Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

L'utilisation du calendrier requiert que Javascript soit activé dans votre navigateur.
Pour plus de renseignements

Accueil > Travaux parlementaires > Journal des débats > Index du Journal des débats

Index du Journal des débats - Sujets

42-1 (27 novembre 2018 - )

Assemblée
Fascicule n°68, 8 octobre 2019, page 4516

[...]

notre législation actuelle. Le ministre responsable de la Langue française nous a répondu qu'il considérait le dossier de la langue comme d'une importance primordiale et que, pour protéger cette langue française, il ne ménagerait aucun effort.

Or, M. le Président, des efforts, du côté du gouvernement, on en voit très peu relativement à la langue française. On constate plutôt que notre gouvernement manque de tonus, qu'il manque grandement de préparation et de volonté dans ce dossier depuis un an. D'ailleurs, les reculs des derniers jours sur la question d'interdire par la loi le «Bonjour! Hi!» dans les commerces en témoignent.

Malgré les déclarations d'amour et d'intention, malgré les demandes insistantes et plusieurs motions que nous avons déposées depuis 12 mois et votées à l'unanimité, c'est toujours le statu quo.

M. le Président, je rappelle au gouvernement qu'un remaniement ministériel, ça ne remet pas le compteur à zéro. À quand des actions?

Le Président : M. le ministre responsable de la Langue française.

M. Simon Jolin-Barrette

M. Jolin-Barrette : Alors, M. le Président, je remercie le député des Îles-de-la-Madeleine pour sa question. Et, pour y répondre, écoutez, depuis que ma collègue la ministre de la Culture avait le dossier, depuis l'an passé, il y a du travail qui a été effectué. Il y a plusieurs groupes qui ont été rencontrés, et je poursuis le travail qu'elle a débuté. Et, au cours des prochaines semaines, au cours des prochains mois, vous pourrez voir le contenu du travail que nous aurons effectué à la fois par le biais de la ministre de la Culture et, par la suite, avec le dossier qui m'a été confié.

Mais il y a une chose que je peux assurer, M. le Président, à cette Chambre, c'est qu'au niveau de la protection, de la valorisation, de la promotion de la langue française il va y avoir des actions concrètes qui seront faites par ce gouvernement. Pendant trop longtemps au Québec, pendant trop longtemps, le Parti libéral ne s'est pas préoccupé de la protection et de la promotion de la langue française. Nous allons agir.

Et présentement je réfléchis aux différentes options. Et vous pouvez être certain que je vais arriver avec une proposition costaude qui va faire en sorte de réussir, en collaboration avec vous, je l'espère, et avec l'ensemble des collègues de cette Assemblée, à mettre au goût du jour...

Le Président : En terminant.

M. Jolin-Barrette : ...la Charte de la langue française ainsi que les autres mesures appropriées.

Le Président : Première complémentaire, M. le député des Îles-de-la-Madeleine.

M. Joël Arseneau

M. Arseneau : Merci, M. le Président. Alors, le ministre responsable de la Langue française a beau jeu de blâmer les libéraux pour leur immobilisme. Nous avions déposé un projet de loi, le projet de loi n° 14, et c'était déjà aller trop loin pour le groupe parlementaire de la CAQ. Mais, malgré tout, je veux bien croire à sa bonne foi. Il faut agir. La question, c'est : Agir avec célérité et rapidement et agir à quel endroit?

Est-ce que le ministre est prêt à mettre de l'avant notre proposition pour assujettir les entreprises de 25 à 49 employés à la loi 101?

Le Président : M. le ministre responsable de la Langue française.

M. Simon Jolin-Barrette

M. Jolin-Barrette : M. le Président, vous savez, ce qui est important, c'est de bien faire le travail et de prendre le temps pour bien faire le travail. M. le Président, je vous garantis que nous aurons des propositions très prochainement. J'ai entendu les propositions lors de l'interpellation du député des Îles-de-la-Madeleine. Parmi certaines propositions, il y avait des bonnes idées. Et j'aurai l'occasion de m'en inspirer, comme j'aurai l'occasion de m'inspirer du rapport de la collègue d'Iberville, qui a été présenté, parce que nous, dès le départ, on a voulu s'assurer de faire la promotion et la valorisation de la langue française.

M. le Président, dans les actions que nous avons entreprises au ministère de l'Immigration, on s'est assuré d'élargir l'accès aux cours de francisation, on a investi de l'argent, on a créé des allocations à temps partiel pour faire en sorte que les personnes immigrantes aient la possibilité d'apprendre le français.

Le Président : En terminant.

M. Jolin-Barrette : Ça, ce sont des actions concrètes. Pour la suite, bien, soyez patients.

Le Président : Deuxième complémentaire, M. le député des Îles-de-la-Madeleine.

[...]
 

En Complément