Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

L'utilisation du calendrier requiert que Javascript soit activé dans votre navigateur.
Pour plus de renseignements

Accueil > Actualités et salle de presse > Conférences et points de presse > Point de presse de Mme Martine Ouellet, députée de Vachon

Recherche avancée dans la section Actualités et salle de presse

La date de début doit précéder la date de fin.

Point de presse de Mme Martine Ouellet, députée de Vachon

Version finale

Le mercredi 29 mars 2017, 8 h 45

Hall principal de l'hôtel du Parlement, hôtel du Parlement

(Huit heures quarante-six minutes)

Mme Ouellet : Donc, merci. Donc, pour moi, c'est important de venir intervenir sur le budget québécois de 2017‑2018. Mais peut-être, dans un premier temps, je voudrais dénoncer l'attitude de fermeture du gouvernement libéral, dénoncer le refus du ministre des Finances à ma présence au huis clos hier. C'est vraiment incompréhensible. Il a refusé ma présence sans aucune justification, sans aucun motif, alors qu'il y avait des dizaines... Je ne sais pas exactement combien de personnes, probablement que vous êtes mieux placés que moi pour le savoir étant donné que plusieurs d'entre vous étaient présents, mais qui étaient présents au huis clos, et aussi le refus du gouvernement libéral que les députés indépendants, on puisse avoir une minute. Ce n'est pas beaucoup, là, une minute de réplique, là, au discours sur le budget. Je pense que, vraiment, ça dénote une attitude de fermeture du Parti libéral.

Mais revenons au beaucoup lui-même. Donc, un budget où le gouvernement libéral veut se présenter en sauveur, mais après lui-même avoir fait le saccage dans les services de l'État. C'est comme s'il allait mettre le feu à la cabane puis, après ça, il se présentait, là, en pompier pour venir éteindre les feux. Je pense que c'est assez insultant de voir ça. On pourrait qualifier ce budget-là d'un budget pompier pyromane, et il y a des exemples très précis.

Par exemple, la taxe santé, il annonce ça comme une super bonne nouvelle, l'abolition de la taxe santé, alors que c'est le gouvernement libéral de Jean Charest qui l'a mise en place cette fameuse taxe santé, qui était une taxe totalement injuste et qui n'avait pas sa raison d'être. Donc, je pense que ce n'est pas un cadeau qu'il fait aux Québécois, c'est juste la réparation d'une erreur qui avait été faite par le gouvernement libéral de Jean Charest.

Ensuite, je veux venir... parce qu'ils ont fait beaucoup de coupures en santé, en éducation, des coupures extrêmement importantes qui ont amené des compressions qui ont fait mal, des compressions, vous vous rappelez, qui ont amené les CPE, par exemple, à couper les collations dans les CPE. Et là quand je vois dans leur petit programme publicitaire, qu'il nous fait un bel encadré : «Des petits déjeuners seront servis dans les CPE et des collations de fruits et légumes seront offerts aux jeunes des milieux scolaires et défavorisés», c'est une insulte à l'intelligence. C'est baveux de leur part de commencer à venir dire qu'ils font des bonnes actions en permettant d'avoir des collations avec des fruits et des légumes, alors que c'est de leur faute si les CPE ont été obligés de couper les collations, c'est à cause des coupures libérales des deux dernières années. Donc, je trouve ça vraiment assez spécial qu'ils se présentent en pompiers après avoir vraiment mis le feu à la cabane.

Et finalement, on voit que, dans ce budget-là encore, le gouvernement libéral ne se tient pas debout devant Ottawa, et ça fait en sorte qu'il y a des revenus... parce que dans un budget, il y a la colonne des revenus et la colonne des dépenses, mais il faut aussi regarder la colonne des revenus et, dans la colonne des revenus, il y a des revenus supplémentaires qu'on devrait aller chercher. On l'a dit la semaine passée, du côté de la taxe santé, même Philippe Couillard est insatisfait du montant de la taxe santé du gouvernement canadien, mais il y a plus que ça. Tout ce qui est relié aux paradis fiscaux, ce sont des centaines de millions de dollars qui nous manquent dans les coffres de l'État à cause des paradis fiscaux. Il faut aller chercher les pouvoirs d'information au gouvernement canadien. Rien dans le budget, aucune nouvelle mesure pour contrer les paradis fiscaux.

Et aussi, du côté des sièges sociaux, alors que, dans le budget, le gouvernement Couillard se targue de mettre de l'avant une économie de dirigeants, bien encore, dans le budget, aucune mesure, aucune mesure pour contrer l'exode des sièges sociaux, alors qu'il ne suffirait de demander au gouvernement d'Ottawa ou au gouvernement canadien d'être conjoint sur les décisions du ministre du Développement économique lorsque vient la question de l'exode des sièges sociaux et rien dans ce budget-là.

