Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

L'utilisation du calendrier requiert que Javascript soit activé dans votre navigateur.
Pour plus de renseignements

Accueil > Travaux parlementaires > Journal des débats > Index du Journal des débats

Index du Journal des débats - Sujets

42-1 (27 novembre 2018 - )


Voyage à l'étranger
COVID-19 - Pandémie - Ministre - Annulation - 7661-2

Assemblée
Fascicule n°106, 11 mars 2020, pages 7661-7662

[...]

M. Fortin : Mais le ministère de l'Éducation ne peut pas juger de la sévérité de l'enjeu de santé publique.

Mme McCann : On est toujours en lien avec eux. Vous voyez qu'il y a eu des mesures au niveau des voyages scolaires. On a demandé d'annuler les voyages scolaires, on a demandé de cesser les voyages à l'étranger.

M. Fortin : Oui. Mais ça, cette mesure-là qu'on demande, ce n'est pas une mesure qui a été discutée avec le ministère de l'Éducation jusqu'à maintenant?

Mme McCann : Écoutez, ça, c'est des mesures qui pourraient être mises en place rapidement, hein. Ce qui a été...

M. Fortin : Oui, mais vous n'en avez pas discuté jusqu'à maintenant?

Mme McCann : On est toujours en discussion avec le ministère de l'Éducation.

M. Fortin : «Distanciation sociale encouragée — par exemple, travailler à domicile, si possible, d'éviter les foules.» Est-ce que vous demandez aux Québécois d'éviter les foules et de travailler à domicile?

Mme McCann : Bien, je pense qu'on a donné des messages à cet effet-là. L'annulation, là, de l'événement de lundi, c'est un signal. Ce qu'on dit, c'est que, si vous êtes symptomatique, n'allez pas dans les foules. Gardez une distance aussi. De plus en plus, je pense que les gens sont de plus en plus sensibilisés.

M. Fortin : Mais vous ne demandez pas aux Québécois de le faire de façon...

Mme McCann : Je pense qu'on a donné des messages dans ce sens-là actuellement.

M. Fortin : O.K. «Optimisation de l'hygiène publique et personnelle — par exemple, et je vais utiliser l'exemple en question qui est mentionné ici, là, nettoyage amélioré des voitures de métro et des bus.» Il y a des sociétés de transport qui ont commencé à le faire. Il y en a d'autres qui ne le font pas. Est-ce que c'est une mesure que vous encouragez chez les sociétés de transport? Et est-ce que vous allez les compenser?

Mme McCann : Bien, moi, je pense qu'il y a eu des initiatives, comme à Montréal, puis il y en a ailleurs également. Mais, comme disait notre directeur national de la santé publique, vous savez, vous nettoyez, mais, peut-être 30 minutes après, il va y avoir quelqu'un qui va mettre... hein, qui va toucher quelque chose. En fait, ce qu'il est mieux de faire, là, c'est de se laver les mains. De se laver les mains. Quand on va dans un endroit public... Non, mais ça a l'air, hein, simple, hein, mais il faut y penser. Lavons-nous les mains. On dit même 20 fois par jour parce qu'on touche à toutes sortes de choses, surtout dans les lieux publics.

M. Fortin : Je ne peux pas dire, M. le Président, que c'est une réponse claire à : Est-ce que les sociétés de transport vont être compensées? On dit de se laver les mains. Moi, ça ressemble plus à un gouvernement qui s'en lave les mains, mais, M. le Président, je vais poser une question à la ministre en lien avec ce qu'elle a annoncé cet après-midi. Elle a dit que les employés de la fonction publique québécoise ne voyageraient plus à l'extérieur du pays dans le cadre de leurs fonctions. Du personnel, c'est une autre chose, mais dans le cadre de leur fonction. Est-ce que ça s'applique à la ministre de la Santé aussi?

Mme McCann : Ah! je n'ai pas l'intention de voyager à l'extérieur du pays.

M. Fortin : Est-ce que ça s'applique à l'ensemble du Conseil des ministres? Est-ce qu'il y a un ministre qui va voyager à l'extérieur du pays au cours des prochaines semaines?

Mme McCann : Les voyages vont cesser.

M. Fortin : Est-ce que les députés de la Coalition avenir Québec vont cesser de voyager à l'extérieur du pays pour le travail?

Mme McCann : Nous aurons des discussions au caucus à cet effet.

M. Fortin : D'accord. Mais on a demandé, on a exigé de la fonction publique qu'ils ne le fassent pas.

Mme McCann : Effectivement.

