Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

L'utilisation du calendrier requiert que Javascript soit activé dans votre navigateur.
Pour plus de renseignements

Accueil > Travaux parlementaires > Journal des débats > Index du Journal des débats

Index du Journal des débats - Sujets

42-1 (27 novembre 2018 - )

Assemblée
Fascicule n°14, 14 février 2019, page 662

[...]

Le Président : Ce document est déposé. M. le leader du gouvernement.

Réponses à des questions inscrites au feuilleton

M. Jolin-Barrette : M. le Président, je dépose les réponses du gouvernement aux questions inscrites au feuilleton le 7 décembre 2018 par le député de Jonquière ainsi que par le député de Rimouski. Merci, M. le Président.

Le Président : Ces documents sont déposés.

Il n'y a pas de dépôt de rapports de commissions.

Dépôt de pétitions

À la rubrique Dépôt de pétitions, M. le député de LaFontaine.

Améliorer l'offre de transport en commun à Rivière-des-Prairies

M. Tanguay : Oui. Merci, M. le Président. Je dépose l'extrait d'une pétition adressée à l'Assemblée nationale, signée par 1 006 pétitionnaires. Désignation : citoyens et citoyennes du Québec.

«Les faits invoqués sont les suivants :

«Considérant que le transport en commun est un facteur de développement socioéconomique d'importance et qu'il permet de réduire les émissions de gaz à effet de serre et la congestion routière;

«Considérant qu'il est prouvé que l'arrondissement de Rivière-des-Prairies—Pointe-aux-Trembles est l'un des plus mal desservis à Montréal et qu'à l'heure de pointe la durée des itinéraires pour se rendre à un métro peut atteindre une heure;

«Considérant que les citoyens et les citoyennes ont fait plusieurs représentations auprès de la ville de Montréal, de l'arrondissement de Rivière-des‑Prairies—Pointe‑aux‑Trembles et de la STM, condamnant le manque d'investissement pour le transport en commun à Rivière-des-Prairies;

«Considérant que nous déplorons que le transport à Rivière-des-Prairies ne soit pas une priorité pour les instances métropolitaines et gouvernementales et qu'aucune mesure n'ait été prise pour une amélioration significative des temps de déplacement de Rivière-des-Prairies vers le centre;

«Et l'intervention réclamée se résume ainsi :

«Nous, soussignés, demandons au gouvernement du Québec :

«L'élaboration d'un plan de développement du transport en commun qui répond réellement aux besoins des citoyens et citoyennes de Rivière-des-Prairies;

«Une amélioration significative du temps de déplacement sur l'axe est-ouest, en améliorant les trajets et en ajoutant des lignes d'autobus efficaces;

«Une analyse rigoureuse des besoins en transport et une étude de faisabilité du prolongement du métro vers Rivière-des-Prairies, visant une réduction considérable des temps de déplacement vers le centre;

«Une collaboration étroite avec la STM, la ville de Montréal et l'arrondissement de Rivière-des‑Prairies—Pointe‑aux‑Trembles pour établir des mesures qui sauront rapidement combler les lacunes du transport en commun à Rivière-des-Prairies.»

Je certifie que cet extrait est conforme à l'original de la pétition.

• (10 h 10) •

Le Président : Merci. Cet extrait de pétition est déposé.

Il n'y a pas de réponse orale aux pétitions ni d'interventions portant sur une violation de droit ou de privilège.

Je vous avise qu'après la période de questions et réponses orales sera tenu le vote reporté sur la motion de Mme la députée de Saint-Henri—Sainte-Anne débattue hier aux affaires inscrites par les députés de l'opposition.

Questions et réponses orales

Nous en sommes maintenant à la période de questions et de réponses orales. Je cède la parole au chef de l'opposition officielle. Monsieur.

Engagements électoraux de la Coalition avenir Québec

M. Pierre Arcand

M. Arcand : M. le Président, nous avons hier, encore une fois, assisté à des réponses non pas d'un premier ministre, mais d'un chef de la deuxième opposition. J'aurais cru que le premier ministre aurait au moins quelques réponses à nous fournir, mais non, aucune réponse, seulement des attaques. Nous avons même assisté à une séance de victimisation de la part du premier ministre à propos des propos de la députée de Saint-Henri—Sainte-Anne.

Ce qui devrait l'inquiéter, c'est plutôt le sort des milliers de personnes qu'il a abandonnées en se levant en cette Chambre pour renier sa parole. Et ce qui devrait l'inquiéter, c'est lorsqu'il affirme qu'il déchirera l'entente des médecins pour sauver 1 milliard de dollars, mais que son ministre recule et se précipite dans la direction opposée. Ce qui devrait l'inquiéter, c'est que, même s'il se targue d'être un «deal maker», son unique deal, pour l'instant, envoie sa directrice de cabinet adjointe à New York.

[...]
 

En Complément