Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

L'utilisation du calendrier requiert que Javascript soit activé dans votre navigateur.
Pour plus de renseignements

Accueil > Travaux parlementaires > Journal des débats > Index du Journal des débats

Index du Journal des débats - Sujets

42-1 (27 novembre 2018 - )


Vanier, Jean
Décès - Motion sans préavis - 3309-11

Assemblée
Fascicule n°51, 6 juin 2019, pages 3309-3311

[...]

bouteilles d'eau, suivant la recommandation adoptée à l'unanimité lors du dernier Conseil général de la Coalition avenir Québec, avant la fin du présent mandat.»

La Vice-Présidente (Mme Gaudreault) : Je vous remercie, M. le député de Jonquière. Maintenant, y a-t-il consentement pour débattre de cette motion?

M. Schneeberger : Il n'y a pas de consentement.

La Vice-Présidente (Mme Gaudreault) : Alors, il n'y a pas de consentement.

Pour la prochaine motion sans préavis, je vais inviter M. le député de Jean-Lesage.

M. Zanetti : Merci, Mme la Présidente. Alors, je demande le consentement de la Chambre pour débattre de la motion suivante conjointement avec le député de Jonquière, le député de Chomedey et la députée de Marie-Victorin :

«Que l'Assemblée nationale prenne acte de la décision de la ministre de la Santé de verser 50 millions de dollars [pour] implanter un système de primes visant à encourager les médecins de famille à faible volume de patients inscrits à augmenter leur nombre de patients pris en charge;

«Qu'elle rappelle l'engagement de la CAQ à "modifier le mode de rémunération des médecins de famille afin d'assurer à [toutes les Québécoises et] tous les Québécois une consultation en moins de 36 heures — par un médecin ou une infirmière praticienne";

«Que l'Assemblée nationale demande au gouvernement de mettre en place ce nouveau mode de rémunération des médecins d'ici le prochain budget.» Merci.

La Vice-Présidente (Mme Gaudreault) : Je vous remercie. Y a-t-il consentement pour débattre de cette motion?

M. Schneeberger : Il n'y a pas de consentement.

La Vice-Présidente (Mme Gaudreault) : Alors, il n'y a pas de consentement.

Et maintenant je vais céder la parole à M. le député de Robert-Baldwin.

Rendre hommage à M. Jean Vanier, fondateur de L'Arche

M. Leitão : Merci, Mme la Présidente. Alors, je sollicite le consentement de cette Assemblée afin de présenter la motion suivante conjointement avec le ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux, le député de Jean-Lesage, la députée de Duplessis, le député de Chomedey et la députée de Marie-Victorin :

«Que l'Assemblée nationale rende hommage à M. Jean Vanier, décédé le 7 mai 2019;

«Qu'elle salue la contribution exceptionnelle de M. [...] Vanier pour les personnes atteintes d'une déficience intellectuelle;

«Qu'elle reconnaisse l'importance des valeurs humanistes transmises à travers le monde par l'organisme fondé par M. [...] Vanier, L'Arche;

«Qu'enfin, les membres de cette Assemblée observent une minute de silence en sa mémoire.»

La Vice-Présidente (Mme Gaudreault) : Je vous remercie, M. le député de Robert-Baldwin. Y a-t-il consentement pour débattre de cette motion?

 (11 h 20)

M. Schneeberger : Alors, oui, Mme la Présidente, il y a consentement pour un débat de deux minutes par intervenant, en commençant par le député de Robert-Baldwin, le ministre délégué à la Santé et des Services sociaux, la députée de Taschereau et la députée de Duplessis.

La Vice-Présidente (Mme Gaudreault) : Je vous remercie. Alors, M. le député, je vous recède la parole.

M. Carlos J. Leitão

M. Leitão : Merci. Alors, c'est avec une grande émotion que je prends la parole aujourd'hui à l'Assemblée nationale du Québec pour parler de Jean Vanier, un homme extraordinaire et pour qui j'ai une admiration énorme. M. Vanier est un grand Canadien, un philosophe et théologien hors pair et un modèle d'humanité et d'engagement dans le monde.