Et je pense que, très clairement, avant de penser à réduire les impôts, il faudrait réinvestir dans nos services publics, les services qui sont essentiels pour les parents du Québec, pour les citoyens du Québec. Là, on parle d'une réduction d'impôt de 55 $ par personne, et d'ailleurs qui est la même pour tout le monde, peu importe le revenu. Je pense qu'il y a des réinvestissements dans les services qui seraient vraiment importants. On parle de matériel scolaire gratuit pour le primaire, secondaire. C'est une mesure pour les familles. Ça, c'est 350 $ dans la poche d'une famille de deux enfants, c'est des mesures pas mal plus intéressantes. Des cliniques d'infirmières dans tous les CLSC du Québec, qui pourraient même être financées à partir de l'incorporation, là, des médecins... l'abolition de l'incorporation des médecins.

Et, en terminant, c'est dommage qu'il n'ait pas profité de ce budget–là pour vraiment réorienter l'économie du Québec vers les emplois de l'avenir. Et j'ai eu l'occasion, l'année passée, de présenter Climat Québec 2030, qui est un projet de développement économique permettant la création de 350 000 emplois d'ici 2030 dans les économies vertes, dans l'efficacité énergétique, dans les énergies renouvelables, et on ne voit pas de réelle politique de réorienter le développement économique vers l'économie verte de la part du gouvernement libéral. Même s'il y a quelques mesures intéressantes, ce n'est pas suffisant, comme vision globale, pour permettre une réorientation de l'économie qui nous permettrait vraiment de diminuer nos gaz à effet de serre, mais de créer des emplois, là, ici, au Québec. Voilà.

M. Vigneault (Nicolas) : Nicolas Vigneault, Radio-Canada. Mme Ouellet, au bureau du ministre des Finances, ce qu'on rétorque, c'est que vous avez fait votre demande trop tard pour le huis clos.

Mme Ouellet : Bien, écoutez, on a fait notre demande dans les délais, on a fait notre demande le 21 mars. Ça leur a pris trois jours, je crois — c'est Nathalie qui a fait les démarches, là — avant d'avoir une réponse. Écoutez, on demandait une place. Moi, je sais que les gens, les différents partis politiques, les médias arrivent avec leurs équipes, puis je crois que c'est même ouvert plus large que ça, mais on demandait une place. Donc, je ne comprends pas qu'il n'y ait pas eu de l'espace pour une place au huis clos du budget, hier.

M. Vigneault (Nicolas) : Sur le budget en soi, est-ce que les baisses de taxes, c'est une bonne nouvelle, ou, de votre côté, vous dites carrément : Tous les surplus devraient être affectés à des services?

Mme Ouellet : Bien, écoutez, actuellement, étant donné tout le saccage qui a été fait dans les services publics et que ces services publics là sont vraiment importants pour les citoyens, pour les familles du Québec, avant de penser à faire des baisses d'impôt, il faut améliorer les services à la population, que ce soit en santé, que ce soit en éducation. Et le petit peu de réinvestissements qu'ils ont faits en éducation, par exemple, ne compense même pas les coupures qu'ils ont réalisées.

Donc, je pense que c'est un peu de rire du monde que de se présenter en sauveurs, alors que c'est eux-mêmes qui sont allés saccager, de se présenter en pompiers, alors que c'est eux-mêmes qui ont joué aux pyromanes dans les années précédentes. Donc, je pense qu'il faut réinvestir dans nos services pour avoir des meilleurs services.

Et deux choses importantes que j'ai mises de l'avant, c'est le matériel scolaire gratuit, primaire, secondaire. Je pense que ça, c'est une mesure qui permettrait surtout aux enfants dont les familles ont moins les moyens... Moi, je sais, à Saint-Hubert, je participe beaucoup à la rentrée scolaire, aux fournitures scolaires pour que tous les enfants puissent avoir accès à de la fourniture scolaire. Il me semble que ça, c'est bien le minimum pour la réussite scolaire. Dans les mesures qu'on veut de persévérance scolaire, c'est bien le minimum.

Et, du côté de la santé, c'est bien beau de former plus de superinfirmières, mais si elles n'ont pas... si on ne met pas à leur disposition les centres pour qu'elles puissent opérer et qu'elles puissent rendre des services à la population, comme des cliniques d'infirmières dans tous les CLSC du Québec, bien, ce n'est pas ça qui va faire la différence sur les services à la population. Et ça, on sait que les cliniques d'infirmières, ça fonctionne bien. SABSA, ici, à Québec... et le modèle, moi, je suis allé la visiter, puis ça ne prend pas beaucoup d'espace et ça rend un très grand service à la population. Ça permettra à tout le monde d'avoir accès à un médecin de famille et ça va désengorger les urgences.

M. Laforest (Alain) : Bonjour, Mme Ouellet. Êtes-vous une victime?

Mme Ouellet : Bien, écoutez, peut-être que c'était nouveau pour le Parti libéral mais franchement, de ma part, c'est une incompréhension, et je suis assez perplexe de voir à quel point ils sont fermés à ce que je sois présente à un huis clos, à ce que je puisse faire une réplique. En fait, sur la réplique, je sais que Québec solidaire l'avait également demandé dans les années passées, puis ça n'a jamais été accordé parce que j'ai validé avec eux.

