Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

L'utilisation du calendrier requiert que Javascript soit activé dans votre navigateur.
Pour plus de renseignements

Accueil > Travaux parlementaires > Journal des débats > Index du Journal des débats

Index du Journal des débats - Sujets

42-1 (27 novembre 2018 - )

Assemblée
Fascicule n°54, 12 juin 2019, page 3487

[...]

M. François Legault

M. Legault : M. le Président, la compagnie Velan a perdu 17 millions de dollars l'année dernière. Le chef de l'opposition officielle a été en affaires, il comprend très bien qu'on ne peut pas garder le statu quo quand on perd 17 millions de dollars par année.

J'aurais préféré que Velan garde tous les employés au Québec, mais ils ont essayé une nouvelle formule où les emplois sans valeur ajoutée vont effectivement être ailleurs, mais on va garder une partie des emplois. Ce n'est pas idéal, mais je préfère qu'on garde une partie des emplois que de perdre tous les emplois. Puis, encore une fois, je n'ai entendu aucune proposition constructive...

Le Président : En terminant.

M. Legault : ...du chef de l'opposition officielle.

Le Président : Troisième complémentaire, M. le chef de l'opposition officielle.

M. Pierre Arcand

M. Arcand : M. le Président, il y a 2,5 millions de Québécois qui gagnent moins de 25 000 $. 2 millions, c'est le nombre de Québécois qui gagnent entre 25 000 $ et 49 000 $. C'est un total de 4,5 millions de travailleurs.

Si j'ajoute à cela les travailleurs d'ABI et de Velan, ça fait beaucoup de travailleurs qui n'ont pas grâce à ses yeux.

Le Président : M. le premier ministre.

M. François Legault

M. Legault : M. le Président, ce qu'on veut, c'est de créer des emplois payants, ce que n'a pas été capable de faire le Parti libéral. Le Parti libéral nous a laissé comme résultat le 1er octobre dernier un écart de salaire de 10,2 % avec l'Ontario. C'est gênant. On va changer cette situation.

Le Président : Question principale, M. le député de Pontiac.

Accès aux blocs opératoires en région

M. André Fortin

M. Fortin : M. le Président, le week-end dernier, il devait y avoir bris de service en chirurgie à l'Hôpital d'Amqui. Heureusement, la Dre Francoeur, la présidente de la Fédération des médecins spécialistes du Québec, a fait un peu de route et a accepté de faire la garde du week-end. On l'en remercie. On espère qu'elle va faire la même chose à La Pocatière la semaine prochaine, qu'elle va venir sauver la peau de la ministre. Mais, pendant qu'elle était à Amqui, M. le Président, la présidente de la FMSQ a affirmé qu'elle serait ouverte à fermer certains blocs opératoires en région. S'il y a bien un message que les gens de région n'ont pas besoin d'entendre, c'est celui-là. Ces services-là sont en place pour une raison, pour offrir aux citoyens des services près de chez eux et pour éviter des drames, M. le Président. Alors là, la ministre de la Santé, elle a une décision à prendre : soit elle se range du côté de son premier ministre, qui a dit, ce week-end : Les spécialités de base devraient être dans tous les hôpitaux du Québec, ou elle se range du côté de la Fédération des médecins spécialistes du Québec, qui veulent fermer des blocs opératoires en région.

C'est quoi, son choix?

Le Président : Mme la ministre de la Santé et des Services sociaux.

Mme Danielle McCann

Mme McCann : Bien, M. le Président, mon choix, c'est celui de mon premier ministre, c'est certain, et c'est celui de mon gouvernement, et on l'a toujours dit. D'ailleurs, je remercie le député de Pontiac de m'en parler, de nous en parler, parce que ça me permet de renforcer le fait que notre orientation, dès le début, là, c'est de dire à la population du Québec : Nous, là, ce qu'on veut, c'est des services de proximité, des spécialités de base qui doivent être à travers le Québec, hein? En Abitibi, en Outaouais, dans la région de la Capitale-Nationale, le Bas-Saint-Laurent, en Gaspésie—Îles-de-la-Madeleine, la Côte-Nord, dans toutes ces régions, le Québécois a droit aux mêmes services de base que l'ensemble de la population du Québec. Et nous, on va travailler avec la Fédération des médecins spécialistes, avec les établissements, avec la population pour nous assurer que tous les Québécois ont les services requis organisés de la meilleure façon possible à travers le Québec, des services de proximité, que ce soit à Amqui...

Et, en passant, à Amqui, on a des bonnes nouvelles...

Le Président : En terminant.

[...]
 

En Complément