Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

L'utilisation du calendrier requiert que Javascript soit activé dans votre navigateur.
Pour plus de renseignements

Accueil > Actualités et salle de presse > Conférences et points de presse > Point de presse de M. Benoit Charette, porte-parole du deuxième groupe d’opposition en matière de transports

Recherche avancée dans la section Actualités et salle de presse

La date de début doit précéder la date de fin.

Point de presse de M. Benoit Charette, porte-parole du deuxième groupe d’opposition en matière de transports

Version finale

Le mardi 21 mars 2017, 15 h 23

Salle Bernard-Lalonde (1.131), hôtel du Parlement

(Quinze heures vingt-quatre minutes)

M. Charette : Bonjour, tout le monde. Je serai très, très bref. Tout simplement illustrer encore une fois ce réflexe qu'ont les libéraux dans le dossier, là, de l'autoroute 13, mais que l'on revoit de plus en plus dans différents dossiers, c'est-à-dire une non-responsabilité. Il y a eu véritablement chasse aux sorcières au cours des derniers jours dans le dossier de l'autoroute 13. On a, dans un premier temps, blâmé des employés, des fonctionnaires. Par la suite, on a pu adresser des reproches aux camionneurs. Et enfin, ultimement, on a laissé entendre qu'ils avaient été mal informés, je fais référence aux ministres et du Transport et de la Sécurité publique.

Bref, il y a un concept de responsabilité ministérielle qui est complètement, complètement étranger à ce gouvernement, malheureusement, et la plus belle illustration de ça est sans doute une citation du premier ministre, qui hier, en point de presse, mentionnait que c'était une question de sens commun, lorsqu'on n'est pas informé d'une situation, c'est difficile d'être blâmé pour cette situation. Cette seule citation résume tout le cafouillage qu'a connu le gouvernement au cours de la semaine dernière, c'est-à-dire un encouragement à peine voilé à ses ministres de dire : Dites que vous ne savez pas, que vous n'avez rien entendu, et on ne pourra pas vous blâmer par la suite.

Et, de notre côté, on n'avait essentiellement qu'une seule question à poser au ministre Lessard ce matin, et c'est la suivante : Puisque l'appel de ses fonctionnaires, de ses gens n'est jamais venu, pourquoi lui n'a-t-il pas pris le combiné pour s'informer de la situation, pour s'enquérir de la situation et s'assurer que tout le réseau fonctionnait bien plutôt que d'aller se coucher et dormir paisiblement?

Il faut savoir, encore une fois, simple rappel, la tempête en question était annoncée minimum 72 heures à l'avance, et sur tous, tous, tous les bulletins météos, on laissait entendre que ce serait sans doute la plus grosse tempête de l'année. Donc, dans un pareil cas, un ministre des Transports qui s'acquitte bien de son dossier, qui est imputable, avant d'aller se coucher, s'assure au minimum que le réseau fonctionne bien et s'assure au minimum que tous les effectifs sont déployés. À ce niveau-là et à bien d'autres, Laurent Lessard a malheureusement failli à sa tâche, ce qui nous permet de réitérer, comme on l'a fait la semaine dernière, la demande de retrait du caucus sinon de démission de la part du premier ministre à l'endroit de M. Lessard. Merci bien.

(Fin à 15 h 27)

Participants


Document(s) associé(s)