J'utilise le temps présent délibérément, parce que je crois fermement que M. Vanier est toujours avec nous à travers ses mots, à travers sa vie et à travers son oeuvre. Et quelle oeuvre, Mme la Présidente!

Il a consacré sa vie aux personnes ayant une déficience intellectuelle et qui étaient souvent abandonnées à elles-mêmes ou alors dans des asiles psychiatriques, des conditions de vie lamentables. Il a créé la communauté de L'Arche en France en 1964 avec un concept très simple et pourtant si révolutionnaire, c'est-à-dire : Nous sommes tous des êtres humains, nous avons tous le droit de vivre dignement, quelle que soit notre condition. L'Arche est un milieu de vie. Ce ne sont pas des handicapés qui y sont accueillis, ce sont des personnes qui habitent ensemble, ce sont des amis qui s'entraident mutuellement. C'est une expérience de vie commune et qui modifie profondément le regard que nous portons sur l'autre.

Aujourd'hui, L'Arche, ce sont à peu près 150 communautés réparties sur plusieurs continents, dont huit au Québec, des communautés où vivent des personnes, des personnes en situation de handicap et des personnes qui n'ont pas de situation de handicap et qui partagent leur vie ensemble. Mme la Présidente, c'est si simple et pourtant si enrichissant et si extraordinaire. M. Vanier, vous êtes et vous serez toujours avec nous.

La Vice-Présidente (Mme Gaudreault) : Je vous remercie, M. le député de Robert-Baldwin. Et maintenant je reconnais M. le ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux.

M. Lionel Carmant

M. Carmant : Mme la Présidente, premièrement, je remercie le député de Robert-Baldwin pour sa motion. C'est un honneur pour moi de prendre la parole aujourd'hui pour rendre hommage à un de nos grands citoyens, M. Jean Vanier, décédé le 7 mai dernier à l'âge de 90 ans.

Né en Suisse en 1928, Jean Vanier a passé une partie de son enfance dans plusieurs pays européens où son père Georges, qui fut plus tard gouverneur général du Canada, menait une carrière de diplomate. C'est à 13 ans, en pleine Deuxième Guerre mondiale, que le jeune Jean Vanier embarque dans la Marine royale britannique en tant que cadet. Il embarquera ensuite dans la marine canadienne, où il servira jusqu'en 1950. C'est cette expérience, dira-t-il plus tard, qui façonnera sa vie et l'amènera à débuter sa quête spirituelle.

En 1964, Jean Vanier fonde L'Arche en France. L'Arche est une organisation qui s'est donné pour mission de faire connaître ce que peuvent apporter les personnes ayant une déficience intellectuelle pour qu'elles puissent prendre leur pleine place en société. Les communautés de L'Arche sont rapidement devenues un succès. Elles sont désormais répandues dans 37 pays. Au Québec, on trouve ces communautés en Abitibi-Témiscamingue, à Beloeil, à Joliette, à Saint-Malachie, à Saint-Sauveur, en Mauricie, à Gatineau et à Montréal. Jean Vanier a été fait compagnon de l'Ordre du Canada en 1989, reçu grand officier de l'Ordre national du Québec en 1992, fait chevalier de la Légion d'honneur en France en 1994 et puis décoré commandeur de la Légion d'honneur en 2015 en France.

Cet homme a profondément marqué son époque par son empathie et son dévouement exceptionnels. Jean Vanier a consacré sa vie à aider les autres. Il est un exemple pour tous d'humilité et d'engagement. Je souhaite de tout coeur que tous les Québécois puissent un jour partager la vision de M. Vanier. Merci, Mme la Présidente.

La Vice-Présidente (Mme Gaudreault) : Je vous remercie, M. le ministre. Maintenant, je vais céder la parole à Mme la députée de Taschereau.

