Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

L'utilisation du calendrier requiert que Javascript soit activé dans votre navigateur.
Pour plus de renseignements

Accueil > Travaux parlementaires > Journal des débats > Index du Journal des débats

Index du Journal des débats - Sujets

42-1 (27 novembre 2018 - )


Québec (ville)
Transport en commun - Plan québécois des infrastructures 2019-2029 - 1181

Assemblée
Fascicule n°23, 21 mars 2019, page 1181

[...]

Ces sommes permettront notamment de financer les initiatives suivantes.

Dès 2019‑2020, des bonifications majeures sont apportées aux programmes Technoclimat, ÉcoPerformance et Biomasse forestière résiduelle. Les grandes entreprises industrielles seront mieux accompagnées. Le gouvernement aidera les municipalités à s'adapter aux changements climatiques. Un soutien particulier sera apporté au secteur forestier afin notamment de favoriser la plantation d'arbres.

Dans la lutte contre les changements climatiques, l'électrification des transports est une chance à saisir, et c'est ce que nous allons faire.

J'annonce la prolongation du programme Roulez vert, favorisant l'acquisition par les particuliers de véhicules électriques. Au cours des deux prochaines années, le gouvernement allouera 434 millions de dollars à ce programme.

Ces sommes iront directement dans les poches des Québécois décidant de franchir une étape en faisant l'achat d'un véhicule électrique.

Le budget comprend également des mesures ciblées pour valoriser le transport alternatif en privilégiant l'électrification des transports.

Je confirme par ailleurs les investissements considérables engagés par le gouvernement afin de développer les transports collectifs électriques.

La réalisation du Réseau express métropolitain se poursuit comme prévu et elle sera menée à bien.

• (17 heures) •

Le Plan québécois des infrastructures 2019‑2029 précise le soutien apporté par le gouvernement au réseau structurant de la ville de Québec, comprenant un tramway et un trambus électriques.

Le gouvernement investit dans l'augmentation durable de notre richesse en luttant contre les émissions de gaz à effet de serre, mais également en améliorant la gestion des matières résiduelles. Le but est de rapprocher le Québec d'une économie zéro déchet. Pour y parvenir, il faudra mieux consommer, récupérer davantage, trier mieux, réutiliser et trouver des débouchés pour les matières recyclées.

Au cours des cinq prochaines années, le gouvernement réserve 100 millions de dollars additionnels à la gestion des matières résiduelles. Ces sommes serviront ainsi à moderniser les centres de tri des matières recyclables, à développer des innovations technologiques, à créer des débouchés et à encourager des comportements respectueux de l'environnement.

Pour maîtriser l'avenir de notre nation, il faut également investir en nous-mêmes, en ce que nous sommes, en ce qui nous représente et contribue à embellir nos vies. Je parle, bien sûr, de la culture.

Au Québec, la culture est à la fois une source de fierté et un important moteur économique. Ce budget confirme l'appui apporté par le gouvernement à une culture forte et dynamique.

Je suis très fier d'annoncer que, comme je m'y suis engagé, les ressources allouées à la culture représenteront cette année au moins 1 % du budget total de l'État québécois. En 2019‑2020, le portefeuille ministériel de la Culture et des Communications atteindra 1,3 milliard de dollars, soit 1,3 % des dépenses totales. Ce sont donc des sommes importantes qui seront consacrées à la promotion de la culture québécoise, à son développement et au soutien de tous ceux qui contribuent à son épanouissement. Au total, le budget prévoit des ressources additionnelles de 296 millions de dollars sur six ans.

Ce budget le confirme : nous allons donner le goût de la culture aux plus jeunes générations. Comme je l'ai déjà indiqué, des ressources de 135 millions de dollars sont réservées, au cours des cinq prochaines années, aux sorties culturelles du préscolaire au secondaire ainsi qu'aux bibliothèques scolaires.

Ce budget comprend des investissements de 49 millions de dollars, au cours des cinq prochaines années, afin de valoriser le patrimoine culturel et religieux.

Au cours de la même période, le gouvernement investira 74 millions de dollars pour encourager la créativité culturelle. Ces sommes serviront notamment à stimuler l'entrepreneuriat culturel, à soutenir l'industrie de la musique à l'ère du numérique et à améliorer les ateliers d'artistes.

Avec ce premier budget, le gouvernement investit pour maîtriser notre avenir. Maîtriser notre avenir, c'est porter des projets pour le futur. C'est également être prudent dans la gestion des finances publiques.

Je le confirme aujourd'hui à tous les Québécois, nous ferons bénéficier les finances publiques d'une gestion responsable. La santé financière de la nation québécoise est de première importance.

Les dernières années ont été bonnes pour l'économie mondiale, et le Québec en a profité. Notre gouvernement a l'intention de garder le cap sur des finances publiques équilibrées et sur la réduction du poids de la dette.

Faire preuve d'une gestion responsable, c'est maintenir l'équilibre budgétaire. M. le Président, comme je l'ai annoncé dès le début de ce discours, je suis fier de souligner que, pour les années 2019‑2020 à 2023‑2024, le gouvernement prévoit le maintien de l'équilibre budgétaire.

Nous poursuivons également la réduction de l'endettement.

Vous me permettrez aujourd'hui d'écarter l'habituelle partisanerie politique pour rendre hommage à Lucien Bouchard. En 1996, ce grand premier ministre a eu le courage de changer le cap budgétaire du Québec. Avec l'appui constant de l'ADQ de Mario Dumont et des ministres des Finances qui se sont succédé, tous partis confondus, le Québec s'est alors engagé dans le cercle vertueux de l'équilibre budgétaire et de la réduction du poids de notre dette publique.

Je suis heureux de confirmer que nous atteindrons l'objectif de réduction de la dette à 45 % du PIB en 2020‑2021, soit cinq ans plus tôt que prévu dans la loi. L'objectif de réduction de la dette représentant les déficits cumulés à 17 % du PIB sera également atteint comme prévu dans la loi.

Au 31 mars 2019, la dette brute du Québec représentera 46 % du PIB. Le poids de la dette brute par rapport à l'économie sera ainsi le plus bas des 20 dernières années.

La réduction du poids de la dette est une excellente nouvelle pour tous les Québécois. Cette réduction assure un financement stable des principales missions de l'État. Elle nous permet de faire face aux coûts associés au vieillissement

[...]
 

En Complément