Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

L'utilisation du calendrier requiert que Javascript soit activé dans votre navigateur.
Pour plus de renseignements

Accueil > Travaux parlementaires > Journal des débats > Index du Journal des débats

Index du Journal des débats - Sujets

42-1 (27 novembre 2018 - )

Assemblée
Fascicule n°104, 20 février 2020, page 6853

[...]

Le Vice-Président (M. Picard) : Pas de consentement. Je reconnais maintenant un membre du deuxième groupe d'opposition. M. le député de Jean-Lesage.

Reconnaître officiellement la Décennie internationale des personnes d'ascendance
africaine des Nations unies et s'engager à lutter contre toutes
les formes d'intolérance envers ces personnes

M. Zanetti : Merci, M. le Président. Alors, avant de déposer cette motion, je voudrais saluer la présence aujourd'hui avec nous... Victor Dzomo, le président de la table de l'histoire des noirs, Saliou Diallo, Frank Eboa, président du Conseil panafricain de la ville de Québec, ainsi que Georges Goma, Simon Chiasson et Florent Tchatchoua Liale, qui est du média Diaspo-Interaction. Je les remercie de nous faire l'honneur de leur présence. Et je voudrais remercier aussi le rapeur et historien Webster pour avoir participé à la rédaction de cette motion, qui se lit comme suit.

Donc, M. le Président, je demande le consentement de la Chambre pour débattre de la motion suivante conjointement avec la ministre des Relations internationales et de la Francophonie, le député de Viau, la députée de Gaspé, le député de Chomedey et la députée de Marie-Victorin :

«Que l'Assemblée nationale reconnaisse la présence afrodescendante sur le sol québécois depuis les débuts du 17e siècle avec l'arrivée d'Olivier Le Jeune en 1629;

«Qu'elle reconnaisse l'esclavage des personnes autochtones et noires sous les régimes français et anglais de 1629 jusqu'aux débuts de 1800;

«Qu'elle reconnaisse officiellement la Décennie internationale des personnes d'ascendance africaine des Nations unies;

«Que l'Assemblée nationale s'engage à lutter contre le racisme, la discrimination raciale, la xénophobie et les formes connexes d'intolérance qui nuisent aux personnes d'ascendance africaine.»

Le Vice-Président (M. Picard) : Merci. Est-ce qu'il y a consentement pour débattre de cette motion?

M. Schneeberger : Alors, M. le Président, il y a consentement pour un débat de deux minutes par intervenant, et ce, dans l'ordre suivant : le député de Jean-Lesage, la ministre des Relations internationales et de la Francophonie, le député de Viau et la députée de Gaspé.

Le Vice-Président (M. Picard) : Donc, je comprends qu'il y a consentement pour un débat. Donc, je cède la parole immédiatement à M. le député de Jean-Lesage.

M. Sol Zanetti

M. Zanetti : Merci, M. le Président. Alors, on le sait de plus en plus, la présence noire au Québec, ça ne date pas des années 70 ou des années 60, ça date des débuts de la colonisation européenne, et elle fait partie de notre identité depuis longtemps, même si elle est très méconnue, et c'est extrêmement important, d'une part, d'en parler, de réaliser que ça fait partie de notre identité parce que ce sont des enjeux extrêmement actuels.

Et, quand, dans la motion, par exemple... J'étais très content de voir que tout le monde ici voulait reconnaître sans problème des choses de notre passé commun, qui est douloureux, hein, comme par exemple l'esclavage, et qui est ici un engagement de tout le monde à lutter, par exemple, contre le racisme et la xénophobie aujourd'hui. Je trouve ça super encourageant parce que ça n'a pas toujours été évident dans les dernières années. J'ai eu l'impression des fois qu'on avait collectivement une espèce de réticence à dire : Il y a du racisme au Québec, comme si les gens se disaient : Bien, si on dit qu'il y a du racisme au Québec, ça veut dire qu'on est un peuple raciste, alors que ça n'a aucun rapport.

Cette même reconnaissance qu'on peut avoir et qu'on a aujourd'hui, je pense, on n'a eu aucun problème à l'avoir pour la question du sexisme, hein? Ah! il y a-tu du sexisme? Bien oui, il y en a partout, il y en a eu au Québec. Imaginez, les femmes ne votaient pas jusqu'en 1940. Il faut lutter contre le sexisme, et on s'en fait une fierté. Moi, je voudrais qu'on se fasse une fierté de ça aussi pour la question du racisme et la question de la xénophobie, qui n'est aujourd'hui pas quelque chose qui nous définit comme peuple, au contraire, mais c'est notre attitude par rapport à ces choses-là qui nous définit comme peuple. Qu'est-ce qu'on fait? Est-ce qu'on fait comme si ça n'existait pas ou on prend acte que ça existe, comme partout, et on fait quelque chose au sujet de ça, et on veut devenir des leaders, comme on veut devenir des leaders et montrer l'exemple dans toutes sortes de domaines?

Alors, je pense que cette motion-là est un pas dans la bonne direction vers cette reconnaissance-là, et j'exprime ma grande reconnaissance envers tous les collègues de l'Assemblée nationale qui ont accepté de l'appuyer. Je vous remercie.

Le Vice-Président (M. Picard) : Merci, M. le député. Je cède la parole à Mme la ministre des Relations internationales et de la Francophonie.

Mme Nadine Girault

Mme Girault : Merci, M. le Président. M. le Président, je m'inscris dans la même lignée que la motion qui vient d'être présentée par notre collègue. Je rappelle qu'au sein de notre Assemblée nationale, le 1er février 2007, est entrée en vigueur la loi visant à faire du mois de février le Mois de l'histoire des Noirs.

[...]
 

En Complément