Mme Catherine Dorion

Mme Dorion : Jean Vanier a dédié sa vie aux personnes qui ont une déficience intellectuelle, et je vais prendre exemple sur lui pour dédier ces deux minutes au complet aux personnes qui vivent avec une déficience intellectuelle.

J'ai rencontré L'Arche de Québec. Il y a une Arche à Québec, L'Arche L'Étoile. Ils ne créent pas juste des services, c'est une communauté qu'ils créent, et je veux dire aux gens qui sont en face de moi aujourd'hui que cette communauté-là ne pourra pas survivre sans votre sensibilité, sans l'aide de l'État. Ils en ont besoin aujourd'hui. Je le mentionne, au passage. Si on donne de l'argent, si on les aide, si les payeurs de taxes donnent de l'argent à ces communautés-là pour leur permettre de s'organiser et de survivre, ces communautés-là nous le rendent au centuple.

J'ai un frère, Patrick, qui a 10 ans de plus que moi, qui a une déficience intellectuelle, qui fréquente L'Arche, qui fréquente aussi beaucoup d'autres organismes. Et j'ai été bénévole, j'ai été sur des C.A., j'ai vécu parmi eux, je vis encore parmi eux et je veux vous raconter l'expérience qu'une personne qui n'a pas de déficience intellectuelle vit quand elle va à une disco de SAIRAH, à un souper organisé par les déficients intellectuels. Ce n'est pas de la bienfaisance qu'on s'en va faire là. Après 15 minutes mélangés à travers eux, on commence déjà à se sentir différents.

C'est un monde où la pression de performance n'a pas le droit d'exister, n'existe pas, n'a pas sa place, où le paraître est complètement évaporé. Au bout de 15 minutes, on est déjà détoxifiés de cette pression-là, qu'on a dans la tête, constante de bien paraître, d'être performants, d'être meilleurs que les autres; la compétition, évacuée, et tout à coup il y a une émotion qui nous prend, il y a un bien-être qui nous arrive, profond, là, réel, qui me fait dire que, sans eux... que ce n'est même pas tout le monde qui a la chance de les côtoyer, mais que, sans eux, on serait plus mal encore dans notre société face à cette pression de performance, qui crée des suicides, cette compétition-là, qui crée des dépressions. On a besoin de ces gens-là, on doit leur rendre hommage et honneur pas seulement avec des mots. Merci.

La Vice-Présidente (Mme Gaudreault) : Je vous remercie, Mme la députée de Taschereau, et maintenant je reconnais Mme la députée de Duplessis.

Mme Lorraine Richard

Mme Richard : Merci, Mme la Présidente. Il y a des personnages qui sont plus grands que nature, et M. Jean Vanier fut l'un de ceux-là.

Fils de diplomate, passionné de la philosophie d'Aristote, ancien combattant, sa quête spirituelle l'amènera finalement à consacrer sa vie aux plus vulnérables. Il savait à quel point les personnes vivant avec une déficience intellectuelle pouvaient offrir de grandes leçons d'humilité et d'amitié et souffrait de les voir dans des institutions sans âme. Pour elles il a créé L'Arche, de véritables milieux de vie, pas des hôpitaux, pas des asiles, mais des foyers. L'ensemble de M. Jean Vanier a fait des petits. Aujourd'hui, L'Arche compte près de 150 communautés à travers le monde, et son message s'est répandu. Il fait, entre autres, l'éloge des valeurs essentielles, mais peu évoquées de nos jours : l'amour, la vulnérabilité, le pardon, la simplicité. Il insiste sur les faits que chaque personne humaine est précieuse, chacune peut contribuer, à sa façon et selon ses capacités, à construire un monde qu'on souhaite plus humain. S'il y a quelque chose à retenir du passage de Jean Vanier sur cette terre, c'est que le partage et l'amitié sont toujours possibles, peu importe d'où l'on vient. Ce qu'on doit accueillir, c'est l'autre, tout simplement.