M. Fortin : O.K. O.K. Il y a des mesures qui ont été, disons, prises par certaines personnes dans l'appareil gouvernemental au cours des dernières heures, et je veux comprendre si c'est en lien avec une recommandation de la Santé publique. Le premier ministre du Québec a annoncé cet après-midi ou a laissé savoir qu'il ne ferait plus de scrum en lien avec l'enjeu du COVID-19. Est-ce que de cesser de faire des scrums, c'est une recommandation de la Santé publique?

• (19 heures) •

Mme McCann : Bien, M. le Président, je ne ferai pas de commentaire là-dessus, là, pour le moment. Je pense que la situation évolue vite. Puis je pense que ce qu'il faut comprendre, c'est qu'on use d'une grande prudence parce qu'on sait, par la Santé publique, ça a été dit encore par le directeur national de la santé publique, que ces mesures-là de distanciation, lavage des mains, c'est probablement les meilleures mesures qu'on peut prendre actuellement pour freiner, diminuer l'intensité et la retarder. Alors, je ne ferai pas de commentaire là-dessus, là, parce que je pense que... on verra, on en discutera, mais...

M. Fortin : ...alors vous pouvez en discuter, mais je veux savoir si elle s'appuie sur un réel principe de santé publique. Si la ministre me dit : La distanciation, c'est la chose à faire, comme elle vient de le faire, est-ce qu'elle va cesser de faire des scrums également?

Mme McCann : Ce n'est pas exclu.

M. Fortin : Est-ce qu'elle en parlé avec l'ensemble du Conseil des ministres? Est-ce qu'eux vont cesser de faire des scrums?

Mme McCann : On en parle au caucus.

M. Fortin : O.K. Il y a des gens qui reviennent de l'extérieur, hein, des Québécois qui reviennent de l'extérieur à tous les jours, qui reviennent des États-Unis, entre autres. Est-ce que les gens qui sont de retour des États-Unis doivent se placer en quarantaine volontaire?

Mme McCann : Pas à ce moment-ci.

M. Fortin : Vous ne leur demandez pas ça, vous ne dites pas aux Québécois...

Mme McCann : Pas à ce moment-ci, et je réitère...

M. Fortin : ...vous ne dites pas aux employeurs...

Mme McCann : ...je réitère...

M. Fortin : Allez-y.

Mme McCann : ...que ces directives sont de juridiction fédérale. Nous sommes toujours en lien avec eux, et ce que nous demandons, c'est que les mesures soient augmentées. Maintenant, il y aura des discussions avec le fédéral là-dessus, mais actuellement, non, au niveau des États-Unis, on ne demande pas un isolement volontaire à ce moment-ci. On dit : Si vous êtes symptomatique, vous allez à un agent de la quarantaine, mais, si vous ne l'êtes pas, vous surveillez vos symptômes pendant 14 jours.

M. Fortin : Mais un employeur, ce que j'entends de la ministre de la Santé, c'est qu'un employeur ne peut pas exiger de quelqu'un qui revient des États-Unis qu'il reste à la maison, qu'il soit en quarantaine suite à... s'il était asymptomatique, là, et que ce n'est pas quelque chose qui va avoir un impact, disons, sur la prévention de la propagation de cette maladie-là.

Alors, est-ce qu'elle peut m'expliquer pourquoi l'attaché de presse du premier ministre s'est placé volontairement en quarantaine aujourd'hui, après un voyage aux États-Unis? Est-ce qu'il y a une mesure de santé publique en lien avec cette action-là de la part de l'équipe du premier ministre?

Le Président (M. Picard) : Mme la ministre.

Mme McCann : Bien, M. le Président, c'est une mesure de très grande prudence, effectivement, et il y a des gens qui se placent actuellement, M. le Président, en isolement volontaire et qu'ils le font parce qu'ils pensent que ça va protéger davantage les gens. Les directives qu'on a, les orientations qu'on a actuellement sont à l'effet de surveiller nos symptômes. Mais, si quelqu'un veut se placer en isolement volontaire par grande prudence, bien, ça va.

M. Fortin : Grand bien lui en fasse, c'est ce que vous dites?

Mme McCann : Bien, écoutez, c'est des mesures de prudence additionnelles.

M. Fortin : Ce que j'entends, M. le Président...

Le Président (M. Picard) : 30 secondes.

M. Fortin : Ce que j'entends, M. le Président, c'est que, pour toutes les mesures sérieuses, c'est-à-dire est-ce qu'on a des chiffres par rapport aux besoins, les chambres d'hospitalisation, les chambres à pression négative, les fonds

[...]
 

En Complément