Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

L'utilisation du calendrier requiert que Javascript soit activé dans votre navigateur.
Pour plus de renseignements

Accueil > Travaux parlementaires > Journal des débats > Index du Journal des débats

Index du Journal des débats - Sujets

42-1 (27 novembre 2018 - )


Automobile
Transport rémunéré - Projet de loi n° 17 - Transport adapté - Impact - 1688-9 (q.)

Assemblée
Questions et réponses orales
Fascicule n°24, 26 mars 2019, pages 1688-1689

[...]

projets qui sont en planification et il y a les projets qui sont à l'étude. Dans les deux premiers montants qui ont été expliqués tout à l'heure par le premier ministre, c'est 13,3 milliards qui est dans les deux premières catégories.

La grande différence de ce que nous avons fait, au cours des derniers mois, c'est d'inscrire huit projets de transport collectif au PQI, huit projets qui totalisent entre 5 et 10 milliards de dollars, qui seront réalisés au cours des prochaines années lorsqu'ils vont passer les prochaines étapes. Et je donne deux exemples, c'est la ligne jaune à Longueuil et c'est le tramway sur le boulevard Taschereau. Allez dire maintenant aux maires de ces villes-là que ce ne sont pas des projets en transport collectif, et vous reviendrez me voir après, quand vous aurez eu une discussion avec eux. Merci beaucoup.

Le Président : Première complémentaire, M. le député des Îles-de-la-Madeleine.

M. Joël Arseneau

M. Arseneau : L'information qu'on a vue dans le budget, on parle de 9 milliards de dollars qui est maintenu pour les prochaines années. Et, pour le transport collectif, c'est donc une augmentation, sur 10 ans, de 40 millions de dollars. C'est les chiffres qu'on a vus dans les colonnes, qui sont affichés. Ce que ça veut dire, essentiellement, là, quand on y regarde de plus près, c'est même 500 millions de moins dans les transports collectifs que ce qui était prévu par les libéraux.

Comment le ministre de l'Environnement peut-il accepter que son gouvernement fasse moins que les libéraux?

• (14 h 40) •

Le Président : M. le président du Conseil du trésor.

M. Christian Dubé

M. Dubé : ...qu'il y avait trois catégories. Il y en a pour 9 milliards de projets qui sont très concrets en ce moment. Il y en a pour 4,3 milliards de projets qui sont en planification, qui sont dans l'enveloppe centrale. Et il y en a au moins 10 milliards de projets qui sont à l'étude. Alors, ce que j'aimerais, c'est que, lorsque vous additionnez les trois, vous regardez et vous allez arriver au montant qu'on a promis, c'est-à-dire de s'engager que le transport collectif représente au moins la moitié de ce qui est investi du côté du transport routier. Et, pour ça... C'est ce que nous allons faire dans les prochaines années. Mais il fallait que, cette année, nous inscrivions ces sept ou huit projets là dans le PQI, et c'est ce que nous avons fait dans les derniers mois. Merci.

Le Président : Deuxième complémentaire, M. le député des Îles-de-la-Madeleine.

M. Joël Arseneau

M. Arseneau : Bien, compte tenu du nombre de projets qui ne manquent pas en transport collectif, pourquoi ne pas en avoir inscrit davantage dans l'enveloppe centrale? On peut accélérer des projets comme la ligne bleue, vous l'avez mentionné, les projets à Montréal, la ligne jaune, le tramway, les projets en région.

Quand est-ce que le gouvernement va poser des gestes et des actions musclés pour accélérer le développement du transport collectif et retirer les voitures des routes?

Des voix : ...

Le Président : S'il vous plaît! M. le président du Conseil du trésor.

M. Christian Dubé

M. Dubé : Écoutez, M. le Président, sérieusement, je pense, ça me ferait plaisir de prendre quelques minutes avec le député après la session pour lui montrer, dans les documents, comment on arrive aux chiffres dont j'ai parlé tout à l'heure. Puis, si c'est une question... Soit que je l'explique mal ou qu'il a une mauvaise compréhension. Ça me fera plaisir de prendre quelques minutes pour lui expliquer. Merci.

Le Président : Question principale, Mme la députée de Mercier.

Orientations gouvernementales en matière de transport adapté

Mme Ruba Ghazal

Mme Ghazal : Merci, M. le Président. On l'a vu, au cours des derniers jours, le projet de loi n° 17 a mis les chauffeurs de taxi en furie. C'est simple, le gouvernement pousse 22 000 familles à la rue, et ces familles se sentent trahies. Et que répond le ministre des Transports à cette tragédie humaine? Rien. Au contraire, il laisse tomber d'honnêtes travailleurs au profit d'une multinationale étrangère. Le ministre répète sur toutes les tribunes qu'il a à coeur le sort des usagers. Il nous dit sans cesse qu'il a écrit sa réforme sa main sur le coeur, en pensant aux clients. Mais qu'en est-il des usagers les plus vulnérables? Qu'en est-il des usagers du transport adapté?

