Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

L'utilisation du calendrier requiert que Javascript soit activé dans votre navigateur.
Pour plus de renseignements

Accueil > Travaux parlementaires > Journal des débats > Index du Journal des débats

Index du Journal des débats - Sujets

42-1 (27 novembre 2018 - )

Assemblée
Fascicule n°68, 8 octobre 2019, page 4508

[...]

Établissement des tarifs de distribution d'électricité

M. Pierre Arcand

M. Arcand : M. le Président, jeudi dernier, le premier ministre a dit qu'il ne faudrait pas baisser les tarifs d'Hydro-Québec parce que ça inciterait les Québécois à gaspiller. On comprend donc qu'il n'en fera pas, de chèques. C'est tout un revirement de situation parce qu'il y a quelques mois à peine la Coalition avenir Québec faisait encore miroiter un remboursement de 1,4 milliard de dollars sur les tarifs d'Hydro. C'était ça, leur promesse. Ce n'était pas d'imposer des hausses consécutives pendant cinq ans.

Les Québécois ne veulent pas que le premier ministre gère leur portefeuille et encore moins la facture d'Hydro. Comme l'ont dit d'ailleurs les associations de consommateurs, ce projet de loi est injuste. Il va appauvrir les ménages, il va freiner le développement économique. La vérité, M. le Président, c'est que le premier ministre veut des revenus supplémentaires pour financer ses programmes, et c'est les Québécois qui vont mettre les mains dans leurs poches. M. le Président, le premier ministre fait tout le contraire de ce qu'il a promis aux Québécois.

Peut-il faire la seule chose raisonnable qui s'impose : retirer son projet de loi et s'assurer que ça coûte réellement moins cher aux Québécois?

Le Président : M. le premier ministre.

M. François Legault

M. Legault : M. le Président, le chef de l'opposition officielle a assez d'expérience, a assez joué dans les cadres financiers des différents partis pour savoir que ni la CAQ ni le Parti libéral, d'ailleurs, n'ont promis en campagne électorale de rembourser 1,5 milliard de tarifs d'électricité.

Par contre, ce qui est vrai, c'est que la CAQ a promis de rembourser 1,5 milliard en réduisant les taxes scolaires, en réduisant les tarifs de garderie et en augmentant les allocations familiales. Et, M. le Président, on a commencé à le faire, puis, vous pouvez être certain, ce montant va être remboursé aux Québécois, tel que promis, comme toutes les promesses qui ont été faites par la CAQ.

Maintenant, M. le Président, le Parti libéral a augmenté les tarifs de plus que l'inflation quand il était au pouvoir. Nous, on dit qu'on n'augmentera jamais les tarifs de l'électricité de plus que l'inflation. Je pense que c'est déjà toute une avancée pour les consommateurs québécois.

Le Président : Première complémentaire, M. le chef de l'opposition officielle.

M. Pierre Arcand

M. Arcand : Bien, M. le premier ministre dit littéralement aux familles, et il va le confirmer, d'ailleurs : Ça ne vous coûtera pas moins cher pour chauffer votre maison cet hiver parce que vous gaspillez. Comme si nos familles laissaient leurs lumières allumées pour le plaisir. Je tiens à rappeler au premier ministre qu'il n'est pas le porte-parole d'Hydro-Québec.

Va-t-il annuler cette hausse caquiste injustifiée et enfin défendre les Québécois contre le monopole d'Hydro-Québec?

Le Président : M. le premier ministre.

Des voix : ...

Le Président : S'il vous plaît! Vous êtes le seul à avoir la parole.

M. François Legault

M. Legault : Oui, M. le Président. La hausse caquiste, comme l'a dit le chef de l'opposition officielle, ça sera, l'année prochaine, zéro, zéro, je retiens zéro, les années suivantes, ça sera l'inflation. M. le Président, je serais gêné, moi, si j'avais été dans un gouvernement libéral qui a augmenté les tarifs d'électricité de deux, trois fois l'inflation, de venir reprocher au gouvernement de limiter les augmentations à l'inflation. Comment peut-il justifier de tels propos?

Des voix : ...

Le Président : Deuxième complémentaire. Vous êtes le seul à avoir la parole, M. le chef de l'opposition officielle.

M. Pierre Arcand

M. Arcand : Vous savez, une des choses qu'on pourrait dire aux Québécois... Et, si le premier ministre est sérieux en cette matière, il pourrait, par exemple, s'il voulait promouvoir l'efficacité énergétique, remettre en place le crédit RénoVert. Ça, c'est une mesure qui pourrait aider les Québécois, pas une augmentation injustifiée de leurs factures d'Hydro.

[...]
 

En Complément