Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

L'utilisation du calendrier requiert que Javascript soit activé dans votre navigateur.
Pour plus de renseignements

Accueil > Travaux parlementaires > Journal des débats > Index du Journal des débats

Index du Journal des débats - Sujets

42-1 (27 novembre 2018 - )


Voie réservée
Pont de l'Île-aux-Tourtes - Reconstruction - Réseau express métropolitain - Débat de fin de séance - 2041-3

Assemblée
Fascicule n°28, 3 avril 2019, pages 2041-2043

[...]

M. le Président, ni de balises précises, d'autres recours pourraient être intentés contre les commissions scolaires, les assureurs, et ce, dans les prochaines années scolaires. Il est donc impératif de préciser la portée du droit à la gratuité scolaire et de déterminer les contributions financières qui peuvent être exigées aux parents, le cas échéant. Mais ce projet de loi, le projet de loi n° 12, ne réussit pas à régler ni préciser ou informer les commissions scolaires, les parents, la communauté, les élèves, les professeurs de l'avenir des frais scolaires.

C'est très difficile, quand on parle de recours collectif, it's very difficult. A class action suit is an excellent way to decimate a community. When we're talking about budgets, when we're talking about the costs, it's $153 million, money that was taken directly out of our schools to compensate for the class action suit. And the Ministry, at that time, did not take responsibility. They kept an arm's length distance, so that money did come directly from the school boards, a very difficult situation. And so, we certainly appreciate the fact that precisions were made by the previous Government. And yet, we see that we're finding ourselves in a similar position, with no clarity and... things were made, we moved forward, but we still find ourselves in a very challenging point.

P.l. n° 12 est un projet de loi qui maintient un certain flou en raison de l'absence du règlement, et plusieurs intervenants en commission parlementaire l'ont dit — la Fédération des commissions scolaires du Québec, l'Association des commissions scolaires anglophones du Québec, l'ADIGECS, l'AQCS, l'AQPDE, le CSQ, la Fédération québécoise des directions d'établissement d'enseignement, l'Association des comités de parents anglophones, Fédération autonome de l'enseignement, l'association provinciale de l'enseignement et de l'enseignant du Québec — aucune information n'étant disponible quant au contenu du projet de règlement sur lequel aucune consultation n'est prévue.

• (18 heures) •

Le Vice-Président (M. Picard) : Merci, Mme la députée. Vous pourrez poursuivre lorsque nous reprendrons le débat.

Débats de fin de séance

Réfection du pont de l'Île-aux-Tourtes

Puisqu'il est 18 heures, nous allons maintenant procéder au débat de fin de séance qui a été reporté le jeudi 28 mars 2019 et qui se fera entre Mme la députée de Vaudreuil et Mme la députée ministre déléguée aux Transports concernant l'absence de planification d'un prolongement futur du REM vers l'ouest dans les plans de reconstruction du pont de l'Île-aux-Tourtes.

Mme la députée de Vaudreuil, je vous cède la parole pour une durée de cinq minutes.

Mme Marie-Claude Nichols

Mme Nichols : Alors...

Des voix : ...

Le Vice-Président (M. Picard) : Attendez un petit peu... Attendez un petit peu, on va... S'il vous plaît, on ne suspend pas, on vous demande de quitter dans le silence, s'il vous plaît.

Merci. Vous pouvez y aller, Mme la députée. Allez-y.

Mme Nichols : Merci, M. le Président, pour vos directives très claires qui me font sourire. Alors, voilà, débat de fin de séance sur un sujet qui est très important, je dirais même primordial pour le comté de Vaudreuil, puis je dirais même Soulanges, puisque les citoyens de Vaudreuil-Soulanges sont concernés par le pont de l'Île-aux-Tourtes.

Il est important de savoir... Je vais faire peut-être un petit topo, là, sur le pont de l'Île-aux-Tourtes. Donc, le pont de l'Île-aux-Tourtes, ça se trouve à être le petit frère du pont Champlain. Il a été construit en 1965 et il est présentement en fin de vie utile. C'est 83 000 véhicules par jour qui utilisent le pont, qui se trouve à être un lien vers Montréal puisqu'il relie Sainte-Anne-de-Bellevue au comté de Vaudreuil, ou, en fait, à la ville de Vaudreuil-Dorion. C'est 9 000... 83 000 véhicules, 9 000 camions et c'est 53 % de la population de Vaudreuil-Soulanges. C'est un citoyen sur deux. Si on se met sur le coin de la rue, un sur deux vont emprunter le pont de l'Île-aux-Tourtes pour se rendre à Montréal, et ça, c'est les données de 2015. Alors, si on les met à jour, c'est vraiment beaucoup plus que ça.

