Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

L'utilisation du calendrier requiert que Javascript soit activé dans votre navigateur.
Pour plus de renseignements

Accueil > Travaux parlementaires > Journal des débats > Index du Journal des débats

Index du Journal des débats - Sujets

42-1 (27 novembre 2018 - )

Assemblée
Fascicule n°24, 26 mars 2019, page 1730

[...]

M. Zanetti : La ministre peut être assurée qu'elle aura notre collaboration lorsqu'il s'agira de défendre le système de santé québécois puis de défendre aussi les ressources qui lui appartiennent. Et si elle nous propose qu'enfin on mette fin à cette position de faiblesse dans laquelle nous confine, finalement, l'idée de demeurer une province canadienne, puis si elle dit : On va aller faire l'indépendance, arrêter d'envoyer 50 milliards là-bas puis financer adéquatement notre système, on sera encore plus là et on va encore plus l'appuyer.

Sur la question des changements climatiques, les changements climatiques vont avoir un effet inévitable sur la santé de la population. Ça, c'est clair. Une hausse de 2 °C des températures, là, mondiales, on espère que ça ne va pas arriver, mais il faut se préparer au pire. Ça pourrait entraîner l'augmentation du nombre de cas de certaines maladies, entre autres la maladie de Lyme, qui pourrait monter de plus en plus au nord, selon certaines études préliminaires. Les périodes de chaleur, qui ont déjà fait des victimes au Québec et partout dans le monde, vont s'intensifier, vont devenir de plus en plus fréquentes. Et qui sera aux premières loges pour s'occuper de notre monde et réparer les pots cassés? Bien, c'est le personnel du réseau de la santé. Et là-dessus on se demande comment on va y arriver.

Ma question, c'est : Est-ce que la ministre pourrait s'engager à évaluer le coût que vont engendrer les changements climatiques sur le système de santé pour qu'on puisse peut-être trouver une prévision à cet égard dans le budget l'année prochaine?

Le Président (M. Picard) : Mme la ministre.

Mme McCann : Sur la question des changements climatiques, je vais vous répondre, M. le Président, d'une façon extrêmement pragmatique : Il faut d'abord et avant tout s'occuper de la population, par exemple nos aînés en centre d'hébergement, nos aînés à domicile. Et le réseau de la santé et des services sociaux a démontré qu'il est capable de vraiment s'ajuster pour vraiment faire en sorte que, notre population, nous puissions la protéger. Il y a des mesures qui sont prises, par exemple, lors d'épisodes de chaleur intense et qui donnent, je pense, de bons résultats. Nous avons sensibilisé, évidemment, dans le réseau, la population.

Alors, de ce point de vue, le réseau de la santé et le ministère de la Santé et des Services sociaux, en lien avec la Direction de la santé publique, s'occupent vraiment que la population ne subisse pas les conséquences de changements climatiques au niveau de sa santé. Il y a des efforts qui sont faits actuellement au niveau, évidemment, de notre ministre de l'Environnement pour vraiment avoir des orientations qui vont mettre le Québec dans une position importante, positive. On peut dire qu'on est quand même dans le groupe de nations, d'entités où les gaz à effet de serre sont les plus bas. Mais il y a d'autres actions qui ont été mentionnées à différents moments pour vraiment adresser cette question des changements climatiques.

Le Président (M. Picard) : M. le député.

M. Zanetti : Alors, bon, juste pour revenir là-dessus brièvement, moi, je fais quand même la suggestion, il va falloir trouver une colonne dans le budget du gouvernement pour prévoir les coûts des changements climatiques en santé et en d'autres domaines. Ça ne coûterait pas cher, évaluer ça, puis ça nous ferait sauver énormément d'argent. On y reviendra plus tard.

J'ai une question importante sur la question de la santé mentale. On a beaucoup parlé de prévention du suicide, dans les derniers mois, dans les dernières semaines, et il n'est pas clair pour moi, dans mon étude du budget, là, qu'il y a des sommes réservées à la prévention du suicide. Alors, ma question est la suivante : Est-ce qu'il y a des sommes réservées spécifiquement à la prévention du suicide, d'une part? Et, d'autre part, quelles sont les cibles de réduction de nombre de cas de suicides qu'on espère atteindre avec ces sommes, qu'on espère?

Mme McCann : Encore une fois, ça, c'est une évaluation qui n'est pas facile à faire, mais ce que je vous dirais là-dessus, M. le Président, c'est que notre objectif pour la prévention du suicide, c'est suicide zéro ou zéro suicide. Ça devrait être ça, comme société.

Il y a des budgets prévus. Le budget d'Aire ouverte pour la santé psychologique des jeunes, 20 millions, ce sont des projets qu'on va mettre en place. Il y en a déjà trois, on va en ajouter quatre à travers le Québec. Et ça s'adresse vraiment aux jeunes. Alors là, il y a vraiment une prévention qui va être faite au niveau des jeunes.

Il y a également un budget qui est actuellement au ministère, de 30 millions, qu'on va pouvoir utiliser pour renforcer les services de santé mentale au niveau des communautés. On veut renforcer les services déjà existants.

On a un forum, comme vous le savez, jeunes et santé mentale qui aura lieu au mois de mai et qui va nous aider à mieux calibrer nos actions. Nous en avons un autre à l'automne également qui va aller dans le même sens, j'en suis certaine.

Le Président (M. Picard) : Il reste une minute, M. le député.

M. Zanetti : Alors, j'ai une dernière question. Afin de combler, là, la rareté de la main-d'oeuvre dans le système de santé et de rendre la profession plus attractive, est-ce que la ministre peut s'assurer... ou rassurer, disons, les préposés aux bénéficiaires qu'ils auront des hausses de salaire dans la prochaine année?

Le Président (M. Picard) : Mme la ministre.

[...]
 

En Complément