Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

L'utilisation du calendrier requiert que Javascript soit activé dans votre navigateur.
Pour plus de renseignements

Accueil > Travaux parlementaires > Journal des débats > Index du Journal des débats

Index du Journal des débats - Sujets

42-1 (27 novembre 2018 - )


Vérificateur général du Québec
Rapport annuel 2019-2020 - 8997 (d.d.)

Assemblée
Dépôt de documents
Fascicule n°132, 8 octobre 2020, page 8997

[...]

Rapport annuel du Vérificateur général

Pour ma part, je dépose le rapport du Vérificateur général du Québec à l'Assemblée nationale pour l'année 2020-2021, tome d'octobre 2020.

Rapport annuel du Comité de surveillance des activités
de l'Unité permanente anticorruption

Je dépose également le rapport d'activité 2019-2020 du Comité de surveillance des activités de l'Unité permanente anticorruption du Québec.

Il n'y a pas de dépôt de rapports de commissions ni dépôt de pétitions.

Il n'y a pas de réponses orales aux pétitions ni d'interventions portant sur une violation de droit ou de privilège.

Questions et réponses orales

Nous en sommes maintenant à la période de questions et de réponses orales, et je cède la parole à la cheffe de l'opposition officielle.

Accès aux services en santé mentale

Mme Dominique Anglade

Mme Anglade : M. le Président, alors que la pandémie de la COVID vient bouleverser plusieurs habitudes de vie et entraîne des effets psychologiques chez les Québécois, il est plus important que jamais que tous nous soyons réunis pour nous assurer d'un accès des soins de santé mentale.

Les conséquences de la COVID se font sentir partout : nos enfants, nos jeunes au primaire, ceux qui voient leurs parents anxieux, inquiets, développent eux-mêmes de l'anxiété; nos adolescents dans les écoles secondaires, nos jeunes qui sont au cégep puis à l'université, qui ont besoin de voir leurs amis pour bien se sentir mais qui ne peuvent pas le faire, qui sont dans les cours à distance; les femmes, en première ligne, au boulot à la maison, avec une charge mentale supplémentaire; les hommes, souvent plus réticents à dire qu'ils ont besoin d'aide, même s'ils en ont réellement besoin; nos aînés, qui ont dû quitter leurs amis, nos aînés qui parfois ont eu un conjoint qui est décédé, une conjointe qui est décédée ou plusieurs personnes auxquelles ils n'ont pas pu dire au revoir.

Après avoir soumis 16 propositions au gouvernement, en voici une 17e. Nous proposons aujourd'hui au gouvernement de mettre en place une couverture publique universelle de la psychothérapie qui couvrirait les jeunes et les moins jeunes. Nous souhaitons un vrai programme de soins en santé mentale, accessible à tous. Pour nous, il s'agit d'un choix de société.

Est-ce que le premier ministre acceptera de mettre en oeuvre cette proposition?

• (10 h 10) •

Le Président : M. le premier ministre.

M. François Legault

M. Legault : M. le Président, effectivement, la situation de la santé mentale est préoccupante. Avec la pandémie, beaucoup de gens se sont retrouvés plus seuls que jamais, plus stressés. Et, alors qu'on avait, avant la pandémie, 2 % des Québécois qui avaient des problèmes de santé mentale, il y en a maintenant 15 %. Donc, c'est beaucoup.

M. le Président, on a ajouté du financement. On a ajouté des ressources, 300 personnes qu'on est en train d'embaucher. Jusqu'à présent, on en a 254 de trouvées. Donc, on a aussi rehaussé, M. le Président, les services, là, qui sont donnés par les organismes communautaires. Évidemment, on y va selon nos moyens.

Moi, j'aurais peut-être une petite addition à demander comme proposition à la cheffe de l'opposition officielle : Combien ça coûte, sa proposition?

Le Président : ...complémentaire, Mme la cheffe de l'opposition officielle.

Mme Dominique Anglade

Mme Anglade : Merci, M. le Président. Alors, dans le point de presse qu'on a annoncé ce matin, cette proposition-là coûte 300 millions de dollars, elle est estimée à 300 millions de dollars. Et il est temps que l'on puisse offrir des soins de santé mentale à notre population. Il est temps de considérer qu'une jambe cassée, c'est aussi important qu'avoir un problème d'anxiété, et que tout le monde puisse avoir accès à ces soins.

Est-ce que le premier ministre accepte la proposition que nous lui faisons aujourd'hui?

Le Président : M. le premier ministre.

M. François Legault

M. Legault : M. le Président, on n'est pas fermés à la proposition. Maintenant, il faut être prudents. Quand on parle d'une couverture universelle, il faut donner les services appropriés à chacune des personnes. Actuellement, j'entends, entre

[...]
 

En Complément