Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

L'utilisation du calendrier requiert que Javascript soit activé dans votre navigateur.
Pour plus de renseignements

Accueil > Travaux parlementaires > Journal des débats > Index du Journal des débats

Index du Journal des débats - Sujets

42-1 (27 novembre 2018 - )


Sécurité
Autoroute 50 - Gatineau (secteur) - 4452-3 (q.)

Assemblée
Questions et réponses orales
Fascicule n°67, 3 octobre 2019, pages 4452-4453

[...]

Amélioration de la sécurité sur l'autoroute 50 dans le secteur de Gatineau

M. Gaétan Barrette

M. Barrette : M. le Président, mardi, sur la très mauvaise idée du projet pilote d'installer sur la 50 une clôture sous les normes recommandées, le ministre a répondu : Ça se fait en Oregon. On est allés voir. Sur 6,5 millions de kilomètres de route, aux États-Unis, il y a seulement un minuscule segment de trois kilomètres, en Oregon, justement, avec une clôture installée comme ça. Toute une référence!

Radio-Canada a demandé l'opinion des experts. Celui de l'Alberta a dit : On ne ferait pas ça. Celui du Québec : On ne ferait pas ça. Tous les experts considèrent qu'on ne peut pas comparer la route de l'Oregon avec celle du Québec, et en plus il y a l'hiver. Il n'y a pas d'hiver en Oregon. Avec sa clôture, le milieu de la route ne sera pas dégagé, ce qui va rétrécir la route. Et, selon les experts, si la charrue accroche la clôture, il va falloir fermer la route, évidemment, pour la réparer.

M. le Président, est-ce que le ministre va cesser d'improviser aux dépens de la sécurité de la population de l'Outaouais?

Le Président : M. le ministre des Transports, la parole vous appartient. Nous sommes tous attentifs.

M. François Bonnardel

M. Bonnardel : M. le Président, oui, ça se fait en Oregon. Oui, ça se fait en Suède. Est-ce que l'ancien député... le député, l'ancien ministre nous reproche de faire quelque chose pour sécuriser la 50? Vous avez été au pouvoir pendant presque 15 ans, quatre ministres des Transports, dont celui qui est assis en arrière de vous, ministre des Transports, ministre responsable de l'Outaouais, qui n'a pas levé le petit doigt pour sécuriser la 50...

Des voix : ...

Le Président : S'il vous plaît! S'il vous plaît!

M. Bonnardel : ...pendant son année au pouvoir. Et aujourd'hui vous nous dites : Bien, finalement, la clôture, ce n'est pas bon. C'est irresponsable de votre part, de prétendre qu'on met la vie des gens en danger, M. le député, c'est irresponsable.

C'est un projet pilote qui va prendre place. Et, début 2021, on va élargir cette portion de L'Ange-Gardien à Gatineau. C'est ça qu'on fait pour les gens de l'Outaouais. Vous devriez arrêter de faire peur aux automobilistes de l'Outaouais. Merci, M. le Président.

Le Président : Je vais vous demander de continuer à vous adresser à la présidence, éviter de vous interpeler. Et je demande au député de La Pinière de prendre la parole.

Des voix : ...

Le Président : S'il vous plaît!

M. Gaétan Barrette

M. Barrette : M. le Président...

Des voix : ...

M. Barrette : C'est didactique, c'est didactique. M. le Président, la clôture du ministre, quand un véhicule rentre dedans, elle est faite pour céder un peu. En Oregon, la route a quatre voies. Quand un véhicule rentre dedans, elle cède, mais, à quatre voies, l'autre en face a une chance d'éviter le face-à-face. Au Québec, on a deux voies. Elle va céder, il va y avoir un face-à-face. C'est quoi, le bout que le ministre ne comprend pas là-dedans?

Le Président : M. le ministre des Transports. Nous sommes tous attentifs. Collaboration, s'il vous plaît.

