Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

L'utilisation du calendrier requiert que Javascript soit activé dans votre navigateur.
Pour plus de renseignements

Accueil > Travaux parlementaires > Journal des débats > Index du Journal des débats

Index du Journal des débats - Sujets

42-1 (27 novembre 2018 - )

Assemblée
Fascicule n°49, 4 juin 2019, page 3166

[...]

M. François Legault

M. Legault : Oui, M. le Président. D'abord, je n'ai pas de problème à ce que le gouvernement fédéral fasse pleuvoir les millions sur le Québec, en autant que ça soit les priorités qui ont été choisies par le gouvernement du Québec. Cette semaine, on a eu une belle annonce concernant le tunnel La Fontaine. Donc, on va avoir une participation 50-50. J'aimerais avoir ça dans tous les dossiers, incluant le tramway de Québec, mais, M. le Président, je veux rassurer le chef de la troisième opposition, il n'est pas question de céder ce droit qu'on a, le gouvernement du Québec, de choisir les priorités dans les municipalités. On ne laissera pas le gouvernement fédéral intervenir directement avec les municipalités.

Le Président : Première complémentaire, M. le chef du troisième groupe d'opposition.

M. Pascal Bérubé

M. Bérubé : M. le Président, on est d'accord aussi que ce n'est pas prématuré, que le gouvernement fédéral s'intéresse au Québec. Ça tombe que c'est une précampagne électorale, alors c'est très intéressé de sa part. Mais là où j'ai un problème important, c'est sur cette pratique qui tend à diminuer le rôle du gouvernement du Québec, voire même à le mépriser; c'est ce qu'a dit le premier ministre du Canada, il n'a pas besoin de passer par les provinces.

Donc, à nouveau, je demande au premier ministre : Quelle forme va prendre son opposition à cette pratique du gouvernement du Canada à partir d'aujourd'hui, parce qu'il y en aura d'autres, annonces?

Le Président : M. le premier ministre.

M. François Legault

M. Legault : M. le Président, le chef du troisième groupe d'opposition défonce une porte qui est déjà ouverte. Il n'est pas question que le gouvernement fédéral décide des priorités dans les municipalités sans l'accord du gouvernement du Québec. Donc, on va tenir notre bout, on va s'assurer de toutes les façons possibles... s'il faut, on ira, tous les deux ensemble, rencontrer le gouvernement fédéral. Mais il n'est pas question que le gouvernement fédéral intervienne directement avec les municipalités sans l'accord du Québec.

Le Président : Deuxième complémentaire, M. le chef du troisième groupe d'opposition.

M. Pascal Bérubé

M. Bérubé : Juste pour être sûr. Le premier ministre peut dire ça, mais le gouvernement du Canada le fait pareil et prévoit le faire encore prochainement. Alors, manifestement, ça ne suffit pas, le gouvernement nationaliste de la CAQ, réconcilié avec le Canada, ne réussit pas, pour l'instant, à le faire. Alors, ça va prendre encore plus de force pour le dire parce qu'on l'a accepté jusqu'à maintenant. Je n'ai pas entendu le premier ministre dire que ça n'avait pas de sens. J'aimerais ça avoir une réponse encore plus forte sur les annonces à venir et que ça puisse se sentir véritablement.

Le Président : M. le premier ministre.

M. François Legault

M. Legault : M. le Président, je vais essayer d'être plus fort. Donc, il n'est pas question que le gouvernement fédéral intervienne directement. On le voit dans le dossier du tramway de Québec. Le gouvernement fédéral essaie de verser plus que sa part à la ville de Montréal. On est en train de négocier pour que Québec obtienne sa part. J'espère avoir l'appui du troisième groupe d'opposition. Il n'est pas question que le gouvernement fédéral intervienne directement avec les municipalités. C'est très clair, c'est non négociable.

Le Président : Question principale, M. le député de Pontiac.

Rupture de services à l'Hôpital d'Amqui

M. André Fortin

M. Fortin : M. le Président, l'Hôpital d'Amqui, c'est le dernier à s'ajouter à la longue liste des hôpitaux de région en rupture de services de chirurgie. À tous les mois, pendant deux semaines, il n'y aura aucune naissance à l'Hôpital d'Amqui, c'est donc la moitié des enfants de la région qui vont naître à Rimouski plutôt que chez eux, à Amqui, dans la vallée de la Matapédia. C'est aussi la moitié des mères qui, au moment stressant de donner naissance, devront prendre la route pour Rimouski à 105 km de chez eux, avec tous les risques que ça comporte.

Ça fait un mois que l'enjeu d'Amqui est connu et c'est toujours silence radio de la part de la ministre. Pourtant, elle connaît les risques si elle ne fait rien. Il y a deux mois, une femme a accouché à La Sarre, dans ce que des gens de la place ont décrit comme des conditions qui ressemblent à de la médecine de brousse. Quelques semaines plus tard, une femme

[...]
 

En Complément