Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

L'utilisation du calendrier requiert que Javascript soit activé dans votre navigateur.
Pour plus de renseignements

Accueil > Travaux parlementaires > Journal des débats > Index du Journal des débats

Index du Journal des débats - Sujets

42-1 (27 novembre 2018 - )

Assemblée
Fascicule n°42, 14 mai 2019, page 2699

[...]

ce qui fait qu'aujourd'hui, pour avoir ces argents-là, il faudrait le demander à la ville de Montréal, qui, elle aussi, a beaucoup de projets en transport collectif. Alors, c'est important de rétablir les faits.

Nous ne voulons pas questionner le projet, nous voulons avoir les financements promis par le fédéral, de l'ordre de 1,2 milliard, sans en enlever aux municipalités qui y ont tout aussi droit que Montréal. Alors, il faut revenir en arrière.

Et là ce qu'on a dit hier, c'est qu'on est en train de trouver des solutions, M. le Président, pendant qu'on est pris avec cette entente-là qui a été très mal signée.

Le Président : Première complémentaire, M. le leader de l'opposition officielle.

M. Sébastien Proulx

M. Proulx : Merci, M. le Président. Gouverner, c'est faire des choix. Faire des choix, ça peut déplaire aussi. Vous avez la responsabilité... M. le Président, ils ont la responsabilité de faire des choix et de sauver le projet. La capitale nationale a le droit à ce projet de transport structurant, c'est une occasion historique, puis, on en a déjà parlé, M. le Président...

Des voix : ...

Le Président : S'il vous plaît!

M. Proulx : ...il ne faut pas la manquer. Ce qu'a fait le premier ministre, ce que fait son gouvernement, c'est vivre d'incohérence depuis un certain temps. On a commencé en le soutenant. On a dit : On va trouver l'argent. On a fini par dire : Ça prend un plan B. Et, ce matin, c'était un projet par phases, on verra dans quatre ans...

Le Président : M. le ministre des Transports. Encore une fois, votre collaboration. Vous êtes le seul à qui appartient la parole présentement.

M. François Bonnardel

M. Bonnardel : M. le Président, le réseau structurant est un projet extrêmement important qui est en lien direct avec notre politique de mobilité durable au Québec. Dans les circonstances, le député le sait très bien, nous n'aurions pas signé cette clause d'achalandage que vous avez signée avec le fédéral.

Maintenant, on doit vivre avec ce 5,2 milliards qui est basé selon la clause d'achalandage, où il y a seulement 400 millions pour Québec. Maintenant, il y a 2,5 milliards de dollars qui sont sur la table présentement. Le premier ministre l'a mentionné, c'est 1,8 milliard du Québec, 400 millions du fédéral et 300 millions pour Québec. C'est un projet important de 23 kilomètres de tramway, de 17 kilomètres de trambus. Dans les circonstances, le projet va aller de l'avant. On va travailler avec le fédéral, on va travailler avec mon collègue du Trésor pour que ce projet puisse se faire.

Le Président : Deuxième complémentaire, M. le leader de l'opposition officielle.

M. Sébastien Proulx

M. Proulx : Oui. M. le Président, je suis content d'entendre le collègue ministre des Transports décrire le projet comme un bon projet. Mais, maintenant, il faut passer à l'action. La question qui se pose, M. le Président, c'est : Vont-ils faire ce qu'il se doit pour que ce projet se réalise ou va-t-il faire ce qu'il semble donner comme direction, M. le Président, c'est-à-dire de le réaliser par phases, puis on verra?

Est-ce qu'à la CAQ on se contente d'un trajet d'autobus de plus ou on souhaite avoir vraiment et réellement du transport structurant pour la ville de Québec?

Le Président : M. le ministre des Transports.

M. François Bonnardel

M. Bonnardel : M. le Président, c'est un projet important, qui devait répondre, donc, aux banlieues de Québec. Les dessertes où on va aller, avec 17 kilomètres de trambus, c'est pour ça que ce projet se fait. On devait se connecter au troisième lien. C'est exactement ce que la ville de Québec va faire aussi.

Un projet de 3,3 milliards, c'est un projet immensément important, et, pour nous, ce projet doit se faire. Et je le répète aux oppositions : ce projet va se faire. Maintenant, il y a 2,5 milliards de dollars sur la table. On a la possibilité de renégocier la clause d'achalandage dans quatre ans. C'est ce que nous allons travailler avec les municipalités. C'est ce que mon collègue du Trésor va faire, c'est ce que le premier ministre va faire. Et je peux vous assurer que le réseau structurant, ce projet va aller de l'avant et va se faire.

Le Président : Question principale, M. le député de La Pinière.

[...]
 

En Complément