Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

L'utilisation du calendrier requiert que Javascript soit activé dans votre navigateur.
Pour plus de renseignements

Accueil > Travaux parlementaires > Journal des débats > Index du Journal des débats

Index du Journal des débats - Sujets

42-1 (27 novembre 2018 - )


Québec (région)
Lien interrives - Commission parlementaire - 4798-800 (q.)

Assemblée
Questions et réponses orales
Fascicule n°72, 23 octobre 2019, pages 4798-4800

[...]

(Reprise à 10 h 2)

Le Président : Mmes et MM. les députés. Nous allons nous recueillir quelques instants.

Je vous remercie. Veuillez vous asseoir.

Nous poursuivons les affaires courantes.

Aujourd'hui, il n'y a pas de déclarations ministérielles ni présentation de projets de loi.

Dépôt de documents

À la rubrique Dépôt de documents, Mme la ministre des Relations internationales et de la Francophonie.

Entente en matière de sécurité sociale entre le Québec
et la République de Bulgarie, et note explicative

Mme Girault : Merci, M. le Président. M. le Président, permettez-moi de déposer l'Entente en matière de sécurité sociale entre le Québec et la République de Bulgarie, accompagnée d'une note explicative sur le contenu et les effets de cette entente. Merci, M. le Président.

Le Président : Ce document est déposé. À nouveau, Mme la ministre des Relations internationales et de la Francophonie.

Motion proposant d'approuver l'entente

Mme Girault : Conformément à l'article 22.3 de la Loi sur le ministère des Relations internationales, je propose la motion suivante :

«Que [...] l'Assemblée nationale approuve[, dans les délais prescrits par la loi,] l'Entente en matière de sécurité sociale entre le Québec et la République de Bulgarie.» Merci, M. le Président.

Le Président : Merci, maintenant déposé. Je vous avise qu'en vertu de l'article 22.3 de la Loi sur le ministère des Relations internationales la motion est présentée mais ne pourra être débattue avant 10 jours.

Dépôt de rapports de commissions

À la rubrique Dépôt de rapports de commissions, M. le président de la commission de la Santé et des Services sociaux et député de Beauce-Nord.

Étude détaillée du projet de loi n° 28

M. Provençal : M. le Président, je dépose le rapport de la Commission de la santé et des services sociaux qui, les 10 et 22 octobre 2019, a procédé à l'étude détaillée du projet de loi n° 28, Loi permettant la mise en place de certaines mesures en matière de santé et de services sociaux liées au statut géographique particulier de la région sociosanitaire de la Mauricie et du Centre-du-Québec. La commission a adopté le texte du projet de loi avec des amendements. Merci, M. le Président.

Le Président : Ce rapport est déposé.

Il n'y a pas de dépôt de pétitions.

Il n'y a pas de réponses orales aux pétitions ni d'interventions portant sur une violation de droit ou de privilège.

Questions et réponses orales

Nous en sommes maintenant à la période de questions et de réponses orales, et je cède la parole au chef de l'opposition officielle.

Troisième lien entre Québec et Lévis

M. Pierre Arcand

M. Arcand : Merci, M. le Président. Lundi dernier, le premier ministre n'a, de toute évidence, pas obtenu les résultats qu'il espérait. Il doit maintenant collaborer avec un gouvernement minoritaire libéral, alors qu'il espérait un gouvernement conservateur minoritaire, avec la balance du pouvoir au Bloc.

M. Trudeau a affirmé à de nombreuses reprises en campagne électorale que le projet de troisième lien n'existe pas, parce qu'il n'y a rien sur la table et que le gouvernement caquiste n'a rien dévoilé. À plusieurs reprises, nous avons demandé de la transparence au gouvernement. M. le Président, la CAQ choisit maintenant de museler le ministère des Transports. Il est temps que le premier ministre comprenne, réponde aux appréhensions grandissantes des radios, des journalistes, mais surtout des citoyens. C'est quoi, un troisième lien vert? Quel est le tracé exact? Qui sera exproprié? Combien de voies pour les automobilistes? Si le projet est si avancé, pourquoi ne pas informer la population?

