Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

L'utilisation du calendrier requiert que Javascript soit activé dans votre navigateur.
Pour plus de renseignements

Accueil > Travaux parlementaires > Journal des débats > Index du Journal des débats

Index du Journal des débats - Sujets

42-1 (27 novembre 2018 - )


Assemblée nationale
Jeune - Programme - 2515

Assemblée
Fascicule n°39, 7 mai 2019, page 2515

[...]

Moi, ce que je rêve, puis ce que je souhaite, puis ce vers quoi on veut aller, c'est que, lorsque vous prenez des décisions, lorsque vous décidez de poser un geste et une action, ceux et celles que vous représentez puissent vous suivre quasiment à la trace, que les gens qui sont intéressés par une discussion sur des projets fondamentaux qui changeront le visage de la société sur lesquels on a tous à travailler vers un objectif qui vise le mieux-être du citoyen puissent aussi savoir ce que l'on fait. Ne pas contraindre et vivre à son époque. Ne pas contraindre les citoyens à une façon de faire qui, aujourd'hui, n'a plus sa place. Les jeunes nous le disent, les jeunes nous le disent. Les aînés nous le disent aussi parce qu'ils se servent de plus en plus de ces moyens-là.

Alors, oui, dans le cadre du virage numérique, des nouvelles solutions envisagées pour répondre à trois types de clientèle, je le disais : députés et personnel, l'Assemblée, l'ensemble des citoyens du Québec, personnel administratif de l'Assemblée. Qu'est-ce que ça va faire? Faciliter le travail des députés dans leur façon de légiférer, de communiquer, de partager l'information, accroître la participation et la mobilisation citoyenne de façon transparente.

• (17 h 10) •

Saviez-vous, quelqu'un me disait que, dans certains endroits dans le monde, parce qu'on est à voir... C'est la notion des meilleures pratiques, hein? On a demandé aux citoyens, par la voie des nouvelles technologies, de proposer des idées de projets de loi qui touchaient leurs préoccupations. Bien, sur un ensemble de projets reçus, ça a mené à des projets de loi concrets. Imaginez-vous, le citoyen chez lui peut aussi avoir son mot à dire sur ce que son demain devrait devenir. C'est extraordinaire.

Accroître la participation, mobilisation citoyenne de façon transparente, structurée, bidirectionnelle, être capable de consulter tant les députés sur les modifications à apporter. Moi, je vous dis que je souhaite des choses. Oui, j'y crois fondamentalement. Mais, d'abord et avant tout, je vais vous demander : Est-ce que vous croyez... Est-ce que vous avez la même vision que moi qu'on puisse aller chercher ces informations-là, mais qu'on puisse le faire pour le public, pour le mieux-être de nos travaux? Que fait-on pour être plus efficaces? Donnez-nous des idées, parlez-nous. Mais qu'on ait les outils pour le faire, ça fait partie du virage numérique, créer des nouvelles façons de faire pour le personnel administratif afin de mieux rendre les services et valoriser leur travail.

Bref, encore une fois, un virage numérique faisant en sorte que des actions concrètes soient déjà prévues, tant au niveau du député qu'au niveau du citoyen qu'au niveau de l'administratif. Et ce plan-là, déposé dans le plan stratégique que vous avez déjà, à ce chapitre-là, il a été déposé, propose des solutions gains rapides, ce qui est faisable maintenant. On fait quoi pour améliorer notre maintenant? Des solutions efficaces, on est déjà en travail, on est déjà en établissement, puis en faisant en sorte qu'on puisse changer la donne et changer la façon de faire, puis ensuite travailler sur des bases, ce qu'on appelle la fondation, sur des projets long terme qui va changer la face, notamment, de votre travail puis de la relation qu'on aura avec les citoyens. Mais ça, ça fait partie d'une maison ouverte, d'une maison citoyenne. Plus les gens auront accès, plus les gens comprendront ce qu'on y fait, pourquoi on le fait, plus les gens sauront qu'ils sont aussi partie prenante de ces décisions-là. Oui, on a aussi un projet, et c'est dans le cadre stratégique 2019‑2023, que vous pouvez aussi consulter.

Le Président (M. Picard) : Merci. Mme la députée de Saint-François.

Mme Hébert : Je vous amène sur un autre sujet. On a pu lire dans les journaux que certaines simulations de Parlement pour les jeunes pourraient disparaître. Comment vous comptez réintéresser les jeunes à la politique? Parce qu'on le sait, c'est notre avenir. Alors, j'aimerais vous entendre.

M. Paradis : ...très honnêtement, ce que je dois vous dire, c'est que les simulations parlementaires pour les jeunes ne disparaîtront pas. On a un programme éducatif renouvelé qui va toujours pousser plus loin l'objectif à atteindre. On va modifier des choses. On avait une belle aventure à laquelle j'ai participé récemment, la 27e finale du tournoi des jeunes parlementaires, qui est un échange... Très surprenant de voir des jeunes, comment les jeunes peuvent savoir l'histoire du parlementarisme, de la démocratie, et tout ça. 27 ans plus tard, on décide consciemment de changer la façon de faire, mais d'avoir de nouveaux projets permettant d'influencer et d'attirer de plus en plus de jeunes. Les simulations parlementaires, c'est une richesse. Elles resteront, elles travailleront. Ça se vit à l'international, ça se vit chez nous. Il faut voir ces jeunes-là. Récemment, il y en avait une, le 23e Parlement écolier. C'est exceptionnel de voir ces jeunes se lever à votre place pour prendre la parole. Ça, c'est nos citoyens de demain. Alors, ça, oui, mais aussi un programme éducatif renouvelé pour qu'on puisse aller rejoindre les jeunes dans leur environnement. Et on a aussi une équipe qui est en train de mettre en place des trousses clés en main nous permettant de faire vivre la démocratie.

Vous savez, j'ai eu l'avantage de travailler longtemps dans le domaine des communications. On a aussi des projets à ce chapitre-là qui nous permettront d'offrir aussi des produits dont on pourra se servir au chapitre de l'enseignement, je pense aux écoles, je pense aux professeurs. Alors, les Parlements sont là, d'autres actions sont à être pensées. Des trousses clés en main sont déjà disponibles pour les députés qui veulent aller rencontrer les jeunes. Et, au surplus, bien, ces méthodes technologiques dont on parle vont faire en sorte qu'on puisse les rejoindre où ils veulent être rejoints. C'est ce que j'appelle une connexion de type sur demande, et je pense qu'on est capables de faire des choses à ce chapitre-là.

Pour rejoindre les jeunes générations, l'expérience visiteur, je vous l'avais dit, des jeunes seront... Ils ont vraiment une salle pour eux, hein, il faut aller voir ça, où on va recueillir leur vision de la démocratie. Révision de l'offre d'activités éducatives, je vous le disais. Puis l'objectif fondamental dans tout ce qu'on mettra en place, et l'équipe est en travail là-dessus, c'est rejoindre un plus grand nombre de jeunes puis utiliser, évidemment, ces médias qui leur sont précieux, c'est-à-dire ces outils dont on se sert, nous, également, pour faire en sorte qu'on puisse faire partie de leur quotidien.

Le Président (M. Picard) : 50 secondes, Mme la députée.

[...]
 

En Complément