Au nom de mes collègues du Parti québécois, je tiens à m'exprimer pour offrir mes condoléances à tous les proches de Jean Vanier. À ceux et celles qui ont pris le relais, soyez certains que nous nous souviendrons de lui et de son oeuvre. Nous sommes conscients de tout le bien qu'il a semé tout au long de sa vie. Il a droit à toute notre reconnaissance. Merci, Mme la Présidente.

La Vice-Présidente (Mme Gaudreault) : Alors, je vous remercie, Mme la députée de Duplessis.

Mise aux voix

Alors, cette motion est-elle adoptée?

Des voix : Adopté.

La Vice-Présidente (Mme Gaudreault) : Adopté. Alors, je vous invite à vous joindre à moi, s'il vous plaît. Nous allons observer une minute de silence à la mémoire de M. Jean Vanier.

• (11 h 29 — 11 h 30) •

La Vice-Présidente (Mme Gaudreault) : Vous pouvez reprendre place. Je vous remercie.

Alors, nous sommes toujours à la rubrique des motions sans préavis, et je vais céder la parole à Mme la députée de Marie-Victorin.

Mme Fournier : Mme la Présidente, je sollicite le consentement des membres de cette Assemblée afin de présenter, conjointement avec le député de Jean-Lesage et le député de Rimouski, la motion suivante :

«Que l'Assemblée nationale demande au gouvernement du Québec de respecter sa promesse de changer le mode de scrutin à temps pour les élections de 2022.»

La Vice-Présidente (Mme Gaudreault) : Je vous remercie. Y a-t-il consentement pour débattre de cette motion?

M. Schneeberger : Pas de consentement.

La Vice-Présidente (Mme Gaudreault) : Il n'y a pas de consentement.

Avis touchant les travaux des commissions

Alors, nous en sommes maintenant à la rubrique des avis touchant les travaux des commissions. Et, avant de céder la parole à M. le leader adjoint du gouvernement, je demande à ceux et celles qui doivent quitter le salon bleu de le faire en silence, puisque nous poursuivons nos travaux. M. le leader adjoint du gouvernement.

M. Schneeberger : Oui, alors, Mme la Présidente, j'avise cette Assemblée que la Commission des institutions poursuivra l'étude détaillée du projet de loi n° 21, Loi sur la laïcité de l'État, aujourd'hui, après les affaires courantes jusqu'à 13 heures, et de 15 à 18 heures, et de 19 h 30 à 22 h 30, à la salle du Conseil législatif;

La Commission de la santé et des services sociaux poursuivra l'étude détaillée du projet de loi n° 2, Loi resserrant l'encadrement du cannabis, aujourd'hui, après les affaires courantes jusqu'à 13 heures, et de 15 à 18 heures, et de 19 h 30 à 22 h 30, à la salle Louis-Joseph-Papineau;

La Commission de l'aménagement du territoire poursuivra l'étude détaillée du projet de loi n° 16, Loi visant principalement l'encadrement des inspections en bâtiment et de la copropriété divise, le remplacement de la dénomination de la Régie du logement et l'amélioration de ses règles de fonctionnement et modifiant la Loi sur la Société d'habitation du Québec et diverses dispositions législatives concernant le domaine municipal, aujourd'hui, après les affaires courantes jusqu'à 13 heures, de 15 à 18 heures et de 19 h 30 à 22 h 30, à la salle Louis-Hippolyte-La Fontaine;

La Commission des finances publiques poursuivra l'étude détaillée du projet de loi n° 14, Loi favorisant la transformation numérique de l'administration publique, aujourd'hui, après les affaires courantes jusqu'à 13 heures, de 15 à 18 heures et de 19 h 30 à 22 h 30, à la salle Pauline-Marois.

Merci, Mme la Présidente.

La Vice-Présidente (Mme Gaudreault) : Je vous remercie, M. le leader adjoint du gouvernement.

Affaires du jour

Alors, la période des affaires courantes étant terminée, nous allons maintenant passer aux affaires du jour, et pour en connaître la nature, M. le leader adjoint du gouvernement.

[...]
 

En Complément