Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

Assemblée nationale du Québec - Retour à l'accueil

L'utilisation du calendrier requiert que Javascript soit activé dans votre navigateur.
Pour plus de renseignements

Accueil > Actualités et salle de presse > Conférences et points de presse > Point de presse de M. Jean-Marc Fournier, leader parlementaire du gouvernement

Recherche avancée dans la section Actualités et salle de presse

La date de début doit précéder la date de fin.

Point de presse de M. Jean-Marc Fournier, leader parlementaire du gouvernement

Version finale

Le mardi 4 avril 2017, 15 h 30

Salle Bernard-Lalonde (1.131), hôtel du Parlement

(Quinze heures trente et une minutes)

M. Fournier : Alors, j'ai réservé ce moment dans cette pièce pour présenter un rapport d'étape sur l'immigration francophone suite à la tenue du premier Forum sur l'immigration francophone qui s'est tenu jeudi et vendredi derniers.

Aujourd'hui, 94 % des Québécois sont en mesure de s'exprimer en français. La fréquentation scolaire obligatoire en français des immigrants et le choix des jeunes anglophones d'apprendre le français expliquent ce résultat. Ailleurs au pays, c'est plus difficile.

Le Canada s'appuie sur l'immigration pour relever son défi démographique. Et, jusqu'ici, il n'avait que des cibles fuyantes à l'égard de l'immigration francophone et ne disposait pas des outils nécessaires pour maintenir la proportion de francophones au pays. Un choix s'imposait donc : assumer un véritable leadership pour le progrès du français et agir véritablement pour augmenter la proportion d'immigrants francophones à l'extérieur du Québec.

C'est ce que les 13 premiers ministres des provinces et territoires ont fait en juillet 2016 lors de la réunion du Conseil de la fédération. Ils ont fixé une cible de 5 % d'immigration francophone, une première en 150 ans. C'est 1 % de plus que les citoyens de langue maternelle française hors Québec.

Dans la suite de cette décision, les 30 et 31 mars dernier, jeudi et vendredi derniers, se tenait le premier forum réunissant les ministres de l'Immigration et ceux de la Francophonie. Un premier consensus s'y est forgé : établir une nouvelle relation entre le fédéral, les provinces et territoires, ainsi que les communautés francophones et acadiennes à l'extérieur du Québec afin de créer une véritable collaboration pour la prospection, la sélection, l'accueil, l'intégration et la rétention.

Il a été décidé d'organiser un symposium réunissant les membres du forum et les milieux communautaires francophones pour jeter les bases de cette nouvelle collaboration. Les provinces et territoires ont manifesté leur intention d'inclure l'enjeu de l'immigration francophone dans leurs ententes bilatérales avec Ottawa. Un comité mixte immigration-francophonie verra à préparer un plan d'action concret concernant le recrutement, l'accueil, l'intégration et la rétention. Ce plan sera soumis au deuxième forum, qui lui doit se tenir dans les 12 prochains mois. Notons que, dans l'intervalle, le gouvernement fédéral a annoncé qu'à compter du 6 juin 2017 les candidatures à l'immigration connaissant le français seront favorisées en recevant plus de points.

La Fédération des communautés francophones et acadienne a salué ce premier forum sur l'immigration francophone, je les cite : «Les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux ont reconnu l'importance d'agir en partenariat avec les communautés pour enfin atteindre les cibles en immigration francophone, et ils ont pris des engagements en ce sens. Maintenant, le temps presse et il importe qu'on travaille ensemble pour concrétiser ces engagements le plus rapidement possible.» Fin de la citation.

Ce forum historique et ses conclusions témoignent d'une volonté réelle de multiplier les espaces francophones au Canada. De plus en plus, au Canada, on réalise l'avantage de la francophonie. Il y a 275 millions de francophones dans le monde, il y en aura 700 millions en 2050. À notre accès au monde anglophone, les francophones du Québec et du Canada ajoutent une fenêtre sur le monde francophone, une fenêtre que les dirigeants politiques du pays veulent enfin ouvrir. Nous avons un avantage économique, diplomatique, social et culturel dont peu de pays peuvent bénéficier.