M. François Bonnardel

M. Bonnardel : Le bout, M. le Président, que le député ne comprend pas, c'est que les ingénieurs du ministère des Transports ont donné leur aval à cette installation. C'est un projet pilote sur six kilomètres. Et je vais tout faire, avec mon collègue de l'Outaouais, pour sécuriser les automobilistes de l'Outaouais, pour sauver des face-à-face, on investira toutes les sommes pour sauver toutes les vies possible en Outaouais. Et, je le répète, M. le Président, c'est irresponsable d'un ancien ministre de prétendre à la télévision qu'on va mettre des vies en danger.

Le Président : Deuxième complémentaire.

Des voix : ...

Le Président : Pas de commentaire, s'il vous plaît. La parole n'appartient qu'au député de La Pinière.

M. Gaétan Barrette

M. Barrette : Je n'expose que les faits, comme celui-ci : La population de l'Outaouais ne veut pas être le cobaye du ministre avec son projet pilote de clôture de broche à foin...

Des voix : ...

Le Président : S'il vous plaît!

M. Barrette : ...elle ne veut pas d'une patente qu'on va mettre aux poubelles dans deux ans. Elle demande que le ministre de la Famille, responsable de l'Outaouais, se tienne debout. La population de l'Outaouais a droit au maximum de sécurité maintenant, laquelle viendra avec l'élargissement de la 50 à L'Ange-Gardien, comme l'avait annoncé mon collègue de Pontiac. Le ministre va-t-il reculer et prendre la bonne décision?

Le Président : Attention aux propos et aux mots que vous utilisez! Vous le savez également. Alors, soyons prudents sur les propos.

M. le ministre de la Famille.

M. Mathieu Lacombe

M. Lacombe : Merci, M. le Président. Vous savez, avant d'être ministre de la Famille, avant d'être ministre responsable de la région de l'Outaouais, je suis d'abord et avant tout député de Papineau, dans la même région que l'ancien ministre des Transports, le député de Pontiac. Dans ma circonscription, sur ce tronçon-là, cet été, il y a eu des décès, il y a eu deux décès, il y a eu plusieurs collisions qui ont causé des blessures graves, il y a une dame enceinte qui a perdu son bébé. Quand les gens téléphonent à mon bureau de circonscription, ce qu'ils veulent, c'est qu'on sécurise l'autoroute 50.

J'ai été journaliste en Outaouais pendant 10 ans; le Parti libéral n'a jamais levé le petit doigt pour la sécuriser, l'autoroute 50. On arrive au pouvoir, en moins d'un an on a mis une solution sur la table.

Le Président : En terminant.

M. Lacombe : Moi, je suis très fier de mon gouvernement. On va sauver des vies, c'est responsable.

Le Président : Question...

Des voix : ...

Le Président : Non, non! S'il vous plaît! Oh! que vous connaissez la règle, j'en suis convaincu. Là, vous dites : On n'aurait pas dû. Vous avez raison. Alors, pas de commentaire, s'il vous plaît.

Maintenant, la parole appartient au député de Nelligan.

Des voix : ...

Le Président : S'il vous plaît!

Suspension du Programme de l'expérience québécoise

M. Monsef Derraji

M. Derraji : M. le Président, le Programme de l'expérience québécoise est un des meilleurs programmes d'intégration dans le marché de l'emploi d'étudiants étrangers et de travailleurs temporaires. En consultations, les organismes ont tous dit que le moratoire imposé pour le PEQ, pour les étudiants étrangers, est une mauvaise idée.

Lorsque nous avions posé la question du pourquoi au ministre, il s'est contenté de dire que c'est temporaire. Pourtant, c'est une clientèle pour laquelle le Québec est en compétition mondiale. Quand on se compare avec le Canada, on est les derniers. Quand on se compare aux autres métropoles, nous sommes encore derniers. Ce n'est pas, clairement, en imposant un moratoire qu'on va améliorer la situation.

Pis encore : maintenant, nous savons que le temporaire est pas mal permanent. On a appris la semaine dernière que le gouvernement allait limiter le volume de demandes reçues.

Pourquoi le ministre de l'Immigration veut-il diminuer le nombre de talents et travailleurs disponibles alors que nous sommes en pleine pénurie de main-d'oeuvre?

• (11 heures) •

[...]
 

En Complément