une rencontre avec le ministre de la Famille, le 8 mars dernier, le ministre leur a clairement dit qu'il n'y aura rien dans le budget.

Si c'était une priorité, si c'était une urgence, pourquoi le ministre de la Famille et son gouvernement ont déjà renié leur parole? Et je dépose la lettre qui a été publiée.

Document déposé

Le Président : Consentement pour le dépôt du document? Consentement. Réponse, M. le ministre de la Famille.

M. Mathieu Lacombe

M. Lacombe : M. le Président, bon, je peux répéter qu'il y aura un budget demain, je pense qu'on est tous conscients qu'il y aura un budget demain, donc j'invite ma collègue à être patiente.

L'autre chose que je veux mentionner, il faut bien comprendre, il faut faire la distinction, deux choses. Les enfants mineurs, donc, évidemment les enfants sont mineurs, il faut aider les parents à ce niveau-là, donc il y a une première chose. La deuxième partie, c'est d'aider ces enfants-là qui deviennent majeurs. Donc, c'est important de faire la distinction dans tout ça.

Moi, je vous dis, j'ai donné le mandat très précis à Retraite Québec de revoir le programme qui s'adresse aux enfants. On a l'intention de tenir tous nos engagements.

Le Président : Cela met fin à la période de questions et de réponses orales. Merci à tous.

La Vice-Présidente (Mme Gaudreault) : Alors, comme...

Des voix : ...

La Vice-Présidente (Mme Gaudreault) : Nous allons poursuivre. S'il vous plaît!

[...]
 

En Complément