Je pense que ce serait normal que les députés indépendants qui le souhaitent puissent avoir une minute de réplique, là, au discours du budget, après les partis reconnus, je comprends ça, mais qu'on puisse avoir aussi une minute de réplique. Lors des motions, par exemple, aujourd'hui, puis dans les autres journées, il y a des motions, on a le droit d'intervenir sur les motions. Je ne comprendrais pas, dans un moment aussi important que le dépôt d'un budget, qu'on ne puisse pas avoir une réplique.

M. Laforest (Alain) : Donc, vous êtes une victime.

Mme Ouellet : Bien, je ne le présenterais pas comme ça. Je le présenterais plus comme étant de la fermeture de la part, vraiment, du Parti libéral.

Mme Lajoie (Geneviève) : Sur le fait que n'étiez pas présente au huis clos, à quel titre vous vous êtes présentée auprès du gouvernement pour participer au huis clos du budget?

Mme Ouellet : À titre de députée de l'Assemblée nationale.

Mme Lajoie (Geneviève) : O.K. Puis qu'est-ce qu'ils vous ont répondu?

Mme Ouellet : En fait, ils m'ont juste répondu que ce ne serait pas possible. Et on a demandé des explications, bien, pour quel motif, pour quelle raison, et on n'a jamais eu de réponse.

Mme Lajoie (Geneviève) : Selon M. Fournier, c'est parce que vous ne représentez pas un parti politique qui est représenté à l'Assemblée nationale. Qu'est-ce que vous en pensez?

Mme Ouellet : Bien, moi, je pense que ce n'est pas une justification. Il y a bien des économistes qui sont là, qui ne représentent pas des partis politiques. Moi, je suis députée à l'Assemblée nationale et, à ce titre-là, je représente des citoyens mais je suis députée à l'Assemblée nationale. Je m'intéresse à tout ce qui se passe à l'Assemblée nationale et au Québec et je pense que c'est… juste par simple respect des élus, il aurait dû accepter ma présence. La présence d'une personne, ce n'est pas ça qui aurait rien changé à leur disposition des locaux ou quoi que ce soit. Je suis certaine qu'il y avait de la place.

Mme Lajoie (Geneviève) : Est-ce que c'est donc dire que tous les députés indépendants, par exemple, M. Sklavounos, Pierre Paradis, devraient pouvoir aussi avoir accès au huis clos du budget?

Mme Ouellet : Effectivement, tous les députés indépendants qui le souhaitent devraient avoir accès au huis clos du budget. D'ailleurs, je pense qu'il y a eu une entente avec Québec solidaire. Québec solidaire ne fait pas des... partis complètement, là, reconnus à l'Assemblée nationale, là, il y a comme des accommodements, et Québec solidaire, je crois, est invité, là, au huis clos.

M. Laforest (Alain) : Mais vous êtes chef du Bloc aussi, là.

Mme Ouellet : Je suis chef du Bloc aussi, mais je suis à l'Assemblée nationale et présente au salon bleu comme députée de l'Assemblée nationale.

M. Laforest (Alain) : Donc, cette double nationalité là vous donne la possibilité d'aller au budget.

Mme Ouellet : Bien, écoutez, c'est assez surprenant, la semaine passée, j'étais tout à fait bienvenue au huis clos du budget du gouvernement canadien et, cette semaine, pas bienvenue au huis clos du budget québécois, alors que je siège ici, à l'Assemblée nationale. C'est assez spécial, merci.

    Mme Sioui (Marie-Michèle) : Mme Ouellet, est-ce qu'on ne vous a pas dit que votre demande avait été faite trop tard?

Mme Ouellet : Bien non, on était à l'intérieur des délais, et, à ce moment-là, moi, je demandais une place. Ça fait que ce n'est pas vrai qu'ils ne pouvaient pas s'organiser pour qu'il puisse y avoir une place. Ça a même pris trois jours avant qu'ils nous répondent, et on avait commencé à faire des démarches, parce qu'il a fallu faire des démarches, au début, on ne savait pas à qui demander, là, mais finalement on nous a dit exactement à qui demander, c'est au cabinet du ministre des Finances, et c'est le ministre des Finances qui a refusé.

    Mme Sioui (Marie-Michèle) : Vous l'avez demandé quand?

Mme Ouellet : On l'a demandé le 21.

Mme Sioui (Marie-Michèle) : Le 21. Est-ce qu'il y a d'autres élus de l'Assemblée nationale qui étaient dans le huis clos?

Mme Ouellet : Bien oui, tout à fait. Je ne pourrais pas vous dire exactement, parce que je n'étais pas présente, mais, en principe, il devait y avoir probablement le critique des finances, Nicolas Marceau, probablement François Bonnardel, et je crois que cette année, mais je ne suis pas certaine... je crois que c'est Manon Massé, du côté de Québec solidaire, qui était présente au huis clos.

La Modératrice : Merci beaucoup.

Mme Ouellet : Bien, merci.

La Modératrice : Bonne journée.

(Fin à 8 h 58)

Participants


Document(s) associé(s)