Je joins donc aujourd'hui ma voix à celle du député de La Pinière : Peut-on entendre enfin Frédéric Pellerin, le directeur du bureau de projet, en commission parlementaire afin de rassurer la population et d'envoyer un signal positif à tous les intervenants qui sont concernés?

Le Président : M. le premier ministre.

M. François Legault

M. Legault : M. le Président, le chef du Parti libéral du Québec nous dit que, lundi, les résultats n'ont pas été ceux, selon lui, qu'on attendait. M. le Président, dans le fond, ce que nous dit le chef du Parti libéral, c'est qu'on n'aurait pas dû rappeler aux chefs fédéraux qu'une grande majorité de Québécois sont pour la loi n° 21. Moi, je pense que... Le chef du Parti libéral disait : On s'est mal réveillé lundi. Moi, je pense que c'est lui. En 2022, je sais qu'il hésite à se représenter, mais c'est lui qui risque de mal se réveiller...

Des voix : ...

Le Président : S'il vous plaît!

M. Legault : ...s'il continue de nier la volonté de la grande majorité des Québécois d'être pour la loi n° 21, M. le Président. Donc, je ne comprends pas qu'il n'ait pas encore tiré cette leçon-là.

Maintenant, concernant le troisième lien, on l'a dit, on analyse tous les scénarios. Quand les données vont être disponibles, on va les rendre publiques.

Le Président : Première complémentaire, M. le chef de l'opposition officielle.

M. Pierre Arcand

M. Arcand : M. le Président, c'est parce qu'ils font toutes sortes de déclarations. Le fédéral, il n'a aucune information sur le projet au moment où on se parle. Et, selon la CAQ, il faudrait qu'il contribue, le fédéral, financièrement, pour éviter un péage.

Alors, que le premier ministre soit clair. C'est quoi, votre demande envers le fédéral?

Le Président : M. le premier ministre.

M. François Legault

M. Legault : M. le Président, le chef du Parti libéral était là dans les quatre dernières années. Je pourrais lui retourner la question. Quelle demande le Parti libéral a faite au gouvernement fédéral sur le troisième lien?

Des voix : ...

Le Président : Votre attention, s'il vous plaît!

M. Legault : M. le Président, je peux rassurer le chef du Parti libéral, on va en faire pas mal plus dans notre mandat, pour le troisième lien, que ce qui a été fait par le Parti libéral. Puis, oui, éventuellement, quand on va être prêts, on va demander la contribution du gouvernement fédéral.

Le Président : Deuxième complémentaire, M. le chef de l'opposition. Je vous demande votre attention, s'il vous plaît, à tous.

M. Pierre Arcand

M. Arcand : M. le Président, comme tout ce que fait la CAQ, c'est encore très brouillon, c'est encore extrêmement imprécis. Même le député de La Peltrie affirme que son gouvernement aurait intérêt à être plus présent pour répondre aux citoyens sur la question du troisième lien. Alors, je vais encore une fois tenter d'en savoir plus.

En septembre, le premier ministre affirmait qu'il investirait un montant raisonnable dans le projet. Pourquoi refuse-t-il d'expliquer à la population ce qu'est, pour lui, un montant raisonnable?

Le Président : M. le premier ministre.

M. François Legault

M. Legault : M. le Président, d'abord, on... Une journée, le Parti libéral est pour le troisième lien, une autre journée, il n'est pas d'accord avec le troisième lien. La...

Des voix : ...

Le Président : S'il vous plaît! S'il vous plaît! Je vais vous demander... On débute la période de questions. Histoire d'être efficaces également, par respect pour tous et toutes, je vous demande, s'il vous plaît, d'être attentifs tant aux questions qu'aux réponses.

M. Legault : M. le Président, la troisième journée, le Parti libéral nous dit : Bien, ça dépend du prix, si le prix est trop élevé, on est contre le troisième lien. Nous, notre position est claire depuis le début, on est pour le troisième lien. Il y a actuellement 10 personnes qui travaillent à élaborer les différents scénarios, à évaluer les coûts du tunnel qui va être fait pour faire le troisième lien. Donc, M. le Président, le projet, avec le gouvernement de la CAQ, va se faire, contrairement à ce qui n'a pas été fait par le Parti libéral.