Ma question s'adresse à la ministre de la Santé et des Services sociaux : Fait-elle confiance à Uber pour prendre soin des personnes vivant avec un handicap?

Le Président : Mme la ministre déléguée aux Transports.

Mme Chantal Rouleau

Mme Rouleau : Alors, M. le Président, je remercie la députée de Mercier pour la question. C'est un projet de loi qui est extrêmement important, qui vient amener une équité pour l'ensemble des joueurs, pour les nouvelles plateformes. Et bien sûr que l'ensemble de la population doit être desservi par les services de transport, incluant les personnes à mobilité réduite. Et ce type de transport est évidemment maintenu.

D'ailleurs, les chauffeurs de taxi pourront garder les avantages qu'ils avaient déjà, comme le transport adapté, comme, par exemple, le hélage sur la rue, comme, par exemple, les appels téléphoniques via les centrales. Alors, il y a d'énormes avantages à cette nouvelle loi beaucoup plus équitable, qui tient compte des usagers des transports payants pour personnes... et qui vont permettre à l'industrie de mieux se développer et de manière beaucoup plus, beaucoup plus équitable. D'ailleurs, pour les chauffeurs de taxi, nous investissons...

Le Président : En terminant.

Mme Rouleau : ...les Québécois investissent jusqu'à 500 millions de dollars.

Le Président : Première complémentaire, Mme la députée de Mercier.

Mme Ruba Ghazal

Mme Ghazal : Les personnes vivant avec un handicap, c'est la responsabilité de la ministre de la Santé et des Services sociaux. Donc, pour faire plaisir à Uber, on savait que la CAQ était prête à mettre 22 000 familles à la rue, à niveler leurs conditions déjà misérables par le bas. Mais ce qu'on apprend aujourd'hui, c'est que la CAQ était tellement pressée de faire plaisir à cette multinationale qu'elle a oublié les gens qui vivent avec un handicap.

Est-ce que la ministre de la Santé et des Services sociaux a dit à son collègue des Transports que 120 000 personnes vulnérables dépendent du transport adapté au Québec?

Le Président : Mme la ministre déléguée aux Transports.

Mme Chantal Rouleau

Mme Rouleau : Merci, M. le Président. Alors, c'est un projet de loi qui est important, qui est équitable pour les membres de l'industrie, qui est là pour aussi répondre aux besoins des citoyens, notamment pour les personnes à mobilité réduite et les personnes handicapées. Le transport pour personnes handicapées est maintenu par les services de taxi. Évidemment, ce sont des personnes qui doivent obtenir ce service, donc ce sera maintenu. Et, pour les chauffeurs, en fait, les titulaires de permis de taxi, l'ensemble des Québécois est mobilisé pour aider cette industrie...

Le Président : En terminant.

Mme Rouleau : ...et investir 500 millions de dollars, un demi-milliard de dollars pour l'industrie du taxi.

Le Président : Deuxième complémentaire, Mme la députée de Mercier.

Mme Ruba Ghazal

Mme Ghazal : La CAQ nous le dit et nous le répète : La réglementation, c'est vieillot parce qu'on est au XXIe siècle, que l'industrie du taxi est dépassée et qu'elle doit s'adapter. Pourtant, l'industrie du taxi a le mérite de s'adapter aux plus vulnérables. Elle dispose de véhicules avec un plancher surbaissé, un plafond relevé, des rampes d'accès, etc.

Est-ce que la ministre de la Santé et des Services sociaux croit, elle aussi, que la sécurité et le respect des normes du transport adapté, c'est quelque chose de dépassé?

Le Président : Mme la ministre déléguée aux Transports.

Mme Chantal Rouleau

Mme Rouleau : M. le Président, il me fait plaisir de répéter à nouveau que les personnes à mobilité réduite sont totalement respectées, le service est maintenu, il est en opération et donné par les chauffeurs de taxi. Donc, ce n'est pas une question : Est-ce qu'il y a ou il n'y a pas? Il y a.

De plus, M. le Président, pour la modernisation, assurer cette modernisation nécessaire, voulue de l'industrie du transport des personnes, nous investissons, le gouvernement, les Québécois et les Québécoises investissent un demi-milliard de dollars pour moderniser et rendre beaucoup plus équitable cette industrie.

Le Président : Question principale, Mme la députée de Fabre.

[...]
 

En Complément