Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

L'utilisation du calendrier requiert que Javascript soit activé dans votre navigateur.
Pour plus de renseignements

Accueil > Travaux parlementaires > Journal des débats > Index du Journal des débats

Index du Journal des débats - Sujets

42-1 (27 novembre 2018 - )

Assemblée
Fascicule n°24, 26 mars 2019, page 1734

[...]

Effectivement, je me suis présentée, je suis arrivée et j'ai rencontré le directeur général. On s'est mis à discuter de choses et d'autres, et le propriétaire est arrivé par la suite. J'ai rencontré des familles satisfaites et d'autres insatisfaites. Les familles qui étaient insatisfaites étaient capables d'échanger avec moi, de me montrer des photographies, de me dire qu'est-ce qui n'allait pas dans ce CHSLD privé. Et le propriétaire était extrêmement fragile parce qu'il avait été exposé toute la semaine. Et on s'est mis à parler d'argent, parce que lui a commencé et il m'a dit : Vous savez... Il dit : Madame, il dit, quand on ne reçoit pas le même montant d'argent au privé pour s'occuper d'une personne aînée hébergée comparativement aux CHSLD privés conventionnés et aux CHSLD publics, c'est très difficile pour nous d'être en mesure de donner la même qualité de soins et de services.

Partant de ce moment-là, moi, je ne savais pas que le précédent ministre responsable de la Santé et des Services sociaux et la ministre des Aînés savaient depuis des années que les sommes d'argent qui étaient affectées aux trois différents centres d'hébergement, privés, privés conventionnés et publics, étaient différentes. J'ai demandé à ce qu'il y ait une évaluation des montants d'argent que les 40 CHSLD privés... parce que c'est 40, et c'est 47 privés conventionnés, et le député de La Pinière sait exactement combien qu'il y a de CHSLD privés versus des privés conventionnés, et nous avons reçu, un mois plus tard, l'évaluation. Le député de La Pinière devrait dire à sa collègue de Fabre qu'on ne peut pas faire 46 inspections de long en large en un mois. D'ailleurs, si on prend juste les ressources pour personnes âgées, les aînés, les résidences pour personnes aînées, en 2018, il y a eu 189 inspections, en comparaison de 747 en 2017, sous prétexte qu'on changeait la certification. Et on a pris les inspecteurs, et ils sont allés faire de l'inspection du tabac au lieu de faire des inspections de résidences pour personnes aînées. Je trouve ça tout à fait indécent.

Alors, on a demandé au ministre des Finances de pouvoir mettre une mesure dans son budget pour être capable d'offrir un même montant d'argent pour les CHSLD privés qui hébergent des personnes aînées qui proviennent des CISSS et des CIUSSS, dans des places temporaires qui sont achetées, pour être en mesure d'offrir, dans tous les établissements, les mêmes soins de qualité.

Ce ne sont donc pas des inspections que nous avons faites, mais des évaluations de la situation. Et nous serons en mesure, dès la fin des crédits, de pouvoir compenser non pas les établissements comme tels, mais pour faire en sorte que le personnel qui reçoit moins que dans les CHSLD publics — les gens reçoivent un peu plus de 21 $; souvent, en privé, ils reçoivent 15 $, 13 $ — soient en mesure d'obtenir plus d'argent pour être capables de soigner dignement nos personnes aînées. C'est ça, M. le Président, qu'on est en train de faire actuellement. Ce ne sont pas des inspections comme telles.

Et d'autant plus, en 2012‑2013, il y avait sept inspecteurs pour les résidences privées pour aînés et, en 2018, il y en avait quatre. Actuellement, on forme un autre inspecteur et on est en train d'en embaucher deux. Même chose pour les CHSLD. Il y a présentement plus d'inspecteurs que ce qu'il y avait à l'époque sous la bannière du député de La Pinière.

Le Vice-Président (M. Picard) : Merci, Mme la ministre. Mme la députée de Fabre, votre droit de réplique, 2 minutes.

Des voix : ...

Le Vice-Président (M. Picard) : Une personne qui a le droit à la parole, Mme la députée de Fabre, s'il vous plaît.

Mme Monique Sauvé (réplique)

Mme Sauvé : Merci, M. le Président. Le 9 février, la ministre responsable des Aînés parlait de l'état de situation au niveau des contrats d'achat dont elle vient de parler, le per diem. Le 16 janvier, elle a demandé 46 rapports d'inspection, deux choses bien distinctes. Et elle vient de nous dire, et j'ai bien entendu et bien noté, qu'on ne peut pas faire les deux dans l'espace de 30 jours. Quand la ministre déclare, quand la ministre s'engage, c'est elle, la ministre responsable des Aînés. C'est elle qui déclare, c'est elle qui donne des échéanciers. Moi, je suis la porte-parole pour les aînés et les proches aidants à l'opposition officielle. Et je suis vigilante à suivre ses déclarations de près et m'assurer qu'il y ait des actions concrètes, parce que les aînés écoutent et les aînés attendent. Merci, M. le Président.

Le Vice-Président (M. Picard) : Merci, Mme la députée de Fabre.

Je suspends les travaux jusqu'à 19 h 30.

(Suspension de la séance à 18 h 28)

(Reprise à 19 h 31)

Commission plénière

Poursuite de l'étude des crédits provisoires 2019‑20 20

Santé et Services sociaux

Discussion générale (suite)

La Présidente (Mme Soucy) : Alors, la commission plénière poursuit ses travaux sur l'étude des crédits provisoires pour l'année financière 2019‑2020. Nous poursuivons l'échange entre Mme la ministre de la Santé et des

[...]
 

En Complément