Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

L'utilisation du calendrier requiert que Javascript soit activé dans votre navigateur.
Pour plus de renseignements

Accueil > Travaux parlementaires > Journal des débats > Index du Journal des débats

Index du Journal des débats - Sujets

42-1 (27 novembre 2018 - )


Assemblée nationale
Développement durable - Comité consultatif - 2516

Assemblée
Fascicule n°39, 7 mai 2019, page 2516

[...]

Mme Hébert : ...à mon whip.

M. Paradis : Là, je vous laisse toujours à 50 secondes, une minute, hein? Tu sais, je veux dire, c'est...

Le Président (M. Picard) : Donc, pour le dernier bloc de l'opposition officielle, 13 minutes.

Mme Ménard : 13 minutes?

Le Président (M. Picard) : Oui.

Mme Ménard : Bon, merci. Alors, écoutez, je vais avoir deux sujets, mais, juste avant, notre collègue de Repentigny, tantôt, a parlé de développement durable, et je sais que vous avez fait un travail, là, depuis la dernière année, dernière année et demie, que vous vous êtes préparé, vous avez préparé un plan que vous allez nous déposer très bientôt, que j'ai hâte de prendre connaissance, et en même temps vous allez créer un comité. Alors, pouvez-vous prendre deux petites minutes pour nous parler du comité?

M. Paradis : Vous savez, je vous disais, je pense qu'en 2019, en tout cas c'est ma vision, on a tout intérêt à ne pas imposer, mais à partager des vues faisant en sorte qu'ensemble on puisse travailler à atteindre un même objectif. Et, dans ce dossier-là du plan d'action de développement durable, j'ai senti, déjà depuis un bon bout de temps et encore tout récemment, une volonté très précise de la part des députés, et là je vais être très large, toutes formations politiques confondues, là... tu sais, on parle sur des dossiers qui sont manifestement transpartisans. Alors, on est là pour notre mieux-être, tu sais, on travaille pour notre environnement. Et je pense que, dans ce dossier-là comme dans les autres, la participation d'un comité consultatif mettant au travail des députés qui, sans rien imposer, ont une vision de l'environnement comme ligne directrice importante va aussi nous permettre de juger pas seulement de la mise en place des projets qui seront proposés ou des idées qui vous seront présentées, mais aussi de l'atteinte des objectifs. Puis je pense que ça, c'est la notion du tableau de bord. Quand on conduit un véhicule automobile, c'est bien dur de savoir à quelle vitesse je vais si je n'ai pas un cadran qui me le démontre. Puis, si moi, je vais quand même plus vite, j'aime avoir quelqu'un à mes côtés qui dise : Ça serait peut-être temps que tu ralentisses parce que, là, tu n'es plus bien, bien dans les normes, mon homme, puis, de toute façon, sur le plan environnemental, tu es en train de saloper la planète.

Alors donc, j'ose espérer... Il est là, le comité, de faire en sorte qu'ensemble on puisse s'asseoir et dire : Est-ce qu'on va assez loin? Est-ce qu'on peut faire autrement? Est-ce qu'on atteint nos cibles? Est-ce qu'on doit aller plus vite? Est-ce qu'il faut convaincre davantage? Est-ce qu'il faut éduquer davantage? Vous savez, quand j'ai eu la présentation, récemment, de ces notions-là, je me suis surpris à comprendre l'importance puis comment tout ça est vaste. Je parlais de l'art, la culture, il y a des notions de développement durable. Alors, plus que jamais, je l'ai dit tout à l'heure, je le disais, quand on parle d'efficacité et de réforme dans nos façons de faire, je lance la même invitation. Puis elle fait partie, d'ailleurs... la création de ce comité-là est partie prenante de ce plan stratégique de développement durable menant à des actions concrètes, et il faut qu'ensemble on soit capables de s'asseoir pour trouver les meilleurs moyens de faire sur une base solide qui a été pensée depuis déjà longtemps.

Alors, j'étais très content, cette semaine, quand j'ai vu que des gens se préoccupaient de ce dossier-là, parce que je me disais : Oui, ils vont se rendre compte que cette préoccupation-là, elle a mené à quelque chose. Quand je vous dis que j'ai une équipe qui travaille, là, ça travaille. Vous savez qu'on a des abeilles à l'Assemblée nationale. Il y en a qui donnent du miel puis il y en a qui donnent des dossiers comme ceux dont on parle. Alors, j'ai aussi mes abeilles autour de moi.

• (17 h 20) •

Mme Ménard : ...vous pouvez compter sur notre collaboration, M. le président.

Écoutez, il y a deux choses. Bon, on a parlé du restaurant Le Parlementaire, mais moi, je veux prendre quelques instants pour parler du salon bleu. Le salon bleu, c'est un endroit qui est superimportant pour nous tous, parlementaires. Il se prend des décisions ici. C'est un endroit extraordinaire. Il a besoin de rénovations. Je comprends que Le Parlementaire est mûr pour ça, mais diable que le salon bleu est mûr. Et je veux juste vous parler de nos chaises, un inconfort total. Ça nous prendrait tous des coussins pour le dos. Nos pupitres, le bois écorché, on se déchire des vêtements. Je comprends qu'on le répare quand on le demande, mais ça revient vite, hein, c'est des vieux meubles. Bon, tout ça pour dire... Et naturellement, si on parle de numérique, mais là on est loin. Bon.

Alors, je sais que ça va venir, mais est-ce que c'est quelque chose qu'on peut espérer d'ici 2022, par exemple? Est-ce que vous avez déjà commencé à discuter? Est-ce que vous avez une idée des coûts? Pouvez-vous nous en parler un petit peu, là?

Le Président (M. Picard) : M. le président.

M. Paradis : Merci, M. le Président. Oui, Mme la whip de l'opposition officielle, c'est une préoccupation qui nous est souvent... Écoutez, depuis que je suis à travailler avec mon équipe à ce poste-là, c'est une des préoccupations majeures qui revient fréquemment. Évidemment, ça se fait en séquences. Les travaux du salon bleu, ils seront importants. Il ne faut pas dénaturer le salon bleu, hein? Les gens ne veulent pas dénaturer non plus le salon bleu parce qu'il a cette prestance, cet environnement-là qui, quelque part, nous habite aussi puis nous inspire, je dirai ça comme ça. Mais vous avez raison, on a des problématiques qui ne sont pas seulement au chapitre, oui, de la qualité puis du confort des fauteuils — puis Dieu sait qu'on passe quand même pas mal de temps — mais ça va aussi au chapitre de ce dont on se

[...]
 

En Complément