Le Président : Troisième complémentaire, la parole appartient au chef de l'opposition officielle.

M. Pierre Arcand

M. Arcand : Chaque fois qu'on pose des questions là-dessus, M. le Président, le gouvernement se sent attaqué, alors que ce qu'on veut, c'est des réponses. Alors, au lieu de rassurer les gens, le gouvernement alimente les suspicions.

Qu'est-ce que le premier ministre a à cacher? Quelle information son gouvernement a-t-il peur de rendre publique?

• (10 h 10) •

Le Président : Je vais vous demander de faire attention aux propos, notamment des mots, vous les connaissez, «cacher» en est un. Alors, évitez d'utiliser des termes comme ceux-ci. La réponse au premier ministre.

M. François Legault

M. Legault : M. le Président, la chose qui est claire, c'est que, durant les quatre dernières années du Parti libéral, il n'y a rien qui a été fait sur le troisième lien. Nous, on y travaille, on y travaille très fort. Il y aura une évaluation des différents scénarios, il y aura un tunnel à l'est, et, quand les chiffres seront disponibles, on va les rendre publics.

Des voix : ...

Le Président : S'il vous plaît! Question principale. Encore une fois, votre attention à toutes et à tous. M. le député de Pontiac, vous avez la parole.

Rupture de services en obstétrique à l'Hôpital du Pontiac

M. André Fortin

M. Fortin : Merci, M. le Président. Au printemps, la ministre de la Santé et moi, on a beaucoup discuté de la question des bris de service en obstétrique en région. Des femmes, vous vous en souviendrez, ont accouché en pleine salle d'urgence, mais sans équipe d'obstétrique. Une autre a accouché dans son auto, sur le bord de la 138, à 2 heures du matin, seule avec son chum. Et il n'y a toujours rien de réglé, M. le Président.

Chez moi, dans le Pontiac, ça fait maintenant six bris de service en quatre semaines. Juste dans la dernière semaine, vendredi le 18, c'était ouvert; le 19, c'était fermé; le 20, c'était fermé; le 21, c'était une demi-journée; le 22, c'était ouvert; maintenant, le 23, le 24, le 25, ça va être fermé, M. le Président. Pour les mères enceintes de la région, c'est presque une loterie à savoir quand leurs eaux vont crever, M. le Président. Si c'est le jeudi, chanceuses, elles vont pouvoir accoucher localement. Si c'est le vendredi, elles vont devoir accoucher à Gatineau, à 1 h 30 min de route. Puis, si c'est le samedi, bien, elles vont devoir accoucher à Pembroke, en Ontario. Le stress sur les futures mères de la région est insupportable, la situation est intolérable.

Combien de temps la ministre va laisser la situation perdurer?

Le Président : Mme la ministre de la Santé et des Services sociaux.

Mme Danielle McCann

Mme McCann : M. le Président, on suit de très près la situation à l'Hôpital de Pontiac. D'ailleurs, j'en ai discuté avec mon collègue député de Pontiac hier, avant-hier également. Alors, on suit cette situation-là de très près, qui est difficile. On sait que l'obstétrique, c'est un service de base. Alors, M. le Président, on en a réglé, des situations au Québec, on a réglé La Sarre, on a réglé La Malbaie, on en a réglé d'autres, et c'est ce qu'on va faire avec l'Hôpital de Pontiac.

Alors, l'établissement a vraiment travaillé très fort pour vraiment voir... remédier à la situation, et là on est en appui à l'établissement, et on fait appel aujourd'hui à d'autres établissements du Québec, notamment à Montréal. On sait qu'il y a des hôpitaux à Montréal qui sont venus aider La Sarre et on a réglé La Sarre. C'est ce qu'on va faire pour l'Hôpital de Pontiac. Le réseau va se mobiliser, on va faire appel à des infirmières qui sont parties à la retraite et on va remédier à la situation, M. le Président, on va tout prendre les stratégies nécessaires pour que ce service...

[...]
 

En Complément