Le pont de l'Île-aux-Tourtes, on sait depuis longtemps qu'il était en fin de vie, donc il a été annoncé qu'il était pour y avoir une nouvelle reconstruction, et nous, depuis les dernières années, le gouvernement libéral a travaillé avec, entre autres, la ville de Vaudreuil-Dorion, la ville de Sainte-Anne-de-Bellevue, qui sont directement concernés pour la construction du nouveau pont, à savoir on le fait-u au nord, au sud, les contraintes des villes. Donc, on a déjà travaillé avec eux, on sait qu'il y a un problème, là, au niveau de l'environnement de l'autre côté, qu'il y a, entre autres, un cimetière. Si je ne me trompe pas, c'est un cimetière autochtone, là, mais, en fait, il y a quelque chose de l'autre côté du pont, là, qui nous contraint dans la construction du pont de l'Île-aux-Tourtes, on est bien au courant de ça.

Le point important, c'est la reconstruction du pont de l'Île-aux-Tourtes. Est-ce que c'est possible de le coordonner avec la venue du REM? Le REM a une signification très importante pour nous, et nous pensons qu'il est important d'avoir une vision, une vision pour le bassin de citoyens de Vaudreuil-Soulanges, c'est 150 000 personnes, Vaudreuil-Soulanges.

Le REM, pour nos citoyens, ça veut dire aussi l'amélioration de leur qualité de vie. L'amélioration de leur qualité de vie, pourquoi? Parce qu'ils sont... Le trafic le matin, vous le savez, c'est incroyable. Même ici, à Québec, il y a du trafic, là. Mais nous, là, particulièrement, là, dans l'Ouest-de-l'Île-de-Montréal, même l'autre côté du pont de l'Île-aux-Tourtes, Vaudreuil-Soulanges, c'est des comtés en explosion démographique. Donc, la venue du REM pour nos citoyens c'est significatif, c'est moins de temps en voiture, plus de temps auprès de leurs familles. Ça a aussi un impact sur l'environnement, disons-le, c'est significatif, moins de gaz à effet de serre. On sait qu'une voiture émet environ, quoi, 4,3 tonnes de GES par année. Alors, pensez-y, là, 83 000 automobiles, 9 000 camions. C'est une mesure verte à ne pas négliger.

Le pont de l'Île-aux-Tourtes, c'est une occasion en or, comme je disais quand j'ai posé ma question à Mme la ministre déléguée aux Transports, je lui disais : C'est une occasion en or de coordonner pour recevoir le REM et avoir une vision cohérente, une vision cohérente pour Vaudreuil-Soulanges, du transport collectif. On est rendus là. Et je demandais aussi à la ministre aux Transports de prévoir le coût. De prévoir le coût, oui, mais, tu sais, de prévoir... de penser à ce bassin-là, à ce bassin de Vaudreuil-Soulanges qui, comme je disais plus tôt, représente 150 000 de population.

La vision du transport en commun à l'extrémité ouest de l'île, qui est pourtant comparable, comme je disais, à l'est de l'île de Montréal... Actuellement, la dernière station prévue du REM est à Sainte-Anne-de-Bellevue et draine pour un bassin d'environ 29 000 de population, alors que, cinq kilomètres plus loin, Vaudreuil-Soulanges, c'est un bassin de 150 000 de population. Toute la nécessité ou toutes les explications, tous les critères y sont pour combler ce besoin-là.

Lors de la reconstruction du pont de... Quand il y a eu l'annonce, là, pour la reconstruction du pont de l'Île-aux-Tourtes, il y a eu des questions qui ont été posées à Mme la ministre déléguée aux Transports, j'avais un attaché politique qui était présent, et on demandait : Est-ce qu'il y a une voie réservée pour l'éventuel REM? En fait, la réponse était : Il n'y a pas vraiment de voie réservée pour le REM, mais il y a un accotement, puis l'accotement... ou la structure, en fait, est assez solide pour que le train puisse — le train, un train léger, là, évidemment, on parle du REM — passer sur l'accotement. Écoutez, on pourrait, je pense, avoir un débat là-dessus, mais je ne pense pas que le REM puisse passer sur l'accotement. Cependant, si on prévoit une voie pour le REM, puis le REM ne vient pas, là on pourra changer, par exemple, la voie prévue pour le REM pour pouvoir faire du transport collectif.

Alors, toute l'importance de reposer ma question à la ministre et de lui demander plutôt d'éviter les dépenses inutiles comme construire l'équivalent du même pont, mais plutôt de l'adapter en conséquence des besoins des citoyens de Vaudreuil en incluant une voie réservée pour le REM.

Le Vice-Président (M. Picard) : Merci, Mme la députée. Mme la ministre déléguée aux Transports, je vous cède la parole et je vous rappelle que vous disposez de cinq minutes.

Mme Chantal Rouleau

Mme Rouleau : Oui. Bien, merci infiniment, M. le Président. Merci, Mme la députée de Vaudreuil, pour votre question et de m'avoir permis de reporter ce débat, je vous remercie infiniment.

