Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

L'utilisation du calendrier requiert que Javascript soit activé dans votre navigateur.
Pour plus de renseignements

Accueil > Travaux parlementaires > Journal des débats > Index du Journal des débats

Index du Journal des débats - Sujets

42-1 (27 novembre 2018 - )

Assemblée
Fascicule n°2, 28 novembre 2018, page 14

[...]

préoccupations des Québécoises et des Québécois doivent constamment être au centre des décisions qui seront prises. Cela doit se faire avec intégrité, humanité et compassion. Le gouvernement en est pleinement conscient, j'en suis assuré, et je laisserai, dans un instant, au premier ministre le soin de préciser ces priorités.

Les Québécoises et les Québécois ont choisi de se doter d'un gouvernement majoritaire. Ses membres disposent dès lors d'une certaine liberté d'action pour réaliser les politiques et les changements qu'ils désirent apporter à l'État. Cette liberté d'action n'est toutefois pas absolue. La confrontation des idées est la base fondamentale sur laquelle s'appuie toute démocratie, notre démocratie. Nous ne pouvons donc que nous réjouir qu'une variété de points de vue sauront et pourront s'exprimer dans cette législature.

La volonté des Québécoises et des Québécois de se donner une opposition multiple, comme je le soulignais antérieurement, constitue une occasion d'enrichir les nombreux débats à venir dans cette Assemblée. Ces débats, cependant, exigent le respect de l'opinion contraire, la courtoisie dans le questionnement. Nous devons tous, qui que nous soyons, quelles que soient nos allégeances politiques, respecter ces hommes et ces femmes qui, conscients de leurs devoirs sociaux, consacrent une partie de leur vie au service public. Vous êtes ces représentants et représentantes. Leurs politiques peuvent être opposées, leurs approches différentes, mais le but de leur engagement vise l'intérêt supérieur de la nation. Votre dévouement et vos efforts, Mmes et MM. les députés, méritent mon appréciation et le respect de tous. Vous exercez une grande et noble fonction. Soyez-en fiers. Quelle que soit la hauteur de cette attente, je suis sûr que vous le réaliserez, que les électrices et les électeurs ont placé justement cette attente en vous. Veuillez constamment vous assurer que les voix de tous les citoyens et citoyennes du Québec continuent et puissent être entendues.

En terminant, je désire à nouveau vous souhaiter tout le succès désiré dans les fonctions que vous assumerez durant cette législature. Beaucoup de travail s'annonce, mais j'ai la sincère conviction que vous saurez y faire face avec grandeur et dévouement. Le peuple a placé sa confiance en vous; j'ai confiance que vous saurez y répondre.

• (15 h 20) •

Bonne session et bon travail au cours de cette 42e législature à vous toutes et à vous tous. Merci de votre attention.

Affaires du jour

Affaires prioritaires

Discours d'ouverture

Le Président : Mmes, MM. les députés, bien, j'invite maintenant le premier ministre à prononcer le discours d'ouverture de cette première session de la 42e législature. M. le premier ministre, la parole est à vous.

(Applaudissements)

Le Président : Un petit rappel, si vous me le permettez. Les règlements font en sorte que, dans les tribunes, on ne peut pas applaudir. Je vous le rappelle.

M. François Legault

M. Legault : M. le Président, M. le chef de l'opposition officielle, M. le chef du deuxième groupe d'opposition, Mme la chef du troisième groupe d'opposition, distingués invités, chers Québécois. J'aimerais d'abord commencer ce discours inaugural en vous félicitant encore, M. le Président, pour votre élection. Je suis convaincu que vous allez vous acquitter de vos fonctions avec brio, et vous pouvez compter sur le gouvernement pour vous appuyer dans ces responsabilités.

Je profite aussi de l'occasion pour féliciter les 124 députés qui ont été élus à l'Assemblée nationale du Québec. C'est un grand honneur, c'est un privilège de représenter les Québécois dans ce Parlement, un Parlement qui est riche d'une longue histoire.

Et, oui, on doit être fiers de notre histoire, l'histoire d'une nation qui s'est construite dans l'adversité mais aussi dans l'ouverture et le respect. Bien sûr, les Premières Nations et les Inuits ont d'abord découvert et occupé ce territoire. On ne doit jamais l'oublier. J'ai d'ailleurs rapidement rencontré plusieurs de leurs représentants et j'ai bien l'intention de travailler ensemble à développer, pour le bien commun de nos... à développer le Québec, pardon, pour le bien commun de nos nations respectives.

J'ai eu la chance, dernièrement, de visiter un site, un nouveau site archéologique ici, dans le Vieux-Québec, qui remonte à 325 ans, donc qui remonte à la Nouvelle-France. Notre nation est l'héritière d'une grande histoire. On est les descendants de gens audacieux qui ont traversé l'Atlantique pour construire ce qui est devenu le Québec moderne. Nos ancêtres ont exploré tout le continent. On retrouve des traces de nos ancêtres partout au Canada, aux États-Unis. D'ailleurs, plus de la moitié des États américains ont été découverts ou explorés par des Français ou par ce qu'on appelait des Canadiens français.

Donc, il en a fallu, de l'audace pour bâtir ce qui est aujourd'hui devenu une nation francophone en Amérique. C'est cette audace qui doit nous inspirer. C'est cette audace qui pousse des entrepreneurs à démarrer des entreprises à partir de rien, c'est cette audace qui pousse des athlètes comme Isabelle à aller gagner des médailles olympiques, c'est cette audace qui pousse des chercheurs à aller faire continuellement de nouvelles découvertes.

Et, si je devais identifier l'adversaire du gouvernement, bien, ça serait la peur. La peur de se tromper, la peur de ne pas être capable, la peur du changement. La peur, c'est le contraire de l'audace. Et, comme l'avait dit le président Roosevelt

[...]
 

En Complément