Et pourquoi le Québec est-il si engagé dans le progrès du français au Canada, incluant le déploiement d'outils pour favoriser l'immigration francophone? Parce que le français est l'élément fondamental de notre identité. Nous le voulons fort au Québec et dans le monde, alors nous le voulons fort au Canada aussi. Et puis une plus grande résonnance du français au Canada permet aux Québécois une meilleure appartenance au Canada. Une vaste majorité de Québécois, surtout les jeunes, veulent affirmer leur allégeance québécoise et raffermir leur appartenance canadienne, ils ne veulent pas les opposer. Ces appartenances plurielles constituent leur identité. Le Canada qui ferme la porte au français nous repousse, le Canada qui ouvre la porte au français nous accueille et nous dit : Québécois, le Canada, c'est aussi un peu chez vous.

L'éducation en immersion française au Canada est en progression constante depuis 30 ans. Pour l'illustrer, soulignons que 50 % des enfants au Yukon fréquentent soit l'école française ou soit une classe d'immersion française. Sous l'impulsion des 13 gouvernements provinciaux et territoriaux et avec le gouvernement fédéral, nous aurons bientôt un circuit touristique de la francophonie canadienne. L'Ontario est devenue membre de l'Organisation internationale de la Francophonie en novembre 2016. Il faut voir ces progrès.

Et maintenant on constate le choix de tous les gouvernements pour favoriser l'immigration en français au Canada. Il y a un nouvel élan, une porte qui s'ouvre pour le français, un nouvel accueil. La marche sera longue. Il y aura encore bien des batailles, et puis on nous parlera de Brockville, du règlement 17, ou même du rapport Durham. Mais au-delà de chacune de ces photographies, il faut dérouler le film et voir les autres séquences. On voit alors le progrès, le changement et la nouvelle légitimité du français. On voit alors une histoire complète, pas une seule image statique qui voudrait nous dire : Voilà deux solitudes. On voit une série d'images et de séquences qui donnent une autre interprétation et qui démontrent qu'il y a aussi des solidarités. Le Canada de la diversité, celui qui reconnaît la diversité individuelle, doit ajouter à celle-ci la reconnaissance de la diversité collective, la diversité de nos communautés linguistiques francophones et anglophones, la pluralité de nos diversités nationales, celles du Québec et des Premières Nations.

Au monde en repli identitaire qui oppose les appartenances, qui choisit l'antagonisme et la crainte de l'autre, il y a un autre modèle à bâtir, un autre modèle à offrir, celui de la reconnaissance de toutes les dimensions de la diversité, celui de l'appartenance commune qui découle de l'ouverture aux appartenances de chacun et donc aux appartenances plurielles.

À Moncton, jeudi et vendredi derniers, cette histoire d'ouverture patiente au français a pris une nouvelle vitesse. Cette solidarité naissante demande maintenant à être cultivée. C'est un autre signal, celui que l'on choisit maintenant de s'enrichir de toutes les dimensions de notre identité pour faire un monde meilleur. Voilà un projet d'avenir. C'est un projet emballant. Il est bon pour le français, il est bon pour le Québec, il est bon pour le Canada, il est bon pour le monde.

Le défi restera de partager ces nouveaux développements à nos concitoyens. Le rapport que je fais aujourd'hui va dans ce sens : partager cette bonne nouvelle, se rappeler qu'il y aura encore des luttes à mener, mais qu'en ce moment les développements nous donnent espoir et que nous devons continuer la route. C'est le but de cette présentation, de ce rapport d'étape sur l'immigration francophone. Il me reste à espérer que les médias trouveront opportun de communiquer ces progrès qui témoignent du choix des leaders du pays de dire : Maintenant, on veut être ensemble pour le français. Merci beaucoup.

Et, devant l'absence de questions, eh bien, nous avons terminé. Merci.

(Fin à 15 h 39)

Participants


Document(s) associé(s)