C'est effectivement une question extrêmement importante. Le pont de l'Île-aux-Tourtes, vous l'avez mentionné, le pont actuel a été construit dans les années 60, mis en service en 1965. C'est un pont qui a besoin énormément de travaux, tellement de travaux que nous avons... En fait, la décision a été prise par le gouvernement de reconstruire un nouveau pont qui est au nord du pont actuel, justement pour des questions environnementales, pour réduire les impacts environnementaux et permettre une meilleure accessibilité aussi vers l'Île-aux-Tourtes, qui est un endroit, un site écologique fort important et d'attrait, d'attrait écologique, donc de permettre un nouvel accès, ce qui est excellent, je pense, pour l'ensemble de la population.

La question est : Y aura-t-il REM ou pas sur ce pont? La réponse que je vous ai donnée la dernière fois et que j'ai donnée lors de la conférence de presse, c'est que le pont — et c'est la réponse que je vous ai donnée aussi dans une lettre que vous m'aviez adressée, ainsi qu'au ministre en titre des Transports — est conçu pour recevoir un transport lourd. Mais, dans la conception initiale, pour répondre aux besoins actuels, le pont sera conçu pour avoir des voies d'accotement réservées pour les autobus, une voie de piste cyclable de trois mètres, multifonctionnelle, et les voies usuelles de transport automobile.

Alors, les voies pour autobus permettent à la population de Vaudreuil-Dorion d'avoir accès directement à la station du REM à Sainte-Anne-de-Bellevue, l'idée étant de ne pas amener les voitures vers la station de REM, mais d'amener les personnes à la station du REM. Alors, ce qu'on veut faire, c'est améliorer le transport collectif dans ce secteur, et ce sera, dans un premier temps, par autobus. Dans un souci de préserver l'avenir, dans la conception de ce pont, il sera possible d'avoir un transport collectif lourd, qui sera peut-être le REM, peut-être sera une autre technologie. Ce sera selon ce qui sera le mieux adapté à ce moment-là. Alors, c'est dans un souci d'avenir.

Alors, tout ça pour dire, M. le Président, que nous sommes tout à fait d'accord avec la députée de Vaudreuil qu'il est nécessaire, il est impératif que la population ait droit à un transport collectif adéquat, qui répond aux besoins. Et c'est dans ce souci que nous sommes à travailler à une planification régionale du transport collectif, pour que l'ensemble de la population puisse avoir accès à ce transport collectif. Parce que nous le savons, qu'il y a des secteurs qui sont mal desservis et qu'il est impératif de réduire l'impact de la voiture sur nos routes, sur nos infrastructures. Il faut augmenter l'offre de transport collectif. S'agit-il d'autobus? S'agit-il de trains électriques modernes? S'agit-il de tramways? Pour l'ensemble de la région de Montréal, nous sommes à déterminer ce que, dans un court... en fait, à court et moyen terme, nous pouvons mettre en place pour desservir le mieux possible la population et faire en sorte que nous devenions un modèle de mobilité dans la région métropolitaine. Merci, M. le Président.

• (18 h 10) •

Le Vice-Président (M. Picard) : Merci, Mme la ministre. Mme la députée de Vaudreuil, je vous cède la parole pour votre droit de réplique de deux minutes.

Mme Marie-Claude Nichols (réplique)

Mme Nichols : Oui. Alors, le gouvernement a déjà injecté 87 millions de dollars en entretien sur le pont et 45 millions d'ici 2028. Le projet de reconstruction du pont de l'Île-aux-Tourtes, c'est 3,1 milliards. On parle de l'étape de planification de six ans et de la réalisation, quatre à cinq ans. Moi, ce que je dis, M. le Président, c'est : Coordonnons les travaux pour que le nouveau pont puisse recevoir le REM. Le besoin est là. Mme la ministre aux Transports, déléguée, a l'appui des citoyens, a l'appui des 23 maires de Vaudreuil-Soulanges et a même... J'ai des copies de résolution, là, que je peux vous soumettre, là, on a l'appui aussi des... les préfets, la table des préfets de la couronne sud, on a plein de résolutions depuis que vous avez annoncé la construction du nouveau pont de l'Île-aux-Tourtes. Ce que je dis : Il ne faut pas faire deux fois... en fait, il ne faut pas refaire le même pont. On l'a, le croquis. Présentement, le pont de l'Île-aux-Tourtes, c'est déjà trois voies, c'est la même chose qu'on propose de reconstruire, sauf qu'on ajoute une piste multifonctionnelle — parce qu'on ne dit plus «piste cyclable» — sauf qu'on vous propose une piste multifonctionnelle.

Alors, ce que je dis, c'est que ne faisons pas la même erreur, on investit tellement de sous, ayons une vision. Je me permets de vous dire que le gouvernement libéral en a eu une, vision, le REM phase I, c'est la vision du gouvernement libéral en partenariat avec la Caisse de dépôt. Je pense que le REM phase II doit desservir les citoyens de Vaudreuil-Soulanges. Merci.

Le Vice-Président (M. Picard) : Merci, Mme la députée.

Ajournement

Compte tenu de l'heure, les travaux de l'Assemblée sont ajournés au jeudi 4 avril 2019, à 9 h 40.

(Fin de la séance à 18 h 12)

 

En Complément