Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

L'utilisation du calendrier requiert que Javascript soit activé dans votre navigateur.
Pour plus de renseignements

Accueil > Travaux parlementaires > Journal des débats > Index du Journal des débats

Index du Journal des débats - Sujets

42-1 (27 novembre 2018 - )


Assemblée nationale
Visite - Ex-député - Aussant, Jean-Martin - 864

Assemblée
Fascicule n°19, 27 février 2019, page 864

[...]

ce qu'a fait, en près de 50 ans, le photographe de presse M. Jean-Marie Villeneuve. Je souhaite donc aujourd'hui souligner le départ à la retraite de cet amoureux de son art respecté et apprécié de tous.

C'est au ministère des Communications que M. Villeneuve a fait ses débuts. À l'époque, par passion, il travaillait les fins de semaine pour le journal Le Soleil, qui allait rapidement devenir son principal employeur. Politique, faits divers, spectacles. Au cours de sa prolifique carrière, il a constitué un vaste inventaire de photos témoignant des grands événements de l'actualité qui ont marqué notre histoire.

Alors, rendons hommage à M. Jean-Marie Villeneuve. Merci pour ces cinq décennies au service de la photographie et de l'information, merci d'avoir touché tant de Québécois à travers vos images. Nous vous souhaitons une très belle retraite. Merci pour ces images.

La Vice-Présidente (Mme Soucy) : Merci, Mme la députée. Ceci met fin à la rubrique des députés.

Alors, je vais suspendre les travaux quelques instants.

(Suspension de la séance à 9 h 53)

(Reprise à 10 h 2)

Le Président : Mmes et MM. les députés, nous allons nous recueillir quelques instants.

Je vous remercie. Veuillez vous asseoir.

Présence de M. Jean-Martin Aussant, ex-parlementaire de l'Assemblée nationale

J'ai le plaisir de souligner la présence, dans les tribunes, de M. Jean-Martin Aussant, ancien député de Nicolet-Yamaska.

Présence de M. Jean Habel, ex-parlementaire de l'Assemblée nationale

Je souligne également la présence de M. Jean Habel, ancien député de Sainte-Rose.

Nous poursuivons les affaires courantes.

Aujourd'hui, il n'y a pas de déclarations ministérielles ni de présentation de projets de loi.

Dépôt de documents

À la rubrique Dépôt de documents, Mme la ministre des Affaires municipales et de l'Habitation.

Rapport annuel et états financiers de l'Administration régionale Baie-James

Mme Laforest : Oui, M. le Président. Conformément à l'article 21.14 de la Loi sur le ministère des Affaires municipales, des Régions et de l'Occupation du territoire, je dépose le rapport annuel 2017-2018 ainsi que les états financiers au 31 mars 2018 de l'Administration régionale de la Baie-James. Merci, M. le Président.

Le Président : Ces documents sont déposés.

Il n'y a pas de rapports de commissions ni de dépôt de pétitions.

Donc, je disais, il n'y a pas de réponses orales aux pétitions ni d'interventions portant sur une violation de droit ou de privilège.

Questions et réponses orales

Nous en sommes maintenant à la période de questions et réponses orales, et je cède la parole au chef de l'opposition officielle.

Réforme du système d'immigration

M. Pierre Arcand

M. Arcand : M. le Président, la confusion du gouvernement en immigration perdure depuis maintenant des mois. Chaque jour, le gouvernement alimente cette confusion. Il faut traiter les 18 000 dossiers et puis il faut les déchiqueter. La poursuite judiciaire, on dit qu'elle est saugrenue, mais ils perdent en cour. Il faut aller vite, mais pas question de mettre des ressources supplémentaires. Une journée, c'est la faute du Parti libéral, l'autre jour, c'est le Parti libéral qui a mis en place le nouveau système qui va régler tous les problèmes. Là-dessus, M. le Président, ils ont raison, nous avons mis en place ce nouveau système. Ça ne veut cependant pas dire qu'il faut abandonner tous les gens qui ont suivi les règles de l'ancien système et qui attendent une réponse du gouvernement. M. le Président, le plus ridicule de la situation, c'est que des hauts fonctionnaires nous ont démontré que les 18 000 dossiers pourraient être traités en six mois, et ce, en parallèle avec le système Arrima.

[...]
 

En Complément