Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

L'utilisation du calendrier requiert que Javascript soit activé dans votre navigateur.
Pour plus de renseignements

Accueil > Travaux parlementaires > Journal des débats > Index du Journal des débats

Index du Journal des débats - Sujets

42-1 (27 novembre 2018 - )


Québec (région)
Lien interrives - Coût - 4188 (q.)

Assemblée
Questions et réponses orales
Fascicule n°63, 25 septembre 2019, page 4188

[...]

Mme Massé : Alors, quand tu as un projet qui n'est pas pantoute écologique et que, dans le fond, tu le peintures en vert pour qu'il soit écologiquement acceptable, ça s'appelle de l'écoblanchiment. Et, dans le cas du troisième lien, cette couche-là de vert va nous coûter plusieurs milliards de dollars.

Alors, est-ce que le premier ministre a le courage de nous dire combien de milliards ça va nous coûter?

Le Président : M. le premier ministre.

M. François Legault

M. Legault : M. le Président, les gens qui me connaissent savent que je suis quelqu'un qui est orienté sur les résultats, je suis quelqu'un de pragmatique. Je ne suis pas un pelleteux de nuages, pour être bien clair.

M. le Président, le Québec, c'est grand, puis malheureusement, même si Québec solidaire a quelques députés dans les grandes villes en région, ils ne semblent pas comprendre la réalité des régions. Moi, je demande à Québec solidaire d'arrêter de mettre en opposition les grands centres et les régions. C'est important, les régions, au Québec. Les gens de Chaudière-Appalaches...

Le Président : En terminant.

M. Legault : ...ont le droit à des services de transport.

Le Président : Deuxième complémentaire, Mme la cheffe du deuxième groupe d'opposition.

Mme Manon Massé

Mme Massé : Le troisième lien, il me semble, c'est à Québec, là.

Combien ça va coûter, ce troisième lien là, hein, combien d'argent public? Parce que c'est l'ensemble du portefeuille public qui va financer ça, M. le Président. Je veux avoir un chiffre, je veux savoir combien de milliards d'argent public on veut mettre dans ce projet-là. Est-ce qu'on parle de six? Est-ce qu'on parle de 10? Est-ce qu'on parle de 14?

Combien d'argent? Y a-tu un plafond à ça ou c'est comme les maternelles quatre ans?

Le Président : M. le premier ministre.

M. François Legault

M. Legault : M. le Président, je pense que la cocheffe de Québec solidaire est mal placée pour parler de chiffres. C'est elle qui, durant la campagne électorale, a dit qu'elle prendrait 10 milliards du Fonds des générations pour faire les projets de transport en commun. C'est beaucoup plus cher que ça, Mme la cocheffe.

Donc, M. le Président, on est en train, aux Transports, d'évaluer le coût du troisième lien. Quand les coûts seront disponibles, ils vont être rendus de façon très transparente à tous les Québécois.

Puis le troisième lien, là, ça aboutit dans Chaudière-Appalaches, à Lévis.

Le Président : Avant de céder la parole, je vous rappelle encore une fois et à tous de vous adresser à la présidence, bien sûr, d'éviter de vous interpeler.

La parole appartient maintenant au chef du troisième groupe d'opposition.

Projet de loi concernant le processus d'établissement
des tarifs de distribution d'électricité

M. Pascal Bérubé

M. Bérubé : M. le Président, pendant une semaine entière, de nombreux intervenants ont défilé en commission parlementaire pour dire globalement une chose : Le projet de loi n° 34 sur les tarifs d'Hydro-Québec va hausser les tarifs pour tous les consommateurs, le gouvernement de la CAQ va permettre à Hydro-Québec d'en prendre plus dans leurs poches. Ceux qui sont pour, évidemment, c'est la CAQ et Hydro-Québec. Ceux qui sont contre, c'est une belle coalition : fédération des contribuables, association des consommateurs industriels, Conseil du patronat, l'IRIS, l'Union des consommateurs, Option Consommateurs, fédération de l'entreprise indépendante. En fait, tous les intervenants, sauf Hydro-Québec.

Ce matin, il y a trois groupes de consommateurs résidentiels, commerciaux et industriels qui s'unissent pour demander de scinder le projet de loi en deux : d'un côté, le mécanisme de remboursement des trop-perçus et, de l'autre, la réduction des pouvoirs de la Régie de l'énergie.

Est-ce que le premier ministre peut s'engager à modifier son projet de loi, qui haussera les tarifs d'hydroélectricité en enlevant l'indépendance de la Régie de l'énergie?

Le Président : M. le premier ministre.

[...]
 

En Complément